armee-sous-pluie-clair » Dis à  Mon peuple que Je prépare Mon armée et Je la positionne. C’est Moi qui place chacun à  la place où il doit être. Ne vous bousculez pas les uns les autres, ne vous pressez pas ! Marchez à  Mon commandement, au rythme de Ma voix. Je suis l’Eternel des armées, et Je sais quelle est la place qui convient à  chacun de vous ; où il sera efficace et servira à  l’accomplissement de Mes desseins.

 

Ne va pas faire ce que Je ne t’ai pas demandé, mais reste là  ou Je te positionne.

J’équipe, Je forme, J’arme, chacun selon sa place, selon l’appel que Je lui ai adressé. A chacun je donne une mesure d’onction selon le travail que Je lui demande.

Vous êtes Mon armée.

Ce que Je demande, c’est une consécration totale, un abandon total à  Ma volonté, pour que Je puisse me servir de vous pour Ma gloire et Mes desseins éternels.

De la même manière que je qualifie certains, j’en disqualifie d’autres.

Respect envers Ma Parole, obéissance à  Ma Parole. Je suis un Dieu saint et exigeant. Je ne saurais me contenter d’une partie de vos vies, Je ne saurais me contenter de la part que vous daignez m’offrir. C’est vos vies, en entier, que Je demande ; car Je me suis donné entièrement pour vous.  » [Fin du message]

Je mets ces passages de Joël qui me viennent à  l’esprit :

 » …Voici un peuple nombreux et puissant, Tel qu’il n’y en a jamais eu, Et qu’il n’y en aura jamais dans la suite des âges.

Devant lui est un feu dévorant, Et derrière lui une flamme brûlante ; Le pays était auparavant comme un jardin d’Éden, Et depuis, c’est un désert affreux : Rien ne lui échappe.

A les voir, on dirait des chevaux, Et ils courent comme des cavaliers.

A les entendre, on dirait un bruit de chars Sur le sommet des montagnes où ils bondissent, On dirait un pétillement de la flamme du feu, Quand elle consume le chaume. C’EST COMME UNE ARMEE PUISSANTE QUI SE PREPARE AU COMBAT.

Devant eux les peuples tremblent, Tous les visages pâlissent.

Ils s’élancent comme des guerriers, Ils escaladent les murs comme des gens de guerre ; Chacun va son chemin, Sans s’écarter de sa route.

Ils ne pressent point les uns les autres, Chacun garde son rang ; Ils se précipitent au travers des traits Sans arrêter leur marche.

Ils se répandent dans la ville, Courent sur les murailles, Montent sur les maisons, Entrent par les fenêtres comme un voleur.

Devant eux la terre tremble, Les cieux sont ébranlés, Le soleil et la lune s’obscurcissent, Et les étoiles retirent leur éclat.

L’Éternel fait entendre sa voix devant son armée ; Car son camp est immense, Et l’exécuteur de sa parole est puissant ; Car le jour de l’Éternel est grand, il est terrible : Qui pourra le soutenir ?  » (Joël 2 :2-11)