Première  partie:  https://michelledastier.com/les-pasteurs-ces-hommes-qui-dominent-dans-les-assemblees-contrairement-aux-ministeres-etablis-par-le-saint-esprit/

Les Dons pour le Ministère

Mais à  chacun de nous, la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ. Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme docteurs et pasteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à  ce que nous soyons tous parvenus à  l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à  l’état de l’homme fait, à  la mesure de la stature parfaite de Christ (Ephés. 4:7,11-13).

Les dons pour le ministère, comme on les appelle, sont les divers appels et compétences spirituelles  accordés à  certains croyants, et qui les rendent capables d’être prophètes, apôtres, évangélistes, pasteur ou enseignant.

Personne ne peut s’auto désigner pour une telle fonction. Au contraire, chacun doit être appelé et oint par Dieu.

Il est possible qu’une personne occupe plus d’une de ces cinq fonctions, mais certaines combinaisons seulement sont faisables. Par exemple, il est possible qu’un croyant soit appelé comme prophète et enseignant ou comme pasteur et enseignant.

Il serait cependant invraisemblable qu’une même personne soit pasteur et évangéliste, simplement parce que le ministère du pasteur lui demande de rester sur place et de servir l’église locale; il ne lui serait donc pas facile d’exercer le ministère d’évangéliste qui lui est appelé à  voyager fréquemment.

Bien que toutes ces cinq fonctions ont des talents différents servant divers buts, ils ont tous été donnés à  l’église pour servir le but général  ; pour

 »  équiper les saints en vue de l’œuvre du ministère «  (Eph.4:12) 1.

Le but de tout ministre de Dieu doit être d’équiper le peuple saint (c’est ce que signifie le terme « saints ») pour l’œuvre du ministère.

Bien souvent cependant, ceux qui sont dans le ministère agissent comme s’ils était appelés, non pour équiper les saints pour le service, mais pour amuser les gens qui sont assis dans l’assemblée -les cultes à  l’église.

Toute personne appelée à  l’une de ces fonctions doit constamment évaluer sa contribution à   »  l’équipement des saints pour l’œuvre du ministère « .

Si chaque ministre le faisait, beaucoup aurait à  éliminer plusieurs activités considérées à  tort comme étant  »  ministère « .

Certains dons n’étaient-ils réservés qu’à  l’église primitive?

Pendant combien de temps ces dons pour le ministère seront-ils donnés à  l’église  ?

Jésus les leur donnera aussi longtemps que son peuple voudra être équipé pour le service, ce qui veut dire, au moins jusqu’à  son retour.

L’église reçoit constamment des nés de nouveau qui doivent croître, et le reste d’entre nous avons toujours besoin de mûrir spirituellement.

Certains ont malheureusement tiré la conclusion selon laquelle il n’existe que deux types de ministères aujourd’hui – celui des pasteurs et celui des évangélistes -, comme si Dieu avait changé son plan.

Non, nous avons toujours, autant que l’église primitive, besoin des apôtres, des prophètes, et des enseignants.

La raison pour laquelle nous ne voyons pas se manifester régulièrement ces dons, c’est parce que Jésus n’accorde ces dons qu’à  son église, et non à  ces églises impies et fausses, prêchant un évangile tordu.

Et on ne retrouve dans ces fausses églises que ceux qui font une faible tentative de remplir les fonctions dans ce don pour le ministère (généralement des pasteurs et très peu d’évangélistes). Mais ils réunissent difficilement ceux que Dieu a appelés, et les oints, ainsi que les dons pour le ministère que Jésus accorde à  son Église.

Il est certain qu’ils n’équipent pas les gens pour le ministère car l’évangile qu’ils proclament ne conduit pas les gens vers la sainteté.

Cela ne fait que tromper les gens, les convaincant qu’ils ont été pardonnés. Et ces gens ne désirent nullement être équipés pour le ministère. Ils n’ont aucune intention de se priver eux-mêmes, ni de prendre leurs croix.

Comment savez-vous qu’ils sont appelés?

Comment un personne sait-elle qu’elle a été appelée pour l’une de ces fonctions dans l’église  ?

D’abord et avant tout, il va ressentir un appel divin venant de Dieu.

Il ressentira le fardeau d’accomplir certaines tâches. Ceci va au-delà  de voir un simple besoin qu’on voudra satisfaire. Au contraire, c’est une faim donnée par Dieu qui amène cette personne dans un certain ministère.

S’il est réellement appelé par Dieu, il ne pourra pas être satisfait tant qu’il n’aura pas commencé à  répondre à  son appel.

Ceci n’a rien à  voir avec le fait d’être désigné par un homme ou un comité.

C’est Dieu qui appelle.

Deuxièmement, une personne réellement appelée par Dieu sera équipée par Dieu lui-même pour accomplir sa tâche.

Chacune de ces cinq fonctions ont en elles l’onction surnaturelle qui vous rend l’individu capable de faire ce que Dieu lui demande de faire.

L’onction arrive avec l’appel. Il n’y a pas d’appel sans onction. S’il n’y a pas d’onction, il n’y a pas d’appel.

Une personne peut aspirer à  un certain ministère, aller à  l’école biblique pendant quatre ans se formant et se préparant pour le ministère, mais sans l’onction de Dieu, il n’a aucune chance de réussir réellement.

Troisièmement, il se rendra compte que Dieu ouvre certaines opportunités afin qu’il puisse exercer ses dons particuliers.

De cette façon, il peut prouver sa fidélité, et finalement Dieu peut avoir confiance en lui et lui confier de plus grandes opportunités, responsabilités et de plus grands dons.

Si une personne n’a pas ressenti une divine poussée interne et un appel pour un des dons de ministère,

ou si elle ne sait pas qu’elle a une onction spéciale de Dieu pour accomplir une certaine fonction donnée par Dieu,

ou si elle n’a reçu aucune opportunité pour exercer les dons qu’elle pense avoir,

cette personne ne doit pas tenter de devenir ce que Dieu ne l’a pas destinée à  être.

Il doit au contraire tout faire pour être une bénédiction dans son église locale, dans son voisinage, et là  où il travaille.

Et même s’il n’est pas appelé dans l’un des cinq ministères principaux, il est appelé à  servir en utilisant les talents que Dieu a déposés en lui, et il doit tout faire pour être trouvé fidèle.

Bien que les écritures fassent mention de cinq dons de ministère, ceci ne signifie pas que toute personne qui se retrouve dans une certaine position doit avoir un ministère identique.

Paul avait écrit qu’ il « existe une diversités de ministères« (1 Cor.12:5), montrant des différences entre les personnes occupant les mêmes fonctions possibles. Bien plus, il semble qu’il y a divers niveaux d’onction sur ceux qui occupent ces fonctions, de sorte que nous pouvons catégoriser chaque fonction selon son niveau d’onction.

Par exemple, il y a certains enseignants qui semblent, d’une certaine manière, plus oints que les autres. Il en est de même pour les dons pour le ministère.

Je crois personnellement que chaque serviteur de Dieu peut faire des choses qui résulteront en une augmentation d’onction sur son ministère, tel que se montrer fidèle pendant un certain temps et une profonde consécration personnelle à  Dieu.

Un regard plus approfondi de la fonction d’apôtre

Le mot grec traduit apôtre est apostolos et cela signifie littéralement  »  celui qui est envoyé « .

Un véritable apôtre du Nouveau Testament est un chrétien divinement envoyé à  certains endroits pour établir des églises. Il pose les fondements de  »  l’édifice de Dieu  » et est d’une certaine manière comparable à  l’entrepreneur en chef, comme Paul, apôtre lui-même, avait écrit  :

Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu. Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme le sage architecte et un autre bâtit dessus (1 Cor. 3:9-10a).

Un entrepreneur en chef ou l’architecte supervise tout le processus de construction  : il a une vision du produit fini. Il n’est pas spécialiste comme le charpentier ou le maçon.

Il peut faire le travail du charpentier ou du maçon, mais pas autant que ceux qui sont spécialistes.

De même, un apôtre a la capacité de faire le travail de l’évangéliste ou du pasteur, mais seulement pour un temps limité pendant lequel il établit l’église (Paul restait habituellement au même endroit de six à  trois ans).

L’apôtre est au sommet de sa capacité lorsqu’il établit des églises et qu’il veille à  ce qu’elles restent sur la voie tracée par l’Eternel.

Un apôtre est responsable de l’installation des anciens/ pasteurs/superviseurs pour paître chaque congrégation qu’il a plantée (Actes 14:21-23; Tit. 1:5).

Les véritables et les faux Apôtres

Il semble que certains ministres aujourd’hui désirant avoir de l’autorité sur les églises se précipitent pour se déclarer apôtres. Mais la plupart ont un sérieux problème.

Puisqu’ils n’ont jamais établi une seule église (peut-être une ou deux) et qu’ils n’ont ni l’appel, ni l’onction pour l’apostolat, ils doivent rechercher des pasteurs dupes sur lesquels ils vont exercer leur autorité ainsi que sur leurs églises.

Si vous êtes un pasteur, ne vous laissez pas tromper par ces faux prophètes assoiffés de pouvoir et auto proclamés.

Ce sont généralement des loups en peau d’agneau.

Leur seule motivation est généralement l’argent.

Les écritures nous mettent en garde contre les faux apôtres ( 2 Cor. 11:13, Apoc. 2:2).

S’ils doivent vous dire qu’ils sont des apôtres, cela en soi-même est une indication qu’ils ne le sont pas  !

On les reconnaît à  leurs fruits.

Un pasteur qui établit sa propre église et qui continue à  la diriger pendant plusieurs années n’est pas un apôtre. Des tels pasteurs peuvent être appelés pasteurs apostoliques puisqu’ils ont commencé leurs propres églises.

Ils ne sont toujours pas des apôtres, parce que l’apôtre plante continuellement des églises.

Un missionnaire réellement oint et envoyé par Dieu et dont l’appel principal est d’établir les églises, gardera sa fonction d’apôtre.

D’autre part, ceux qui établissent des écoles bibliques ou de formations pour les pasteurs ne sont pas des apôtres, mais des enseignants.

Le vrai ministère d’apôtre est caractérisé par des signes et des merveilles surnaturels qui aident dans l’établissement des églises.

Paul avait écrit:

Car, je n’ai été inférieur en rien aux apôtres par excellence, quoique je ne sois rien. Les preuves de mon apostolat ont été éclatées au milieu de vous par une patience à  toute épreuve par des signes, des miracles et des prodiges. (2 Cor. 12:11b-12)

Si une personne n’a pas de signes et prodiges accompagnant son ministère, cette personne n’est pas un apôtre.

Il est évident que les vrais apôtres sont rares et ils n’existent pas dans les églises fausses, impures et prêchant un faux évangile.

Je les trouve dans les parties du monde qui sont encore des territoires vierges à  l’évangile.

Le rang le plus élevé  : l’apôtre

Dans les deux listes des dons dans le Nouveau Testament, la fonction vient en premier lieu, indiquant que c’est l’appel le plus élevé (Eph. 4:11;1 Cor. 12:28).

Personne ne commence son ministère en tant qu’apôtre. Une personne peut être appelée à  devenir un apôtre à  la fin, mais il ne peut jamais commencer directement par cette fonction. Il doit d’abord prouver qu’il est fidèle pendant des années, à  travers la prédication et l’enseignement.

Et enfin, il pourra alors entrer dans la fonction pour laquelle Dieu l’avait appelé et préparé.

Paul avait, dès le sein de sa mère, été appelé à  être apôtre, mais il avait passé plusieurs années dans le ministère avant de prendre ses véritables fonctions (Gal.1:15; 2:1). Il avait en fait commencé comme enseignant et prophète (Actes 13:1-2). Ce n’est que plus tard qu’il avait été promu apôtre lorsqu’il avait été envoyé par le Saint-Esprit. (Actes 14:14).

Nous trouvons la mention faite sur d’autres apôtres et sur les douze premiers dans Actes 1:15-26; 14-14; Rom. 16:17; 2 Cor.8:23; Gal. 17-19).

Le mot traduit « messager » dans 2 Cor.8:23 et dans Phil. 2:25 est le mot grec « apostolos ».

Ceci réfute la théorie selon laquelle la fonction d’apôtre n’est limitée qu’aux douze premiers apôtres de Jésus.

Seuls douze apôtres cependant peuvent être classés comme « apôtres de l’Agneau » et seuls ces douze apôtres auront une place spéciale dans le règne millénaire de Christ (Mat. 19:28; Apoc.21:14). Nous n’avons plus besoin d’apôtres comme Pierre, Jacques et Jean qui n’avaient reçu que l’inspiration pour écrire la Bible, car la révélation biblique est complète.

Aujourd’hui cependant, nous avons besoin des apôtres qui établissent des églises par la puissance du Saint-Esprit, comme l’avaient fait Paul et les autres apôtres dont les actions nous sont rapportées dans le livre des Actes des apôtres.

La fonction de prophète

Un prophète est celui qui reçoit des paroles et des révélations surnaturelles sous une inspiration divine.

Il est naturellement utilisé fréquemment dans le don spirituel de la prophétie autant que dans les dons de révélation  :

la parole de sagesse,

la parole de connaissance

et le discernement des esprits.

Tout croyant peut-être utilisé par Dieu dans le don de prophétie, selon le bon vouloir de l’Esprit, mais cela ne fait pas de lui un prophète.

Un prophète est avant tout un ministre qui prêche ou enseigne avec onction.

Car, la prophétie semble être l’appel numéro deux

(voir l’ordre dans la liste contenue dans 2 Cor.12:28).

Même un ministre à  temps plein ne peut pas être établi prophète tant qu’il n’a pas été dans le ministère pendant plusieurs années.

S’il entre dans ces fonctions, il doit être surnaturellement équipé pour fonctionner.

Nous avons deux personnes dans le Nouveau Testament qui étaient des prophètes: il s’agit de Jude et de Silas. Nous lisons dans Actes 1:32 qu’ils donnaient de longues prophéties à  l’église d’Antioche  :

Jude et Silas, qui étaient eux-mêmes prophètes, les exhortèrent et les fortifièrent par plusieurs discours.

Agabus est un autre exemple de prophète dans le Nouveau Testament. Dans Actes 11:27-28, nous lisons  :

En ces temps-là , les prophètes descendirent de Jérusalem à  Antioche. L’un d’eux nommé Agabus se leva et annonça par l’Esprit qu’il y aurait une grande famine sur toute la terre. Elle arriva en effet sous Claude.

(Paul et Agabus)

Remarquez que Agabus avait reçu une parole de sagesse  : quelque chose concernant le futur lui était révélé.

Evidemment, Agabus ne savait rien de ce qui allait survenir dans le futur.

Il n’avait su que ce que le Saint-Esprit lui avait révélé.

Dans Actes 21:10-11, il y a un autre exemple de la parole de sagesse agissant à  travers le ministère d’Agabus.

Cette fois, c’était au sujet d’une personne, Paul :

Comme nous étions là  depuis plusieurs jours, un prophète, nommé Agabus descendit de Judée et vint nous trouver. Il prit la ceinture de Paul et se lia les mains et les pieds, et dit: Voici ce que déclare le Saint-Esprit: L’homme à  qui appartient cette ceinture, les juifs le lieront de la même manière et le livreront entre les mains des païens

Est-il biblique, dans le Nouveau Testament de rechercher la direction personnelle en consultant les prophètes  ? Non  !

La raison est que tout chrétien a en lui le Saint-Esprit pour le guider.

Un prophète ne peut que confirmer ce que le chrétien sait déjà  être la direction de Dieu dans son esprit.

Par exemple, lorsque Agabus avait prophétisé sur Paul, il ne lui avait donné aucune direction en ce qui concerne ce qu’il devait faire. Il n’avait que confirmé ce que Paul savait depuis un certain temps.

Comme nous l’avions dit avant, Paul avait été prophète ( et enseignant) avant de devenir apôtre (Actes 13:1). Nous savons que Paul avait reçu des révélations de la part de Dieu, selon Galates 1:11-12; et il avait aussi eu un certain nombre de visions (Actes 9:1-9; 18:8-10;22:17-21; 32:11; 2 Cor. 12:1-4)

Comme pour les vrais apôtres, nous ne trouvons pas de vrais prophètes dans les fausses églises.

Une fausse église doit rejeter les vrais prophètes comme Silas, Jude et Agabus.

La raison est que les vrais prophètes révèleront le mécontentement de Dieu pour leur désobéissance (et c’est ce que Jean avait fait dans la plupart des églises d’Asie Mineure dans les deux premiers chapitres de l’apocalypse).

Une fausse église ne supporte pas cela.

La fonction d’enseignant

Selon l’ordre établi dans 1 Corinthiens 12:28, la fonction d’enseignant est le troisième important appel. Un enseignant est celui qui est surnaturellement oint pour enseigner la Parole de Dieu.

Ce n’est pas parce qu’une personne enseigne la Bible qu’elle est enseignante selon le Nouveau Testament. Beaucoup enseignent parce qu’ils aiment le faire ou qu’ils se sentent obligés de le faire.

Mais celui qui exerce la fonction d’enseignant est surnaturellement oint pour le faire.

Il reçoit régulièrement des révélations surnaturellement sur la parole de Dieu et peut expliquer la Bible telle qu’elle devient compréhensible et pratique.

Apollos est l’exemple, dans le Nouveau Testament, de celui qui avait exercé cette fonction. Paul avait comparé son ministère apostolique et celui d’enseignant d’Apollos dans 1 Corinthiens en disant  :

J’ai planté, Apollos a arrosé et Dieu a fait croître…J’ai posé des fondements, quelqu’un d’autre a bâti dessus (1 Cor.3:6,10b).

Apollos, l’enseignant n’avait planté, il n’avait pas posé de fondation. Au contraire, il avait arrosé et avait bâti des murs sur les fondations existant.

Apollos est aussi cité dans Actes 18:27:

Et lorsqu’il (Apollos) voulut aller en Achaïe, les frères l’encouragèrent et écrivirent aux disciples leur demandant de bien le recevoir; et lorsqu’il arriva, il aida grandement ceux avaient cru par la grâce, car il réfutait publiquement les juifs, démontrant à  travers les écritures que Jésus était le Christ.

Notez que Apollos  »  avait grandement aidé  » les gens qui étaient déjà  chrétiens et son enseignement était reconnu comme étant  »  puissant « .

Un enseignement oint a toujours été puissant.

Pour l’église, le ministère d’enseignement est plus important que l’opération des miracles ou les dons de guérison. C’est pour cela qu’on le trouve avant les dons dans 1 Corinthiens 12:28.

Et Dieu a établi dans l’église, premièrement les apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don de miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues.

Malheureusement, les chrétiens sont quelquefois plus attirés par les guérisons que d’entendre l’enseignement clair de la parole de Dieu qui produit la croissance spirituelle et la sainteté dans leur vie.

La bible parle de la prédication et de l’enseignement.

L’enseignement est plus logique et plus instructif, alors que la prédication est plus motivationnelle et inspiratrice.

Les évangélistes prêchent généralement. Les docteurs et les pasteurs enseignent généralement.

Il est vraiment regrettable que beaucoup de chrétiens ne reconnaissent pas la valeur de l’enseignement.

Certains même pensent que les seuls moments où les orateurs sont sous l’onction, c’est lorsqu’ils prêchent vite et à  haute voix. Il n’en est pas ainsi  !

Jésus est le meilleur exemple d’un enseignant oint. L’enseignement occupe la partie prédominante de son ministère. C’est pour cela que beaucoup l’appelait « maître » ou « enseignant » (Mat. 8:19; Marc 5:35; Jean 11:28).

Pour des études plus approfondies concernant les enseignants et les enseignements, voyez Actes 2;42; 5:21, 25, 28, 42: 11:22-26; 13:1; 15:35; 18:11; 20:18-20; 28:30-31; Rom. 12:6-7; 1 Cor. 4:17; Gal.6:6; Col 1:28; 1 Tim:4:11-16; 4:17; 6:2; Tim 1:11; 2:2; et Jac.3:1.

La dernière écriture citée nous dit que les enseignants seront jugés plus sévèrement; alors ils doivent faire très attention à  ce qu’ils enseignent. Ils ne doivent enseigner que la Parole.

La fonction d’évangéliste

L’évangéliste est une personne ointe pour prêcher l’évangile. Son message est destiné à  pousser les gens à  la repentance et avoir foi au Seigneur Jésus-Christ. Ils sont accompagnés par des signes et des miracles pour attirer l’attention des païens et pour les convaincre de la véracité de ce message.

(Baptême de l’Éthiopien par Philippe)

Il n’ y a pas de doute sur le fait qu’il y avait beaucoup d’évangélistes dans l’église primitive.

Mais un seul homme a été cité dans le livre des Actes comme évangéliste.

Il s’appelait Philippe

 »  Et entrant dans la maison de Philippe qui était l’un des sept, nous restâmes avec lui  » (Actes 21:8).

Philippe avait commencé son ministère en tant que serviteur (ou peut-être comme diacre) qui servait à  table (Actes 6:6).

Il avait été promu à  la fonction d’évangéliste à  peu près à  l’époque où la persécution avait commencé, cette persécution qui avait vu le martyr d’Etienne. Il avait prêché pour la première fois en Samarie:

Philippe étant descendu dans une ville de la Samarie, y prêcha Christ. Les foules tout entières étaient attentives à  ce que disaient Philippe, lorsqu’elles apprirent et virent les miracles qu’il faisait. Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands cris et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris. Il y eut une grande joie dans cette ville (Actes 8:5-8)

Notez que Philippe avait un message  : Christ.

Son but était de commencer à  faire des disciples, c’est-à -dire, des disciples obéissants de Christ.

Ainsi, il déclarait Jésus comme étant l’opérateur des miracles, le Fils de Dieu, le Seigneur, le Sauveur et qui serait bientôt le Juge. Il incitait les gens à  se repentir et à  suivre son Seigneur.

Il faut aussi remarquer que Philippe avait des dons surnaturels qui rendaient authentiques ses enseignements et son message. Celui qui exerce la fonction d’évangéliste doit être oint et avoir les dons de guérison et autres dons spirituels.

Les fausses églises n’ont que de faux évangélistes qui proclament un faux évangile.

Le monde est rempli de tels évangélistes aujourd’hui, et il est évident que Dieu ne confirme pas leur message par des miracles, des guérisons et des signes.

La raison en est qu’ils ne proclament pas son évangile. Ils ne prêchent vraiment pas Christ.

Ils prêchent généralement à  propos des besoins des gens et comment Christ peut leur donner une vie abondante,

ou ils prêchent une formule de salut qui n’inclut pas la repentance. Ils conduisent les gens vers une fausse conversion qui couvre leur culpabilité, mais qui ne les sauve pas.

Le résultat de leur prédication est que les gens ont moins de chance de naître de nouveau parce qu’ils ne trouvent plus la nécessité de recevoir ce qu’ils pensent avoir déjà .

De tels évangélistes, en fait, contribuent à  bâtir le royaume de Satan.

La fonction de l’évangéliste n’est pas citée avec les autres dons de ministère dans 1 Corinthiens 12:28 comme il est fait mention dans Ephésiens 4:11.

Je présume cependant que la référence  »  aux miracles et aux dons  » s’applique à  la fonction d’ évangéliste puisqu’ils avaient caractérisé le ministère de l’évangéliste. Ils donneront aussi naturellement une authenticité au ministère de tout évangéliste.

Plusieurs de ceux qui sont passés d’une église à  une autre et qui se prénomment eux-mêmes évangélistes ne le sont pas en réalité parce qu’ils ne prêchent qu’aux chrétiens qui sont déjà  dans les bâtiments des églises, et ils n’ont ni dons de guérison, ni ceux d’opération des miracles. (Certains prétendent posséder ces dons, mais ils ne peuvent tromper que les naïfs).

Leurs plus grands miracles, c’est amener les gens à  tomber après un temps, si on les pousse un tout petit peu.

Ces ministres voyageurs peuvent être des enseignants, ou des prédicateurs ou des exhortateurs (Rom.12:8), mais ils ne sont pas évangélistes.

C’est possible cependant que Dieu puisse commencer le ministère de quelqu’un comme exhortateur ou comme prédicateur et l’élever dans la fonction d’évangéliste.

Pour plus d’études concernant la fonction d’évangéliste, lisez Actes 8:4-40, un rapport sur le ministère de Philippe. Notez ici l’importance de l’inter-dépendance des dons du ministère ( versets 14-25) et comment Philippe ne faisait pas que prêcher aux foules, mais était aussi poussé par Dieu à  toucher aussi certains individus -Actes 8:25-39.

Ils semblent que les évangélises ont aussi pour mandat de baptiser leurs convertis, mais ils n’ont pas pour tâche spécifique de faire baptiser dans le Saint-Esprit les nouveaux croyants.

Ceci doit être la responsabilité primaire des pasteurs/ anciens/ des superviseurs.

La fonction du pasteur

Dans deux chapitres précédents il compare le rôle biblique du pasteur avec celui du pasteur institutionnel moyen.

Il y a, cependant, encore beaucoup à  dire concernant le ministère du pasteur.

Afin de bien comprendre ce que les Écritures disent à  propos de la fonction de pasteur, nous devons comprendre trois mots-clés grecs.

En grec, il y a

(1) polimen,

(2) presbuteros

(3) episkopos.

Ils sont respectivement traduits par

(1) pasteur ou berger,

(2), anciens

(3) superviseur ou évêque.

Le terme polimen se retrouve dix-huit fois dans le Nouveau Testament et est traduit comme berger dix-sept fois et une seule fois comme pasteur.

Le terme grec presbuteros se retrouvent soixante-six fois dans le Nouveau Testament. Soixante-six fois traduit comme ancien.

Finalement, le mot grec Episkopos se retrouve cinq fois dans le Nouveau Testament, et il est traduit quatre fois comme superviseur. La version King James le traduit comme évêque

Tous les trois mots font référence à  la même position dans l’église, et ils sont utilisés d’une manière interchangeable.

Chaque fois que l’apôtre Paul établissait une église, il désignait des anciens (presbuteros) laissés pour prendre soin des congrégations locales (Actes 14:23, Tit. 1:5).

Leur responsabilité était d’agir comme superviseurs (évêques) et bergers (Poimaino) de leurs troupeaux.

Par exemple, dans Actes 20:17, nous lisons  :

Cependant, de Milet Paul envoya chercher à  Ephèse les anciens de l’église

Que Paul avait-il dit à  ces anciens de l’église  ?

Prenez donc garde à  vous- mêmes, et à  tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang (Actes 20:28).

Notez l’usage interchangeable de ces trois termes grecs. Ils ne représentent pas trois fonctions différentes. Paul avait dit aux anciens qu’ils étaient des évêques qui devaient agir comme des bergers. Dans son premier épître, Pierre avait écrit:

Dès lors, j’exhorte les anciens (presbuteros) parmi vous, en tant que ancien aussi et témoin de souffrance de Christ, et participant aussi à  la gloire qui doit être révélée, faites paître (poimaino) le troupeau de Dieu parmi vous, pas par contrainte, mais volontairement , et selon la volonté de Dieu, non pour un gain sordide, mais avec zèle, non comme seigneurs sur ceux qui sont sous votre responsabilité, mais vivant comme exemples pour les troupeaux. Et lorsque le chef Berger apparaîtra, vous recevrez une couronne incorruptible de gloire (1Pierre5:1-4).

Pierre avait dit aux anciens de paître les troupeaux.

Le verbe qui est traduit paître est aussi traduit comme pasteur dans Ephésiens 4:11:

Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs

Ceci nous amène à  croire aussi que les anciens et les pasteurs sont identiques.

Paul aussi avait utilisé le mot ancien (presbuteros) et évêque (episkopos) de manière interchangeable dans Tite 1:5-7:

Je t’ai laissé en Grèce afin que tu mettes en ordre ce qui reste à  régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville, s’il s’y trouve quelque homme irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient accusés ni de débauche, ni rebelles,. Car il faut que l’évêque soit irréprochable comme économe de Dieu, qu’il soit ni arrogant, ni colère, ni adonné au vin, ni violent, ni porté à  un gain déshonnête.

On ne peut donc pas raisonnablement renier que la fonction de pasteur, des anciens, des évêques restent la même. Tout ce qui est écrit à  propos des évêques et des anciens dans les épîtres du Nouveau Testament s’applique aussi aux pasteurs.

La gestion de l’église

Il est aussi clair, eu égard aux passages ci-haut cités, les anciens/évêques /pasteurs n’ont pas seulement reçu la direction spirituelle de l’église, il leur avait aussi été donné l’autorité gouvernementale sur elle.

Simplement, les anciens/pasteurs/évêques sont les responsables et les membres des églises leur doivent soumission  :

Obéissez à  vos dirigeants et soumettez-vous à  eux, car ils veillent sur vos âmes sachant qu’ils devront rendre compte -Hébreux 13:17

Evidemment, aucun chrétien ne doit se soumettre à  un pasteur qui n’est pas soumis à  Dieu, mais il doit aussi reconnaître qu’aucun pasteur n’est parfait.

Le pasteur/ancien/ évêque a de l’autorité sur l’église comme un père a de l’autorité sur sa famille  : il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à  l’enseignement.

Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé.

Il faut qu’il dirige sa propre maison

et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans l’entière honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra t-il soin de l’église de Dieu  ? (1 Tim. 3:2-5).

Paul avait continué à  parler  :

Que les pasteurs, (les anciens et les évêques) qui dirigent bien soient comptés dignes d’un double honneur, spécialement ceux qui travaillent durement à  l’enseignement et à  la prédication (1 Tim.5:17).

En clair, il revient aux anciens de gouverner l’église.

Les anciens non bibliques

Beaucoup d’églises croient que leur structure de gestion est biblique parce qu’elles ont des groupes d’anciens qui gouvernent. Mais leur problème est que leur conception de qui peut être ancien est erronée.

Leurs anciens sont souvent élus ou choisis à  tour de rôle dans la congrégation.

Ils sont souvent appelés  »  comité des anciens « .

Mais de tels gens ne sont pas des anciens selon la définition biblique.

Si nous examinons simplement les conditions fixées par Paul pour qu’un homme soit un ancien, cela devient plus clair. Paul avait écrit qu’un ancien doit être à  temps plein, et par conséquent, payé, pour enseigner/prêcher et gouverner dans l’église (1 Tim. 3:4-5; Tit. 1:9).

Très peu, si même il en y a, qui s’assoient dans le  »  comité des anciens  » de l’église sont qualifiés.

Ils ne sont pas payés; ils ne prêchent pas; ils n’enseignent pas. Ils ne travaillent pas à  temps plein pour l’église et ils savent rarement comment gérer une église.

Un gouvernement non biblique dans une église peut être la cause de bien plus de problèmes dans l’église locale qu’autre chose. Lorsque l’église est dirigée par de mauvaises personnes, il faut s’attendre au trouble. Cela peut ouvrir la porte des querelles, des compromis et du désordre total de l’église.

Une structure gouvernementale non biblique est un tapis de réception du diable.

Je sais que je suis en train d’écrire aux pasteurs des églises institutionnelles aussi bien qu’à  ceux des églises de maisons.

Certains pasteurs des églises institutionnelles peuvent être à  la tête des églises qui ont déjà  un gouvernement non biblique, où les anciens sont élus parmi les membres de la congrégation. Ces structures de direction non bibliques ne peuvent pas être changées sans que cela provoque de conflits.

Mon conseil à  de tels pasteurs c’est de faire tout ce qu’il peut, avec l’aide de Dieu pour changer cette structure directionnelle de l’église et d’endurer pendant un temps ce conflit inévitable et possible s’il ne fait rien.

S’il arrive à  supporter certaines querelles temporaires, il aura éviter des luttes à  venir.

S’il échoue, il vaut mieux pour lui de commencer une nouvelle église sur des bases bibliques dès le début. Bien que cela soit pénible, à  la longue, il pourra probablement porter plus de fruits pour le royaume de Dieu.

Si ceux qui dirigent l’église maintenant sont réellement des disciples de Christ, il a une chance de réussir à  les convaincre à  changer la structure s’il peut, dans le respect et se basant sur les écritures les convaincre de faire les modifications nécessaires.

La pluralité des anciens ?

Certains montrent que lorsqu’on parle des anciens dans les écritures, c’est toujours le pluriel qui est employé.

Cela montre donc que ce n’est pas biblique d’avoir un seul pasteur/ancien/évêque pour conduire le troupeau.

Ceci n’est cependant pas une preuve conclusive, à  mon avis. La Bible mentionne en effet cela, dans certaines villes, plus d’un ancien supervisait l’église, mais elle ne dit pas que ces anciens qui dirigeaient une église étaient tous égaux.

Par exemple, lorsque Paul avait rassemblé les anciens d’Ephèse (Actes 20:17), il est clair que ces anciens venaient d’une ville dont le corps de Christ était constitué de milliers et même de dizaines de milliers des gens (Actes 19:19). Il y avait donc beaucoup de troupeaux à  Ephèse et il semble que chaque ancien présent à  cette réunion supervisait une église de maison.

Il n’y a pas d’exemple dans la Bible où Dieu avait convoqué un comité pour faire quoi que ce soit. Lorsqu’il voulait délivrer Israël de l’Egypte, il avait appelé un homme, Moïse, pour être le leader. Les autres étaient appelés pour l’aider. Tous lui étaient subordonnés et comme lui, ils avaient chacun une responsabilité individuelle sur un certain sous-groupe des gens.

Ce modèle se retrouve régulièrement dans la Bible.

Lorsque Dieu a quelque chose à  faire, il appelle un homme à  qui il confie la responsabilité, et il appelle les autres à  venir aider cette personne.

Il paraît donc invraisemblable que Dieu puisse appeler un comité dont tous les membres ont la même autorité pour superviser une petite église de maison de vingt membres. Cela ressemble à  une invitation à  la dispute.

Ceci ne veut pas dire que chaque église de maison ne peut être dirigée que par une et une seule personne. C’est pour dire que s’il y a plus d’un ancien dans une église, le plus jeune et le moins spirituellement mûr doit se soumettre à  l’ancien le plus âgé et le plus spirituellement mûr.

Selon les écritures, ce sont les églises et non les écoles bibliques, qui sont supposées être des terrains de formations de jeunes pasteurs/anciens/évêques, et ainsi, il est très possible et même désirable qu’il y ait plusieurs anciens/évêques/pasteurs dans l’église de maison, où le plus jeune spirituellement est formé par le plus âgé spirituellement.

J’ai observé ce phénomène même dans les églises qui sont supposées être dirigées par des anciens  »  égaux « . Il y a toujours quelqu’un vers qui les autres se tournent. Ou bien il y en a un qui est vraiment dominant alors que les autres sont passifs. Sinon, à  la fin, il y a des disputes.

Il est un fait que même les comités élisent toujours un président. Lorsqu’un groupe de personnes au pouvoir égal se décide de faire quelque chose, ils reconnaissent la nécessité d’avoir un leader.

Il en est de même dans l’église.

En plus, la responsabilité des anciens est comparable, selon Paul dans 1 Timothée 3:4-5, à  celle des pères de familles. Les anciens doivent bien gérer leur maison , sinon ils ne sont pas qualifiés pour gérer l’église.

Mais comment une maison peut-elle être efficacement dirigée par deux pères égaux  ?

Je me dis qu’il doit y avoir des problèmes.

Les anciens/ pasteurs/évêques doivent s’organiser en réseau dans une église locale plus grande afin d’avoir à  estimer quels sont ceux, parmi les anciens, pouvant aussi apporter une solution à  tout problème qui demande leur assistance.

Paul avait écrit concernant « une presbyterie » (1 Tim. 4:14) qui doit être une rencontre des presbuteros (anciens) et peut-être aussi d’autres hommes possédant des dons de ministère.

S’il y a un apôtre fondateur, lui aussi peut être utile s’il y a un problème dans l’église locale résultant d’une mauvaise conduite d’un ancien.

Lorsque les pasteurs institutionnels se conduisent mal, il y a toujours de grands problèmes à  cause de la structure actuelle de l’église. Il y a un building et un programme à  maintenir.

Mais les églises de maison peuvent rapidement se dissoudre lorsque les pasteurs dévient.

Les membres peuvent simplement joindre un autre corps.

L’autorité de servir

Le fait que Dieu donne au pasteur l’autorité spirituelle et de direction dans son église ne signifie qu’il a le droit de dominer ses brebis.

Il n’est pas leur Seigneur

C’est Jésus qui l’est.

Ils ne sont pas SON  troupeau

ils sont le troupeau de Dieu.

Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. Et lorsque le souverain pasteur paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire (I Pierre 5:2-4).

Chaque pasteur rendra compte sur son ministère un jour devant le trône de Jugement de Christ.

En plus, en matière de finances, un seul pasteur/ancien/évêque ne doit pas agir seul. Si l’on fait la collecte de l’argent régulièrement ou périodiquement pour quelque raison que ce soit, les autres dans le corps doivent rendre compte afin qu’il n’y ait pas de méfiance en ce qui regarde la gestion des fonds (2 Cor.8:18-23).

Ceci peut être la tâche d’un groupe élu ou désigné.

Payer les anciens

D’après la Bible, les anciens/évêques/pasteurs doivent être rémunérés en tant que ouvriers à  temps plein de l’église.

Paul avait écrit:

Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à  la prédication et à  l’enseignement. Car l’écriture dit: Tu n’emmuselleras point le bœuf quand il foule le grain. Et l’ouvrier mérite son salaire (1 Tim. 5:17-18)

Le sujet ici est clair -Paul même utilise le terme salaire.

Sa phrase vague à  propos des anciens qui dirigent bien et qui doivent être considérés dignes d’un double honneur est clairement compris dans le contexte que nous voyons ici.

Dans le verset précédent, Paul, sans erreur, avait parlé de la responsabilité de l’église à  supporter financièrement les veuves et avait commencé à  utiliser la même expression:

 »  Honorez les veuves qui sont réellement des veuves  » (1 Tim.5:3-16).

Ainsi, dans ce contexte,  »  honorer  » signifie supporter financièrement. Les anciens qui dirigent bien sont dignes de double honneur, recevant au moins ce qui est donné aux veuves, et encore plus s’ils ont des enfants à  leur charge.

L’église institutionnelle à  travers le monde supporte ses pasteurs dans la plupart de cas ( même dans les pays pauvres), mais il semble que beaucoup d’églises de maison dans le monde, spécialement celles de l’Occident ne le font pas.

Ceci, je crois, vient de ce que la raison pour laquelle beaucoup joignent les église de maison est qu’ils sont réellement rebelles dans leurs cœurs.

Ils cherchent et ils ont trouvé la forme de chrétienté la moins exigeante sur terre.

Ils disent qu’ils joignent l’église de maison parce qu’ils veulent s’échapper de l’esclavage de l’église institutionnelle; mais en réalité, ils évitent un certain niveau d’engagement vis-à -vis de Christ. Ils ont trouvé des églises qui ne leur demandent pas de s’engager financièrement, des églises dont la position est contraire à  ce que Christ attend de ses disciples.

Ceux dont l’argent est dieu et qui prouvent cela en amassant des trésors sur terre plutôt que dans les cieux, ceux qui ne sont pas les vrais disciples de Christ (Mat. 6:19-24;Luc 14:33).

Si la chrétienté d’une personne n’affecte pas ce qu’il fait de son argent, cette personne n’est pas un vrai disciple de Christ.

Les églises de maison qui se disent bibliques doivent supporter leurs pasteurs, autant que prendre soin des pauvres et supporter les œuvres de missions.

En ce qui concerne les dons et les aspects financiers, elles doivent de loin dépasser les églises institutionnelles, puisqu’ils n’ont pas de bâtiments à  entretenir ou à  payer et qu’ils n’ont pas un personnel à  payer. Il ne faut que dix personnes qui ne paient que leur dîme pour prendre en charge le pasteur.

Il faut dix personnes qui paient une dîme de 20% de leurs revenus pour supporter le pasteur et un missionnaire qui mène un même train de vie que leur pasteur.

Qu’est-ce que les pasteurs font ?

Imaginez-vous demandant à  un ordinaire membre d’une église:

–  »  Qui doit faire les choses suivantes ?« 

Qui doit partager l’évangile avec les païens  ? Qui doit mener une vie sainte  ? Qui doit prier  ? Qui doit avertir, encourager et aider les autres croyants  ? Qui doit imposer les mains et guérir les malades  ? Qui doit porter les fardeaux des autres  ? Qui doit exercer ses dons pour le bien des autres  ? Qui doit se renier, se sacrifier pour l’amour du Royaume de Dieu  ? Qui doit faire et baptiser les disciples leur apprenant à  obéir les commandements de Christ  ?

Beaucoup de membres d’église diront sans hésitation:

– »  Ce sont là  les responsabilités du pasteur « .

Mais est-ce vrai  ?

Selon la Bible, chaque chrétien doit annoncer l’évangile aux païens:

Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à  vous défendre avec respect et douceur, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous (1 Pierre 3:15)

Tout chrétien doit mener une vie sainte  :

Mais puisque celui qui vous a appelé est saint, vous aussi, soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit: Vous serez saints car je suis saint (1 Pierre1:15-16)

Tout chrétien doit prier:

Réjouissez-vous toujours. Priez sans cesse (1 Thess.5:16-17).

Tout chrétien doit avertir, encourager et aider les autres croyants:

Nous vous en prions aussi, frères, avertissez ceux qui vivent dans le désordre, consolez ceux qui sont abattus, supportez les faibles, usez de patience envers tous (1 Thes.5:14)

Tout chrétien doit visiter les malades  :

J’étais nu, et vous m’aviez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venu vers moi (Mat.25:36)

Beaucoup plus de responsabilités
Mais cela n’est pas tout. Tout chrétien doit  et imposer les mains sur les malades et les guérir*:

*(ajout M.A.V : et  libérer les captifs !)

Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: En mon Nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront les serpents et s’ils ont bu quelques breuvages mortels il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains sur les malades et les malades seront guéris (Marc 16:17-18)

Tout chrétien doit porter les fardeaux des autres chrétiens  :

Portez les fardeaux des uns les autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ (Gal.6:2)

Tout chrétien doit exercer ses dons pour le bien des autres  :

Puisque vous avez des dons différents, selon la grâce qui vous a été accordée, que celui qui a le don de prophétie l’exerce selon l’analogie de la foi; que celui qui est appelé au ministère, s’attache à  son ministère; que celui qui enseigne s’attache à  son enseignement; et celui qui exhorte à  son exhortation. Que celui qui donne le fasse avec libéralité; que celui qui préside le fasse avec zèle; que celui qui pratique la miséricorde le fasse avec joie (Rom. 12:6-8)

Tout chrétien doit se renier soi-même, se sacrifiant pour le bien de l’évangile  :

Puis ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à  lui même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à  cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera Marc (8:34-35).

Tout chrétien doit faire des disciples, les baptiser et leur apprendre à  obéir aux commandements de Christ  :

Celui donc qui supprimera l’un de ces petits commandements et qui enseignera aux hommes à  faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera et qui enseignera aux autres à  les observer, celui-là  sera appelé grand dans le royaume des cieux (Mat. 5:19)

Vous en effet qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez besoin qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à  avoir besoin de lait et non d’une nourriture solide (Hébr. 5:12)

Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à  observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu’à  la fin du monde. (Mat.28: 19-20)

Toutes ces responsabilités ont été confiées à  tout chrétien,

et pourtant la plupart des membres d’église pensent que ces tâches sont la responsabilité des pasteurs  !

La raison, probablement, est que les pasteurs eux-mêmes veulent que ces tâches relèvent de leur seule responsabilité.

Alors, que doivent faire les pasteurs ?

Si toutes ces responsabilités sont confiées au chrétien, quel est le rôle du pasteur  ?

C’est très simple: ils sont appelés à  équiper les chrétiens pour qu’ils accomplissent toutes ces choses (Eph. 4:11).

Leur travail consiste à  apprendre, par des enseignements et par l’exemple, à  ces chrétiens à  observer tous les commandements de Christ (Mat 28:19-20; 1 Tim 3:2; 4:12-13; 5:17; 2 Tim.2:2; 3:6; 4:4; 1 Pier.5:1-4).

Les écritures ne pouvaient être beaucoup plus claires.

Le rôle biblique du pasteur n’est pas de rassembler le plus grand nombre des gens le dimanche matin lors des cultes.

C’est de présenter tout homme complet en Christ (Col. 1:28).

Les pasteurs bibliques ne chatouillent pas les oreilles des gens (2 Tim.4:3);

Ils enseignent, forment, exhortent, avertissent, corrigent, réprimandent et reprochent en se basant sur la parole de Dieu (2 Tim.3:16; 4:4).

Paul avait cité certaines qualifications nécessaires pour qu’une personne occupe les fonctions de pasteur dans sa première lettre de Timothée. Quatorze de ces quinze qualifications concernent le caractère, indiquant que l’exemple de style de vie est une chose très importante  :

Cette parole est certaine: Si quelqu’un aspire à  la charge de l’évêque, il désire une œuvre excellente. Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à  l’enseignement. Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique et désintéressé. Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté. Car si quelqu’un se sait pas diriger sa propre maison, comment prendra t-il soin de l’église de Dieu? Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflé d’orgueil, il ne tombe sous le jugement du diable. Il faut aussi qu’il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l’opprobre et dans les pièges du diable (1 Tim.3:1-7)

La comparaison de ces qualifications avec celles souvent citées par les églises institutionnelles qui recherchent un nouveau pasteur révèle le problème principal de beaucoup d’églises.

Elles recherchent un employé, gestionnaire, administrateur, psychologue, qui sait amuser le public, directeur de programmes et des activités, qui donne de courtes prédications, qui sait faire la collecte des fonds, ami de tous et travaillant comme un cheval  !

Le pasteur biblique, cependant, au-delà  de tout autre chose doit être un homme d’un grand caractère et totalement dévoué à  Christ, un serviteur digne de confiance car son but est de reproduire lui-même.

Il doit être capable de dire à  ses brebis  :

 »  Soyez mes imitateurs, comme j’imite Christ » (1 Cor. 11:1).

Pour une étude plus approfondie au sujet de la fonction du pasteur, voyez aussi Actes 20:28-31; 1 Tim.5:17-20 et Tite 1:5-9.

La fonction de Diacre

Pour conclure, que dire brièvement quelque chose à  propos des diacres. La fonction de diacre est la seule fonction unique dans l’église locale et elle n’est pas parmi les cinq ministères principaux. Les diacres n’ont pas d’autorité de direction dans l’église comme les anciens. Le mot grec d’où est traduit le terme diacre est diakonos signifie littéralement serviteur.

Les sept hommes désignés à  la tâche de l’alimentation quotidienne des veuves dans l’église de Jérusalem sont considérés comme les premiers diacres (Actes 6:1-6). Ils étaient choisis par la congrégation et ordonnés par les apôtres.

Au moins deux d’entre eux, Philippe et Etienne avaient été élevés plus tard par Dieu au rang d’évangélistes. On parle aussi des diacres dans 1 Timothée 3:8-13 et dans Philippiens 1:1.

Apparemment, cette fonction peut être assumée par un homme ou une femme (1 Tim.3:11)**.

David Servant

  • ** Note M.A.V.: ceci a un caractère évidemment très restrictif: il y a eu des prophétesses dans la Bible (entre autres, nommément citées comme prophétesses et non comme « ayant des dons de prophéties »: Myriam, Deborah, Julda, Anne…. Il y avait des femmes pasteurs qui tenaient des églises de maisons (ce qui était la forme de quasiment toutes les églises d’alors), des femmes qui avaient manifestement un ministère d’enseignement (Priscille, rapidement nommée par Paul avant le nom de son mari), des apôtres  ! (Junias ) = Qui peut le plus peut le moins: « Il n’y a plus ni homme ni femme en Jésus-Christ » (Gal 3:13).
  • Laissons Dieu être Dieu: il a choisi les choses faibles pour confondre les fortes: Il se plaît donc AUSSI à  utiliser des femmes et à  leur donner des postes à  très haute responsabilité et autorité, surtout quand les hommes baissent les bras, ou dans des temps particuliers, ce qui est le cas des derniers temps.
  • Les femmes ont d’ailleurs naturellement moins tendance à  s’approprier les âmes pour les dominer  ! Tant pis pour les grincements de dents de certains messieurs, qui pensent que « ministère » = « podium + micro + gloriole, et que cela convient bien mieux aux hommes qu’aux femmes… il est vrai que les femmes courent souvent moins que les messieurs derrière ce type d’honneurs qui fait du bien … à  la chair !
  • Mais Dieu fait ce qu’il veut, avec qui Il veut, et quand Il veut: Il a bien donné à  une ânesse le don de vision et la parole prophétique, tandis que le prophète en titre, lui, ne voyait rien  ! (Balaam: Nb 22 à  24). Comme je le répète très souvent, si les femmes qui sont levées dans le ministère ne l’étaient pas par Dieu, elles ne tiendraient pas longtemps, compte tenu de l’intimidation, qui va jusqu’à  la menace, dont elles font l’objet de la part de l’Establishment  ! La plupart du temps, elles se voient exclues de leur église (ou contraintes de s’écraser si elles ne s’enfuient pas), et doivent apprendre à  ne compter que sur le Seigneur  ! Mais l’Histoire a montré que ces femmes étaient accompagnées d’une puissance de Dieu que beaucoup de ceux qui avaient voulu les tuer de leur langue étaient bien loin de démontrer !

NDLR Vous avez tout le loisir de télécharger, imprimer, copier, distribuer ou transmettre ce document, par quelque moyen que ce soit à  votre disposition, tant que ce document n’est pas altéré, tant qu’il est conservé intact et qu’on n’en fait pas un usage à  but lucratif.www.shepherdserve.org