C’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat ! Par Werner Munter

Spécialiste reconnu des avalanches, le Suisse Werner Munter planche nuit et jour depuis trois ans sur le réchauffement climatique. Et, pour lui, l’homme n’y est pour rien… Son diagnostic climatosceptique, loin d’être celui d’un hurluberlu, est partagé par d’éminents scientifiques dont deux Prix Nobel. Il nous l’explique.

Interview:

Vous affirmez que l’homme n’a rien à voir avec le réchauffement. Pourquoi ?

Précisons tout d’abord que je ne conteste pas le réchauffement lui-même. Je l’ai d’ailleurs constaté en tant que guide de montagne en voyant les glaciers reculer. Celui qui nous fait face par exemple a perdu 100 m depuis que j’ai acheté cet appartement en 1989. En 2005, le pilier Bonatti des Drus s’est effondré à cause du réchauffement du permafrost. Ce que je remets en cause, ce sont les causes de ce réchauffement. Elles n’ont rien à voir avec l’homme ou avec le CO2 comme on nous le serine. Je suis arrivé à cette conclusion pour trois raisons.

Quelles sont ces raisons ?

La première, c’est tout simplement l’analyse des données climatiques reconstituées sur des millions d’années. Rien que dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons. Ces optima correspondent à des cycles naturels. Au Moyen Age, il était par exemple possible d’aller en vallée d’Aoste depuis Arolla avec les troupeaux car le glacier n’existait plus. Lors des deux premiers optima, le Sahara était une savane avec des lacs, des arbres et des éléphants. Avant cela, pendant des centaines de milliers d’années, il a fait plus chaud qu’aujourd’hui. Et parfois jusqu’à 7 degrés plus chaud ! Or le GIEC se concentre sur les 150 dernières années. Autant dire qu’il regarde autour de son nombril. Les reconstructions paléoclimatiques montrent aussi que, pendant des centaines de millions d’années, il n’y a pas eu de corrélations entre le CO2 dans l’atmosphère et la température sur terre.

Votre second argument ?

La concentration de CO2 – qui est soit dit en passant un gaz vital et non pas un poison – dans l’atmosphère est négligeable. Il y en a un peu moins de 0,5‰ dans l’atmosphère, et au maximum 5% de cette quantité est imputable à l’homme. Pour un million de molécules d’air, il y a seulement 20 molécules de CO2 produites par l’homme. Et chaque année, notre industrialisation rajoute 4 molécules de CO2 pour chaque million de molécules d’air, mais la moitié est absorbée par les océans et les plantes. Et on veut nous faire croire que cette infime proportion due à l’homme est une catastrophe ? J’ai beaucoup de peine à le croire (rires).

Pourquoi dès lors la thèse officielle fait quasi consensus ? Vos collègues scientifiques ne sont pas des imbéciles !

Ces théories visent à nous culpabiliser. Quand des scientifiques comme ceux du GIEC disent qu’ils veulent sauver la planète, je dis qu’ils ne sont pas crédibles. Ils mentent pour préserver des intérêts économiques dont les leurs. Car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement. Il y a une volonté de faire peur aux gens par exemple en dramatisant la montée des océans, alors que ceux-ci ne s’élèvent que de 2 à 3 mm par an ! C’est aussi une manipulation intellectuelle de parler de CO2 en tonnes plutôt qu’en proportion. Des tonnes, ça impressionne, mais rappelons que l’atmosphère pèse 5 000 000 000 000 000 tonnes ! (cinq millions de milliards de tonnes!)

Votre dernier argument est que la thèse officielle contredit les lois de la physique. C ’est-à-dire ?

Celle de la thermodynamique en particulier. Pour faire simple : la terre fait 15° en moyenne. L’atmosphère censément polluée de CO2 est grosso modo à -30° à 10 km d’altitude.

Qu’elle réchauffe la Terre qui est bien plus chaude qu’elle est une aberration. La thermodynamique nous dit que la chaleur va toujours vers le froid et jamais dans le sens inverse, ce que correspond à notre expérience quotidienne.

Alors au final, comment expliquez-vous ce fichu réchauffement ?

Je n’ai pas de réponse car trop de facteurs entrent en jeu. Par contre, j’ai des hypothèses. Je soupçonne par exemple les variations de l’intensité du rayonnement solaire – qui répondent à des cycles – de jouer un rôle central, tout comme les processus nucléaires complexes et méconnus qui sont à l’œuvre au centre de notre Terre. Quoi qu’il en soit, c’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat. La nature est bien plus forte que l’homme, nous ne sommes pas les maîtres de la Terre !

Et si le réchauffement climatique n’était que le prétexte à la création de nouvelles taxes ? Et si le fait que la Sibérie devienne cultivable n’était pas une catastrophe ? Et si ceux-là même qui sont incapables de prévoir la météo à plus de 5 jours et qui prétendent savoir le temps qu’il fera dans 50 ans, nous prenaient pour des cons ? Et si la sagesse consistait à dire qu’on n’en sait rien …. Et si on commençait à raisonner par nous-mêmes au lieu de gober tout ce qu’on veut nous imposer ? (dans « imposer », il y a « impôt » !)

 

Transmis par Bernard Groff

 

  8Comments

  1. Stigmamax   •  

    Ça fait des années que je me tue à le répéter. L’homme n’est pour rien dans ce réchauffement. Mais il y a de grosses raisons économiques derrière !

  2. Guillaume   •  

    Je suis tout à fait d’accord avec cet article. Cet histoire de réchauffement climatique telle qu’elle est présentée au public par les médias n’est qu’une fumisterie. Au courant des derniers millénaires, il y a eu plusieurs de chagements climatiques sans que l’industrie produise du gaz carbonique. D’ailleurs dans la Bible nous voyons qu’à l’époque de Samson, de David, de Saül et d’Elisée, il y avait un climat différent de celui que l’on connait actuellement (Jug 14, 1-9; 1 Sam 17, 34; 2 R. 2, 24). Or, à ma connaissance parmi les animaux sauvages en Israël, il n’y a ni d’ours ni de lions, sauf peut-être dans des zoos.

  3. Ezechiel16   •  

    On ne peut pas nier que l’énergie mise à expliquer le réchauffement climatique sert à relancer la machine économique. En culpabilisant nos contemporains pour qu’ils rachètent du ‘vert’ : une voiture verte , une maison verte, etc…
    En fait de vert il s’agit plus sûrement de la couleur des dollars que ce marché représente.

    Il y a une grosse mascarade : une voiture, électrique ou non, ne sera jamais ‘verte’, à part peut-être sa carrosserie !
    Un journal, il y a déjà longtemps, a démontré que si on prend en compte la fabrication, le cycle de vie et le recyclage, un Range Rover v8 est plus ‘vert’ qu’une Toyota hybride car les batteries sont une abomination écologique impossible à recycler. Sans parler de l’uranium qu’il faut bien extraire, au Niger par exemple, ce qui explique peut-être notre présence dans le secteur, mais je m’égare.
    Bref…

    Petite anecdote : il y a quelques années, une soeur me dit à la sortie du culte « Ce beau temps, c’est une bénédiction ». En effet, il faisait 20°, au lieu des 6-8 habituels, alors qu’on était seulement début mars.

    Mais j’ai ressenti un petit malaise. J’en ai parlé au Seigneur et je suis tombé sur le passage suivant dans Jérémie 5 :

    23 » Ce peuple a un cœur rebelle et désobéissant. Ils se détournent et s’en vont.
    24 Ils ne se disent pas : ‘Respectons l’Eternel, notre Dieu, qui donne la pluie au moment voulu, les premières et les dernières pluies, et qui nous maintient l’ordre des semaines en vue de la moisson.’
    25 » Ce sont vos fautes qui ont déréglé cet ordre, ce sont vos péchés qui vous privent de ces biens.

    Le texte dit que ce sont les péchés des hommes qui dérèglent l’ordre du climat !

    Ceci viendrait confirmer les dires de ce scientifique : le dérèglement climatique n’a rien de nouveau puisque déjà au moment du premier temple Jérémie l’annonçait.

  4. Ezechiel16   •  

    Mais on ne peut pas nier que la quête effrénée de ressources pour alimenter notre soif de toujours plus est un grand péché.

    6 Mais tous feront de lui un sujet de proverbes, de moqueries et d’énigmes. On dira : « Malheur à celui qui accumule ce qui n’est pas à lui ! Jusqu’à quand ? Malheur à celui qui augmente le fardeau de ses dettes. »
    7 Tes créanciers ne vont-ils pas se lever tout à coup ? Tes oppresseurs ne vont-ils pas se réveiller ? Tu deviendras leur proie.
    8 Puisque tu as pillé beaucoup de nations, tout le reste des peuples te pillera. En effet, tu as versé le sang des hommes, tu as commis des violences dans le pays contre la ville et tous ses habitants.
    9 Malheur à celui qui amasse pour sa maison des gains malhonnêtes afin de placer son nid sur les hauteurs, pour se garantir de l’atteinte du malheur !
    10 C’est la honte de ta maison que tu as décidée en détruisant des peuples nombreux, et c’est contre toi-même que tu as péché.

  5. Ezechiel16   •  

    Daniel avait vu que le dernier royaume qui se lèverait sur la terre serait différent des autres, et qu’il aurait de grandes dents de fer. J’y ai toujours vu une image des énormes pelleteuses qui extraient les matières premières :

    Daniel 7.7 :Après cela, j’ai vu dans mes visions nocturnes une quatrième bête, redoutable, terrible et extraordinairement puissante. Elle avait de grandes dents en fer. Elle mangeait, brisait et piétinait ce qui restait. Elle était différente de toutes les bêtes précédentes et avait dix cornes.

  6. Rondoudou   •  

    Quand on lit les rapports, on voit que croire qu’on y est pour rien est absurde, bien au contraire !
    Car nous avons appris que la Terre connait des fluctuations climatiques, alors OUI le climat change pour diverses raisons, entre autre l’axe de la planète qui bouge (et oui le pôle nord n’a pas toujours été celui que l’on connait aujourd’hui), néanmoins il est indubitable que l’activité humaine accentue ce changement.
    C’est bien beau de dire que le CO² est vital pour la vie sur Terre, encore faut-il dire aussi qu’une telle concentration qui n’a rien de naturelle, est aussi nocive à l’écosystème.

    Alors oui nous ne sommes pas à l’origine des changements climatiques, mais Nous sommes responsables de son intensité sur bien des points.
    On récolte ce que l’on sème. Je n’oublie pas une chose, l’Homme possède UN Pouvoir dans lequel il excelle : détruire.

    • Michelle d'Astier de la Vigerie   •     Author

      Le problème est sans doute qu’on nous met dans un gigantesque mensonge (c’est un argument pour mettre le monde plus sous contrôle et dans plus d’impôts); Le réchauffement climatique « humain » n’est sans toute que pour un millionième du phénomène « naturel » (c’est Dieu qui fait le climat et qui prépare des jugemesents: tornades, tsunamis, etc..)). Evidemment si tu vas dans les villes saturées de CO2, la folie de l’homme est palpable et d’ailleurs se voit à l’oeil nu quand on arrive en avion sur les capitales !

  7. Ezechiel16   •  

    Oui d’ailleurs, et pour contre-balancer ce que je dis plus haut, il existe un phénomène qui vient d’être découvert : l’assombrissement global ( vous trouverez une vidéo d’Arte sur le net)

    Un chercheur a montré l’influence des trainées d’avion et des particules en suspension dans l’atmosphère sur le climat.
    Par exemple, il a mesuré que au suite au 11 septembre 2001, les avions étant cloués au sol pendant 3 jours, l’écart entre les mini et maxi sur une journée a bondi de 1 degré, du jamais vu jusque-là.
    J’aime bien ce qu’a dit un journaliste l’autre jour, que pour le climat 1 degré en plus ou en moins, c’est pas un peu de confort en plus ou en moins, la terre étant un ‘organisme vivant’ il faut le voir comme pour nous quand on a 38 ou 36, qu’un degré en plus, c’est 1 degré de fièvre !

    Pour revenir à l’assombrissement global, il l’a mesuré à environ 15-16 % en Europe et jusqu’à 30 % ailleurs, en Russie notamment.
    Ca nous rappelle quelques versets d’Apocalypse qui disent que le soleil et les étoiles perdraient 1/3 de leur clarté…

Laisser un commentaire