Un salut sans la repentance?

Note M.A.V.: Je remets en ligne cet article, écrit il y a trois ans, au tout début du blog. Je pense que, s’agissant d’un sujet majeur: « la repentance à salut », il est plus que jamais utile, en nos temps d’apostasie, de rappeler certains fondements: c’est pour beaucoup de chrétiens de nom une question de vie ou de mort… s’ils savent entendre !

Comme beaucoup de serviteurs de Dieu, je suis confrontée à un constat terrible: Dans nos églises, beaucoup de ceux qui se disent chrétiens ne sont pas sauvés. Quel pourcentage? Dieu seul connaît les Siens !

Les Siens sont un en Jésus-Christ, quelle que soit l’assemblée à laquelle ils appartiennent, car Jésus a prié ainsi une fois (Jean 17:11, 21, 22, 23.). Le Père l’exauce toujours (Jn 11:42): Jésus a déjà été exaucé dans cette prière il y a deux mille ans. Jamais, il n’y a eu la moindre division dans la Jérusalem céleste, dans l’Épouse que Jésus prépare et qui sera bientôt enlevée: elle ne partira pas avec un doigt de pied dans un sac à part, et une oreille en colis recommandé!

S’il y a tant de divisions entre les Églises, et même à l’intérieur des dénominations, voire à l’intérieur de chaque assemblée, n’est-ce pas parce qu’il y a à l’intérieur beaucoup de personnes mal converties ou converties à « un autre Jésus », à un « autre évangile », et qui ont reçu « un autre esprit » (2Co 11:4)? Pourtant, tous ont la conviction d’être de « vrais » chrétiens?

Pierre donne un des signes de la vraie conversion, en Actes 3:

Act 3: 19, 20: Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ,

Regardons bien l’ordre:

1: La repentance

2: La conversion

3: Le rafraîchissement

4: Jésus vient vivre en nous.

Les deux premières étapes sont notre part, les deux dernières sont la part de Dieu, et ces deux dernières parts ne peuvent exister sans les deux premières. Pourtant, j’ai rencontré des quantités de personnes qui pensaient que Jésus les habitait déjà, alors qu’elles n’avaient jamais connu de vraie repentance, donc pas de vraie conversion.

Quand on parle de repentance, il ne s’agit évidemment pas des mots mécaniques que l’on a fait prononcer lors d’un appel : « Je te demande pardon pour mes péchés », mots qui resteront sans effets pour celui qui ne reçoit pas du Saint-Esprit, immédiatement ou dans les jours qui suivent, une profonde conviction de péché, celle qui fait prendre conscience de notre pitoyable condition de perdu et de notre incapacité à pouvoir nous racheter nous-mêmes, fassions-nous mille ans de bonnes œuvres.

L’expression: « repentance à salut » (2Co 7:10) est vide de sens pour celui qui n’a pas eu la révélation de l’immensité du sacrifice de Christ à la croix de Golgotha, sacrifice pouvant, Lui seul, payer le prix de nos fautes.

La rançon payée par Dieu, c’était l’innocence crucifiée, en Son Fils bien-aimé, Emmanuel, qui s’était faite chair pour endosser nos péchés à notre place.

Ceux qui appellent les pêcheurs à la repentance voient souvent la différence entre ceux que le Saint-Esprit saisit, car souvent des torrents de larmes coulent de leurs yeux, et ceux qui s’avancent « à tout hasard », ou encore parce que la prédication leur a remué un peu les tripes, juste ce qu’il fallait pour s’avancer, puis s’en retourner comme ils étaient venus. Sauf qu’ils vont, désormais (peut-être!), occuper leur dimanche matin à autre chose qu’à dormir ou faire du footing (ou du foot!).

La repentance qui vient du Saint-Esprit n’a pas la même odeur, ni la même saveur que celle qui vient de la chair, comme celle de Pharaon reconnaissant qu’il était pêcheur à la huitième calamité, mais qui a recommencé de plus belle dès que la calamité s’est arrêtée (Ex 9:27), ou encore comme la repentance de Saül, qui paraît à première vue profonde et sincère:

1 S 15: 24, 25 : «  Alors Saül dit à Samuel: J’ai péché, car j’ai transgressé l’ordre de l’Eternel, et je n’ai pas obéi à tes paroles; je craignais le peuple, et j’ai écouté sa voix. Maintenant, je te prie, pardonne mon péché, reviens avec moi, et j’adorerai l’Eternel. »

C’est une fausse repentance. On la reconnaît à trois signes: Saül justifie son péché: « je craignais le peuple, et j’ai écouté sa voix ».

Ensuite, il montre la vraie motivation de son cœur: « reviens avec moi ». Il a besoin de Samuel pour le « cautionner » aux yeux du peuple et ainsi conserver son trône. Enfin, son adoration pour Dieu est conditionnelle. Il faut d’abord que Samuel pardonne son péché et qu’il accepte de l’accompagner pour qu’il décide qu’il sera alors normal, pour lui, d’adorer Dieu.

Dieu ne s’y trompe pas. Samuel non plus !


Le N.T. déclare que la (vraie) repentance déclenche des changements profonds:

Mt 3:8: Produisez donc du fruit digne de la repentance,

Lu 3:8: Produisez donc des fruits dignes de la repentance, et ne vous mettez pas à dire en vous-mêmes: Nous avons Abraham pour père!

(Nous pourrions paraphraser cette phrase de Jésus afin de l’adapter aux « gentils »: « ne vous mettez pas à dire en vous-mêmes: Nous avons Dieu pour Père car nous croyons en Jésus, nous appartenons à telle ou telle dénomination (ou assemblée)… ! « . )

Ac 26:20: à ceux de Damas d’abord, puis à Jérusalem, dans toute la Judée, et chez les païens, j’ai prêché la repentance et la conversion à Dieu, avec la pratique d’œuvres dignes de la repentance.

Ce n’est que lorsque cette conviction de péché nous a transpercés que l’on peut se convertir. Se convertir, c’est faire demi-tour: On décide de changer résolument de vie, pas en surface, mais en profondeur, car on a compris que, sans cela, l’issue finale serait, irrémédiablement, le feu éternel.

Alors le saint-Esprit va commencer son œuvre de « rafraîchissement« : transformation de nos pensées, changement de notre regard sur le monde et les plaisirs du monde, destruction des forteresses mensongères qui régissent le monde dans tous les domaines, puisque le monde entier « est sous la puissance du Malin« , et que le Malin est le Père du mensonge.

Il va commencer à nous révéler qui est Jésus, à nous révéler le Père, à se révéler Lui-même, et notre amour pour Dieu se transformera. Il ne sera plus basé seulement sur la reconnaissance de ce qu’Il a fait pour nous, il va s’approfondir car nous apprendrons à connaître QUI IL EST!

Cela sera d’autant plus grand que – Quatrième étape – nous recevons Jésus en nous et qu’Il commence à y prendre une place grandissante, pour devenir le Seigneur de notre vie dans tous les domaines, afin que nous puissions, à l’instar de Paul, nous écrier un jour :

 » J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi » (Gal 2:20)

Le processus sera accéléré quand on a faim et soif de la vérité, quand on dévore la Bible pour connaître le Dieu de la Bible, et qu’Il peut alors nous laver par l’eau de sa Parole, quotidiennement. Notre foi –  » plus précieuse que l’or périssable (qui pourtant est purifié par le feu » ( 1Pe 1:7 ) – va augmenter en conséquence, car « La foi vient de ce qu’on entend° et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu » (Rom 10:17).

  • °(= compréhension des réalités célestes)

Le processus sera mis au régime turbo si l’on reçoit le baptême du saint-Esprit, et le feu du Saint-Esprit.

Mais, comme dans la parabole des quatre terrains, nous pouvons retourner en arrière:

Marc 4 18, 19 : D’autres reçoivent la semence parmi les épines; ce sont ceux qui entendent (comprennent) la parole, mais en qui les soucis du siècle, la séduction des richesses et l’invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse.

Nous pouvons aussi perdre notre salut :

Apoc 3:5 : Celui qui vaincra sera ainsi revêtu de vêtements blancs; je n’effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges.

Pour ceux qui achèvent les chrétiens blessés, les Pharisiens-bien-sous-tout-rapport et auto-satisfaits, David s’écrie:

Psaume 69: 26 à 28 :Car ils persécutent celui que tu frappes, Ils racontent les souffrances de ceux que tu blesses. Ajoute des iniquités à leurs iniquités, Et qu’ils n’aient point part à ta miséricorde ! Qu’ils soient effacés du livre de vie, Et qu’ils ne soient point inscrits avec les justes !

N’avez-vous jamais rencontré des « chrétiens » qui vous enfoncent quand vous êtes écrasé par l’adversité ? Ils viennent, par exemple, vous expliquer que c’est sûrement parce que votre vie n’est pas en règle devant Dieu que les tuiles, la ruine, la mort de proches ou la maladie vous tombent dessus ? Ces chers frères arrivent juste à point, au moment où vous étiez vous-même en train de vous demander si vous n’aviez pas commis quelque horrible forfait pour que le sort s’acharne contre vous ! Après leur passage fraternel, s’il vous restait encore un peu d’espérance, vous voici désormais certain que vous ne méritiez pas l’amour de Dieu et qu’Il vous a définitivement rejeté !

D’autres, qui ont connu un moment le salut, sont retombés dans le monde, mais comme on leur a répété qu’ils ne pouvaient pas perdre leur salut, ils ont la conviction d’être toujours « du bon côté », bien que les fruits ne suivent pas. Ils sont séparés de Christ par le péché, mais comme ils participent tous les dimanches matin au culte, qu’ils chantent des louanges, qu’ils ressentent même la présence du Seigneur, ils se croient toujours dans les petits papiers de Dieu. D’autant que, comme ils paient tout ou partie de leur dîme, « on » les conforte, bien trop souvent, dans l’idée qu’ils sont sauvés.

Ils le seront, sous réserve tout de même d’accepter que La Saint-Esprit les sonde, et qu’ils se repentent de toute leur âme d’avoir encore et encore offensé Dieu !

Si vous n’avez jamais été plié de douleur en ayant la révélation de votre état de souillure, si vous pensez que vous n’êtes pas pires que les autres, ou, tout bien pesé, bien mieux que la plupart, si vous pensez que vos bonnes œuvres vous donnent un ticket d’entrée au paradis, si vous croyez qu’au final tout le monde va aller au ciel parce que « Dieu est bon », ou bien que, à cause de Jésus « tout vous est permis », criez au Père pour qu’il vous envoie son Saint-Esprit vous convaincre de péché, de justice, et de jugement.

Avec Jésus, il n’est jamais trop tard… tant qu’il nous reste un souffle de vie. Mais de quoi demain sera-t-il fait ?

Jésus a fait une promesse:

Lu 11:13: Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent.

La repentance selon Dieu, c’est le début de la vie.

  15Comments

  1. MICHEL CHEVALIER   •  

    Michelle, je suis parfois surpris de voir combien de chretiens ne peuvent meme pas expliquer le salut lorsque la question leur est poser ! ? Et que dire de Hebreux 6 sur les fondements biblique de la foi ?!!!! Moi ,quand je suis venu a l’evangile il fallait prier au moin 1 heure par jour…et avant meme que je ne sois baptise du bapteme de l’Esprit!A l’ecole biblique il fallait faire un resume par ecrit de chaque chapitre que l’on lisait dans la Bible !!! ca changer de nos jours.Nous on avait moin de livres a lire et…plus de la Bible a lire et mediter dessus !

  2. Danièle   •  

    Merci Michelle pour ce commentaire, il me conforte, me secoue, me fait comprendre beaucoup de choses.
    Le dimanche matin, au culte, on retrouve les mêmes personnes que l’on trouve dans la ville, avec leurs qualités et leurs travers.
    Bien sûr, leurs mots sont très durs parfois, leurs conseils ressemblent à des sentences : si le Seigneur ne répond pas à tes prières, c’est que tu es dans le péché et la désobéissance. Que de fois l’ai-je entendu !!
    Je demande bien souvent à notre Seigneur de m’aider à Lui ressembler, j’ai encore un long chemin à parcourir, sans Lui je ne peux rien faire.
    Aussi, je ne me fie plus à ces personnes, je ne vais pas au culte pour les rencontrer, même s’il est doux pour des frères de demeurer ensemble, je vais au culte pour rencontrer mon Seigneur et mon Sauveur, écouter la Parole, l’enseignement de mes pasteurs.
    J’attends que l’Esprit me guide, qu’il me montre la voie et les endroits de ma vie qu’il me faut corriger.
    Un IMMENSE problème subsiste chez moi : la cigarette. Je sais que le Seigneur m’aidera à vaincre ce fléau. Je ne cache pas mes défauts sous une couverture de religiosité, je demande à notre Père de m’aider à les vaincre et je ne me laisse pas culpabiliser par les paroles blessantes.
    Merci encore Michelle pour ce blog et tes commentaires, ils m’aident beaucoup à progresser.
    Que Dieu te bénisse ainsi que toute ton équipe.

  3. renée   •  

    Les Pasteurs ne sont pas responsables des vraies conversions, chaque humain est responsable de son salut et par là-même de celui des ses proches…
    Attention vous êtes dans l’erreur. Les pasteurs seront aussi jugés comme nous tous!!!
    Les pasteurs ne sont pas nos gourous!!
    Jean 1 v1à3 Au commencement était la parole; et la parole était avec Dieu. Et La parole était Dieu !!
    Ni + Ni -! Revenez à Jésus, c’est lui notre SAUVEUR, pas Les pasteurs!! Apostasie totale. Au secours, j’en tremble, RELISEZ l’article et PRIER et REPENTEZ-VOUS de ce que vous dîtes sur les dirigeants pour que puisse Jésus vous éclairer!!

    Michelle: ce que tu dis n’est pas biblique, car il est écrit que les enseignants seront jugés plus sévèrement que les autres ! Les pasteurs se posent en enseignants de la Parole. Certains prêchent la pure Parole de Dieu, sans concession ni compromis, parce que leur seul souci est de remplir le Royaume . Mais d’autres, parce que leur premier souci est de remplir leur bâtiment et que les dîmes affluent, ne prêchent plu la croix, la mort à soi-même, ne parlent plus de péché, de justice et de jugement, mais proposent un évangile soft et sans douleur par lequel on a le salut sans mourir à soi-même et sans se séparer de ce monde. Ils fabriquent à tour de bras des « chrétiens de nom », qui se pensent sauvés alors qu’ils ne le sont pas. La Bible les appelle des séducteurs et des loups, les hommes les vénèrent comme pasteurs, parce qu’on ne leur demande surtout pas de devenir de vrais disciples, avec tout ce que cela implique en renoncement et en sanctification. Mais la Bible est formelle: sans nouvelle naissance, sans sanctification, nul ne verra le Seigneur. Alors, ces faux pasteurs qui, pour des questions d’intérêt, font croire aux gens qu’ils sont sauvés sont les pires criminels qui soient ! Car ILS CONNAISSENT LA VERITE mais ils déversent des illusions mortelles

  4. Aymeric   •  

    Excellent article, vraiment bon et essentiel à rappeler.
    Dimanche, un frère m’a raconté que lorsqu’il était encore en Angleterre, en train d’assister à une réunion d’évangélisation, l’évangéliste arrivait à la fin de son message et sentait dans l’esprit que beaucoup de monde allait s’avancer devant, lors de l’appel à la conversion, notamment dans la jeunesse. Il continua alors son message en le durcissant, en prêchant la croix, crue, dans toute sa vérité et son exigence. Lorsqu’il fit l’appel un peu plus tard, seulement 5 personnes s’avancèrent… Mais 5 personnes vraiment repentantes. Je crois qu’il n’y a rien de pire qu’une conversion "light", "formule allégée"…
    Je constate moi-même que ces gens-là sont très difficilement touchés par une profonde conviction de péché ensuite.

  5. renée   •  

    Pardon, Michelle,
    Je ne critique nullement ce que tu écris . Merci pour la réponse…
    Il est vrai que j’estime beaucoup mon pasteur et que l’article correspond ses enseignements. Gloire à Dieu de vous avoir mis sur ma route quand j’ai lu l’article de Gégé et Michel, Yao j’ai réagi (trop vite) charnellement. J’ ai suivi des cours aussi, très enrichissants. Personne n’est obligé? On doit bénir les oints, si on veut que Jésus les change ou quitter l’assemblée.
    Gégé dit que le corps de Christ est comme le corps humain avec ses défauts et qualités ( formulé comme cela je réagis!). Je pense plutôt que c’est à nous de devenir comme Christ! et que nous sommes des créatures merveilleuses, (aux yeux de Dieu). Alors pourquoi de la critique dans ses articles? Christ est 3 fois saint. Nous nous sommes morts aux péchés, Jésus a été crucifié pour nous, et maintenant à nous de faire pareil, ( je le comprends ainsi). Excuse-moi, Michelle. Je vais aller prier..

    Michelle: la vérité dite pour sauver n’est pas de la critique !!!! C’est bizarre que les chrétiens d’aujourd’hui pensent qu’on critique quand on ne fait qu’énoncer ce que Jésus et les apôtres ont dénoncé avec fermeté, et souvent avec virulence, et sans confiture pour enrober les paroles et rendre la pilule moins dure à avaler… Réveille-toi: l’humanisme, avec sa tolérance et son faux amour, sont les pires ennemis de l’âme !

  6. renée   •  

    Oui, je me dois de dire la vérité, je marche en esprit et en vérité, cela m’a valu de me retrouver seule, retirée du monde.
    Il y a quelques temps.. d’anciennes cathos me scotchaient , je ne comprenais pas, j’étais mal. Jusqu’au jour où les mots sont sortis de ma bouche, une a fait scandale, et mon pasteur qui était au courant, lui a confirmé que je disais la vérité ,l’ autre qui vit dans la fornication la semaine et se fait passer pour une "sainte" le dimanche, a quitté l’église. Je discerne, je prie et quand le saint esprit me guide, je parle. Je fais attention car je sais que la langue peut tuer, et moi je veux juste proclamer, Jésus. Une autre s’est convertie, car elle a vu le changement de l’esprit en moi, et toujours entre soeurs on s’exhorte mutuellement .
    J’ai compris que tout ce qui est charnel est diabolique et doit mourrir! amen!!

  7. Joel   •  

    Bonjour et merci sœur Michelle pour cet article,
    Si la repentance consiste à réaliser la gravité du péché, la conversion serait donc le fait d’abandonner l’ancienne vie pour se tourner vers Dieu en accomplissant des bonnes œuvres, pour ce qui est de mon cas, depuis que je me suis repenti (l’année dernière) le Seigneur m’a soutenu pour abandonner certaines choses aux quelles j’étais carrément asservi, alors ma question qui est liée à mon cas, est de savoir : est-ce que la conversion doit se faire "Une fois pour toutes" c’est à dire j’abandonne toutes mes anciennes habitudes en un seul moment de "conversion" ??(si c’est le cas alors je suis carrément à coté de la plaque…) ou la conversion peut prendre toute une vie, parce qu’il existe des habitudes dont j’me suis débarrassé de façon progressive, avec le temps…,et d’autres qui demeurent et que je continues à combattre, ensuite il se fait que j’ai une sorte de conscience partagée quand je lutte contre certaines habitudes (écouter et surfer sur des forums sur la musique dite "profane" par exemple…) j’voudrais avoir plus d’éclaircissement sur la conversion, je n’ai vraiement pas envie de me tromper sur ma propre vie…
    Merci, que Dieu vous benisse…

    Michelle: Il est écrit: « Recherchez la sanctification sans laquellle nul ne verra le Seigneur ». Cest une mise à part progressive qui nous fait marcher de victoire en victoire sur le péché, si notre coeur est attaché au Seigneur, car Lui a horreur du péché et veut nous rendre semblable à Lui. C’est un combat contre notre chair, qui serait impossible sans l’aide puissance du Saint Esprit qui grave les lois de Dieu dans notre coeur et nous donne toujours plus de soif d’abandonner le péché:

    1TH 5:23 Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ ! 5:24 Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera.

    Notre participation, c’est d’aimer le Seigneur de toutes nos forces de toute notre âme… et de vouloir demeurer en Lui, car le péché nous sépare de Christ Tu as de nombreux articles ici sur le fait qu’on peut perdre son salut

  8. ServanteDeJesus   •  

    Cet article dit la vérité !

    Je suis d’ailleurs choquée parce que à l’heure actuelle les choses deviennent de plus tordues dans les assemblées et les gens croient en tout et n’importe quoi parce que ça les arrange ! Dieu est Bon oui ! mais juste aussi ! Lorsque tu dénonces certains mauvais comportements ou doctrines en flagrante opposition à la Bible on te traite de " pharisien", on ajoute que "tu manques d’amour", que de toute les façons "personne n’est parfait" , et qu’ensuite (l’objection classique) " c’est entre moi et Dieu ça ne te concerne pas, pourquoi tu me juges ?! "

    Toujours le même discours, toujours à rejeter la faute sur les autres, toujours à choisir la fuite et aimer vivre dans l’illusion ! pourtant la bible claire ! se repentir et plier les genoux devant Christ voilà ce qu’est aussi être un vrai disciple !

    Ce qui se passe dans les assemblées n’est pas étonnant, nous sommes dans les derniers temps et les choses se mettent en place en une rapidité tellement évidente que je suis franchement horrifiée de ce que je vois !

    J’ ai vu des gens qui se disaient chrétiens persévérer dans le péché avec une très grande motivation sachant que ce qu’ils faisaient est mal et après prétendre à s’être repentis alors qu’il a absolument aucun fruit digne de la repentance !

    J’ai vu des gens qui se disent frères mépriser des chrétiens. J’ai vu un frère dénoncer le péché et des pratiques douteuses, et ensuite se faire agresser et mettre la pression par des gens qui se disent frères et dont la motivation première n’est que d’asseoir leur position et se donner une bonne image !

    J’ai vu comment le compromis et le refus de se repentir a conduit des chrétiens à devenir des ennemis de Christ et donc des instruments flagrants de satan dans l’assemblée !

    Lorsque on vit tout ça on n’a qu’une seule envie demeurer en Christ et se sanctifier chaque jour pour ne pas nous perdre et donc Le perdre !

    Que le Seigneur fortifie son Église et la remplisse de discernement.

  9. Frederick Kulubolo   •  

    Bien Aimé dans le Seigneur Jésus,
    Que Dieu soit loué pour tn article qui dit la vérité et nous permet de veiller sur notre vie et de garder notre repentance à salut par une sanctification et obéissance continuelle à Dieu sans quoi la porte du ciel reste fermé.
    Il est donc de notre devoir et de chacun de veiller aux qutres étapes de la repentance que tu mentionnes dans ton article.
    Nous avons beaucoup de repentance de type pharaonique:on vient vers le Seigneur à cause de certaines calamités de la vie et une fois le problème résolu nous rechutons: donc pas une repentance à salut
    Il ya aussi tant de Saul dans nos assemblées. Il temps pour que chacun se regarde au miroir de la parole de Dieu et vois ce qu’il est et se repente à salut.
    Merci pout tn article que Dieu te bénisse

  10. robert   •  

    L’étude comparée d’Elie le prophète et de Jean Baptiste fait ressortir des similitudes frappantes dans la vie des deux hommes, caractérisées par : la solitude, l’isolement (1 Rois 19 : 4) et la famine. Elie vivait dans la foret parmi les bêtes sauvages, Jean Baptiste se nourrissait des produits de la nature. La vie extrême de ces deux prophètes est probablement unique et surprenante.

  11. Dorine   •  

    Merci et mille merci pour cet article.
    Mon mari et moi avons traversé ses etapes. Ce n’etait pas facile. Et comme le souligne Patrick, un des grands chocs est de ne pas pouvoir collaborer aux oeuvres chretiennes à cause du besoin de recommandation d’un pasteur.
    Ceci n’est qu’une pression du système qui me pousse plutot à prendre postion contre lui et à confirmer la justesse de mon choix: celui de dire non à l’eglise systeme.
    Soyez bénis.

  12. luigisan   •  

    Quelqu’un a t-il déjà lu le livre « Déjà pardonnés » de Van Den Bosch Petro

    L’auteur répondra à bien des questions que beaucoup de chrétiens se posent, et sans doute vous-même ! En voici quelques-unes : lorsque le problème du péché est réglé, dois-je encore m’obstiner à suivre la Loi ? Peut-on perdre son salut ? Pouvons-nous encore pécher ? Quel est le péché qui annulerait l’accès au paradis ?

    En gros le livre dit que nous sommes déjà pardonnés , l’alliance a été conclu entre D.ieu et Jésus donc nos péchés n’affectent pas notre relation avec D.ieu ni notre salut qui est éternel.Il est préfacé par quelqu’un que j’estime beaucoup le prophète Pierre Daniel Martin, en même temps je suis étonné qu’il partage cet avis.Qu’en pensez vous? je me range plutôt de l’avis de Christian Pellone qui dit que le salut se perd, le Seigneur lui a dit que le problème c’est pas quand tu pèches mais quand tu refuses de te corriger, c’est la que réside le risque de perde le salut. Si quelqu’un se repent lorsqu’il pèche il est pardonné, mais s’il reproduit les mêmes péchés c’est une non-repentance, donc pas de perte de salut si vous êtes nés de nouveau et puisqu’on peut se repentir maintes fois

  13. luigisan   •  

    la dernière phrase est mal place dans mon commentaire désolé, il s’agit de l’avis de Van Den Bosch Petro dans son livre.

Laisser un commentaire