La ligne de séparation, par Michelle d’Astier de la Vigerie

En l’an 2000, je reçus une vision : le Seigneur Jésus traçait au sol une ligne, et je l’entendis dire :

‘’Je mets une ligne de séparation au milieu de mon peuple. Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore.« 

(Apocalypse 22:11)

Depuis, j’ai vu ces paroles se réaliser à une vitesse accélérée….

Un abîme se creuse entre les chrétiens qui ont fait de Jésus un copain grâce à qui, tout ou presque, est permis puisque tout est pardonné d’avance, et ceux qui ont une sainte crainte de Dieu.

Ceux-là ont soif et faim de la Parole de Dieu pour la mettre en pratique. Ils savent quelles bénédictions et quelles promesses, surtout pour les temps de la fin, sont attachées à l’obéissance à la Parole de Dieu, et de quelles débâcles spirituelles ils vont être gardés « à l’heure de la tentation qui vient sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre » (Apoc 3 :10)

Cette « tentation » vient D’ABORD, sur l’Eglise, car le jugement commence par la Maison de Dieu. C’est l’heure de la séparation entre brebis et boucs, entre vrais et faux frères, entre vrais serviteurs et faux serviteurs. Cette séparation ne se fait pas brutalement, mais en douceur, car notre Père des lumières est invariable (parce que tout ce qu’Il fait est parfait !).

Dieu a toujours agi avec son peuple en lui donnant, en priorité, l’occasion de se repentir, pour être pardonné et sauvé.

Ainsi a-t-il agi durant l’Exode, ainsi a-t-il agi durant tous les temps, et ainsi Il agira dans les derniers temps. C’est-à-dire maintenant !

Lisons Deutéronome 8 : 2,- 3 :

Souviens-toi de tout le chemin que l’Eternel, ton Dieu, t’a fait faire pendant ces quarante années dans le désert, afin de t’humilier et de t’éprouver, pour savoir quelles étaient les dispositions de ton cœur et si tu garderais ou non ses commandements.

Il t’a humilié, il t’a fait souffrir de la faim, et il t’a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas et que n’avaient pas connue tes pères, afin de t’apprendre que l’homme ne vit pas de pain seulement, mais que l’homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l’Eternel.

Dieu prend-Il plaisir à nous éprouver, à nous humilier, à nous faire souffrir de la faim ?

Certes non !

Ne connaît-Il pas les dispositions les mieux enfouies de notre cœur ?

Bien sûr que si !

Hébreux 4 :13 nous dit même que « tout est à nu et à découvert aux yeux de Celui à qui nous devons rendre des comptes. »

C’est nous qui nous dupons nous-mêmes sur la majorité des motivations secrètes de nos actes ! Nous leur attribuons souvent des motifs nobles et altruistes, alors que la plupart d’entre eux sont guidés par des motifs égoïstes, et parfois sordides…

Dieu nous aime trop pour laisser ses enfants dans ces illusions mensongères qui attireront sur eux Ses jugements !

Certaines épreuves voulues par Dieu ont donc un double but : nous montrer tels que nous sommes en vérité, afin que nous puissions nous repentir et être lavés par le sang de l’Agneau Immolé de tous ces péchés et tendances qui, dans des périodes de facilité, n’auraient pas émergé pour nous confronter aux recoins secrets de notre (mauvais!) coeur.

C’est face aux épreuves de la faim, de la soif, que les Hébreux ont été mis en face de leur esprit de murmures, d’insatisfaction, de revendication, de rébellion contre les autorités (en l’occurrence Moïse et Aaron), mais aussi de leurs envies charnelles (les cailles, les cornichons, etc. Nb 11), associées au mépris de la nourriture que Dieu leur fournissait chaque jour (Nb 11 :6).

Mais il y a eu beaucoup plus grave : le péché d’INCREDULITE, qui a abouti à son corollaire quasi inexorable : l’idolâtrie.

C’est ce qui s’est passé durant l’épisode du veau d’or. En l’absence de Moïse, et face à l’épreuve, leur foi dans le vrai Dieu étant vacillante, ils se sont tournés vers les dieux égyptiens auxquels ils avaient pris l’habitude de s’adresser depuis quatre siècles et cela a valu à des milliers d’entre eux de périr.

Dieu n’a pas changé. Il est écrit que les incrédules n’hériteront pas du Royaume de Dieu. La majorité des chrétiens d’aujourd’hui, si on les interroge, diront immédiatement que les incrédules, ce sont les athées. OUI, les athées sont des incrédules qui seront condamnés d’office (à moins qu’ils ne se repentent !), s’ils ont entendu l’évangile et s’ils l’ont rejeté :

Marc 16 : 15 Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.

Mais c’est aux DISCIPLES, tout d’abord, qu’il a reproché leur incrédulité :

Marc 16 : 14 ¶ Enfin, il apparut aux onze, pendant qu’ils étaient à table; et il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité.

Il s’agit pourtant de disciples qui le suivent depuis plus de trois ans, qui ont tout quitté pour Lui, qui ont guéri des malades, chassé des démons, assisté à des milliers de miracles…

DONC, C’ÉTAIENT DES CROYANTS, plus que des croyants, DES DISCIPLES, et même DES APÔTRES !

Mais aux yeux du Seigneur, ils n’en étaient pas moins des INCRÉDULES, parce qu’ils n’avaient cru qu’en partie.

Leurs forteresses de raisonnements les avaient empêché de croire à l’essentiel : à ce que Jésus leur avait pourtant annoncé à plusieurs reprises auparavant, à savoir qu’il devrait être mis à mort et qu’Il ressusciterait au troisième jour.

Même les femmes qui n’avaient pas entendu cette annonce de la bouche même de Jésus avaient eu plus de foi, et c’est une femme qui a annoncé la plus grande et merveilleuse nouvelle de tous les temps :

« IL EST VIVANT ! Il EST RESSUSCITÉ DES MORTS»

Mais la Parole dit en Luc 24 :11

« qu’ils tinrent ces discours pour des rêveries et ils ne crurent pas ces femmes »

Les temps n’ont guère changé ! Les vrais croyants sont souvent parmi les humbles, parmi ceux qui ne comptent pas dans le système ecclésial, parmi les femmes, les petits, les sans nom, alors que bien des leaders (pas tous, heureusement !!!) croient davantage dans le système qui les promeut que dans l’intégralité de la Parole de Dieu, et cela se voit à leur manière même de fonctionner, qui relève bien davantage de l’attitude de Diotrèphe (Jn 3), ou des mercenaires dont parle Jean 10, que de celle des responsables de l’Église dans les Actes.

Ils n’ont plus aucune crainte de Dieu, et ils communiquent cette non crainte de Dieu à ceux qu’ils enseignent, avec l’approbation de ces derniers (2Tim 4:3, 4). C’est un des plus grands signes de l’apostasie actuelle.

Non seulement, parmi ceux qui se disent chrétiens, il y a beaucoup d’incrédules, QUI NE CROIENT QU’UNE PARTIE DE LA PAROLE DE DIEU,

mais l’incrédulité s’accroît :

Jésus a dit :

« Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-Il encore la foi sur terre ? » (Lu 17 :8b)

En quoi bien des chrétiens sont-ils incrédules ?

Ils ne croient pas ce que dit la Bible quand cela ne les arrange pas d’y croire !

C’est vrai du côté des responsables, leaders et prédicateurs: beaucoup isolent systématiquement des versets pour justifier une manière de fonctionner qui n’a rien de biblique.

Côté chrétiens « de base », un nombre chaque jour plus grand picore dans la Parole de Dieu ce qui lui convient. Beaucoup sélectionnent soigneusement dans la Bible les versets qui flattent leur ego ou leurs désirs secrets et qu’ils répéteront autour d’eux en s’exclament : « Dieu m’a donné ce verset », ou « Dieu m’a dit »… alors que Dieu ne leur a pas parlé.

Devant toute épreuve, ils vont pratiquer l’esquive, soit en évitant vraiment l’épreuve, soit en parlant d’attaque du diable pour ne pas avoir à écouter ce que Dieu veut leur dire.

L’ÉVITEMENT DES ÉPREUVES

Il est effectivement nombres d’épreuves « chrétiennes » que l’on peut s’éviter.

Par exemple, la persécution.

Paul a dit que ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés.

Ne vivez pas pieusement, vous ne serez pas persécutés ! CQFD… Vous deviendrez quelqu’un de « politiquement correct », et de non dérangeant pour les chrétiens charnels et qui ne veulent pas plus que vous connaître la persécution.

Satan ne vous attaquera pas non plus, puisque, de fait, vous lui appartenez ! Il se contentera de vous infliger les misères qu’il a le droit légalement de vous infliger à cause de vos péchés, puisque vous êtes toujours sous la loi.

« 1Jn 3:6 Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu. 7 Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste. 8 Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable.« 

Comment ! On peut être chrétien et croire en Jésus-Christ tout en étant fils du diable ?

Sans le moindre doute ! Jésus a dit que celui qui ne portait pas de fruits serait coupé et jeté au feu. Quantité de « chrétiens » ne portent absolument aucun fruit : ni le fruit de l’Esprit, ni la manifestation de la puissance de Dieu décrite en Marc 16 :17 et 1Co 12 :4 à 11.

Le problème est que l’on donne le nom de chrétiens, aujourd’hui, à de vagues croyants, alors que ce mot était exclusivement réservé aux vrais disciples.

C’étaient les païens qui leur avaient donné ce nom, parce qu’ils les RECONNAISSAIENT par leur manière de leur apporter la parole (Actes 11:26). Une parole qui était appuyée par des signes et des prodiges venant de Dieu ! A l’évidence…

Jésus a dit que celui qui croirait en lui, « des fleuves d’eau vives sortiraient de son sein ».

En quel Jésus ont cru ces « croyants », si aucun fleuve d’eau vive ne sort de leur sein ?

Ils croient dans le Jésus qu’ils se sont fabriqués ou dont ils aiment entendre parler (2Co 11 :3), un Jésus en sucre d’orge, arrangeant au possible, et tolérant face au péché,

mais il ne croient pas dans le « VÉRITABLE »,

Celui qui, lorsque l’on le rencontre, nous terrasse par sa grandeur et sa lumière, car Il est lumière et sainteté.

Ils manifestent encore moins ce que Jésus a dit être le vrai signe de reconnaissance que l’on est chrétien : l’amour. Il ne parlait évidemment pas de l’amour factice du dimanche matin, à coup de bisous et de « On s’aime de l’amour du Seigneur », mais de l’amour qui se manifeste par des actes concrets et désintéressés, vraiment désintéressés, naturellement et non de manière forcée ou ostentatoire.

On parle de l’amour Agape, celui qui vient de Dieu (Roms 5:5), que personne ne peut manifester sans être né-de-nouveau, et non de l’amour sentimental, humaniste, sous la coupe de la Reine du ciel, qui se traduit par des « bonnes œuvres » venues de la chair, œuvres vaines selon la Parole de Dieu.

Jean a donné quelques définitions sans équivoque au sujet de l’amour vrai. Notamment en 1Jn 3 :14, 15 – 4 : 7 à 21. Lisons 1Jn 3 :18 :

«  Petits enfants, n’aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et en vérité. « 

Par différenciation avec l’amour « sympathie » (philiae) qui est souvent un échange mutuel d’intérêts bien compris et un regroupement d’affinités, le mot « charité », hélas tombé en désuétude, recouvrait l’amour AGAPE, celui qui se donne sans rien recevoir, qui vient du cœur de Dieu, et qui ne peut émaner que de ceux qui ont vraiment l’Esprit de Dieu (Roms 5 :5).

Si le mot « charité » est tombé en désuétude, c’est précisément parce qu’il a trop souvent été employé pour les « bonnes œuvres », celles qui viennent de la chair et dont les véritables motivations n’ont souvent rien à voir avec l’amour véritable, spirituel, venant de Dieu.

La grande majorité de ces « bonnes œuvres » sont inhérentes à des religions (y compris les religions dites « chrétiennes ») ou des philosophies, ou même pratiquées par des sectes sataniques, au sein desquelles l’adepte est enseigné qu’il peut gagner son paradis par ce qu’il fait, ou tout au moins « rattraper » le mal qu’il fait par le bien qu’il croit accomplir (d’où le symbolisme des carrés noir et blancs dans la Franc-maçonnerie, par exemple, ou encore du yin yang dans la philosophie chinoise et les religions orientales).

Ce sont aussi souvent des œuvres de vanité, par lequel l’homme pense ainsi s’élever par lui-même au rang d’homme « bon ».

Mais Jésus a dit que seul le Père était bon. C’est sans appel …

N’en doutons pas, la fausse chrétienté étaye son illusion d’être sauvée par de multiples bonnes œuvres. Mais ce ne sont pas les œuvres préparées d’avance par Dieu, celles qui ne donnent gloire qu’à Dieu. Les « bonnes œuvres » idéalistes humaines, non préparées par Dieu, sont sans valeur aux yeux de Dieu… même s’Il s’en sert pour des tiers « car tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu et qui sont appelés selon son dessein » (Rom 8 :28)!

La montée en puissance des œuvres humanitaires n’est certes pas le signe que la bonté de l’homme s’accroît. C’est même tout le contraire. Cela prouve que la conscience de l’homme le tourmente de plus en plus. Il compense l’absence de grâce de Dieu dans sa vie par un besoin, effréné parfois, d’idéalisme…

Bien entendu, le vrai converti ne va pas se trouver indifférent devant la souffrance qui l’entoure. Sinon, c’est une démonstration que c’est un faux chrétien. Mais ses « bonnes œuvres » seront désormais celles que Dieu a déjà préparées, et qui ne rendront donc gloire qu’à Dieu, car il sera manifeste aux yeux de tous que seul Dieu pouvait accomplir de telles choses en se « servant des choses viles du monde pour confondre les sages et des choses faibles du monde pour confondre les fortes » (1Co 1:28)

DE L’AUTRE CÔTÉ

Côté « vrai » juste qui cherche encore plus la justice de Dieu, encore davantage la sanctification, l’illusion d’être apte par ses propres capacités à faire des bonnes œuvres a été clouée à Golgotha. Cela fait partie de la mort à soi-même.

La communion intime et quotidienne avec le Seigneur Jésus remet l’homme dans sa véritable dimension : indignité et insignifiance absolues face à la pureté, à la sainteté, à la magnificence, à l’omniscience et à la Toute Puissance divine.

Le juste (aux yeux de Dieu, pas aux yeux des hommes ou à ses propres yeux) marche sur les traces de Jésus homme : il ne fait que ce qu’il voit le Père faire. Cela implique de rechercher la face de Dieu avant toute entreprise ou initiative, d’être sensible à la voix du Saint-Esprit, et de faire ses délices d’obéir à Dieu, parce qu’est ancrée la foi absolue dans ce que Dieu a dit dans sa Parole, ou peut dire à une personne en particulier, ou encore à un groupe de personnes (ex Ac 9 :15, 13 :2, 13 :4…), par prophétie ou parole de connaissance (attestées !).

C’est une manière de marcher dans les voies de Dieu extrêmement rare parmi ceux qui se disent chrétiens. Si ce n’était pas le cas, Jésus n’aurait pas eu besoin de répéter sept fois, en achevant ses lettres à l’ange (le corps spirituel) des sept Eglises de l’Apocalypse :

« Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises… »

A l’intérieur, tout le monde parle de Jésus, parle à Jésus, mais personne, apparemment, ne sait faire le silence pour l’écouter !

Il est écrit ENTENDRE, ce qui, en grec, implique « comprendre » et « obéir ».

Pourtant, les promesses qui suivent cette exhortation répétée sept fois, sept promesses différentes mais précises, démontrent que seuls ceux qui recherchent et cultivent l’intimité avec le Seigneur, ce qui leur permet de faire les œuvres préparées d’avance par Dieu et de marcher selon l’Esprit de Dieu et non selon la chair, feront partie des « vainqueurs », de l’Epouse enlevée au-devant du Seigneur.

Ils sont d’ores et déjà héritiers du Royaume et en font déjà partie, PARCE QU’AUX YEUX DE DIEU, ils sont de véritables disciples de Christ, c’est-à-dire ses imitateurs, ce qui répond à la définition du disciple.

Le vrai disciple, face à l’épreuve, ne se dérobe pas. IL SAIT que tout est sous le contrôle parfait de Dieu, il sait « que tout concourt à son bien » (Rom 8 :28), il sait que Dieu a déjà préparé le moyen d’en sortir (1Co 10 :13), il sait que Dieu n’a pas pour seul objectif de le sauver, mais aussi de l’émonder, de le transformer, pour l’amener à la stature parfaite de Christ (Eph 4 :13), et il y participe activement, quel que soit le prix à payer, car sa joie est d’être un sujet de joie pour son Maître et Seigneur, Jésus-Christ.

Il sait que chaque épreuve a pour but de faire grandir sa foi, et de le « revêtir de l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Eph 4 :24)

Il peut parvenir à une attitude de cœur paradoxale, car elle est à l’opposé des sentiments humains courants :

Jacques 1:2 « Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience »

1 Pierre 5:10 « Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. »

Bien sûr, une telle attitude de cœur ne s’installe pas du jour au lendemain. Elle est inhérente à l’augmentation de la foi, et cette augmentation de la foi est inhérente à la connaissance de Dieu, à travers Sa Parole (Rom 10 :17) et à travers une communion intime entretenue par la prière et l’écoute de la voix de Dieu.

Dieu ne fait vraiment rien d’inutile. Mais l’homme peut rendre inutile ce que Dieu fait !

En se rebellant contre toute épreuve, notamment parce qu’il a accepté un faux évangile, une parole édulcorée, ou l’évangile de prospérité, le chrétien charnel va passer à côté du plus grand trésor qui soit : la foi véritable, basée sur toute la Parole de Dieu (Rom 10 :17), et non sur des petits bouts aguichants de la Parole de Dieu, qui laissent de côté tout texte qui n’abonde pas dans le sens de leurs fpropres convictions.

C’est tout le drame de l’apostasie actuelle, qui a atteint la très grande majorité de la chrétienté. On lui a trop souvent servi un évangile à l’eau de rose, qui ne demande ni de se charger de sa croix, ni de renoncer à quoi que ce soit, ni même, parfois, de se repentir de ses péchés, ce qui implique de les prendre en horreur pour pouvoir s’en détourner.

On cache trop souvent aux chrétiens d’aujourd’hui que le péché les sépare de Dieu inexorablement car « les yeux de Dieu sont trop purs pour voir le mal et qu’il ne peut regarder l’iniquité » (Ha 1 :13).

Sans la « repentance qui mène à salut », ils ne sont pas au bénéfice de la grâce : ils restent ou retombent sous la loi, avec toutes les conséquences qui y sont inscrites pour le pécheur, notamment en Deutéronome 28, côté malédictions réservées à ceux qui désobéissent à Dieu.

Car Satan a le droit légal de les réclamer pour les cribler comme du froment : les cribler de désastres, malheurs, difficultés, maladies, horreurs et oppositions de toutes sortes !

Comment s’étonner, avec le faux évangile trop souvent propagé aujourd’hui, que la plus grosse partie de la chrétienté, notamment en Occident, soit tiède, sans fruits, sans puissance, et fasse fuir les païens au lieu de les conduire à craindre Dieu et à rechercher sa grâce en Jésus-Christ.

Combien parmi ces païens ont-ils de bonnes raisons de pouvoir s’exclamer :

– C’est cela, les chrétiens ? Pouah !

Mais au fait, où sont et qui sont les responsables ?

Est-ce les faux prophètes, les faux docteurs, ou tout simplement les pasteurs plus soucieux de remplir les chaises de leurs églises de pierres mortes (pourvu que la corbeille d’offrandes soit redondante !), que de remplir le Royaume de Dieu ?

Certes, ils sont responsables, et la Parole de Dieu n’est pas tendre avec eux ! Leur jugement est déjà écrit et « ils s’attireront sur eux une ruine soudaine », dit Pierre (2P 2 :1).

Mais il est une constante dans toutes les épîtres et dans les lettres aux Eglises en Apocalypse, précisément parce qu’elles s’adressent à des chrétiens nés de nouveau, ayant reçu le Saint-Esprit, et donc la capacité d’être enseignés en direct par le Saint-Esprit et par la Parole de Dieu dont ils disposent sans entrave* :

les épîtres s’adressent toujours AUX CHRETIENS, … et non à leur pasteur !

* Je mets à part les catholiques à qui le Vatican a interdit la Bible durant quinze siècles. Même si on leur impose toujours des dizaines de dogmes antibibliques inscrits dans le Magistère romain, ils ont depuis 1950 libre accès à la Bible et peuvent donc, s’ils ont reçu l’amour de la vérité, fuir cette organisation apostate pour ne plus avoir à cautionner ses rites, sacrements, prières, cantiques et dogmes mensongers et idolâtres. S’ils ne la fuient pas, ils « participent à ses péchés » et ils auront « part à ses fléaux » (Apoc 18 :4)

C’est en parlant des chrétiens des derniers temps que Paul déclare qu’ils « ne supporteront plus la saine doctrine, mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité et se tourneront vers les fables » (2Tim 4 :3-4)

De fait, il n’y a aujourd’hui qu’un faible reste, dans cette chrétienté apostate, qui recherche la saine doctrine, la VERITE, afin de demeurer sur cet étroit sentier qui mène à la vie !

La ligne de séparation est de plus en plus nette.

Dieu avait prophétisé en Malachie « qu’on verrait de nouveau la différence entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui ne le sert pas » (Mal 3 :18)

On ne voyait guère la différence, dans nos églises, entre les chrétiens de nom et les disciples qui, eux, sont chrétiens sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre, qu’il y ait ou non un public pour les voir.
On ne voyait pas non plus la différence entre ceux qui servent Dieu de tout leur cœur, et ceux qui se servent de Dieu pour se servir eux-mêmes !

Mais, parce que Dieu l’a annoncé, les masques hypocrites tombent et tomberont de plus en plus, et l’on verra de nouveau la différence.

Mais déjà, comme promis par Jésus, il suffit de regarder les fruits pour savoir qui est qui, entre ceux qui appartiennent véritablement à Dieu, et ceux qui s’emparent du nom de Dieu et de Jésus-Christ pour faire ce qui leur plaît, ou servir leurs propres intérêts, en se donnant, en prime, une bonne conscience à peu de frais…

LA COURSE AUX SENSATIONS ET AU SPECTACULAIRE, OU L’AMOUR DE LA VERITE, DONC DE LA PAROLE DANS SON INTEGRITE

 » Mt 24 : 23 Si quelqu’un vous dit alors: Le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas. 24 Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. 25 Voici, je vous l’ai annoncé d’avance. Si donc on vous dit: Voici, il est dans le désert, n’y allez pas; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas.

Un des avertissements les plus puissants, lancé par Jésus, pour signaler que l’on est dans les temps de la fin, avertissement rappelé par Paul en 2Th 2 et par Pierre en 2P 2 :2, c’est la multiplication de faux prophètes, faux docteurs, faux oints (christ veut dire « oint »), accompagnés de prodiges et de miracles, ce qui amènera le peuple de Dieu dans une séduction telle que beaucoup succomberont, y compris des élus  » s’il était possible « .

Jésus insiste en déclarant :

« Voici, je vous l’ai annoncé d’avance. »

Ce qui signifie que cette pro- phétie est spé- cifique à la fin des temps.

Dans aucun autre temps, en effet, on n’a vu de faux docteurs et de faux prophètes produire de (vraies !) gué- risons, ou de vrais miracles

comme, par exemple, des résurrections !

Le Seigneur nous dit :

« Attention, prodiges et miracles ne seront pas la démonstration qu’il s’agit de vrais oints de Dieu. Ne courez pas de droite et de gauche dès que l’on vous parle d’onction miraculeuse ».

De quoi, pour le peuple de Dieu, être entraîné dans la plus totale des confusions … Car si on ne peut même plus se fier aux signes de la puissance de Dieu, à quoi peut-on se fier ?

C’est là que se situe, une nouvelle fois, la ligne de séparation entre le peuple qui se souille encore et encore, et celui qui se sanctifie encore et encore.

Mais pour comprendre comment c’est possible, il nous faut lire d’abord 2Th 2, qui avertit au verset 3 qu’avant le retour du Seigneur, il y aura une apostasie généralisée et que l’on verra paraître l’antéchrist.

Puis Paul annonce :

2Th 2 :9 à 12 : «  L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés. »

Il y a ici plusieurs clés pour comprendre l’origine de ces phénomènes miraculeux qui accompagneront les faux « christs » et les faux prophètes.

Première clé : Il nous est dit que Satan a une puissance. Il s’agit bien entendu d’une puissance surnaturelle, une onction en quelque sorte, mais évidemment pas l’onction du Saint-Esprit. Satan est un esprit. Un très méchant esprit !

Etrangement, bien que 1Jn 5 :19 rappelle que le monde entier est sous la PUISSANCE de Satan, une grande majorité de chrétiens des derniers temps attribuent à Dieu toutes les puissances surnaturelles. Ils sont donc facilement bernés par les manifestations spectaculaires et n’ont strictement aucun discernement pour repérer ce qui vient de Dieu et ce qui vient du diable !

Pourtant, les deux peuvent aisément cohabiter dans un même rassemblement chrétien, et c’est NORMAL ! Car là où il y a présence de Christ, les démons aussi se manifestent : on voit cela tout au long des évangiles ! Par exemple, en Marc 9 :20, il est écrit :

« Aussitôt que l’enfant vit Jésus, l’esprit l’agita avec violence ; il tomba à terre, et se roulait en écumant ».

Aujourd’hui, dans nombre de nos réunions, en voyant cet enfant tomber à terre, beaucoup s’é- criraient :

« C’est une visitation du Saint-Esprit » !

Et en le voyant rouler à terre en écumant, beaucoup se réjouiraient en pensant que c’est une manifestation de réveil !

Qui prendrait l’autorité dans le nom de Jésus pour délivrer ce malheureux qui « souffrait cruellement » ?

Cela ne me fait pas rire du tout : j’ai vu ce type de confusion dans bien des rassemblements chrétiens : des rires hystériques que l’on qualifiait de « rire du Saint-Esprit » ; des gens qui tombaient à terre avec des manifestations démoniaques évidentes, et des gens autour pour qualifier cela de « repos dans l’Esprit », alors qu’un peu de pratique de la délivrance fait immédiatement comprendre que ce sont des démons qui ont fait tomber la personne à terre pour, justement, la soustraire à l’onction du Saint-Esprit.

J’ai même vu de solides oints, pourtant habitués à la délivrance se tromper, et j’en ai fait autant. Par exemple en Guyane. A chaque réunion, on voyait des femmes se mettre à danser avec grâce, et tous de s’exclamer :

C’est une danse dans l’Esprit, une danse prophétique !

Pourtant, chaque jour un peu plus, je ressentais un malaise.

D’abord, l’attention n’était plus centrée sur Christ mais sur ces femmes qui tournoyaient devant tout le monde.

Jamais l’Esprit de Dieu ne détourne l’attention, l’ad- miration et la gloire dues à Jésus seul, pour captiver les regards sur les hommes ou sur leurs prouesses.

Ensuite, quand une de ces danseuses venait vers moi pour que je prie pour elle, je tentais de les arrêter de tourner, ne serait-ce que pour pouvoir prier ou leur parler. Je sentais aussitôt une raideur et une résistance qui ne pouvaient certes pas venir du Saint-Esprit.

Le dernier jour de ce séjour, j’ai eu l’explication. Alors qu’à plusieurs mètres de moi, une femme tournoyait ainsi, j’ai reçu dans l’esprit : « Derviches tourneurs »*.

  • *Les derviches tourneurs sont des chamans du Moyen Orient, qui se mettent en transes en tournant sur eux-mêmes jusqu’à la perte de conscience, pour recevoir des esprits de divination, des dons de guérison… en fait, ils attirent en eux, par ces transes, de puissants démons.

J’ai crié :

_ « Esprit de chaman, sors de cette femme ! »

J’ai alors vu cette femme faire un vol plané en poussant un grand cri. Elle a aussitôt été délivrée… et n’a plus jamais « tournoyé sous l’onction »*…

  • *Je veux préciser ici que je ne rejette pas les danses qui sont réellement sous l’onction du Saint-Esprit : les psaumes nous en parlent ! Mais Satan singe Dieu pour leurrer les hommes non vigilants.

Deuxième clé : Paul parle de miracles et de prodiges MENSONGERS. Ils sont mensongers parce que trompeurs. Satan n’a jamais guéri personne ! Pourtant des guérisseurs sous sa coupe guérissent les gens. En fait, ils ne font que déplacer les démons qui provoquaient la maladie : les symptômes disparaissent… Mais d’autres maladies plus graves apparaîtront plus tard, parfois des années plus tard.

Mais l’apparence a tout d’un vrai miracle et ceci est conforme à Mt 24:24

Satan sait prendre son temps quand il s’agit de piéger les gens et de les entraîner à la perdition !

Puisque Paul nous a avertis, nous devons envisager que certains miracles ou guérisons, apparemment obtenus par des « oints » de Dieu, mais qui sont de fait des faux oints et des faux prophètes, soient aussi des miracles mensongers. Y compris des résurrections !

La Bible montre à plusieurs reprises des personnes ressuscitées par Jésus ou par les apôtres. Tous les croyaient mortes.

Dans ce « tous », il y avait sans nul doute des médecins, qui avaient fait le constat que les personnes n’avaient plus de pouls et que le cœur ne battait plus.

Pourtant Jésus dira d’une jeune fille « morte » : « ELLE DORT » (Mt 9 :24 – Mc 5 :39).

Jésus ne mentait pas !

Paul se trouve dans une situation équivalente. Un jeune homme est tombé du troisième étage et « on le relève mort ». Mais Paul descend, se penche sur lui, le prend dans ses bras, et dit :

« Ne vous troublez pas car son âme est en lui ». (Act 20 :10)

Et il le ressuscite !

Ces gens étaient morts selon toutes les connaissances médicales, mais pas selon Dieu !

Je me suis personnellement retrouvée une fois devant un « mort » au cours d’une délivrance. J’étais paniquée ! Mais j’ai entendu le Saint-Esprit me dire : « Chasse l’esprit de coma ». Ce que j’ai fait, et j’ai vu – à mon grand soulagement ! – la personne aussitôt se relever …

On voit donc que faute de discernement des chrétiens, Satan a tout loisir de les berner.

Il berne jusqu’aux auteurs de miracles eux-mêmes. Ceux-ci peuvent être convaincus, devant l’onction qui émane d’eux et qui produit des signes et des miracles, être approuvés de Dieu.

C’est exactement ce qui se produit en Matthieu 7:22, 23. Jésus nous transporte dans une scène de fin des temps, alors que des « serviteurs de Dieu », convaincus d’être des justes, se présentent devant Lui en présentant les miracles qu’ils ont produits comme preuve de leur appartenance à Christ.

Mais le contexte nous montre qu’ils n’ont jamais fait la volonté de Dieu, et qu’ils commettent l’iniquité.

Jésus va leur dire quelque chose de TERRIBLE:

«  JE NE VOUS AI JAMAIS CONNUS ! RETIREZ-VOUS DE MOI « 

Ces gens qui utilisaient le nom de Jésus à tout bout de champ et qui PRODUISAIENT DES MIRACLES n’avaient même, aux yeux de Dieu, jamais été convertis !

Il est pourtant probable que des foules chrétiennes en délire les plébiscitaient, couraient pour assister à leurs séminaires et s’extasiaient sur leur onction.

Cette remarque de Jésus est propre à nous conduire dans une saine réflexion. Car Jésus nous dit auparavant de REGARDER LES FRUITS. Les fruits, ce ne sont pas les miracles: la suite le montre clairement. Leurs vrais fruits, c’est qu’ils ne font pas la volonté de Dieu, mais qu’ils servent leurs propres intérêts, leur orgueil, leur cupidité, ou n’importe quelle autre passion de la chair… Ce sont des HYPOCRITES !

Le troisième point révélé par Paul, certainement le plus dérangeant pour la conception d’un Dieu papa-poule qu’ont adoptée bien des chrétiens, est dans le verset cité plus haut :

2Th 2 :12

«  Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés. « 

C’est donc Dieu Lui-même qui envoie cette « puissance d’égarement », cette « tentation qui arrive sur tous les habitants de la terre pour les éprouver » Apoc 3 :10).

C’est Dieu Lui-même qui libère, en cette dernière heure, comme annoncé, cette puissance miraculeuse mensongère sur Satan et sur « les ouvriers trompeurs déguisés en apôtres de Christ », déguisés, comme leur vrai maître, en anges de lumière (2 Co 11 :13, 14).

POURQUOI DIEU « TEND-IL »* CE PIEGE TERRIBLE ?

  • (*Dieu ne tente personne, dit la parole. Mais il peut mettre des épreuves devant nous, qui ne deviendront des pièges que si notre coeur s’endurcit)

La réponse se trouve en Deutéronome 8 que nous avons cité en début d’article, mais surtout en Deutéronome 13.

« 1 S’il s’élève au milieu de toi un prophète ou un songeur qui t’annonce un signe ou un prodige, 2 et qu’il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t’a parlé en disant: Allons après d’autres dieux, -des dieux que tu ne connais point, -et servons-les ! 3 tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur, car c’est l’Eternel, votre Dieu, qui vous met à l’épreuve pour savoir si vous aimez l’Eternel, votre Dieu, de tout votre cœur et de toute votre âme. 4 Vous irez après l’Eternel, votre Dieu, et vous le craindrez; vous observerez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez, et vous vous attacherez à lui. »

Notons un point primordial. Dieu ne dit pas qu’il s’agit d’un faux prophète ou d’un faux « songeur ». De surcroît, ce qu’ils annoncent s’avère exact. Mais ils « ajoutent » quelque chose à la parole de Dieu : ils poussent les gens à suivre « d’autres dieux ».

Quels dieux ?

La Parole ne le dit pas, mais il est aisé de comprendre, car nous voyons cela, hélas, de nos jours, de plus en plus, et que nous en avons un exemple en Jérémie 5 :31

 » Les prophètes prophétisent avec fausseté, Les sacrificateurs dominent sous leur conduite, Et mon peuple prend plaisir à cela. Que ferez-vous à la fin ? « 

Notons qu’il n’est pas dit que leurs prophéties sont fausses. Mais leur cœur n’est pas droit, et leurs motivations sont douteuses.

Manifestement tous sont complices pour mettre le peuple de Dieu sous leur contrôle, d’autant plus facilement que ce peuple aime son joug ! Des prêtres, pasteurs, apôtres ou prophètes qui exercent une domination, permettent au peuple de Dieu d’être passif, de se décharger de toute responsabilité spirituelle, et, sous prétexte de « soumission aux autorités », d’être tout, sauf de véritables disciples de Christ, rattachés au Cep, et cherchant à entendre la voix du Saint-Esprit pour entrer, chacun, dans leur appel et leur élection.

Dans ce système pharisaïque, devenu le système des Nicolaïtes dans l’Eglise (Nicolaïtes signifie : « Qui domine le peuple » ), tout le monde est complice : les uns aiment dominer, les autres y prennent plaisir !

En l’occurrence, les autre « dieux », ce sont ces hommes, ces mercenaires, que les brebis, qui n’entendent pas et ne reconnaissent donc pas la voix du Seigneur, vont suivre, au lieu de suivre le Bon Berger !

Jean 10 :

3 … les brebis entendent sa voix; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. 4 Lorsqu’il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu’elles con- naissent sa voix.

5 Elles ne suivront point un étranger; mais elles fuiront loin de lui, parce qu’elles ne con- naissent pas la voix des étrangers.

Jésus dit on ne peut plus clairement que, dans les troupeaux de brebis, il en est qui ne Lui appartiennent pas !

Certes, il y a des faux prophètes, des faux apôtres, des bergers mercenaires, des faux christs…

Mais, en bien plus grand nombre, il y a des fausses brebis.

Elles entendent la voix des hommes qui leur disent des choses qui chatouillent leurs oreilles, mais elles ne reconnaissent pas la voix du Seigneur…

Voici donc une piste sérieuse pour comprendre pourquoi Dieu leur « envoie une puissance d’égarement ». Il les met devant leur problématique profonde : Ces brebis, faute d’entretenir une relation personnelle avec Dieu, NE RECONNAISSENT PAS SA VOIX !

Elles peuvent donc être entraînées aisément derrière des hommes qu’elles prennent pour des vrais oints, alors que ce sont des serviteurs de Satan, déguisés en serviteurs de justice.

Parmi les autres dieux, il est bien entendu la Reine du ciel, domination satanique qui se tapit derrière le prénom de l’humble Marie, créature morte depuis 2000 ans.

Une part énorme de la chrétienté a été ainsi conduite à s’adresser aux morts et à la créature, malgré les avertissements virulents et répétés du Seigneur.

Il est un autre dieu que les foules « chrétiennes » suivent aujourd’hui à grande échelle : Mammon.

« Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses », dit Pierre (2P 2 :3).

L’évangile de prospérité a beau être dénoncé de tous côtés, il continue à en- richir sans entra- ves ses promo- teurs.

Ceux-ci ont très bien compris comment faire fonctionner ce système qui fait leur fortune : en faisant miroiter aux gens dont le cœur est aussi cupide que le leur, par la manipulation de la parole de Dieu, quelques pro- messes divines sorties de leur contexte.

Il est facile d’en citer : ce sont toujours les mêmes !

Exemple :

Luc 6:38 Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis.

En quelque sorte, on propose aux foules de donner, non par amour et avec joie, comme le recommande la Parole de Dieu de multiples fois, mais pour s’en- richir elles-mêmes.

Il suffit de leur faisant miroiter que, « puisque Dieu l’a dit », c’est un inves- tissement infail- lible !

Le problème, c’est que, si Dieu est effectivement fidèle à sa Parole vis-à-vis de ceux qui donnent avec joie en faisant confiance au Père,

en ce cas 2Cor 9 :5 à 15 s’applique pleinement,

Dieu rejette au contraire avec horreur ceux dont le cœur est intéressé et qui ont l’amour de l’argent.

Car ils sont serviteurs de Mammon, non de Dieu, et, comme le dit Matthieu 6 :24, s’ils servent Mammon, ils haïssent automatiquement Jésus… même s’ils sont convaincus du contraire !

Nous parlons évidemment du véritable Jésus, pas de ces Jésus de circonstances derrière lesquels s’abritent les faux oints pour camoufler leur cupidité et leur avidité !

De fait, donneurs comme receveurs, quand ils sont animés par l’amour de l’argent, tombent sous cet arrêt prononcé par Paul :

1 Timothée 6:9 Mais ceux qui veulent s‘enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition.

Cette « puissance d’égarement » dont parle 2Th 2 et que Dieu envoie a donc aussi pour but de confronter ceux qui se disent chrétiens aux vraies motivations de leur cœur lorsqu’ils donnent à des oints (y compris à des vrais oints !).

Dieu est bon, mais Dieu est aussi SEVERE ! Sévère avec ceux dont le cœur n’est pas droit. Lui ne se laisse certes pas prendre aux « bonnes » apparences ! Sa Parole juge des pensées du cœur, et sa Parole, c’est Jésus !

Roms 11 : 22 Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté; autrement, tu seras aussi retranché.

Quand les gens ont le cœur accroché à Mammon, ne serait-ce qu’un tout petit peu, ils sont sensibles aux « séductions de l’iniquité », et ils avalent aisément les fables bien ficelées par quelques versets bibliques tronqués ou détachés de leur contexte et du reste de la Parole.

2Th 2 est sans appel. Au verset 10, Paul déclare : « Ils périssent » et au verset 13 : « ils sont condamnés ».

===================================================

De l’autre côté de la ligne de séparation, sont ceux qui ont reçu ce dont nous parle aussi 2Th 2 : 10 :

L’AMOUR DE LA VERITE

Voici donc le grand test de Dieu, la ligne de démarcation, de séparation, entre ceux « qui se souillent encore », et ceux qui « se sanctifient encore » : L’amour de la vérité.

La VERITE n’a jamais été un ensemble de doctrines. Des gens de bonne foi, solidement arrimés à la Bible, ont parfois, sur certains points relativement mineurs, des doctrines différentes.

Pour éviter de s’étriper entre eux, ils n’auraient donc pas d’autre solution, si chacun pensait détenir la vérité, que de proclamer ce que proclament les païens : Il y a DES vérités, et à chaque vérité correspond une contre-vérité.

Ils pensent donc : Que chacun garde ses convictions en tolérant celles des autres, et on obtient la paix…

Cela, c’est la base même de la tolérance humaniste et de l’œcuménisme papal… Quant à la paix qu’elle peut apporter, ce n’est qu’une paix factice, provisoire, une fausse unité qui se terminera par un écroulement général, prophétisé en Daniel 2 : 40 à 45, en Esaïe 47 :10, 11 et en Apocalypse 18 :7,8, 16, 19.

Ce système de pensée ne relève pas de la VERITE, il relève du père du mensonge, le diable.

Un jour, un homme a posé à Jésus la question :

-Qu’est ce que la vérité ? (Jn 18 :38)

Il n’a pas obtenu de réponse, parce que la question, en elle-même, était déjà viciée. Car la vérité n’est pas quelque chose.

La VERITE est une personne, Jésus-Christ, la Parole de Dieu faite chair, l’Alpha et l’Omega, le commencement et la fin.

C’est Lui qui a dit :

« Je suis le chemin, la vérité et la vie ». Jn 14 :6

Ceux qui ont « l’amour de la vérité » sont ceux qui ont l’amour de la Parole de Dieu, parce qu’ils ont l’amour du VERITABLE Jésus, et non d’ersatz du Christ inventés par des hommes apostats.

C’est la Parole de Dieu qui sanctifie et qui apporte la liberté (Eph 5 :26), parce qu’elle conduit dans toute la vérité, et qu’elle est la seule vérité dans un monde qui n’a plus aucun repère, y compris dans une partie grandissante du monde ecclésial !

Ceux qui ont cet amour de la vérité ne se laissent pas séduire par les manifestations spectaculaires, les signes ou les prodiges, parce que la première chose qu’ils recherchent, c’est la PAROLE DE DIEU !

Comme les gens de Bérée, ils n’avalent pas n’importe quelle prédication aguichante sans en vérifier la conformité aux Ecritures. Et comme ils cultivent l’intimité avec Celui qui est la vérité, une petite voix intérieure les alerte lorsque la prédication n’est pas soufflée par le Saint-Esprit, même si elle paraît, à tous les autres auditeurs, parfaitement biblique.

Je me souviens ainsi d’une prédication qui avait été apportée dans notre église par un évangéliste connu. Il parlait de la puissance des paroles que l’on prononce, des effets de paroles positives et non négatives… Tout le monde avait trouvé sa prédication édifiante et revigorante pour la foi.

Tout le monde, sauf le pasteur et moi. Nous avions un indéfinissable malaise, accentué par des petits incidents passés inaperçus des autres auditeurs, mais qui nous avaient, tous deux, interpelés.

Ce n’est que plusieurs jours après que j’ai pu trouver l’explication de mon malaise : jamais le nom de Jésus n’avait été prononcé, sauf de manière anecdotique. La croix ? La repentance ? La séparation du péché ? La mort à soi-même ? Le renoncement à tous ce que l’on possède ? La gloire pour Jésus Seul ? Rien de tout cela n’avait été évoqué comme fondement même pour que la puissance de Dieu puisse venir sur nous.

En fin de compte, tout son discours sur le pouvoir intrinsèque des paroles aurait pu être prononcé à l’identique dans une réunion New Age, ou dans un cours de… sorcellerie !

Cet évangéliste m’ayant invitée à prêcher dans son église en Afrique, entre deux réunions prévues depuis longtemps dans la même ville, j’y suis effectivement allée. Sur place, j’ai pu constater que l’homme avait menti sur de nombreux points (pour mieux soutirer de l’argent), et j’ai eu ainsi la confirmation que j’avais affaire à un faux oint.

La culture du mensonge sied bien mal à un prédicateur de l’évangile !

Ceux qui ont l’amour de la vérité ne courent pas après les « faiseurs de miracles », ils courent après Celui qui fait les vrais miracles, et c’est sa présence, avant tout, qu’ils recherchent, non les signes et les prodiges

Jésus avait déjà dit aux scribes et aux pharisiens qui réclamaient un miracle.

Mt 12 :39 « Il leur répondit: Une génération méchante et adultère demande un miracle; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui du prophète Jonas. »

Les vrais miracles, les vrais prodiges, sont réservés à ceux qui ont le cœur pur. Et ils n’ont pas besoin de courir de droite et de gauche pour en voir, car tout ce qu’ils demandent au nom de Jésus, Dieu le leur accorde !

1 Corinthiens 2:9  » Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. »

La base de toute l’apostasie actuelle, qui met une grande partie du peuple de Dieu dans Laodicée, dernière étape avant de basculer dans la grande Prostituée, c’est l’absence d’amour de la vérité, associée à la course aux miracles.

Mais les seuls qui seront « gardés à l’heure de la tentation qui vient sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre », ce sont ceux qui ont « gardé la parole de la persévérance en Jésus-Christ ».

C’est-à-dire ceux qui vont, jusqu’à la fin, persévérer dans la saine doctrine, sans tenir compte des pressions d’un entourage chrétien qui ne veut plus rien entendre de cette saine doctrine.

Quitte à entrer dans le désert…

La ligne de séparation est souvent douloureuse.

Rester dans la vérité, de nos jours, c’est s’exposer à perdre beaucoup d’amis qui ont longtemps partagé la même foi mais qui ne parlent plus le même langage. C’est devoir souvent essuyer leur rejet, leurs quolibets, et même les voir se retourner contre nous comme des cobras…

Car celui qui veut marcher dans la vérité dérange l’establishment religieux qui veut marcher dans les fables et dans un évangile édulcoré, qui fait abstraction de la croix, du renoncement à soi-même et à tout ce que l’on possède, préférant à cet évangile-là l’évangile de la prospérité, ou l’évangile de l’église triomphante sur terre et qui serait appelée à prendre toutes les rênes du pouvoir.

Séduisant, mais ce ne sont que des fables ! Hormis l’Epouse qui sera enlevée parce qu’elle se sera mise à part et purifiée avant la grande tribulation, les justes d’après l’enlèvement devront tous passer par la mort physique (Apoc 13 :7). C’est plus particulièrement pour eux – bien que ce soit valable pour tous les martyrs de tous les temps, et tous les vrais disciples – que Jésus a dit :

Marc 8:35 Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera.

UNE PENTECÔTE SANS CHRIST

Un jour, en lisant un article écrit par David Wilkerson : « Une Pentecôte sans Christ »*, j’ai eu un choc de révélation. Je voyais écrit, noir sur blanc, avec une grande clarté, ce que je ressentais confusément depuis des années sans vraiment pouvoir l’exprimer.

http://www.michelledastier.org/index.php/2007/04/25/41-une-pentecote-sans-christ-par-david-wilkerson

Depuis les livres de Benny Hinn, que j’avais dévorés comme beaucoup, en passant par tous les livres sur la gloire de Dieu, de multiples prédications sur le réveil, la participation à des réunions où se vivait la « bénédiction de Toronto », l’écoute de beaux chants de louange où l’on ne parlait exclusivement que du Saint-Esprit, j’avais progressivement pris le pli de rechercher le « Plus, Plus, Plus » du Saint Esprit, pensant que tout cela était scripturaire puisque « tout le monde le faisait »…

Et puis, même si ce n’était pas tout à fait scripturaire, ce ne devait pas être grave, puisque l’on s’adressait à une des trois personnes de la Trinité.

Mais mon malaise grandissait.

Il a fallu que je voie bien des mauvais fruits, et surtout l’apostasie que cela engendrait, pour que je commence à me poser de sérieuses questions…

J’ai regardé de plus près la Parole de Dieu. Nulle part dans la Bible on ne voit des hommes invoquer le Saint-Esprit, ni Jésus, ni les apôtres, ni aucun prophète.

Certes, le Saint-Esprit est omniprésent tout au long des Ecritures, mais sa mission est, soit de transmettre la Parole de Dieu : ce sont les paroles inspirées que reçoivent les prophètes, soit, dans le Nouveau-Testament, alors que, comme promis par Joël, il se répand sur toute chair, de répondre à de multiples missions : entre autres, ouvrir la compréhension des Ecritures, oindre les serviteurs de Dieu de puissance, attribuer des dons à chaque disciple (1Co 12), interpeller, avertir, transmettre les instructions divines – On voit cela tout au long des Actes -, enseigner directement les chrétiens qui sondent la Bible, etc.

Mais la première de toutes ses missions, c’est de centrer le regard et l’attention sur Christ et son œuvre, et de veiller à ce que toute la gloire revienne à Jésus :

Apoc 5 :12 « Ils disaient d’une voix forte: L’agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire, et la louange. 13 Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s’y trouve, je les entendis qui disaient: A celui qui est assis sur le trône, et à l’agneau, soient la louange, l’honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles ! 14 Et les quatre êtres vivants disaient : Amen ! Et les vieillards se prosternèrent et adorèrent.

Toutes les créatures célestes se prosternent devant l’Agneau Immolé, l’adorent et adorent le Père. Mais nulle part, à aucun moment, on ne voit des créatures célestes, ou des créatures terrestres vraiment inspirées par le Saint-Esprit, se prosterner devant le Saint-Esprit et l’invoquer. NULLE PART !

Au contraire, tout à la fin de la Bible (Apoc 22 :17), le Saint-Esprit et l’Epouse, à l’unisson, invoquent Jésus pour qu’il vienne.

« L’Esprit et l’Epouse disent : VIENS. Et que celui qui entend dise : Viens… »

Peut-on, dans toutes nos réunions charismatiques, faire quelque chose qui n’est en rien scripturaire sans que cela ait des conséquences spirituelles ? Le diable ne se saisit-il pas de toutes les occasions pour venir semer son ivraie ?

Quel est donc l’esprit qui répond, lorsque des chrétiens, par dizaines, centaines ou milliers, invoquent le Saint-Esprit en Lui demandant de les REMPLIR ? Où voit-on dans la Bible des chrétiens demander au Saint-Esprit de les remplir ? Paul ordonne :

Soyez remplis (Eph 3 :19)

Il en donne la recette : la connaissance de l’amour de Christ, ce qui implique une intimité constante avec le Seigneur.

L’humilité, l’obéissance à la Parole, « prier sans cesse », entrer volontairement dans le service ou le ministère que le Seigneur a prévu pour chacun de ses enfants, sans chercher la gloriole ou son intérêt propre, accepter les brisements du Seigneur… tout cela va nous préparer naturellement à être remplis de l’Esprit saint, et à être équipés des dons surnaturels qui seront nécessaires pour notre appel spécifique.

Mais quel esprit vient donc sur ceux qui ne cherchent que le spectaculaire, les sensations, qui n’ont renoncé à rien et qui vivent souvent dans l’égoïsme, l’absence d’amour agape, et toutes sortes de péchés, et qui se permettent d’ordonner au Saint-Esprit, non sans arrogance, et dans une ignorance manifeste de la sainteté et de la grandeur de Dieu :

« Viens ! Remplis-moi ! ».

Il suffit de lire 2Co 11 pour avoir la réponse. N’oublions pas que c’est à des disciples que Paul parle, à des chrétiens qui ont été enseignés dans la saine doctrine par lui, qui ont de solides fondements, et qui manifestent tous les dons charismatiques

« 3 Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. 4 Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Evangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien. »

Ainsi, un chrétien né de nouveau, en acceptant un « autre évangile », peut s’adresser à un « autre Jésus » et recevoir un « autre esprit » que le Saint-Esprit qu’il a reçu, ET LE SUPPORTER FORT BIEN !

Cela seul met par terre la fausse doctrine des chrétiens qui ne peuvent avoir de démons, surtout quand c’est appuyé, en Ephésiens 4 : 26, 27 par le fait qu’une simple colère que l’on rumine (Paul s’adresse la aussi à des chrétiens nés de nouveau) peut donner un accès au diable.

Comprenons ce que 2Co 11 :4 implique : accepter un faux évangile est une porte ouverte à d’autres esprits ! Alors, que se passe-t-il dans ces réunions où l’on invoque le Saint – Esprit, où l’on réclame sa puissance, mais où les prédications qui n’évoquent Jésus que comme une espèce de succédané d’un dieu que l’on n’aurait pas à craindre, parce que tout serait pardonné d’office par ce Jésus-là, sans confession, sans repentance, sans renoncement aux œuvres mortes, sans séparation du péché, sans sanctification !

On y prêche un Jésus qui serait d’accord pour que tous les chrétiens soient prospères et règnent d’emblée sur terre, alors que Jean a dit :

« 1Jn 2 : 15 N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui; 16 car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. 17 Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. »

Jésus, Lui, a dit :

Lu 12 : 9 Et vous, ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets. 30 Car toutes ces choses, ce sont les païens du monde qui les recherchent. Votre Père sait que vous en avez besoin. 31 Cherchez plutôt le royaume de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.

On a beau se proclamer chrétien, à partir du moment où l’on s’inquiète des choses de la vie, c’est que notre foi est bancale. Sans la foi, on ne peut plaire à Dieu. On n’est, aux yeux de Dieu, que « des païens du monde ».

Qu’en est-il de ceux qui courent aprés la prospérité ? Ils sont pires que des païens : ce sont des faux chrétiens qui ont l’amour de l’argent au lieu d’avoir l’amour de la vérité. Bref, ce sont des apostats, qui ont probablement connu la vérité, mais qui l’ont reniée, qui ont commencé par l’essprit et fini par la chair, (Gal 3:3), et « qui crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie » (Héb 5 :6)

L’auteur déclare juste après la sentence divine qui en découle : « réprouvé, près d’être maudit, et on finit par y mettre le feu »

Voici le salaire annoncé de ceux qui se moquent de Dieu en bafouant sa Parole.

Le Saint-Esprit viendrait-Il appuyer leurs prédications creuses, centrées sur les miracles qu’ils ont obtenus ? Et viendrait-Il bénir les foules idolâtres qui s’agglutinent autour d’eux ?

Disons l’évidence : les manifestations surnaturelles qui sont associées à ces appels au Saint-Esprit, dans ces contextes d’apostasie, ne peuvent provenir que du diable, car Dieu est trois fois saint.

En fait, pour ceux qui ont quelques notions de ce qui se déroule dans les cérémonies sorcières, dans la magie, dans les cérémonies sataniques, dans le chamanisme, dans les rituels islamiques, bouddhistes, taoïstes, etc., les manifestations surnaturelles qui s’y déclenchent (réellement !) ressemblent à s’y méprendre à ce qui se déroule aujourd’hui dans beaucoup de nos grands rassemblements « de réveil », « MIRACLES » APPARENTS COMPRIS.

Miracles provisoires, suivis de beaucoup de chagrin.

Tandis que les bienfaits de notre Dieu ne sont suivis d’aucun chagrin !

Proverbes 10:22

« C’est la bénédiction de l’Eternel qui enrichit, Et il ne la fait suivre d’aucun chagrin. »

Cherchons avant tout cette bénédiction de l’Eternel, et tous les problèmes se résoudront d’eux-mêmes. La bénédiction ne se trouve pas dans la recherche d’onction ou d’imposition des mains de quelque oint que ce soit, même si de vrais oints peuvent transmettre beaucoup de choses par l’imposition des mains : dons, guérison, etc.

La bénédiction dépendra encore moins du fait que l’on arrosera certains « hommes de Dieu » de beaucoup d’argent ! Ceux qui font croire cela ne sont pas des serviteurs de Dieu, mais des loups et des rapaces…

La bénédiction – la Bible nous le dit de l’Alpha à l’Omega, et notamment en Deutéronome 28, en Lévitique 26, en Matthieu 6 et en 1Jn 3 -, est entièrement liée à notre obéissance à la Parole de Dieu… de l’Alpha à l’Oméga, et pas seulement en n’utilisant dans la Parole que quelques versets « sympathiques » qui ne demandent aucune crucifixion du MOI !

CONCLUSION

Nous voici donc, chacun pour notre part, face à un choix qui sera de plus en plus irréversible.

La première voie, aguichante, et que beaucoup emprunte, c’est la voie d’un évangile rempli de compromis, d’ « arrangements » avec Dieu en escomptant sur sa bonté (que l’on confond avec la tolérance humaniste), et en faisant fi de tous les sévères avertissements lancés par le Seigneur dont la Parole ne changera pas d’un iota tant que les cieux et la terre subsisteront.

Entre autres :

Apoc 22 : 12 – 16

« Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son oeuvre.

Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville !

Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge ! Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Eglises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin. »

Notons qu’au verset 16, Jésus insiste, par le « vous » et par « dans les Eglises », sur le fait que ces paroles sont destinées aux chrétiens, et non aux païens.

Il existe un autre chemin. Il est très étroit et peu le trouvent, surtout dans ces derniers temps où « l’amour du plus grand nombre disparaît ». C’est la voie de l’obéissance dans l’humilité et dans la soumission parfaite à notre grand Roi, en sachant qu’on aura des tribulations, qu’on sera rejeté, calomnié, piétiné, méprisé, bien moins des païens que de ceux qui rejoignent les rangs de la Grande Prostituée.

Mais, Jésus l’a dit à trois reprises :

« Celui qui persévèrera jusqu’à la fin sera sauvé » (Mt 10 :22 – 24 :13 – Mc 13 :13)

C’est un chemin difficile, souvent désertique, qui n’attire pas la gloire des hommes. Mais la récompense finale vaut tous les sacrifices, et surtout, c’est la seule voie qui procure, dès maintenant, la paix que seul Jésus-Christ peut donner, au milieu d’un monde qui sombre dans l’angoisse et va sombrer, de plus en plus fortement et de plus en plus vite, dans l’angoisse, au point d’en mourir de terreur. (Lu 21 :26)

Et surtout, c’est le chemin qui mène dans le cœur d’amour de Dieu.

  24Comments

  1. Mestchersky Boris   •  

    Le début de l’ère Chrétienne,
    dès le début donc, ce n’est que quand l’Eglise de Jérusalem a connu la dispersion, pour cause de persécutions, qu’ils, les chrétiens, ont porté du fruit.
    Ils se démarquaient d’office de ce que les premiers chapitres des Actes relataient du monde antique, alors sous la coupe et la puissance romaine.

    Pourquoi en serait-il autrement, en ces temps, qui voient venir la fin ?

    Le grand réveil tant attendu, tant décrit, n’est en fait, que l’avènement de l’Apostasie dans le monde chrétien, qui va déterminer la venue de l’homme d’iniquité, de l’impie, de l’anté-christ.
    Et qui influencera la religion unique choisie par lui , pour séduire les masses et les manipuler !

    C’est Notre Seigneur Jésus-Christ qui parle :

    Vous me connaissez, et vous savez d’où je suis !
    Je ne suis pas venu de moi-même : mais Celui qui m’a envoyé est vrai, et vous ne le connaissez pas.
    Moi, je le connais car je viens de Lui, et c’est Lui qui m’a envoyé.

    Jean 7 versets 28 à 29

    Il ne vient pas de lui-même mais, Il travaille d’après ce qu’Il entend et voit de la part du Père.

    Conformément au modèle reçu !

    Le tabernacle , la tente d’assignation et le temple furent construits, selon ce principe !

    Préfiguration de ce que le ministère de notre Seigneur et Sauveur Jésus de Nazareth, le Christ Le Sauveur, D.ieu fait homme, allait accomplir parfaitement sur la terre.

    N’est-ce pas là, le modèle à suivre ?
    Le modèle par excellence !

    Soyons les imitateurs de Paul, comme lui-même l’était de Christ, son Sauveur et Maître.

    Appliquons le schéma que nous avons recu, adressons-nous au Père, en suivant les étapes du " Notre Père ", car en Jésus-Christ nous avons reçu le pouvoir de devenir enfant de D.ieu. si nous croyons et persévérons à marcher humblement avec notre D.ieu.

    Parlons au Père, par Amour , puisque son Amour s’est exprimé parfaitement, par sa Justice, en offrant ce qu’Il avait de meilleur, son Fils unique, Jésus-Christ de Nazareth.

    C’est en son nom, que nous nous adressons à Lui, au Père des lumières, et que par ce Fait, nous le considérons, comme D.ieu et Père de nos vies.

    Dans nos assemblées, soit nous nous adressons qu’ à
    " Jésus ", mais quel Jésus ?
    Il y en a plein l’Amérique du Sud, l’Espagne, et le Moyen-orient !

    Soit nous nous permettons de nous adresser directement au Saint-Esprit qui n’a pas cette fonction.
    Son ministère est parfaitement décrit dans l’évangile de l’apôtre Jean, entre autres.

    Soit à Dieu, sans prononcer qu’Il est notre Père et encore moins, par le nom qu’Il nous a donné, par le merveilleux nom de Jésus-Christ de Nazareth, notre Seigneur.

    Combien d’assemblées, combien le peuple élu est léger, dans son approche, devant la Souveraineté et la Toute Puissance de notre D.ieu Créateur, décrite pourtant si bien par les livres de Deutéronome, les Nombres, l’Exode, et bien d’autres livres de l’Ancienne-Alliance.

    Croyez-vous que nous pouvons nous approcher du trône de la Grâce, sans cette disposition d’humilité, et d’adoration que requiert une telle présence, sans l’idée d’un protocole, quoique que nous soyons ses Fils ?

    Le fils prodigue n’avait plus rien à revendîquer, pourtant son Père le revêt de tous les attributs d’avant son départ.
    Ayons une telle disposition d’esprit, pour ne pas devenir les derniers.

    On est pourtant, prompt à se lever et à courir pour honorer la visite d’un monarque, d’un président, d’un ministre ou d’ autres autorités; mais nous restons impassibles et calés, profondément assis, dans nos fauteuils, le dimanche ou autres jours, quand il s’agit d’invoquer le Rois des rois, le Seigneur des seigneurs, le D.ieu des dieux.

    Comment exprimer d’une autre manière sa Magnifitience, sa Souveraineté absolue, et sa Volonté ?
    Que par un abandon de tout notre être, une soumission à l’exemple de Jésus-Christ de Nazareth, en tous points conforme à Lui, c’est Lui qui nous a ouvert ce Chemin par excellence.

    Le chemin de la véritable consécration, d’adorer, Dieu notre Père, en Esprit et en Vérité !

    Déjà se démarqueront les chrétiens véritables, de ceux qui en font profession, mais qui nourrissent leur propre ventre !
    Ils sont de la terre et s’intéressent qu’aux choses de la terre !

    Moi je suis d’en Haut, Dit le Seigneur Jésus de Nazareth, aux pharisiens, et vous vous êtes d’en-bas.

    Aspirons aux choses, aux dons les meilleurs !
    Comme notre Seigneur Jésus-Christ, Il dira:- Mon royaume n’est pas de ce monde !

    Est-ce là notre réalité ?

    Que D.ieu notre Père nous aide, par Jésus-Christ, l’Agneau immolé pour nous, mais assis à la droite du Père , sur le trône de Gloire!
    Son règne est un règne d’équité, de droiture, de Justice et d’Amour, aux siècles des siècles et à Jamais ! Amen.

    Fraternellement,

    Boris Mestchersky.

  2. pierre   •  

    Cet article met en face des réalités, et elles sont dures. Cela fait
    penser à Churchill, qui promettait aux anglais "de la sueur,
    du sang et des larmes", promesse qui balayait toute illusion
    mais fut suivie de la victoire.
    Il y a longtemps, j’avais été frappé par le fait que Judas lui-même
    avait reçu, comme les autres disciples, le don de chasser les
    démons, ce qui ne l’a pas empêché de faire naufrage. Loin d’une
    technique de bien-être (comme on a tendance à le considérer
    parfois), l’Evangile et tout ce que dit la Bible sont une réalité
    tangible et littéralement terrifiante; et il me paraît toujours plus
    surprenant de voir si peu de chrétiens s’en rendre compte ou,
    tout au moins, l’exprimer. Il n’y a guère que dans ce blog et de
    rares autres du même genre – assez mal vus par beaucoup –
    que cela transparaît.

  3. caludine   •  

    Pour revenir à la conclusion ,il est bien vrai que c’est un danger ,un piège subtil que de durcir nos cœurs ,de devenir méfiants envers les autres ,de voir le mal partout et de devenir des "insensibles " des "intouchables",donc des exclus de la volonté de Jésus .
    Jésus a pleuré ,certainement qu’Il pleure encore .

  4. didier sentinelle 68   •  

    Le fait est que le peuple de Dieu doit se remettre en question , reconnaitre qu’il s’est trompé de voie , se repentir et s’humilier , si l’Eglise se meurt……….le monde meurt.
    Restons sur la brèche , remontons sur les murailles et avertissons le peuple.

    didier sentinelle 68

  5. Even   •  

    Merci beaucoup pour cet article, par contre la phrase citée "Je mets une ligne de séparation au milieu de mon peuple" ne fait pas partie du verset dans toutes les Bibles que j’ai consultées et en lisant on pourrait le croire car elle est en italique, je pensais que cela méritait d’être dit, sans remettre évidemment en cause quoi que ce soit dans la véracité de la vision. Even

    Michelle: effectivement, ce n’est pas dans la Bible, mais c’est ce que j’ai vu et entendu. Ceci dit, c’est dit sous une autre forme en Ezéchiel 34 quand Dieu dit qu’il va séparer les brebis et les boucs… ou en Jean 10 quand Jésus déclare qu’il appelle les brebis qui lui appartiennent et qu’elles SORTENT DE LA BERGERIE. Il dit aussi en Apoc 18:4: SORTEZ D’ELLE MON PEUPLE… La même pensée est là, sous des formes différentes…

  6. Misery   •  

    Juste une petite précision sur le passage de Matthieu 25 ou Christ parle de séparer les brebis des boucs … en faite ce n’est pas "boucs" mais "chèvres". dans les versions que je possède seul la Darby traduit "chèvres".
    Les chèvres représentent les pécheurs. Le tabernacle était couvert de quatre couches dont une en poils de chèvres …

    Je trouve ce message très juste. Je ne vous connais qu’au travers de vos livres madame Michelle D’Astier, je vous remercie pour ce que vous faites. Certains dirons qu’une femme ne doit pas enseigner, mais je préfère citer Paul qui dit qu’en esprit il n’y a plus ni homme ni femme

    Michelle: les deux traductions sont bonnes. Il est évident que Jésus fait aussi un rappel de ce qui est écrit en Eze 34, notemment le verset 21, et évoque ceux qui écrasent les brebis faibles et les blessent…

  7. Geneviève   •  

    Bonjour,

    Par la lecture des derniers articles, j’ai constamment à l’esprit un songe que j’aie fait il y a très peu de temps, environ deux mois.
    Qui semble être en corrélation avec tout ce qui ce dit dans ses articles quant à l’apostasie qui s’est installée dans l’épouse de Jésus-Christ.
    Mais il me reste encore voilé parce que je ne connais pas la symbolique du rat.
    Peut-être pourrez-vous, Mme Dastie,r m’apporter un complément de compréhension à celui-ci.
    Voici : je voyais une église située au milieu de pavillons par devant son accès qui est une impasse face à moi comme si je regardais un film, j’étais donc spectatrice. Je voyais celle-ci brûler totalement, dans un grand fracas de flammes très vives, sans qu’aucun pavillon ne fut touché par les flammes. Les gens, à l’intérieur, brûlaient eux-mêmes jusqu’à devenir de la cendre quand, au bout de quelques secondes de ce feu, je vis sortir de cette église des milliers de rats ….

    Michelle: les rats, dans la vie, symbolisent les gens cupides… je ne crois pas qu’il en soit différent dans tes rêves… Dieu annonce sans doute un jugement et te dit: FUIS (Apoc 18:4)

    Je vous remercie pour l’aide dans l’interprétation de ce songe

  8. DEMIS   •  

    DIEU aurait dit à l’homme ,créature imparfaite "tu ne tueras point" Or il suffit de lire la bible pour se rendre compte que DIEU est le plus grand assassin de tous les temps(la liste de ses crimes est longue…)allant jusqu’ à tuer des innocents pour étancher sa soif de vengeance!Quel bel exemple à suivre lui qui est la perfection même!!!
    Demis
    DEMIS
    BIBLE,CORAN on voit où cela a conduit l’humanité!!!
    Oui, je crois en Dieu mais je me méfie des "RELIGIONS DU LIVRE" ferments de fanatisme, d’intolérance et de haine!

    Michelle: C’est l’homme qui a rejeté Dieu, ce qui a fait entrer la mort dans le monde. C’est l’homme qui se cache derrière le nom de Dieu pour tuer, pour haïr… tu parles comme ceux qui ne savent strictement rien du vrai Dieu…. Ne reviens pas pour mettre ces inepties un milliard de fois répétées par les hommes en rébellion contre Dieu, et qui ne savent même pas qu’ils peuvent se réconcilier avec Dieu et ainsi recevoir la vie éternelle par la foi en Jésus-Christ.

  9. DEMIS   •  
  10. Véro   •  

    Chère Michelle,
    Récemment, j’ai été prise d’une profonde tristesse, si profonde que j’ai eu du mal à m’en remettre durant qqs jours… Ce qui l’a causé, c’est la pensée que j’ai eue en suivant, de loin, les jeux olympiques en Chine.
    Il m’est arrivé à de rares reprises de suivre, en pointillé, cet "évènement", et en voyant la "marée humaine" dans les stades, je me suis dit: "Seigneur, dans l’immensité de ces foules, combien, mais combien t’ont accepté et reconnu comme Sauveur, combien de ces âmes sont sauvées? Combien vont périr dans la géhenne, sans parfois même le savoir?" J’ai été prise d’écoeurement en voyant tout l’étalage de ce faste, de ce luxe, de l’idolâtrie envers les sportifs "stars" et de tous les qualificatifs dont ils sont gratifiés!!
    Les commentateurs sportifs étaient comme "hors d’eux-mêmes", dans un tel état que c’en était ridicule, si ce n’était pas si dramatique!
    Et j’ai pensé: "Ils adorent la créature au lieu du Créateur…".

    Je n’arrive plus à supporter toutes ces choses, cette corruption, cette souillure qu’on nous sert à longueur de temps dans les médias: films, musiques, chansons, émissions, où le péché et les abominations sont des "arts de vivre", où le mal est appelé bien, et le bien, mal, où Dieu est moqué sans cesse…
    A la maison, je passe pour la rabat-joie de service lorsque je mets en garde contre tel programme ou telle chanson, c’est difficile, j’ai l’impression d’être toute seule…

    Michelle : tu n’es pas seule. Mais Jésus a dit: « Le chemin est étroit, resserré et il y en a peu qui le prennent ». Même dans le milieu qui se dit chrétien, combien le sont réellement aux yeux de Dieu ?

  11. ANNA   •  

    oh michele , c’ est pas joli joli tes réponses à DEMIS
    c’est ce DIEU DE LA BIBLE qui te rends comme ca acariatre à en perdre les pédales?ton histoire de plier les genoux devant etc ,etc…je trouve cela ridicujle et pathétique;POUR QUI TE PRENDS TU POUR DONNER DES LECONS dont tu ignores le parcours dans la vie?.
    ANNA

    Note de Laurence: Demis ton commentaire est stupidement pathétique ou alors tu as un bonne dose d’humour que je ne saisis pas: ton IP est visible et tu es démasqué!
    Tu devrais accepter d’en recevoir des leçons de la part de ceux qui ont la capacité de t’en donner !
    Visiblement ton orgueil t’en empêche.. mais je crois qu’il te sera possible de connaître la grâce de ce Dieu que tu rejettes.
    En attendant, passe ton chemin stp. Merci

    Michelle : tu as raison Laurence: je vais mettre systématiquement en ligne, visiblement, ceux qui s’amusent à venir se défendre eux-mêmes en prenant d’autres pseudos: ils se moquent méchamment des lecteurs, méprisent le temps de ceux qui travaillent sur ce blog: ils démontrent ainsi le vrai fond de leur coeur, eux qui prétendent être des gens bien, sans Dieu. On voit le résultat…. ! Mais, le Seigneur Jésus et sa Parole nous ont averti de ce qu’était le vrai coeur de l’homme: quand il se pense masqué et anonyme, il déverse le venin d’aspic qui est sous sa langue, conformément à ce qui est dit en Romains 3:10 – IP Demis alias ANNA …. (je le transmettrai si nécessaire, pour protéger les blogs chrétiens de ces personnes remplies de duplicité…)-

  12. Stéphane   •  

    Bonjour Michelle,

    Tout d’abord je tiens à vous féliciter pour ce blog très édifiant, quelle joie lorsque je l’ai découvert ! J’ai lu certains de vos livres comme "Le Tourment et la Grâce" et "L’approche de la fournaise apocalyptique", et je vous ai croisée il y a quelques années dans une assemblée à Chalonvillars en Franche-Comté… Pas de fanatisme je vous rassure, la gloire en revient au Seigneur !

    Voilà, j’aimerais demander une explication à propos d’un passage qui m’a troublé dans l’Ancien Testament :

    Juges 11:30

    Et Jephté fit un vœu à Yahvé : "Si tu livres entre mes mains les Ammonites, celui qui sortira le premier des portes de ma maison pour venir à ma rencontre quand je reviendrai vainqueur du combat contre les Ammonites, celui-là appartiendra à Yahvé, et je l’offrirai en holocauste". Jephté passa chez les Ammonites pour les attaquer et Yahvé les livra entre ses mains. Il les battit depuis Aroèr jusque vers Minnit vingt villes , et jusqu’à Abel-Keramim. Ce fut une très grande défaite; et les Ammonites furent abaissés devant les Israélites. Lorsque Jephté revint à Miçpé, à sa maison, voici que sa fille sortit à sa rencontre en dansant au son des tambourins. C’était son unique enfant. En dehors d’elle il n’avait ni fils, ni fille. Dès qu’il l’eut aperçue, il déchira ses vêtements et s’écria : "Ah ! ma fille, vraiment tu m’accables ! Tu es de ceux qui font mon malheur ! Je me suis engagé, moi, devant Yahvé, et ne puis revenir en arrière." Elle lui répondit : "Mon père, tu t’es engagé envers Yahvé, traite-moi selon l’engagement que tu as pris, puisque Yahvé t’a accordé de te venger de tes ennemis, les Ammonites." Puis elle dit à son père : "Que ceci me soit accordé ! Laisse-moi libre pendant deux mois. Je m’en irai errer sur les montagnes et, avec mes compagnes, je pleurerai sur ma virginité." "Va", lui dit-il, et il la laissa partir pour deux mois. Elle s’en alla donc, elle et ses compagnes, et elle pleura sa virginité sur les montagnes. Les deux mois écoulés, elle revint vers son père et il accomplit sur elle le vœu qu’il avait prononcé. Elle n’avait pas connu d’homme. Et de là vient cette coutume en Israël : d’année en année les filles d’Israël s’en vont se lamenter quatre jours par an sur la fille de Jephté le Galaadite.

    Que signifie ce passage controversé ? Il me semble que l’Eternel a en abomination les sacrifices humains, alors s’agit-il comme le prétendent certains d’une consécration "religieuse" de la fille de Jephté (d’où ses pleures sur sa virginité) selon une interprétation du texte hébreu original, ou alors d’une punition divine infligée à Jephté à cause de son voeu insensé ? Parce qu’il y est bien question d’holocauste de toute évidence !… Et l’on sait que le péché peut avoir des conséquences sur les innocents, c’est tout à fait biblique.

    Je pense d’ailleurs que c’est ce genre d’exemple qui dérange des personnes comme Demis, pouvez-vous nous éclairer ?

    Merci à tous par avance.

    Michelle: Jephté a effectivement fait un voeu insensé: jamais Dieu n’a voulu de sacrifices humains (hormis Jésus, sacrifice parfait !). C’est pourquoi il avait arrêté le bras d’Isaac, et annoncé les sanctions terribles pour ceux qui livraient leurs enfants à Moloch. Mais Jephté savait aussi que lorqu’on fait un voeu à Dieu, on ne peut s’en dédire !

    Ecclésiaste 5:4 – (5 :3) Lorsque tu as fait un voeu à Dieu, ne tarde pas à l’accomplir, car il n’aime pas les insensés : accomplis le voeu que tu as fait.[…]

    Deutéronome 23:21 – Si tu fais un voeu à l’Éternel, ton Dieu, tu ne tarderas point à l’accomplir : car l’Éternel, ton Dieu, t’en demanderait compte, et tu te chargerais d’un péché.[…]

    Deutéronome 23:23 – Mais tu observeras et tu accompliras ce qui sortira de tes lèvres, par conséquent les voeux que tu feras volontairement à l’Éternel, ton Dieu, et que ta bouche aura prononcés.[…]

    Ecclésiaste 5:5 – (5 :4) Mieux vaut pour toi ne point faire de voeu, que d’en faire un et de ne pas l’accomplir.[…]

    Le problème des gens aujourd’hui, chrétiens compris, c’est qu’ils prononcent des voeux avec une légèreté effarante ou les rompent avec une légèreté encore plus effarante, pensant que ce sera sans conséquence ! Exemple: lors d’un mariage, les époux s’engagent à la fidélité jusqu’à la mort… on sait ce qu’il en est, y compris dans le milieu pastoral !

    Dieu a seulement voulu par cet exemple rappeler combien nous étions « enlacés par les paroles de notre bouche ». Même si Jephté n’avait pas accompli son voeu, Satan avait le droit légal de faire périr cette fille, mais Jephté en échange se serait chargé d’un péché très grave: il le savait !

  13. Christophe   •  
  14. Christophe   •  
  15. Michelle d'Astier pour Prince   •  

    Prince, je ne peux mettre en ligne tes commentaires: ils sont trop vagues et montrent que tu es très ignorant de toute la Parole: pour toi seul, il faudrait passer des heures pour t’expliquer ce que la Bible dit. Il est plus simple, si tu cherches la vérité, que tu te mettes à lire la Bible. Après, on en reparlera…

  16. Pierrot   •  

    Nous avons le même IP, ma femme , mon fils et moi ,et parfois d’autres gens qui peuvent venir nous visiter et qui se servent de l’ordi , cela ne veut pas dire que nous sommes la même personne qui utilise des pseudos différents …
    Dans une famille ,plusieurs personnes peuvent donner un avis , non???

    Michelle: ce sont les risques du métier: mais si vous venez les uns après les autres avec des pseudos différents, des avis différents, et sans que personne ne signale que c’est la même famille, difficile d’éviter les confusions ! Peut-être peux-tu mettre un peu d’ordre chez toi avant de venir m’agresser ? Merci

  17. marie noelle   •  

    c’est la première fois que je vais sur ce blog que je ne connaissais pas. Je remercie le seigneur pour me l’avoir fait connaitre; car c’est le Seigneur qui nous donne un avertissememt car c’est vrai même parmi les chrétiens nés de nouveau, il y a beaucoup de manquements. je parle d’abord pourmoi et je demande à Dieu de me diriger dans ma vie de tous les jours car j’en ai tellement besoin: je suis si faible et j’ai besoin d’avoir la force de lutter continuellement.
    merci Michelle Dieu te bénisse.
    Que penses-tu des témoins de Jéhova? J’ai lu un article sur un témoin de Jéhova qui disait qu’il y a que leur bible qui est vraie; comment peut-il dire cela? il faut prier pour ces personnes que Dieu puisse les éclairer s’il sont sincères dans leur coeur

    Michelle: le problème est qu’ils sont si enrégimentés, avec des fausses doctrines, qu’il est très difficile de leur apporter la vérité. Généralement, il faut qu’ils soient complètement brisés par ce qu’ils subissent à l’intérieur de leur système pour qu’on puisse leur apporter la bonne nouvelle ! Il te faut savoir que leur Bible est falsifiée sur quelques points et qu’en sus on met les écrits du fondateur au-dessus de la Parole de Dieu !

  18. Pierrot   •  

    Je réagissais juste pour dire que ce n’était pas forcément la même personne qui voulait se faire passer pour une autre,comme tu l’affirmais
    Je pensais à DEMIS et ANNA ,qui sont peut être mari et femme ,ou frêre et soeur …C’est tout!!!
    Mais tu à l’air de "prendre la mouche"…

    Michelle: je ne prends pas la mouche. Il se trouve que l’on a régulièrement des petits malins mal intentionnés qui changent de pseudo pour tromper les lecteurs…

  19. Jean-Marie   •  

    Bonsoir,je voudrais savoir deux choses:
    la première,pourquoi n’est-ce pas bon dans une assemblée d’invoquer le St Esprit et de Lui demander de nous remplir?La seconde concerne le "péché irrémissible" contre le St Esprit:j’ai entendu déjà une foule de théories à ce sujet mais aucune ne m’a satisfait.Pouvez-vous me donner sur ce point délicat et très controversé, une explication claire et scripturaire.Merci d’avance et que Le Seigneur vous bénisse pour tout le travail que vous faites.

    Michelle : Sur le premier point: il faut constater que nulle part dans la Bible on ne voit Jésus, les apôtres ou les premiers chrétiens invoquer le Saint-Esprit et lui demander de les remplir. En être rempli, la parole nous le montre, ce n’est pas une espèce de « magie », mais la marche dans la foi et l’obéissance, dans l’humilité et dans l’amour: alors on est naturellement rempli du Saint-Esprit ! Et le Saint-Esprit dirige toujours nos regards vers Jésus et l’œuvre de la Croix, non sur Lui-même. Si s’adresser au Saint-Esprit ne semble pas a priori être un péché, il faut bien constater que dans bien des lieux, tout le monde ne s’adresse plus qu’au Saint-Esprit, ne suit donc pas l’ordre de Jésus de s’adresser au Père en son nom, et le résultat est que les gens finissent par s’adresser, sans même le savoir, à n’importe quel esprit (2Co 11:4)… Nous ne faisons donc que tirer un signal d’alarme…

    Pour le deuxième point, j’en ai parlé dans des livres et des articles. Mais on peut le résumer ainsi, compte tenu du contexte dans lequel Jésus a prononcé ces paroles. C’est avant tout d’attribuer au diable une puissance qui ne peut venir que de Dieu: Jésus en a parlé notamment quand les pharisiens ont déclaré qu’il chassait les démons par Belzebul. Mais si on rapproche de Héb 6 et de Héb 10 qui parlent d’incapacité de pardon de certains péchés, on voit aussi que cela concerne des gens qui ont connu la puissance de Dieu, qui ont reçu la vérité, qui ont reçu le Saint-Esprit, mais qui ont tourné délibérément le dos au salut et rejeté tout ce qu’ils avaient reçu… Une caractéristique exposée en Héb 6, c’est « qu’ils ne peuvent plus être ramenés à la repentance »: l’endurcissement est irrémédiable, comme celle de Pharaon qui a pourtant compris qu’il se trouvait en face de la puissance de Dieu mais qui a choisi de s’endurcir…

  20. csm   •  

    Michelle, Bonjour
    J’etais dans une église ou le pasteur a commencé depuis 3ans a n’enseigner que sur le meme passage de la bible. L’église en était fatigué. Cette doctrine nous avait ete ramene de l Asie. Depuis, ces asiatiques ont tenté d’enseigner leur discipline a l’église. Des gens ont quitté l eglise, mais d autres sont restes. Ceux qui sont restes sont devenus comme des sortes de robots chretiens, disant Amen a tout et jugeant ceux qui n adheraient pas a cette doctrine asiatique. Meme l evangeliste de l eglise a commence a etre violent et dictateur dans sa maniere de faire tandis qu avant il etait tres doux. Bref, cette doctrine enseignee a repetition m’a atriste. En gros, elle dit que le chretien est né pour evangeliser, et notre but a tous, c’est de nous tenir sur la place du marché et evangeliser les passants. Quant au St Esprit, si on est fort, on n’en n’a pas besoin (seule la bible suffit). Le St Esprit est pour les faibles. Les reves, visions, propheties, le parler en langue, ne servent a rien si on s appuit juste sur la parole, bref,,,,etc
    Aussi, ils organisent apres chaque reunion de priere un consensus dans lequel ils oblige chaque personne a prendre la parole pour expliquer ce que Jesus a fait durant la journee pour elle. De plus, chaque chretien qu il soit ancien ou tout nouveau (1 semaine d anciennete) dans l eglise a le droit de prendre le micro et enseigner un passage de la bible mais aussi de conduire l adoration et l intercession. Alors que selon moi, il y a plein de demons dans les gens.

    J ai fait un reve ou je voulais m approcher d une epouse (mariee) pour l embrasser mais au moment de l embrasser , je vit qu elle n avait pas de tete. Quelqu un me dit que cette epouse representait surement l eglise. Christ etant la tete, celle ci n a pas Christ.

    J ai aussi reve de l evangeliste de l eglise avec son visage faisant couler plein de sang, une horreur totale.

    Enfin, j ai reve que des cadavres etaient dans l eglise au lieu de personne vivantes…

    Dans cette eglise, ma famille est toujours presente, mais le pasteur etant comme un oncle pour la famille, cette derniere a du mal a quitter l eglise.

    – Doit on prier pour le pasteur pour qu il change tout en restant dans l eglise?

    – Pourquoi, cette doctrine a repetition ne les fatigue pas?

    – Depuis son voyage en Asie, l evangeliste est devenu violent dans ses yeux, dans son language. Comment se cela se fait il?

    – Voir son visage en sang, que cela veut il dire?

    J ai mal et j ai pitie de ces serviteurs car ils avaient bien commence.

    Merci de vos reponses.

    Michelle: je pense sincèrement que cet évangéliste est possédé par un esprit humain qui l’a mis sous contrôle… j’ignore ce qu’il a fait en Asie, mais il s’est certainement laissé embarquer, sans doute imposer les mains, par un sorcier puissant. Bien sûr, tu peux prier. Mais tu peux aussi te mettre à l’écart, car Dieu t’avertit clairement que ceux qui restent sont en train de mourir spirituellement ! Et prie surtout pour tes parents: ils sont en grand danger… Ton évangéliste est sans doute vampirisé: il est lui-même en danger de mort

  21. migauma   •  

    J’aimerais juste mentionner que j’ai un peu de difficulté avec l’analyse que tu fais Michelle concernant prier ou ne pas prier le St. Esprit. Il est évident qu’on ne trouve pas explicitement le fait de prier le St. Esprit – mais on ne trouve pas non plus le fait de recevoir d’autres esprits en faisant "l’erreur" de prier le St. Esprit – selon ton analyse. Actes 19 mentionne que Paul a imposé les mains sans mentionner si oui ou non il a invoqué d’une quelconque façon le St. Esprit… En réfléchissant sur le sujet je me suis rappelé le passage de Genese 18 ou Abraham s’est prosterné devant "trois hommes" – si l’on considère que ces "trois hommes" sont la trinité; Père, Fils et St. Esprit – le texte ne mentionne pas qu’Abraham ait été reprit. Une autre chose aussi – il ne faut pas oublier que la personne du St. Esprit est une révélation nouvelle pour l’Église naissante compte tenu de l’enseignement sous l’ancienne Alliance. "…nous n’avons pas même ouï dire s’il y a un Saint–Esprit." Le fait que l’Écriture passe sous silence certaines choses n’est pas un cheval de bataille infaillible.

    En tout cas – s’il existe un passage qui supporte le fait que de demander le St. Esprit ouvre la porte aux esprits démoniaques, et bien qu’on me le mentionne svp.

    D’un autre côté La Parole dit; "Si donc vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera–t–il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent. » Luc 11:13 – Oups! En plaçant ce verset j’ai été voir dans Bible Online – et devinez ce que j’y ai trouvé? Faites l’exercice…

    Amitiés

    Michelle: nulle part tu ne trouveras mentionné que c’est un péché que de parler au Saint Esprit: Ezéchiel prie l’Esprit de venir des quatre vents. Mais, on ne le répétera jamais assez, la mission du SE est de nous focaliser sur Jésus et de rendre toute la gloire à Jésus, et Jésus nous a dit de prier le Père en son nom…. Regardons les fruits: les lieux ou assemblées ou on ne prie que le SE, sans jamais avoir l’humilité de se poster devant la Seigneurie de Jésus et de demander au Père en son nom – car ce n’est que grâce à Jésus que l’on peut être exaucé – sont souvent des lieux où l’on donne des ordres au SE, ou l’on ne fait que RECLAMER des choses comme des dûs, et où les fruits sont l’apostasie, un fausse puissance, de faux miracles… Bref, ATTENTION À CETTE SÉDUCTION ! Car si le SE est en nous, c’est LUI qui nosu fait prier le Père au nom de Jésus !!!! J’ai souvent constaté que ceux qiui ne priaient que le SE, ou le priaient sans cesse, n’avaient pas reçu de nouvelle naissance et avaient un faux parler en langue !!! Et oui… Car les démons aussi savent parler en langues !

  22. magnin roland   •  

    En effet Dieu va faire le tri,
    mais, justement, ne mélangeons pas, ce que Dieu veut séparer
    relisons donc,

    que va t il séparer, ?

    les brebis d avec les boucs

    les incrédules ANTI Christ
    d avec les enfants de Dieu,

    enfants de Dieu qui EUX sont SONT GRACIéS
    parce que, l Agneau de Dieu a pris sur LUI la condamnation,
    a leur place.
    Vraiment vraiment quelle GRACE,,
    mais ATTENTION, arrivés la,,

    mettons bien au point ceci

    Il N est PAS question pour les enfants de Dieu, de se comporter,

    –comme tu le dis, disons (vulgairement)–

    de se VAUTRER dans le peché.
    non non et non.
    un vrai Gracié
    remercie son juge et veut lui prouver qu il désire vivre d une façon NOUVELLE.

    En milieu évangélique, on dit
    en NOUVEAUTé de vie.

    Cela signifie t il qu il va etre aussitot MEILLEUR que les autres ?
    le publicain du Temple savait qu il était pecheur mais
    il suppliait Dieu,
    de ne pas le condamner,
    alors que l autre prétentieux personnage allait jusqu a se vanter,
    de sa propre justice soi disant sainte et bien au dessus des autres .
    On connait les commentaires de Jésus a son égard
    Restons donc HUMBLES modestes et soyons reconnaissants a notre SAUVEUR,
    de ce qu il a pris sur LUI,,
    a notre place, la condamnation,et le chatiment,puis, marchons dans ses pas et agissons au plus pres de notre coeur et de notre conscience pour PLAIRE a notre BON Berger et a Dieu
    qui nous le rendra, selon sa promesse
    aux temps convenables.

Laisser un commentaire