VIENS ET SUIS-MOI, par Michelle d’Astier

Un billet avec la collaboration d’Éliane

Marc:10 : 21 : Jésus l’ayant regardé, l’aima, et lui dit: il te manque une chose ; va, vends tout ce que tu as, donnes -le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis moi !

Le regard de Jésus touche profondément. Son regard perce et transforme.

Un regard pur

Si ta vie a changé, si, alors que tu étais dur, intransigeant, orgueilleux, sûr de toi, s’est transformée progressivement pour que s’installent l’amour de l’autre, la douceur et l’humilité, c’est que le regard pénétrant de Jésus t’a touché.

Mais si tu est resté égoïste, rancunier, insensible à la douleur d’autrui, et si tu veux absolument avoir raison, c’est un signe que le regard de Jésus ne t’a pas encore touché.

Une chose te manque :

Être UN avec Jésus et qu’il n’ y ait plus de mur entre Lui et toi .

Quand Jésus dit :

« viens et suis-moi. Vends tout ce que tu as…« ,

c’est qu’il te manque quelque chose et cette chose, c’est l’essentiel.

C’est ce qui fait toute la différence entre la vie et la mort !

Le jeune homme riche était passionné quand il voyait Jésus. Il voulait être comme Lui. Il voulait le suivre. Il croyait qu’il ne lui manquait rien pour être qualifié comme disciple !

Mais Jésus, Lui, savait. Car quand il a demandé au jeune homme s’il avait pratiqué les commandements divins, Jésus en a volontairement omis quatre, certainement pour ne pas faire mentir son interlocuteur. Il fallait que celui-ci ait d’abord la révélation de ce qui lui manquait; Il lui fallait le regard pénétrant de Jésus sur sa vie.

Jésus a omis, entre autres, de citer les deux premiers commandements :

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de toutes tes pensées« , et le second: « Tu n’auras pas d’autres dieux…« 

Le jeune homme était convaincu d’obéir à Dieu dans toutes ses prescriptions. Il ignorait qu’il avait un autre dieu camouflé au fond de son cœur: MAMMON. Il croyait dominer sur son argent, mais son argent dominait sur lui: son cœur y était attaché, beaucoup plus qu’il ne le savait lui-même.

Son coeur était partagé.

Lui l’ignorait, mais Jésus savait ce qui est dans le cœur de l’homme ! Il le sait toujours !

Le regard du Seigneur met tout en lumière, tout ce qui est caché jusqu’au plus profond des cœurs.

Quand Jésus lui a dit:

« Vends tout ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. PUIS VIENS ET SUIS-MOI » (Mt 19:21),

ce fut comme un révélateur puissant. Alors, le jeune homme est parti tout triste. Tant que son coeur était partagé, il ne pouvait suivre Jésus: « VENDS TOUT CE QUE TU POSSÈDES, DONNE-LE AUX PAUVRES, PUIS VIENS ET SUIS-MOI

« PUIS »

dans ce « PUIS », il existe l’abîme temporel qui existe entre la vieille nature et la nouvelle nature que Dieu veut nous donner.

Quand Jésus appelle, Il ne regarde pas aux apparences de piété, mais à notre coeur, à notre amour pour Lui.

Il sait ce que, chacun de nous personnellement, nous sommes prêts à mettre sur l’autel.

Luc: 14:26 : Si quelqu’un vient à moi, sans me préférer à son père, à sa mère, à ses enfants, à ses frères et à ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple.

Il me faut passer par ce renoncement à moi-même, ce renoncement à tous mes droits, pour devenir UN DISCIPLE de Christ, donc pour pouvoir le suivre ! C’est le prix à payer !

Alors, comme les apôtres, nous pourrons entendre Jésus nous dire :

« Viens et suis-moi ! »

Le chemin du renoncement, c’est le chemin sur lequel Jésus Lui-même a marché. Être un disciple, c’est vouloir lui ressembler en tous points, sans regrets pour ce qu’on laisse !

Philippiens 2:5

Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu,

Alors, la grâce de Dieu peut être pleinement libérée et se déployer sur nous, afin que nous ne devenions plus de simples consommateurs, mais d’authentiques SERVITEURS de Dieu.

  1 Comment

  1. Ezéchiel   •  

    Ce que je trouve de grand en Jésus dans ce passage, c’est que le Seigneur « l’aima ». Certainement « il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. » (Mt 22.14) mais une chose est certaine : Jésus Christ « aima » tout les potentiels élus.

    Au revoir.

Laisser un commentaire