Dieu est-il partial ? Par Paul Calzada

“L’Eternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande ; mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande” (Genèse 4.4/5). 

Dans ce passage, il est essentiel de noter que Dieu a porté, premièrement, son regard sur les personnes et ensuite sur leur offrande. Cela signifie que Dieu a d’abord considéré le cœur de ces deux personnes. Il a sondé quelles étaient leurs motivations, quel était l’état de leur cœur.

Avant de regarder à ce que nous faisons, Dieu regarde pourquoi, pour qui, pour quels motifs nous le faisons. Dieu voit si nos œuvres sont des œuvres qui découlent de la grâce qui agit dans nos vies, ou si elles découlent d’efforts personnels, d’observances légalistes et religieuses.

Qu’est-ce que Dieu a trouvé dans le cœur de Caïn ? Il a trouvé un esprit légaliste. Il a vu que Caïn offrait le produit de son labeur, de son travail, de ses œuvres. Il a vu que le cœur de Caïn était facilement irritable, que Caïn était susceptible. La suite du texte nous montre que le cœur de Caïn n’était pas sensible aux avertissements de Dieu (v.7).

Les efforts du légaliste ne peuvent lui procurer la paix : Il a beau ajouter précepte sur précepte, loi sur loi, règle sur règle, il demeure frustré et insatisfait. Le légaliste pense qu’avec tout ce qu’il a fait, ou donné, Dieu devrait être content.

Qu’est-ce que Dieu a trouvé dans le cœur d’Abel ? Il a trouvé un homme qui a saisi la dimension de la grâce, et qui a honoré Dieu en croyant en cette grâce. “C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn ; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes” (Hébreux 11.4).

De quelle foi est-il question? De celle mentionnée dans l’épître aux Ephésiens : “Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu” (Ephésiens 2.8). En offrant des agneaux du troupeau, Abel posait un acte prophétique, mais également rappelait de quelle manière Dieu avait revêtu ses parents avec des habits de peau. Il était conscient que l’offrande n’avait de sens que si elle soulignait ce que Dieu avait fait.

Une remarque pour ce jour : 
Dieu n’aime pas le légalisme mais il aime le légaliste. Voilà pourquoi il parle à Caïn pour qu’il sorte de son légalisme. Dieu a parlé à Caïn. Le fait que Dieu lui ait parlé nous montre que Dieu souhaite que nous sortions d’un comportement légaliste. Dieu nous aime, et veut nous faire entendre que seule la grâce peut nous sauver. 

Paul Calzada


MAV : Je vais peut-être ajouter mon grain de sel à cet excellent article. Paul Calzada dit: Dieu n’aime pas le légalisme mais il aime le légaliste. Pourtant, Dieu a lourdement sanctionné Caïn, après ne pas lui avoir jeté un coup d’oeil clément et aimant. Non Dieu n’aime pas les légalistes, car ce sont des méchants, toujours prêts à bombarder les autres de sentences moralisantes pour se placer au-dessus d’eux.

Psaumes 11 : 5 L’Eternel sonde le juste; Il hait le méchant et celui qui se plaît à la violence.

Job 27:  13 Voici la part que Dieu réserve au méchant, .. 22 Dieu lance sans pitié des traits contre lui, Et le méchant voudrait fuir pour les éviter.

Dieu n’est pas « partial », mais Il est juste. Le légaliste est TOUJOURS quelqu’un qui pense pouvoir ACHETER la grâce de Dieu par ses propres oeuvres, qui sera toujours jaloux de ceux qui la reçoivent « sans mérite » (mais dans l’humilité et par la foi), au point qu’ils en deviennent des tueurs. Non, Dieu ne les aime pas. Même s’Il  leur donne toujours une chance de se repentir (on le voit juste après «  Qu’as-tu fait de ton frère ? »), Il les a en horreur.

Le mot « favorable » n’est pas dans le texte hébreu en Genèse 4. Cela signifie que Dieu n’a même pas regardé Caïn, dont Il connaissait déjà le coeur mauvais, orgueilleux et envieux. Et encore moins son offrande relgieuse.

ps 51: 19 Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé : O Dieu ! tu ne dédaignes Pas un coeur brisé et contrit.

Laisser un commentaire