Cette nuit j’ai encore fait un songe très dur. J’étais face à  ce qui aurait du être une assemblée de milliers de personnes. De fait bien peu étaient debout et vivantes. Autour d’elles, il y avait un tel amas de cendres, sur une telle épaisseur, qu’on ne pouvait pratiquement pas bouger, ce qui expliquait aussi pourquoi il y avait si peu de monde dans un espace aussi vaste: on avait le plus grand mal à  y accéder et à  y avancer. Même les rares gens présents étaient couverts de cendres, et avaient une silhouette fantomatique.

J’ai demandé:

  • – Qu’est cela, Seigneur ?

  • – Ce sont les cendres des enfants assassinés par l’avortement.

Je me suis souvenue avoir lu récemment un chiffre effarant: 50 millions d’avortements dans le monde, par an. Des milliards d’enfants jetés au feu en quelques décennies !

Le Seigneur a continué:

– De grands jugements attendent ces nations qui ont favorisé ou même contraint à  l’avortement, parce qu’elles ne se sont pas repenties de leurs  crimes et qu’elles continuent. Même dans l’Eglise, la voix de ceux qui voudraient protester vigoureusement et tout faire pour faire abolir ces lois mortifères et abominables est  étouffée. Mais quand ces jugements seront  passées, J’aiderai certaines nations à  se relever, celles qui se repentiront. Et ce sera dans celles-ci que Je lèverai une nouvelle Église, la Mienne, celle des derniers temps, celle qui recevra Ma puissance et Mon feu, parce qu’elle marchera dans ma sainteté, mais aussi sans crainte pour annoncer ma Parole aux Nations. Je lui en donnerai les moyens, et une audace qui la stupéfiera elle-même.

Dans mon coeur, je savais que la France ferait partie de ces nations, qu’elle en serait peut-être même le leader. Mais quand le songe s’est achevé, tout ce que je voyais n’était que désolation: des silhouettes fantômatiques couvertes de cendres, pas les cendres d’un volcan, pas les cendres des fours crématoires, mais les cendres de milliards d’enfants assassinés en silence, et jetés au feu.