Qu’est-ce que la sanctification ?

« Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ». 1Th 4:3

 « Dieu nous a appelés à la sanctification ». 1Th 4:7

(Mt 5:48)« Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait ».

« Dieu vous a choisis par la sanctification de l’Esprit » (2th 2:13)

Mais au fait, qu’est-ce que la sanctification ?

 

Il y en a qui pensent qu’il faut se mortifier tous les jours à coups de fouet, ou en portant un cilice ! D’autres proclament à tout bout de champ:  « On n’est plus sous la loi ! », oubliant la fin de tous les versets qui en parlent :  « si on marche par l’Esprit ! », précisément pour faire tout et n’importe quoi, et surtout ne pas marcher par l’Esprit de Dieu, c’est-à-dire dans l’obéissance, en étant attentif, précisément, à ce que dit l’Esprit de Dieu !

Alors lisons Hébreux 10: il résume bien le sujet :

Héb 10: 5 à 18 : Voilà pourquoi, en entrant dans le monde, le Christ a dit :
« Tu n’as voulu ni sacrifice, ni offrande : tu m’as formé un corps. Tu n’as pris nul plaisir aux holocaustes ni aux sacrifices pour le péché.»
Alors j’ai dit : « Voici je viens – dans le rouleau du livre, il est question de moi – pour faire, ô Dieu, ta volonté ».

Il commence ainsi par dire : « Tu n’as voulu ni sacrifice, ni offrande, ni holocaustes, ni sacrifices pour le péché ; tu n’y as pris nul plaisir ». Pourtant, ces sacrifices sont offerts conformément à la Loi. Ensuite il déclare : « Voici, je suis venu pour faire ta volonté ».

Ainsi il abolit le premier état des choses pour établir le second. Et c’est en raison de cette volonté de Dieu que nous sommes purifiés du péché, grâce au sacrifice que Jésus-Christ a offert de son propre corps une fois pour toutes. Tout sacrificateur se présente chaque jour pour accomplir son service et offrir souvent les mêmes sacrifices qui, cependant, ne peuvent jamais ôter les péchés. Le Christ, lui, a offert un sacrifice unique pour les péchés, valable pour toujours, et il siège à la droite de Dieu, où il attend désormais que Dieu mette ses ennemis comme un escabeau sous ses pieds. Par une offrande unique, en effet, il a rendu parfaits pour toujours ceux qu’il purifie du péché. C’est là ce que le Saint-Esprit nous confirme de son côté. Car il dit d’abord :


« Mais voici quelle alliance je vais établir avec eux. Après ces jours-là, dit le Seigneur : je placerai mes lois dans leur coeur et je les graverai dans leur pensée.»»
Puis il ajoute :
« Je ne tiendrai plus compte ni de leurs péchés, ni de leurs fautes.»

Lorsque les péchés ont été pardonnés, il n’est plus nécessaire de présenter une offrande pour les ôter.

Comprenons-nous ce que signifie ce passage magistral ? Si nous sommes passés par la confession de notre état de pécheur ayant désespérément besoin d’un Sauveur, et par un profond repentir, accordé par la Saint-Esprit lorsque nous acceptons Jésus comme Sauveur et que nous le rencontrons au plus profond de notre cœur dans toute sa majesté, nos péchés sont devenus blancs comme neige. Dieu ne s’en souvient même plus ! AMEN ! Merci Jésus. Et Dieu nous déclare PARFAITS À SES YEUX ! AMEN ! Merci Jésus !

 Le HIC, c’est que nous sommes tout sauf parfaits, et le HIC, c’est que, puisque nous avons reçu le Saint-esprit dans notre cœur, nous allons désormais, et de plus en plus, voir nos péchés avec horreur (car nous péchons toujours !). C’est alors, et dès la première minute de notre conversion, que se met en place un processus qui va être pris en charge désormais par Dieu Lui-même: notre transformation progressive. Mais une transformation qui ne peut se faire qu’avec notre concours constant. Ce concours, c’est de ne pas tolérer le péché.

Nous avons péché ? Courons vers le trône de la grâce vers Dieu qui ne se lasse pas de pardonner, quand nous, nous ne nous lassons pas de nous humilier et de demander pardon au Seigneur, en lui confessant nos fautes et nos manquements (parfois, et même souvent, il est utile et nécessaire de le faire aussi devant un frère ou une sœur en Christ: cela fait partie de l’émondage de notre orgueil !).

1Thessaloniciens 5:23, 24 Or le Dieu de paix veut vous sanctifier entièrement; et faire que votre esprit entier, et l’âme et le corps soient conservés sans reproche lors de la venue de notre Seigneur Jésus-Christ.
Celui qui vous appelle est fidèle, c’est pourquoi il fera ces choses en vous.

(Bible Martin)

Nous ne pouvons demeurer au stade de bébés dans la foi. Nous devons grandir, changer, apprendre: sinon nous régressons et nous mourons spirituellement. Si nous nous accommodons d’un péché en pensant:  « Dieu comprendra », ou  « Bof! On n’est plus sous la loi ! », il va se produire un tout autre processus qui peut devenir irréversible: L’ENDURCISSEMENT !

Il peut se produire quelque chose de terrible, qui nous est annoncé à plusieurs reprises dans la Bible, et particulièrement en Hébreux 6:

(Semeur) 3 – Nous allons donc nous occuper de ce qui correspond au stade adulte, si Dieu le permet.
4,5,6 – En effet, ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté au don du ciel, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont expérimenté combien la Parole de Dieu est bienfaisante et fait l’expérience des forces du monde à venir et qui, pourtant, se sont détournés de la foi, ne peuvent être amenés de nouveau à changer d’attitude, car ils crucifient le Fils de Dieu, pour leur propre compte, et le déshonorent publiquement.
(Bible segond:  »Il est impossible de les ramener à une nouvelle repentance ») 7,8 – En effet, lorsqu’une terre arrosée par des pluies fréquentes produit des plantes utiles à ceux pour qui on la cultive, Dieu la bénit. Mais si elle ne produit que des buissons d’épines et des chardons, elle ne vaut rien, elle ne tardera pas à être maudite et on finira par y mettre le feu.

Le mot « repentance » est un mot clé, comme la phrase:  « Elle ne tardera pas à être maudite » ! L’endurcissement se manifeste par le fait que, bien que le Saint-Esprit ait inscrit les lois de Dieu dans notre cœur, Il n’arrive plus à nous interpeler lorsque nous les transgressons, nous n’entendons plus Sa voix car nous avons bouché nos oreilles pour ne plus entendre, nous ne les confessons plus à personne, même pas à notre Seigneur, ou alors avec une telle désinvolture que cela devient en soi une offense aussi grave que la transgression elle-même: nous nous moquons de Dieu. Alors, comme en avertit Hébreux 10: 26 et 27:

« Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l`ardeur d`un feu qui dévorera les rebelles. » 

Laisser un commentaire