souffle de vie – 29 et 30 septembre – Un Parole du Seigneur, par Naomie

Shalom à chacun d’entre vous –

Je vous transmets une « parole reçue » ce vendredi dernier 21 septembre 2007 à 3 heures du matin.

Mon désir exprimé dans la journée était d’avoir un temps pour me tenir devant mon Seigneur. Je ne pouvais plus dormir et je sentais qu’il était temps pour moi de me lever et de répondre à cet appel pressant, dans l’obéissance. Comme Samuel dans le temple, je me plaçais devant Yéshua, lui disant simplement : Parle Seigneur ! Ta servante écoute !

« Le soleil ne va pas vers son déclin, il monte à son zénith et, malgré les apparences, sa lumière arrive à sa plénitude.

Ne craignez pas les annonces « calamiteuses » qui montent vers vous, mes enfants. Il faut que le méchant apprenne sa méchanceté, et que le fourbe sache sa fourberie, sinon, comment parviendraient-ils à la repentance ?

Je parle encore !

Je parle toujours !

Regardez et voyez !

Je vous ai contré dans tous les domaines et la terre n’est qu’un « yo-yo » entre Mes mains. Pourtant, alors que mon désir est d’attirer votre attention, votre attention se porte vers vos désirs et vous m’attristez constamment.

Je n’ai qu’un souhait vous concernant, celui de vous redonner la gloire première, lorsque ma parole annoncée portait son fruit glorieux.

Regardez et voyez le fruit d’alors : les signes et les miracles accom-pagnaient Ma parole.

Aujourd’hui, vous édulcorez Ma parole et vous la « garnissez » de fioritures.

– Qu’elle est la folie qui vous touche ? »

Je vous ai annoncé les choses à venir car Je « parle » à Mes amis les prophètes. Mais dès que je proclame un prophète, une prophétesse, vous vous empressez de laisser s’autoproclamer ceux qui ne sont pas appelés, agissant de leur propre chef, sans rechercher Ma volonté.

Vous qui avez quitté le catholicisme pour aller dans la lumière, êtes retombés dans les désirs de votre cœur. N’ai-je pas dis que du cœur humain il ne sortait rien de bon ?

Levez-vous dans l’unité du corps constitué par chacun d’entre vous, réparez les brèches, relevez les murailles et posez les portes avec mon accord.

Pourquoi cherchez-vous à jou-er un rôle plutôt que de revêtir le vête-ment que je vous ai préparé, pour chacun ?

À ce jour, c’est mon armure qu’il vous faut endosser, et ne rien espérer d’autre qu’un grand combat qui vous conduira dans la repentance.

Vous ne m’avez pas choisi, non ! Moi, je vous ai choisis. Je vous ai appelés.

Souvenez-vous d’où vous vous teniez, comme des prostituées livrées à des simulacres d’hommes.

Je vous avais comblés, parés des plus beaux joyaux ( ceux de Ma couronne), couvert d’or le plus précieux, revêtus de vêtements fins et colorés de la couleur qui sied à ceux de ma maison.

Au matin, je t’ai trouvé baignant dans ton sang, rejeté par tes amants, te lamentant pour attirer les regards, mais personne qui ne se porte à ton secours.

Ta plaie est grande, et nul pour la panser. J’ai créé ta plaie douloureuse et je t’ai conduite aux eaux de Mara, afin que tu connaisses l’état de ton cœur.

Une génération méchante s’est perdue, cela s’est fait dans le seul but de voir la génération suivante entrer dans mon obéissance.

Aujourd’hui comme aux jours d’autrefois, Je t’appelle du haut de ma montagne sainte et je te crie : reviens d’où tu es tombée.

Le temps presse ; que vais-je trouver à mon retour ? Trouverai-je la foi sur terre ?

Je fais des connexions non selon les critères des convenances humaines, mais je cherche ceux et celles qui vont avoir l’audace de se tenir sur les brèches, et sans la moindre peur, avec le Chef des Armées à leur tête, avoir la témérité de marcher en mon nom, et de ne pas craindre l’ennemi, aucunement.

Entendez la voix du shoffard qui appelle au combat !

Lavez-vous dans l’hysope, sanctifiez-vous par mon nom, soyez oint de mon huile et que mon sceau brille sur vos fronts.

Ecoutez ma voix remplir la terre et que le méchant se repente au cri de ma voix.

Au son de ma voix, la terre tremble, les murailles chancellent dans leur ivresse, les eaux d’en bas quittent leurs limites.

Quand allez-vous comprendre que ma parole est la vérité ?

Pour que Pharaon voit Ma puissance, j’ai endurci son cœur. J’endurcirai les cœurs pour que vous aussi, vous connaissiez qui je suis en réalité.

Vous aussi, vous mettrez les genoux en terre et vous confesserez enfin que JE SUIS le Dieu vivant. Si vous résistez, je jetterai vos repères charnels à terre, et elle tremblera encore. Et vous me reconnaîtrez dans la puissance de mes œuvres.

Est-il temps d’œuvrer pour vos maisons ?

Vous thésaurisez mais aurez-vous le temps de dépenser ?

Vos cœurs se sont fermés alors que J’ai créé l’homme selon mon image. Si je suis amour, ou est l’amour qui devait vous unir ?

Pourquoi les « pourvus » ferment-ils leur porte, alors que celui qui « manque » de l’essentiel attend toujours ?

Aujourd’hui, vous vivez les prémices des semences dont vous avez été porteurs. Attendez-vous à plus car mon temps arrive, je ne tarderai plus ma venue.

Encore un peu de temps et vous qui veillez, avec vos lampes pleines,

soyez assurés d’une récompense pour vos veilles.

============

– Pour les autres,

identiques aux « vierges folles »,

vous marcherez en tâtonnant, et lorsque l’huile viendra à manquer dans vos lampes, vous serez semblables à l’aveugle qui veut conduire un autre aveugle… Tous deux tomberez !

Mon peuple ! Réunis-toi, ne te fuis plus.

Au cœur des tempêtes, dans l’œil des cyclones, dans les eaux tumultueuses, je suis là, présent et je veille.

Je ne dors ni ne sommeille et je te cherche pour te conduire dans l’abri de mes bras.

Je t’attends mon épouse, et je viens te chercher.

Naomie

Laisser un commentaire