Vous voulez encore essayer le socialisme ? Regardez ce qu’il a fait du Vénézuéla ! Par Jean-Patrick Grumberg

(Changement de prix d’une heure à l’autre)

Le Vénézuéla était un pays riche, il n’y a encore pas si longtemps, riche en pétrole notamment avant d’être atteint par la fièvre socialiste, qui à force de prendre l’argent des riches, n’a plus trouvé de riches à qui prendre leur argent.

L’effondrement de l’économie vénézuélienne fait que l’argent vaut moins d’une minute à l’autre.

 

L’inflation du Venezuela était de 200 000 % au mois d’août. L’Argentine voisine, très mal en point : 34 %. Le Mexique : 4.9% et le Brésil ; 4.5%.

Selon le FMI, socialisme oblige, l’inflation pourrait atteindre un million de pour cent avant la fin de l’année ! (3)

-Dans un contexte d’hyperinflation à un niveau jamais atteint dans l’histoire contemporaine, les Vénézuéliens font la queue pendant des heures pour retirer un maximum de 16 centimes aux distributeurs automatiques, et ce, même dans la ville riche en pétrole de Maracaibo.

-Le gouvernement socialiste a détruit l’industrie pétrolière en décimant le système libéral de la libre entreprise, faisant fuir les banques et les investisseurs, le capital humain, et les nouvelles technologies (5).

-Le nombre de foreuses en opération au Venezuela a chuté à des niveaux comparables à ceux d’un pays … qui n’a pas de pétrole (4).

Les dirigeants du pays ont coché toutes les cases socialistes, ce fut fatal au pays. Pour le redresser, ils se sont enfoncés encore plus loin dans le dirigisme d’Etat et le contrôle de tous les aspects de la vie des citoyens. Le pays s’est effondré.

Et fin août, Nicolas Maduro, qui ne comprend toujours pas, et s’obstine à appliquer les mêmes mesures en espérant que cette fois elles produiront des résultats différents, a augmenté les salaires de plus de 3000 % (3) – enfin… les salaires de ceux qui sont restés dans le pays – car plus de 500 000 Vénézuéliens ont fui le pays parce qu’ils n’avaient plus à manger.

La gauche européenne dans le déni

plus de 60% des Vénézuéliens disent qu’ils se réveillent affamés

Savez-vous ce que vient de déclarer le député espagnol d’extrême gauche Iñigo Errejón, ancien numéro deux de Podemos, au site chilien The Clinic (1) qui lui demandait pourquoi il soutenait le gouvernement Maduro ?

Au Venezuela, « les droits et libertés de l’opposition sont respectés » et les habitants ont « trois repas par jour ».

Il ajoute :

« le processus politique au Venezuela a accompli d’immenses progrès dans une transformation qui va dans le sens du socialisme, sans le moindre doute démocratique, où les droits et libertés de l’opposition sont respectés. »

Le journaliste insiste, et précise qu’au Venezuela, la population « a perdu environ 10 kilos par personne en moyenne ces dernières années » (2), mais Errejón, en parfait homme de gauche lui répond :

« Je n’ai pas cette information, je ne l’ai vue publiée nulle part ».

La réalité est que plus de 60% des Vénézuéliens ont déclaré en janvier dernier qu’au cours des trois mois précédents, ils se sont réveillés affamés parce qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour acheter à manger.

Il est plus que choquant de constater que, malgré une montagne de preuves, de reportages, mêmes dans les médias les plus à gauche comme le New York Times, The Guardian ou Le Monde, qui tous témoignent que le Venezuela connaît de graves pénuries alimentaires, que le coût de tout produit normal est inaccessible en raison de l’inflation stratosphérique et de la fiscalité, et que les gens ne trouvent pas de nourriture, il existe encore des gens à gauche qui défendent le dictateur Maduro – qui a refusé le voter pour la libération de ses otages politiques.

Cela tient peut-être au fait que l’extrême gauche espagnole est financée non seulement par le Venezuela, mais aussi par l’Iran, depuis plusieurs années ?

Beaucoup de mes compatriotes francophones d’Amérique lisent Dreuz, et il est important de penser au Venezuela aujourd’hui, le jour où nous nous rendons aux urnes pour les élections de mi-mandat, en songeant que la gauche américaine s’enfonce de plus en plus dans ce marais socialiste.*

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

(1) The Clinic
(2) Reuters
(3) The Guardian
(4) ZeroHedge.com
(5) Today Venezuela.com

-* Note MAV: Et la France ? Notons pour les chrétiens candides qui pensent que la Gauche détient le monopole de la solidarité et de la bonté humaine, que la Gauche prétend agir sans Dieu, ne connaît pas Dieu dont elle rejette l’existence, et le socialiste, tout autant que le communisme, sont de fait des idéologies antéchrist. Il est normal qu’ils recèlent en eux-mêmes tous les germes de la destruction des nations et de leurs populations, et c’est ce que l’Histoire a démontré tout au long du vingtième siècle. En tant que chrétienne j’ai le droit et le devoir de dénoncer et combattre les oeuvres de Satan, car la programmation de la France, pour les mêmes raisons, est programmée… à moins qu’il n’y ait un réveil des consciences..

 

Laisser un commentaire