Victoire sur les démons, la maladie et la mort, par John G. LAKE – 2 –

Transmis par Lorraine – Source Parole de vie – Traduction : Henri Viaud-Murat. ISBN 2-909100-14-6

Note: Compte tenu de son volume, ce livre est donné ici par parties successives. Deuxième et troisième chapitres

Chapitre 2

L’autorité du chrétien

La guérison divine n’est pas quelque chose de nouveau. Elle est aussi ancienne que la Bible ! J’ai choisi aujourd’hui le premier chapitre de la Genèse, en soulignant tout particulièrement le verset 26 :

»Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre« (Genèse 1 : 26).

Remarquez le verset 31 du même passage :

»Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon.«

J’ai lu ce passage pour vous rappeler que tout ce que Dieu avait créé était bon. Il y a eu une époque, dans l’histoire de l’espèce humaine, où personne n’avait de cancer, de tumeur, de tuberculose, de néphrite chronique, de diabète, ni aucune des centaines de choses qui affligent l’humanité aujourd’hui. Dieu avait dit à l’homme et à la femme qu’Il présentait au monde :

»Qu’ils dominent…«

Savez-vous que ce mot DOMINATION a presque disparu du vocabulaire chrétien ?

Autorité sur le péché d’abord

Dans l’âme de celui qui connaît véritablement Dieu et qui est en contact avec le Seigneur, celui qui l’a sauvé et guéri, la première chose dont il est conscient est un sentiment d’autorité. L’autorité sur le péché est la première chose dont l’âme d’un chrétien devient consciente. De même, une âme qui est réellement illuminée par Dieu a conscience de son autorité sur la maladie.

Ayant été sous la domination du péché, et étant devenus unis à Dieu, nous sommes conscients de l’autorité de l’Esprit de Dieu sur le péché. Et la toute première sensation de l’âme, vivante et durable, est sans doute celle de la liberté, de sentir dans notre conscience que nous sommes libres de la domination et de la puissance du péché.

Lorsque Adam voulait attraper les vaches ou les moutons, je ne peux pas m’imaginer qu’il lui fallait sortir avec un chien ou un bâton pour le faire. Vivant en présence de Dieu, et Dieu ayant une pleine liberté d’accès à tout son être, Adam possédait de meilleurs moyens que cela pour conduire les vaches et les moutons.

Je crois qu’il lui suffisait de parler aux vaches pour qu’elles rentrent à l’étable, et qu’il lui suffisait de dire aux oiseaux : »Venez !« pour qu’ils viennent !

Il est bon pour l’homme de connaître et d’exercer l’autorité de Dieu. D’habitude, nous entendons beaucoup parler de l’exercice de l’autorité de Dieu sur toutes sortes de choses, mais pas sur nous-mêmes.

Il semble qu’aujourd’hui les hommes aient plus ou moins étudié tout ce qui peut exister autour d’eux. Mais il est sans doute triste de voir que les hommes connaissent si peu de choses sur eux-mêmes.

Il est bon de connaître les qualités que Dieu a placées dans l’intelligence et la nature de l’homme. En vérité, les Ecritures nous demandent de nous contrôler nous-mêmes

», et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ« (2 Cor. 10 : 5).

Nos pensées ne doivent pas être des pensées vagabondes, mais des pensées contrôlées, dirigées et fixées sur Dieu, des pensées ayant pour idéal la sainteté de Dieu et la santé parfaite du corps, de l’âme et de l’esprit. Des pensées remplies de Dieu dans leur structure même. Des pensées capables de recevoir, de garder et d’utiliser la plus grande mesure de l’Esprit vivant du Dieu éternel. Que Son nom soit béni !

Une triste procession

Supposons que nous ayons aligné toute cette assemblée, il y a quelques années, et que nous l’ayons fait défiler devant cette estrade. Quelle triste procession cela aurait été ! Mlle Celia Prentice serait passée devant nous dans son appareil orthopédique en acier, avec une jambe plus courte que l’autre de six centimètres, dans cet état depuis la naissance.

Quand elle passe devant l’estrade aujourd’hui, elle marche sur deux jambes de même longueur, et ses deux pieds ont la même taille et la même forme ! Elle n’a pas reçu une guérison, mais il y a eu un travail créatif de Dieu, correspondant au modèle qu’Il avait à l’Esprit.

C’est Lui qui a reconstruit les formes de cette jeune fille, jusqu’à ce qu’Il puisse dire »que cela était bon.«

On aurait aussi vu passer Madame Shields, pauvre é- pave souffrante et mourante qu’elle était alors, lors- qu’elle a été pour la première fois en contact avec l’Evangile et la puissance de Dieu.

Madame Reeds serait aussi passée, pauvre âme souf- frante, pleine de cancers internes.

Quelle triste procession !

Vous pourriez prendre à part chaque personne ici, et ce serait presque la même histoire pour tous, dans cette grande assemblée.

Mais, que Dieu soit béni, il a existé un jour où personne n’avait besoin de se présenter devant l’estrade de Dieu avec un cancer, une tumeur, ou n’importe quelle autre maladie. Nos premiers parents étaient merveilleux, remplis de douceur et de bonté. Chaque goutte de leur sang était à cent pour cent parfaite.

C’est cela que nous nous efforçons de faire comprendre aux hommes en ce moment. Dieu s’efforce de leur faire comprendre qu’il leur faut se mettre à part pour Lui, afin que cette même vie pure de Dieu, qui est descendue du ciel pour prendre possession de la vie du premier homme et de la première femme, puisse à nouveau venir en eux.

Et l’on verra cette même divine douceur et cette même pureté céleste se manifester en nous, remplissant notre corps, notre âme et notre esprit de douceur, de pureté et d’amour.

Le Rédempteur et le Remède

Voyant que l’homme était en difficulté, et que le péché, la maladie et la mort régnaient, Dieu, pour sauver l’espèce humaine de l’extermination, fut obligé de manifester le Rédempteur et la rédemption. Jésus-Christ est venu dans ce monde comme le Remède divin donné par le Seigneur.

Il n’y avait aucun autre remède possible que le Seigneur Jésus-Christ. Le remède de Dieu est une personne et non une chose.

Lorsque Jésus-Christ a donné au monde Sa méthode de guérison, elle était bien particulière et distincte. Le diable peut proposer une autre méthode, l’homme peut produire sa propre méthode, qui peut avoir une certaine puissance. Mais la méthode de Dieu est particulière.

Christ l’a employée car elle était divinement supérieure à toutes les autres, et obtenait des résultats qu’aucune autre méthode ne pouvait obtenir. Aucun homme vivant sur cette terre n’a pu faire pousser des yeux neufs à un enfant né sans yeux, ni donner la vue à un homme aveugle de naissance. Aucun homme n’a jamais pu inventer un remède capable de faire grandir de six centimètres la jambe d’une jeune fille de 17 ans, née avec cette infirmité.

Dieu démontre ainsi la supériorité de Son système, de Sa puissance, et de Son remède divin. Il veut accomplir dans l’homme ce que rien d’autre ne pourra accomplir.

La guérison divine ne peut être séparée du salut

En matière de guérison, l’une des difficultés que Dieu doit éliminer des pensées des hommes est cette idée lamentable qui prévaut souvent, même dans les meilleurs milieux chrétiens où l’on enseigne et pratique la guérison, idée selon laquelle la guérison divine est quelque chose d’indépendant ou de séparé du salut obtenu par Christ.

Il n’en est rien. La guérison est tout simplement le salut de Jésus-Christ exerçant son œuvre divine dans le corps de l’homme, de même que le salut exerce son œuvre divine dans l’âme ou dans l’esprit de l’homme.

Quand Christ guérissait le corps, Il guérissait l’âme. Tout ce que l’homme a besoin de faire, c’est de laisser Dieu entrer en lui. Ses yeux spirituels déficients reçoivent alors la vue, son intelligence endormie devient active, et son corps malade reçoit la guérison. Je veux planter cette pensée dans votre intelligence.

Quand Dieu guérit un homme, Il veut démontrer à son âme que ses péchés ont été pardonnés. Si l’on a assez de bon sens pour le croire, nous partons de la présence de Dieu libres dans notre corps, libres dans notre âme, libres dans notre esprit, entièrement guéris dedans et dehors !

Lorsque Jacques parle de ce sujet, il le fait de la manière suivante :

»Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les anciens de l’Eglise, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné« (Jacques 5 : 14-15).

Là, dans ce passage, et dès cette époque, que Dieu soit béni, lorsque la puissance de guérison de Jésus-Christ descendait du ciel, lorsqu’elle guérissait le corps d’un homme, elle attestait à son âme que ses péchés étaient également pardonnés, s’il osait seulement le croire !

Bien-aimés, c’est le ministère que nous nous efforçons d’exercer. Lorsque nous nous unissons pour prier la prière de la foi, avec l’intelligence que Dieu nous révèle dans ce saint Livre, nous verrons Dieu agir de la même manière pour guérir et pour pardonner.

La maladie est entrée dans le monde par le péché

Je veux vous rappeler deux faits essentiels cet après-midi. Tout d’abord, au commencement, Dieu a créé un homme parfait. Adam et Eve étaient parfaits. Ils n’avaient aucune déficience quelconque. Ensuite, l’homme s’est égaré dans le péché et la dégénérescence. Il y a une relation étroite entre la maladie et le péché.

Si l’espèce humaine n’avait pas connu le péché, la maladie n’existerait pas aujourd’hui.

Je ne parle pas nécessairement d’un individu, mais de toute l’espèce humaine. Est-ce que la Parole de Dieu le confirme ?

»Par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort…« (Romains 5 : 12).

Qu’est-ce que la maladie ? C’est simplement la mort qui commence à agir. Bien-aimés, je vous le dis, lorsque vous venez à Dieu pour la guérison de votre corps, vous devez le faire avec une réelle contrition et une réelle repentance, en »confessant vos péchés.«

Pas seulement vos péchés et vos transgressions, mais le péché.

C’est-à-dire l’état de votre âme qui vous pousse à pécher.

Cet état dont je vous parle est bien plus qu’un état personnel. C’est l’état de toute l’espèce humaine. Toute l’espèce humaine est touchée de la même manière. Le principe actif derrière la néphrite chronique, la tuberculose, et toutes les autres maladies, est ce germe infernal qui s’introduit dans notre organisme et qui n’a plus le droit de venir dans notre sang, mais qui veut vivre et se manifester.

En fait, l’espèce humaine a été polluée par le péché, qui la conduit à la mort. Nous mourons parce que nous sommes en train de mourir.

La volonté de Dieu est de sauver l’homme du péché et de ses conséquences.

Jésus prononçait des paroles très simples. Quand le lépreux a dit à Jésus :

»Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur« , il reconnaissait par là que Jésus avait le pouvoir de le guérir, mais il n’était pas très au clair sur Sa volonté de le guérir.

Je n’ai aucune objection à ce que vous fassiez la même prière, si vous êtes aussi ignorant de la volonté de Dieu que l’était ce lépreux. Mais vous ne l’ignorez pas. Jésus a répondu :

»Je le veux !«

La Parole de Dieu est prévue pour nous donner l’intelligence en ce qui concerne la Volonté de Dieu.

De la Genèse à l’Apocalypse, elle souligne constamment le fait que la Volonté de Dieu est d’extirper complètement le péché du corps, de l’âme et de l’esprit de l’homme, et d’éliminer les conséquences du péché, c’est-à-dire la maladie et la mort. Et lorsque la Volonté de Dieu sera pleinement manifestée dans l’espèce humaine, le péché, la maladie et la mort auront complètement disparu.

Notre immortalité commence lorsque Dieu nous insuffle Sa vie, à vous et à moi. Notre esprit reçoit alors pour toujours la vie éternelle en Jésus-Christ.

Qu’il devrait être simple pour ceux qui ont cette foi et cette confiance dans le Seigneur Jésus-Christ, et dans Son salut, d’appliquer cette foi à leur corps aussi bien qu’à leur esprit !

L’une des libérations les plus merveilleuses au monde est la libération mentale et spirituelle que nous recevons lorsque nous sommes délivrés de l’esclavage de la crainte. Crainte de la maladie. Crainte de telle ou telle difficulté. Notre Dieu dit qu’Il est le Tout-Puissant. Il nous invite à Lui faire confiance, à cause de Sa Toute-Puissance.

Tout est possible à celui qui croit. N’avons-nous pas une merveilleuse relation avec Dieu ? Une relation si merveilleuse que la Toute-Puissance de Dieu vient dans notre âme. Pourquoi ? A cause de la foi de celui qui croit. Que Dieu vous bénisse !

=====================================================================

Chapitre 3

La valeur d’une alliance conclue avec Dieu

Je veux vous rappeler certains faits de l’Ecriture qui nous montrent la valeur d’une alliance faite avec Dieu. Je choisirai comme sujet le passage d’Exode 15 : 26 :

»Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens ; car je suis l’Eternel, qui te guérit.«

Dieu appelle Son peuple à établir une relation spéciale avec Lui. Dieu accepte de Se lier par des alliances. Une alliance est plus qu’un contrat. Un contrat est un accord entre deux parties. Une alliance, c’est plus que cela. Par exemple, l’Etat de Caroline du Sud n’accepte aucun divorce. En Caroline du Sud, le mariage n’est pas accepté comme un contrat légal, mais comme une alliance. Ils expliquent leur position de la manière suivante. Un homme et une femme établissent une alliance avec le Dieu Tout-Puissant, pour vivre ensemble comme mari et femme. Il se peut que, plus tard, l’homme et la femme changent d’avis, mais leur loi affirme que Dieu, étant partie prenante dans cette alliance, n’a pas changé d’avis en ce qui Le concerne. Il est l’une des deux parties, l’homme et la femme représentent l’autre partie. Une partie ne peut rompre l’alliance à elle seule. Il faut que les deux parties soient d’accord pour la rompre.

Dieu est l’une des parties dans l’alliance de guérison

Bien-aimés, je voudrais que vous compreniez que Dieu est l’une des parties dans l’alliance de guérison. Dieu a conclu une alliance avec les enfants d’Israël lorsqu’ils ont formé une nation après leur sortie du pays d’Egypte.

Il avait prévu des dispositions pour accepter aussi dans cette nation d’autres peuples que les Israélites, sous certaines conditions. Tous ceux qui voulaient s’associer à Israël et faire partie de ce peuple, devaient donc souscrire aux termes de l’alliance originelle que Dieu avait conclue avec Abraham, dans Exode 12 : 48-49 :

»Si un étranger en séjour chez toi veut faire la Pâque de l’Eternel, tout mâle de sa maison devra être circoncis ; alors il s’approchera pour la faire, et il sera comme l’indigène ; mais aucun incirconcis n’en mangera. La même loi existera pour l’indigène comme pour l’étranger en séjour au milieu de vous.«

Nous trouvons des occasions où il y a eu une violation d’une alliance, et nous remarquons que les conséquences de cette violation ont été très importantes.

Les fils de Jacob avaient conclu une alliance avec les habitants de Sichem, pour donner leur sœur en mariage au prince Sichem. Cette alliance fut scellée par le rite de la circoncision.

Mais au lieu de respecter l’alliance, Lévi et Siméon, dans la colère de leur âme, se saisirent de leur épée et tuèrent tous les mâles de la cité de Sichem, en leur prenant toutes leurs possessions.

La conséquence de cet acte fut de placer les deux frères sous le jugement de Dieu.

Le vieux Jacob, prophétisant par l’Esprit, leur dit :

»Maudite soit leur colère, car elle est violente, et leur fureur, car elle est cruelle ! Je les séparerai dans Jacob, et je les disperserai dans Israël« (Genèse 49 : 7).

Je veux attirer votre attention sur la valeur attachée au fait de rester fidèle à une alliance conclue avec Dieu, et sur la malédiction que les hommes attirent sur eux lorsqu’ils rompent cette alliance. La prophétie de Jacob s’accomplit.

Lévi et Siméon avaient violé une alliance conclue avec Dieu, et l’âme du vieux prophète, contemplant les siècles à venir, vit quelles en seraient les conséquences.

À l’heure de sa mort, il révéla aux deux frères quel serait le châtiment de leur péché.

L’alliance de guérison

La guérison constitue l’une des alliances proposées par Dieu. Dieu nous offre une alliance de guérison claire et nette, connue dans l’Ecriture sous l’expression »Yahveh Rapha« , ou

»Je suis l’Eternel qui te guérit«

Vous pouvez lire cette alliance dans Exode 15 : 26.

Cette alliance de guérison comprend quatre parties :

1. Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu.

2. Si tu fais ce qui est droit à ses yeux.

3. Si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois.

4. Je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens ; car je suis l’Eternel, qui te guérit.

Bien-aimés, je voudrais que vous compreniez que lorsque les hommes, quand ils veulent être guéris, placent leur foi dans l’Eternel Dieu, tel qu’Il nous est révélé par le Seigneur Jésus-Christ, ils concluent une alliance avec Lui. C’est une union divine. Dieu a mis Sa volonté par écrit, et Il a donné des garanties éternelles pour prouver Sa fidélité en ce qui concerne cette alliance.

Nous sommes donc invités, en tant qu’hommes et femmes intelligents, à établir cette relation avec Lui, et à entrer dans cette alliance avec Lui.

Quand on est malade, une alliance est bien meilleure que la guérison.

Cette alliance ne signifie pas simplement que Dieu viendra nous guérir lorsque nous serons malades et mourants. Cette alliance comprend trois grands principes.

Le premier principe est celui de la guérison divine.
Le second principe est plus grand que celui de la guérison divine, c’est celui de la santé divine.

Si Dieu garde dans Sa santé divine votre famille, votre cité ou votre nation, il n’y a plus besoin de guérison divine !

Le troisième principe est celui de la vie divine. La vie divine est plus grande que la santé divine. La vie divine est l’union de notre âme avec Dieu, par laquelle nous devenons participants de Sa vie.

Les enfants de Satan

Il y a aussi trois principes sous-jacents à tout le problème de la guérison. Il s’agit du Péché, de la Maladie et de la Mort.

C’est une engeance infernale, une représentation du royaume des ténèbres. Ce sont les enfants de Satan et de la Désobéissance. Si vous voulez connaître leurs parents, il s’agit du diable, qui est leur père, et de la Désobéissance, leur mère. De leur union sont nés le Péché, la Maladie et la Mort.

La Parole de Dieu déclare expressément que tous trois sont ennemis de Dieu. Dieu hait le péché, mais Il hait de la même manière la maladie, car la maladie n’est que la mort qui commence à se manifester.

Le résultat final de la rédemption acquise par Jésus-Christ est la destruction de ces trois ennemis de Dieu, ce triumvirat des ténèbres ! Tout le monde chrétien sait très bien que Jésus-Christ est venu pour racheter le monde du péché.

On peut discuter sur la méthode employée par Dieu, mais on est d’accord pour croire, comme principe général, que Jésus-Christ est celui qui nous a rachetés du péché.

Mais le monde chrétien ne s’accorde pas aussi bien à considérer le Sei- gneur Jésus comme celui qui nous a rachetés de la maladie.

Il fut un temps où l’Eglise était d’accord sur cela.

Au cours des premiers siècles de l’histoire de l’Eglise, les Chrétiens ne connaissaient aucun autre moyen de guérison que la guérison divine par la foi en Jésus-Christ.

John Wesley a écrit, dans ses notes sur le Nouveau Testament, à propos de Jacques 5 : 14-16 :

»Le seul système médical connu dans l’Eglise primitive pendant quatre cents ans fut la prière de la foi pour les malades.«

Les premiers Chrétiens possédaient un remède, béni soit Dieu, mais c’était un remède éternel, l’Esprit éternel de vie en Jésus-Christ, dans le monde, dans leur cœur, et dans leur personne, lorsqu’ils avaient besoin de Lui pour être guéris.

Le Remède de Dieu est une Personne, et non un remède matériel. Ce n’est pas une chose, mais un Etre Vivant ! Bien-aimés, recevez l’Esprit de Dieu dans votre cœur, dans votre vie, dans tout votre être !

L’omniprésence de Dieu

L’omniprésence est l’un des attributs de Dieu. Quelqu’un a donné de ce mot la définition suivante :

»être présent partout de la même manière.«

Etre omniprésent signifie que l’on est présent partout de la même manière. Par conséquent, il n’y a aucun endroit où l’on puisse s’enfuir de la présence de Dieu. David a souligné cette vérité d’une manière splendide :

»Où irais-je loin de ton esprit, et où fuirais-je loin de ta face ? Si je monte aux cieux, tu y es ; si je me couche au séjour des morts, t’y voilà. Si je prends les ailes de l’aurore, et que j’aille habiter à l’extrémité de la mer, là aussi ta main me conduira, et ta droite me saisira« (Psaume 139 : 7-10).

L’esprit du prophète ne pouvait concevoir aucun endroit où Dieu n’était pas présent.

Parfois les gens croient que le seul endroit où le Seigneur peut être présent est une église ou leur maison.

Un jour, un homme qui recherchait le salut sortit pour aller prier dans son étable. Dieu vint le visiter, et il reçut dans son âme la conscience de son salut. Par la suite, chaque fois qu’il s’intéressait au salut de quelqu’un, il voulait l’emmener dans son étable !

Il nous faut bien garder à l’esprit que Dieu peut venir à nous n’importe où.

Que Dieu soit béni !

Il y a une grande différence entre attendre et accepter. Vous devez prendre Christ comme celui qui vous guérit, et pas faire une expérience avec Lui.

Avez-vous réellement remis toute votre vie au Seigneur pour qu’Il vous guérisse ? Avez-vous fait un acte bien précis de consécration au Seigneur ?

Si vous l’avez fait, cela a dû régler dans votre esprit la question de savoir si vous devez compter sur d’autres moyens pour votre guérison.

Un témoignage personnel

Un matin, j’étais assis, souffrant terriblement d’une maladie dont j’étais affligé depuis neuf ans. Ce matin-là ; assis dans mon fauteuil, je pensais à l’échec de tous les autres remèdes qui avaient été utilisés dans ma famille et dans la famille de mon père.

Je ne pouvais pas me souvenir d’une seule occasion où ces remèdes avaient eu une quelconque efficacité. Nous avions déjà enterré quatre de mes frères et quatre de mes sœurs. Quatre autres membres de ma famille étaient mourants, frappés d’une invalidité chronique. Il s’agissait d’une question de vie ou de mort.

La foi commença à apparaître dans mon cœur. Je pris soudain la décision qu’à partir de ce moment, j’allais mettre ma confiance entièrement dans le Seigneur.

Sur le moment, je ne réalisai pas pleinement ce que j’avais fait, mais, par cette décision de mon âme, je venais de me couper complètement de tout secours de l’homme. Je m’étais mis à part pour Dieu. Je n’avais plus personne vers qui me tourner, car j’avais refusé le secours de l’homme.

Je ne me souviens pas avoir prononcé de prière. Je retournai à mes affaires et, à ma grande surprise, je me rendis bientôt compte que j’étais parfaitement guéri ! Je ne me rappelais absolument pas à quel moment cela s’était manifesté. Cela s’était sans doute produit tellement graduellement que je ne m’en étais pas rendu compte.

C’est cela, la valeur d’un engagement !

Concernant le fait de remettre la guérison de notre corps au Seigneur, A.B. Simpson a dit :

»Nous devrions le faire d’une manière délibérée et définitive, et de telle façon que nous n’ayons plus à y revenir.«

Mis à part pour Jésus-Christ en comptant sur Lui pour qu’Il soit notre Médecin, pour les temps et pour l’éternité !

Si un homme s’engage une fois pour toutes envers la femme qu’il se propose d’épouser, c’est chose faite, il ne peut pas répéter cet engagement.

Si vous vous en remettez une fois pour toutes, et pour toujours, à Jésus-Christ pour votre guérison, c’est fait pour toujours !

Comme le dit A.B. Simpson :

»Tout comme la cérémonie du mariage n’est que le signe extérieur et le scellement d’une grande transaction, elle n’a de valeur qu’en fonction de la réalité de l’union qu’elle scelle.«

Cela se passait pendant la guerre des Boers

Pendant la guerre des Boers, en Afrique du Sud, les Boers tenaient le sommet d’une montagne, ce qui permettait de contrôler toute la contrée environnante, en particulier la ville de Ladysmith. On appelait ce sommet le Spoin Kop. La rivière Tugel le longe sur un côté.

Un jour, grâce à une charge terrible, les Britanniques réussirent à percer, à traverser la rivière sur un pont flottant, et à prendre possession de la montagne.

Le soir même, les Boers convoquèrent un Conseil de Guerre, et ils décidèrent qu’il fallait absolument reprendre le Spoin Kop si l’on voulait assurer le succès de la guerre.

Comprenant que la reconquête du Spoin Kop entraînerait un terrible massacre, les officiers ne voulurent pas prendre la responsabilité d’ordonner à leurs hommes d’attaquer. Ils appelèrent donc des volontaires. On passa le message, et ceux qui voulurent se porter volontaires s’avancèrent l’un après l’autre et prirent leur position.

Ils s’engageaient ainsi à la vie ou à la mort. Le lendemain, au lever du soleil, les Boers avaient reconquis le Spoin Kop, mais les trois quarts des Boers comme des Britanniques étaient morts. Voilà ce que des hommes peuvent faire dans la guerre.

Cela signifie quelque chose que de se consacrer aux choses de ce monde. Cela devrait signifier tout autant, et bien davantage, que de se consacrer résolument au Seigneur Jésus-Christ. Le fait d’accepter et de recevoir le Seigneur Jésus-Christ, et de vous consacrer à Lui, devrait être un acte solennel et délibéré. Par la grâce de Dieu, je m’efforce de faire comprendre à vos cœurs cette splendide vérité.

Si vous vous êtes amusé jusqu’à présent avec le problème de la guérison, et que vous vous contentez de faire des expériences avec Dieu, arrêtez, et consacrez-vous pour toujours à Jésus-Christ, dans la foi et l’amour, pour qu’Il soit celui qui vous guérit. Vous vous serez alors placé sur le terrain de la bénédiction. Vous vous serez placé là où le Seigneur vous rencontrera, ou, plutôt, là où vous rencontrerez le Seigneur.

==================================================================

Auteur : John G. LAKE. Sermons réunis et édités par Gordon Lindsay et publiés par CHRIST FOR THE NATIONS, Inc. P.O. Box 24910, Dallas, Tx (U.S.A.), sous le titre : « The John G. Lake Sermons on Dominion over Demons, Disease and Death. » – Edités en français par Parole de Vie, avec permission.

  1 Comment

  1. Caroline toty   •  

    Je n’ai jamais lu autant de conneries dans une page internet, je suis navrée mais j’ai l’impression de lire ce que pourrait dire une secte …..

    C’est tellement évident que c’est con que les mots me manquent !!!!

    Rien que le début …. comme quoi on avait pas de maladies : déjà c’est faux et ensuite on mourrait à 20ans super !!!!

    Vous voulez retourner à cette époque ???

    Ce que vous proposez est une aliénation mentale finalement ….

    Croyez pauvres pecheurs apres tout le paradis pour les imbéciles comme on dit

    Michelle : Eh Eh, Caroline toty, tu as raison dans un certain sens: des premiers chrétiens on disait que c’était une secte. Oui! on est des fous (mais pas furieux), des fous de Jésus. En plus, on voit des miracles que les païens ne voient pas ! On a une paix que les athées ne connaissent pas ! On a une joie que les incrédules ne peuvent même pas subodorer : ça oui, on n’est pas dans la norme…. mais comme nous avons tous commencé par être comme toi, on sait exactement comment tu raisonnes ! Mais cela peut se guérir: la preuve, nous l’avons été. Pour cela, il faut juste chercher à connaître Dieu, à le rencontrer… et si on cherche de tout son coeur, on trouve: JÉSUS CHRIST ! Cherche et tu trouveras…

Laisser un commentaire