CONNAISSANCE DU JUDAISME POUR UNE APPROCHE MESSIANIQUE, par Paul Ghénnassia

Enseignement K7 mis par écrit, et transmis par Jean (Yohanam dans les commentaires) - Merci à  Jean pour cet article solide qui nous permettra d'éviter des dérives, et de garder un équilibre nécessaire. Car notre amour pour Israël peut parfois nous aveugler... Ne confondons pas l'amour pour ce peuple, et l'acceptation des croyances et déviances doctrinales qui leur ont fait rejeter leur Messie. L'étude de Paul Ghénassia nous montre le mécanisme de ces déviances... qui n'ont pas épargné l'Église !

Nous allons faire 2 lectures, la première se trouve dans Esaïe 29 : 9 à  16 :

" Soyez stupéfaits et étonnés ! Fermez les yeux et devenez aveugles ! Ils sont ivres, mais ce n'est pas de vin ; ils chancellent, mais ce n'est pas l'effet des liqueurs fortes. Car l'Eternel a répandu sur vous un esprit d'assoupissement ; Il a fermé vos yeux (les prophètes), Il a voilé vos têtes (les voyants). Toute la révélation est pour vous comme les mots d'un livre cacheté que l'on donne à  un homme qui sait lire en disant : lis donc cela ! et qui répond : je ne le puis car il est cacheté ; oui comme un livre que l'on donne à  un homme qui ne sait pas lire en disant : lis donc cela ! et qui répond : je ne sais pas lire. Le Seigneur dit : quand ce peuple s'approche de Moi, il m'honore de la bouche et des lèvres ; mais son cœur est éloigné de Moi, et la crainte qu'il a de Moi n'est qu'un précepte de tradition humaine. C'est pourquoi je frapperai encore ce peuple par des prodiges et des miracles ; et la sagesse des sages périra, et l'intelligence de ses hommes intelligents disparaîtra. Malheur à  ceux qui cachent leurs desseins pour les dérober à  l'Eternel, qui font leurs œuvres dans les ténèbres et qui disent : qui nous voit et qui nous connaît ? Quelle perversité est la vôtre ! Le Potier doit-Il être considéré comme de l'argile, pour que l'ouvrage dise de l'ouvrier : Il ne m'a pas fait ? Pour que la vase dise du Potier : Il n'a pas d'intelligence ? "

L’amour factice, par Michelle d’Astier

Note M.A.V. : Je remets en ligne un article que j'avais écrit au démarrage de ce blog (mars 2006), en le modifiant légèrement

Sommes-nous de ceux qui, sous prétexte d'amour, ne reprenons jamais un frère dont la conduite - nous le savons- va le perdre ?

Sommes-nous de ceux qui, par amour des succès d'estrade et avides de gloire humaine et d'offrandes confortables, caressent agréablement les oreilles et envoient en enfer ceux qu'ils prétendent aimer ?...

Il est souvent de très mauvais goût aujourd'hui de dire la vérité, dans l'Église comme dans le monde. Dès que l'on heurte des convictions viscérales, surtout des convictions religieuses, on vous accuse de manquer d'amour. Et nous voici soudain intimidés et paralysés, là  où on ne voulait qu'avertir pour empêcher quelqu'un de se perdre.