Un acteur PRO-VIE, Jim Caviezel, par Pierre-Alain Depauw

L’acteur Jim Caviezel, (héros de la série Person of Interest mais surtout resté mémorable dans le rôle de Jésus dans le film La Passion du Christ de Mel Gibson), prend publiquement la défense des droits de l’enfant à naître et a assuré que le grand «mal de l’Amérique et du monde est sans aucun doute l’avortement ». 

Jim Caviezel, qui professe ouvertement sa foi, combine son travail en tant qu’acteur avec un véritable engagement au service de la défense de la vie en intervenant dans des conférences et événements pro-vie et pro-famille. 

Le message que l’acteur veut transmettre est que «nous sommes tous complices si nous permettons que l’avortement soit pratiqué librement et volontairement dans notre société« . 

Au cours d’une de ses conférences à Boston, il a affirmé qu »aux Etats-Unis et dans le monde, nous sommes responsables de la mort de millions d’enfants avant leur naissance et le pire est que chaque année, le nombre augmente. Nous sommes tous responsables de permettre l’avortement dans notre société « . 

« Quand je pense aux femmes qui ont avorté, je pense toujours que l’enfant aurait pu être un grand médecin, un grand musicien ou aurait pu sauver la vie de quelqu’un. Perdre quelqu’un de son sang est une expérience horrible » . 

« Vous avez peut-être avorté, ou vous avez été témoin d’un avortement dans votre famille ou même peut-être vous avez contribué financièrement à l’entreprise de l’avortement. Beaucoup de gens sont témoins de ce mal. Plus de 50 millions d’enfants sont tués dans le monde sans avoir encore eu l’occasion de vivre, mais le pardon est pour tout le monde et l’amour est pour tout le monde. « 

Jim Caviezel a critiqué les liens entre le géant de l’avortement Planned Parenthood et la candidate à la présidence des États-Unis, Hillary Clinton. 

La relation entre Hillary Clinton et le président de Planned Parenthood, Cecile Richards, est si étroite que l’organisation avorteuse semble être devenu un puissant lobby au sein du Parti démocrate. 

Le scandale du trafic d’organes des bébés avortés à travers le réseau de Planned Parenthood n’a pas porté atteinte à la puissance de Richards dans la politique américaine et a même donné des ailes à Clinton qui propose la modification de la loi afin de promouvoir l’avortement dans le monde entier en le finançant avec l’argent public des Américains. 

Jim Caviezel est l’une des rares personnalités publiques qui s’exprime contre ce projet, ce qui est particulièrement courageux quand on travaille à Hollywood, qui défend «le droit des femmes à se débarrasser de leurs enfants ». 

Caviezel déclare «Tant pis si être pro-vie nuit à ma carrière. Je ne peux pas garder le silence sur la mort de tant d’enfants « . 

http://www.medias-presse.info/jim-caviezel-tant-pis-si-etre-pro-vie-nuit-a-ma-carriere-je-ne-peux-pas-garder-le-silence-sur-la-mort-de-tant-denfants/60751

Transmis par Elisabeth777

À LIRE AUSSI:

Cendres – un songe de Michelle d’Astier

  5Comments

  1. Michelle d'Astier de la Vigerie   •     Author

    TRANSMIS PAR ELISABETH777

    En région parisienne, une lycéenne sur dix a déjà avorté

    • Par Fanny Lauzier
    • Publié le 06/09/2016 à 16:27
    16 % des étudiantes ne prennent pas la pilule à cause de son impact négatif sur la santé. ©Daniel Stockant 

    Le nombre d’avortements est en forte hausse chez les jeunes. C’est ce que révèle la dernière enquête de la Smerep. Les étudiantes sont autant touchées que les lycéennes.

    Pas moins de 6% des lycéennes françaises ont déjà eu recours au mois une fois à une interruption volontaire de grossesse (IVG) et parfois même deux fois pour certaines. Un chiffre qui grimpe lorsqu’il s’agit des jeunes adolescentes en Ile-de-France puisqu’une lycéenne sur dix y aurait déjà subi une IVG. C’est l’un des constats alarmants que dresse l’étude commandée par l’organisme de sécurité sociale étudiante Smerep. L’enquête, parue le lundi 5 septembre dernier, a été menée par OpinionWay auprès de 507 étudiants de toute la France et 707 en Ile-de-France et de 403 lycéens sur tout le territoire et 368 d’Ile-de-France. 

    Une lycéenne sur cinq a déjà eu recours à une contraception d’urgence

    Ainsi, malgré les opérations de prévention, de plus en plus nombreuses dans les lycées et universités, plus d’une lycéenne française sur cinq déclare avoir déjà eu recours à une contraception d’urgence, autrement dit, à la pilule du lendemain. Et 7% d’entre elles y ont déjà eu recours deux fois et 2% plus de 5 fois. Un chiffre qui grimpe encore nettement lorsque l’on se concentre sur la population lycéenne francilienne: près d’un tiers des lycéennes d’Ile-de-France (31%) déclare avoir déjà pris la pilule du lendemain. Des résultats inquiétants qui rappellent ceux d’une autre enquête de la Smerep, publiée au mois de novembre dernier. Celle-ci avait révélé que 9% des lycéens ne se protégeaient jamais lors d’un rapport, tandis qu’un jeune Francilien sur cinq déclarait ne jamais se protéger. 

    16 % des étudiantes ne prennent pas la pilule par peur de problèmes de santé 

    Des comportements à risques également présents au sien de la population étudiante. En effet, selon la Smerep, si 87% des étudiantes françaises déclarent utiliser le préservatif pour éviter une grossesse, 70% d‘entre elles ne l’utilisent pas systématiquement. Par ailleurs, seulement un tiers des étudiantes interrogées et ayant déjà eu des rapports sexuels déclarent ne pas prendre de pilule contraceptive. Et 16% d’entre elles déclarent ne pas avoir opté pour ce mode de contraction à cause de son impact négatif sur la santé et une étudiante sur dix ne lui fait pas suffisamment confiance. 

    http://etudiant.lefigaro.fr/vie-etudiante/news/detail/article/en-region-parisienne-une-lyceenne-sur-dix-a-deja-avorte-21381

    etudiant.lefigaro.fr
    Le nombre d’avortements est en forte hausse chez les jeunes. C’est ce que révèle la dernière enquête de la Smerep. Les étudiantes sont autant touchées que les lycéennes.
    • Patrice   •  

      Selon une circulaire du ministère des Affaires sociales et de la Santé, signée de Marisol Touraine, en date du 28 juillet 2016, le chiffre officiel est de 230 000 avortements par an.

      • Michelle d'Astier de la Vigerie   •     Author

        Oui, cela fait quarante ans… 9 millions d’enfants jetés à la poubelle. Étonnant que cela corresponde en gros au nombre d’immigrés musulmans non intégrables car haïssant les France et les Français (????)

        On jette nos enfants à la poubelle, Dieu les remplace par une population qui veut notre destruction ! Un hasard, ces chiffres ? Il y a des années que le Seigneur me parle sur ce jugement: nous sommes en train de perdre notre pays parce que nous avons assassinés nos enfants par millions. c’est conforme au Deut 18:10-14. Oui Dieu chasse les Français de leur pays car ils ont sacrifiés leurs enfants à Moloch.

        OUI, IL LES CHASSE ! ILS DEVIENNENT ESCLAVES DANS LEUR PROPRE PAYS, JUSTE BONS À ÊTRE MIS SOUS UNE DIMMITUDE ÉTATIQUE QUI LEUR PREND TOUT !

        QUI VEUT ENTENDRE ET COMPRENDRE ????

        Alors, la solution n’est vraiment pas politique, elle est spirituelle ….

        QUI VEUT ENTENDRE ET COMPRENDRE ????

        Pourquoi ce qui s’appelle l’Eglise n’est-elle pas dans les larmes de s’être tue depuis 40 ans face à cette montagne de meurtres, et qui se réveille groggy face au fléau de l’immigration incontrôlable, face aux attentats et face au fléau de la spoliation de son propre pays ?

        QUI VEUT ENTENDRE ET COMPRENDRE ????

        Dieu parle-t-il en vain ?

        Oui, c’est terrible: les Chrétiens se sont fabriqués un faux Dieu et ne comprennent même pas leur responsabilité d’être devenus complices de lois iniques et monstrueuses, au lieu de proclamer la vérité quitte à en perdre la vie…

        Cette Église va être jugée: L’ÉGLISE DE FRANCE VA DISPARAÎTRE; ELLE A DÉJÀ SPIRITUELLEMENT DISPARU, HAPPÉE PAR LE MONDE ET SE PROSTITUANT À L’IDOLE HUMANISME ET L’AUTRE IDOLE QUI VA DE PAIR: L’OECUMÉNISME PAPAL….

        OH ! Combien je souffre d’avoir souvent l’impression de sonner du shofar dans le désert.

  2. Emanuelle   •  

    J’ai travaillé dans une clinique en tant que secrétaire médicale, il y a quelques années de cela.

    J’étais affecté à 2 services celui de la fécondation in vitro et l’autre à moins de 5 mètres le service gynécologie sur le même palier où je prenais des rendez-vous pour des personnes qui voulaient avorter, le service ne vivait que par ça, en majorité.

    La clinique ne faisait son chiffre qu’avec le service ou j’étais affectée (pourtant, il y avait la chirurgie du cœur qui était sa spécialité mais son chiffre d’affaires était battu par celui de la gynécologie.

    Il y a avait très peu de femme pour l’accouchement à tel point que les médecins se réjouissaient à chaque fois qu’une femme venait pour une grossesse, car la salle d’attente était remplie de personnes attendant pour… un avortement.

    C’était déjà des jeunes filles accompagnées de leurs mères de très bon niveau social, pour la plupart et des adultes étrangers en situation précaire.

    Ce qui me faisait bizarre!

    C’est que d’un côté, il y avait des femmes prête a tout pour avoir un enfant et pleurant même parce que la FIV ne marchait pas systématiquement, ça faisait des années, des années que certaines essayaient, réessayaient encore et encore avec toutes la contrainte que cela demande et rien n’y faisait.

    On pouvait voir sur le mur de la salle des secrétaires le nombre de bébés nés en FIV qui a marché depuis la création de ce service et je vous assure qu’il n’y en avait pas beaucoup, c’était triste….

    De l’autre côté, des femmes accompagnées de leurs maris (quelque fois) qui demandaient que leurs enfant soit supprimé.

    L’ambiance dans ce service était oppressante, les médecins désagréables, on pouvait sentir le côté ténébreux de l’endroit, il n’y avait pas de paix, pas de lumière naturelle.

    Je me souviens d’un cas qui m’avait choqué ou l’homme était particulièrement méprisant à l’égard de ce petit être qui allait naître, à la question: « Pourquoi voulez-vous d’un rendez-vous ». Il me donna une réponse qui me fît ressentir la douleur jusqu’aux entrailles, j’ai même été aux toilettes pour pleurer, tellement que j’ai eu mal, j’avais la nausée, sans exagérer.

    Il faut savoir que l’état, la sécu paye pour ses avortements, ça fait marcher le business social et pour les familles en difficulté les plannings familiaux le recommandent.

    En tout cas sachez que je n’ai pas fait long feu dans ce service.

    Un jour sans comprendre pourquoi, je n’ai pas pu sortir de mon lit, j’étais en dépression, j’ai pleuré toute la journée sans vraiment nommer la raison de mon mal-être, les larmes coulaient, coulaient à flot sans s’arrêter, j’ai demandé pardon au Seigneur pour toutes ces personnes et pour moi aussi….

    Quand je suis revenue au travail, j’avais perdu le goût de ce métier, j’ai demandé à être affecté à un autre service le standard.

    Aujourd’hui, j’avoue que je n’avais pas pris conscience de la force néfaste de cet acte, je sais que c’est mal. C’est un sacrifice au dieu moloch qui donne plus de force aux satanistes
    .
    Mais aujourd’hui plus que jamais, je comprends mieux le signal d’alarme, le danger et j’admire cet homme pour son courage car une star de cinéma qui ose dire cela c’est rare!

    Mais bon! il n’y a rien d’étonnant quand on croit au Mashia’h! On est porté par les ailes de la vrai justice…

    Les femmes sont dans le déni parce que le discours de nos chers élus nous enseigne que l’avortement n’est pas mauvais en soi.

    Les femmes et les filles reçoivent la bénédiction de l’Etat Français qui les accompagne pour accomplir cet acte abominable, ce qui est étrange parce qu’en Allemagne c’est option est envisagée qu’en tout dernier recours.

    La république participe à la mort et pas à l’accueil de la vie…

  3. helene   •  

    L’ONU organise une journée mondiale de l’avortement le 28 septembre de cette année. Je viens de signer une pétition sur http://www.citizen.org/fr/lf/37036/ afin d’intervenir auprès de Mr Ban Ki-moon et que cette journée n’est pas lieu.

Laisser un commentaire