Iran : la France complice d’un régime criminel, antisémite, anti-israélien et génocidaire Par Guy Millière

Source : http://www.menapress.org

 Les articles suintant la soumission devant le régime des mollahs abondent dans la presse française, et ceux décrivant de manière un peu plus honnête et un peu plus scrupuleuse la réalité du susdit régime sont rares et souvent pas du tout exhaustifs.

Depuis que les Etats-Unis de Donald Trump ont décidé de sortir de l’accord frelaté sur le nucléaire iranien signé en juillet 2015 par Barack Obama, les articles dénotant la sujétion s’étaient faits plus fébriles et plus obséquieux, plus antiaméricains aussi. Depuis que les sanctions américaines se sont accentuées et ont rendu quasiment impossible la vente de pétrole par la dictature chiite, ils sont devenus extraordinairement antiaméricains.

 

Je pourrais assembler ici les citations ineptes, monstrueuses et mensongères qui jonchent ces écrits. Je préférerai cependant me centrer sur les propos inhérents à un seul des articles en question, parce qu’il émane d’un diplomate français, ancien ambassadeur à Téhéran. Cet article incarne la quintessence de la soumission veule telle qu’elle se pratique au Quai d’Orsay et indique la direction du vent dans la diplomatie française.

 

L’ambassadeur en question s’appelle François Nicoullaud. Son article est paru dans Le Figaro et s’intitule “Avec l’Iran, Trump joue un rôle (trop) dangereux”. Le titre en lui-même est intéressant en ce qu’il dénonce un danger que l’auteur impute à Donald Trump, et pas du tout à l’autocratie sanglante des maîtres de Téhéran, et en ce qu’il désigne insidieusement un Donald Trump qui ne prend pas vraiment de décisions mais qui “joue un rôle”. La suite du texte est plus intéressante encore.

 

Nicoullaud y accuse les Etats-Unis de Donald Trump de vouloir obtenir que l’Iran “cède à toutes leurs exigences” : celles “touchant au nucléaire, à la balistique, aux droits de l’Homme et au rôle de l’Iran dans sa région”. Prenant ouvertement le parti des ayatollahs, Nicoullaud affirme ainsi que tout faire pour que la junte cléricale chiite n’accède pas à l’arme atomique, qu’elle respecte les droits de l’Homme et cesse de déstabiliser la région en soutenant divers groupes islamo-terroristes (Hezbollah, Hamas, Djihad Islamique, milices houthies) est inadmissible. Le positionnement de l’ex-diplomate sur ces trois points, aligné sur l’une des deux dictatures les plus obscures de la Planète avec la Corée du Nord contre le principal allié traditionnel de la France, confine à la forfaiture à moins que cela ne soit carrément un signe d’aliénation.

 

(Macron et Rohani échangeant de larges sourires amicaux)

Ni les menaces des ayatollahs d’éradiquer les Israéliens, ni l’ombre de leurs potences n’ont jamais dérangé la France

Se faisant résolument le porte-voix de la théocratie persane, au point de s’exprimer à sa place, il note plus loin : “pas question de négocier avec une Amérique qui a trahi sa parole”. (Ce n’est, bien sûr, aux yeux de Nicoullaud, pas le régime des mollahs qui a trahi sa parole en traitant ses interlocuteurs comme des idiots utiles). Et il ajoute de manière grotesque que les mollahs pourraient parler avec les Etats-Unis de Donald Trump si ces derniers… s’excusaient. On ne manque décidément pas d’air au Quai d’Orsay.

 

Suit une liste d’imprécations contre les Etats-Unis de Donald Trump, accusés d’avoir pris une série de décisions inadmissibles parmi lesquelles l’inscription des Pasdaran sur la liste des organisations terroristes par le Département d’Etat. Nicoullaud se garde évidemment de dire que les Pasdaran sont les Gardiens de la Révolution khomeyniste et se garde aussi de décrire ce qui en fait effectivement, au-delà de tout doute sensé, une organisation terroriste.

 

Suit aussi un discours affirmant que la « République » Islamique respectait l’accord de juillet 2015 et que John Bolton (décrit comme “outrancier” et “brutal” à la différence d’Hassan Rouhani, que Nicoullaud couvre d’éloges) veut pousser les théocrates à la faute. Suit enfin une phrase de compassion pour les Iraniens censés souffrir en raison des Etats-Unis de Donald Trump, mais pas du tout du fait d’un régime odieux et assassin.

 

Le lecteur a ensuite droit à l’évocation des moyens à la disposition des mollahs pour contourner les sanctions américaines – système de troc, réduction de la traçabilité des tankers iraniens par la coupure de leurs liaisons satellitaires, par le transfert discret de leur cargaison sur des navires d’autres nationalités ou dans des installations portuaires non surveillées, et par maquillage des documents d’accompagnement. Il ne manque que des conseils d’allié pour couler les navires de l’US Navy !

 

Pas un seul mot ne dépeint les souffrances réelles des Iraniens causées par la dictature chiite, les conséquences mortifères du soutien qu’elle apporte aux groupes islamo-terroristes cités plus haut, l’obsession antisémite délirante, anti-israélienne et génocidaire qui imprègne les discours du réel maitre du pouvoir, Ali Khamenei, dont le nom est absent d’un bout à l’autre du texte.

 

Faute d’en parler, faute de le condamner, Nicoullaud endosse ni plus ni moins cet appel permanent du Guide suprême et de ses complices à génocider les Israéliens. Il y a même à Téhéran une horloge électronique qui mesure le temps restant avant que cette éradication ne se concrétise. Mais il n’y a visiblement dans cette posture pas de quoi faire dévier l’ancien ambassadeur de France de ses convictions.

 

Téhéran : 8 411 jours avant la destruction d’Israël

 

Odieux. Répugnant. Digne du Quai d’Orsay. Digne de l’essentiel de ce qui se publie sur le sujet en France. Hélas.

 

Je n’ai toutefois pas entendu un seul dirigeant politique français tenir un discours se démarquant de ce qu’écrit ce Nicoullaud. La France se fait complice d’un régime criminel, antisémite, anti-israélien, génocidaire. Ce n’est pas glorieux.

 

  • Cette diffusion est destinée aux professionnels de l’information aussi bien qu’aux personnes privées.

    Toute reproduction entière ou partielle de cet article est strictement soumise à la détention d’un contrat ad hoc valide selon les conditions générales de la Metula News Agency.

 

Laisser un commentaire