Après deux jours de bombardements sur Israël, Le Monde nie aux juifs le droit de se défendre – Par Jean-Patrick Grumberg

Depuis deux jours, les terroristes palestiniens du Hamas et du Jihad islamique tirent des missiles sur les civils israéliens. Près de 750.

 

750 roquettes et missiles tirés depuis Gaza sur des civils, ce sont 750 attentats terroristes. Qui reçoit une pluie de critiques des médias ? Les agresseurs ? Non, ce sont les juifs. Ils sont condamnés un peu partout dans les médias parce qu’ils revendiquent un droit que le monde n’est toujours pas accoutumé à voir les juifs employer : celui de riposter et se défendre.

Vidéo intégréeCibler intentionnellement des civils lors d’un affrontement armé, cela s’appelle un crime de guerre, et dans certains cas, un crime contre l’humanité.

Pas pour les médias, lorsque les victimes sont juives. Pas lorsque les citoyens innocents attaqués sont juifs.Les médias sont très évasifs sur les 5 juifs morts et les plus de 130 civils israéliens blessés. Sans doute qu’en dessous de 6 millions, ils ne les voient pas. C’est tout juste s’ils en parlent. Peut-être les honoreront-ils dans soixante-dix ans ? Pour aujourd’hui, seules les victimes palestiniennes comptent. Pauvres agresseurs-victimes…

Mais les terroristes palestiniens ont commis un second crime de guerre.

Ils utilisent leur propre population comme boucliers humains. Ils tirent leurs missiles depuis les cours des écoles, les hôpitaux, les maisons d’habitation, et même le minaret d’une mosquée.

Comme la fin justifie les moyens, et tuer des juifs pour « la résistance », c’est obligatoirement noble – entre deux visites dans un hôpital de Tel Aviv – les médias ne diront rien non plus.

Les pro-palestiniens encore moins, et c’est à se demander quelle est la nature exacte de leur amour immodéré et de leur soutien sans faille pour le « peuple palestinien » élu.

Dans le Monde, le journaliste Piot Smolar ne parle que de la misère de ces pauvres agresseurs palestiniens. Les juifs, comme le veut la tradition du quotidien du soir, n’ont ni le droit de se plaindre, ni de se défendre.

«Au fond, personne ne prétend changer les termes de l’équation qui condamne deux millions de Gazaouis à vivre sanglés dans la détresse et le dénuement. » @piosmo

Ne demandez pas à Smolar qui, du Hamas dont les dirigeants corrompus se remplissent les poches, roulent en Mercedes, voyagent en jet privé, se font construire des palaces sur le littéral, ou d’Israël qui s’est retiré de Gaza en 2005, et laisse entrer plus de 250 camions par jour à Gaza, condamne les Gazaouis à vivre dans cette détresse.

Comme le veut la tradition du Monde, les terroristes du Hamas et du Jihad islamique ne sont pas des terroristes mais des « factions armées ». Pardonnez cette inévitable vulgarité de l’instant, cela leur arrache la gueule, au Monde, de nommer « terroriste » des terroristes ? Des organisations internationalement reconnues comme terroristes ?

Au bord du précipice, les factions armées de Gaza et Israël concluent un cessez-le-feu fragile Le Monde

Comme le veut la tradition islamophile du Monde, les Israéliens, qui disais-je, n’ont pas le droit de se défendre, devraient, doivent, se soumettre. Le Monde n’hésite pas à expliquer que les juifs sont responsables de l’antisémitisme dont ils sont victimes. Je ne vais pas feindre d’être surpris : j’entends cela depuis mon enfance. Mais du quotidien de référence de l’humanisme ?

Si Nétanyahou, toujours engagé dans les négociations en vue de former une nouvelle coalition avec l’extrême droite et les partis ultraorthodoxes, ne consent pas des gestes clairs pour Gaza et sa population en détresse, les affrontements de ce week-end reprendront. @piosmo

Le Monde est allé jusqu’à accuser Israël d’avoir tué un bébé palestinien de 14 mois et sa maman enceinte, alors qu’ils ont succombé sous les armes du Hamas !

Combien de temps avant que Le Monde ne publie des dessins antisémites, comme la semaine dernière le New-York Times, référence du journalisme ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

 

  1 Comment

  1. Patrice   •  

    Daniel Pipes expose ses trois grandes inquiétudes concernant l’ »accord du siècle » de Trump et conclut :

    « Bref, le plan annoncé répète les erreurs de la diplomatie israélo-palestinienne traditionnelle en demandant trop peu aux Arabes et trop aux Israéliens. Je pense qu’à l’instar des projets élaborés par Clinton, George W. Bush et Obama, le plan de Trump sera un échec.
    C’est pourquoi les Américains qui s’inquiètent à propos d’Israël, de l’Iran et de l’islamisme doivent se préparer au dévoilement imminent de ce qui pourrait s’avérer être un plan problématique. Certes jusqu’à présent, Trump a été « le président le plus pro-israélien de tous » mais, comme nous le rappelle la Bible, il ne faut pas « mettre sa confiance dans les princes ».

    Daniel Pipes
    https://lphinfo.com/en-prevision-de-laccord-du-siecle-de-trump-par-daniel-pipes/

Laisser un commentaire