Souffle de vie – 22 au 29 Septembre 2008 – Prendre le nom de Dieu en vain…par des comportements…. paiens, nous-mêmes paiens

Transmis par Lorraine – site: réseau chrétien – D’après le livre de Ron Sider

J’ai pris connais- sance d’enquêtes qui démontrent que les Chrétiens évangéliques affi- chent plus de préjugés raciaux que les non évangéliques, au sein d’une religion qui nous dit d’aimer même nos ennemis.

Encore plus grave, quand on se réfère aux violences phy- siques ou aux abus sexuels :

les chrétiens évan- géliques ne font pas mieux que le reste de la popu- lation, et parfois même font pire.

Pire encore lorsqu’il est question d’honnêteté, de convoitise, de matérialisme, les sondages démontrent que les chrétiens qui professent leur foi ne sont pas différents dans leur conduite que ceux qu’on appelle « les païens »

Comment est-ce possible? Que se passe-t-il ?

Lorsque Ron Sider est interrogé sur ces résultats désastreux, il appuie encore sur le clou en affirmant :

« La grâce à bon marché est au cœur du problème. Quand la grâce est réduite au pardon des péchés uniquement, que le salut se limite à être une assurance contre le feu de l’enfer … et qu’au mieux, nous ne saisissons que la moitié de ce que dit la Bible à propos du péché, alors la grâce de Dieu est limitée. »

Laissez-moi répéter cette dernière phrase « au mieux, nous ne saisissons que la moitié de ce que dit la Bible au sujet du péché »

Le péché est défini dans la Bible comme une transgression de la loi.

« Quiconque pratique le péché transgresse la loi, et le péché c’est la transgression de la loi »

1 Jean 3 :4

J’entends souvent des prédicateurs dénoncer avec véhémence péchés, transgressions et iniquités, puis déclarer ensuite, dans le même temps, que la loi a été annulée à la croix. Avec tout le respect que je leur dois, je demande humblement : si le péché est défini comme transgression des principes de la loi morale de Dieu, comment est ce que la loi peut encore être transgressée ? Comment peut-on dénoncer le péché et en même temps laisser entendre que la loi de Dieu n’est plus valable, alors que ce n’est qu’au travers de la loi de Dieu que l’on peut connaître le péché ?

Paul l’a dit clairement :

« Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péché ? Certes non ! Mais je n’ai connu le péché que par la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’avait dit : Tu ne convoiteras pas. » Rom 7 :7

ou bien encore :

« Car personne ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi qui vient la connaissance du péché » Rom 3 :20

Il y a eu manifestement une confusion concernant ce sujet dans le monde Chrétien, et cette confusion est certainement à la racine du laxisme des évangéliques, aujourd’hui révélé par ces enquêtes.

Nous sommes choqués par cette anar- chie morale parmi les chrétiens,

mais, si pen- dant des années et des années, les pasteurs ont annoncé que la loi de Dieu était annulée par la croix, pourrait-on penser que ce faux ensei- gnement est à l’origine de l’anarchie actuelle manifestée dans les églises ?

J’ose dire que oui.

Vous allez rétorquer : Est-ce que la loi n’a pas été accomplie en Jésus ? Ne sommes-nous pas sous la grâce et non plus sous la loi ? Ne sommes-nous pas sauvés par la foi et non par les œuvres de la loi ?

Bien sûr que oui ! La grande nouvelle, c’est bien la mort substitutive de Jésus pour nous, le pardon, la justification au travers de la justice de Jésus, c’est l’unique moyen de salut. Tout Chrétien qui comprend l’Evangile connaît le salut, non par les œuvres de la loi, mais par Jésus-Christ, qui a donné sa vie pour nous sauver.

Mais cela signifie-t-il que nous sommes libres de pécher,
libres de continuer à enfrein- dre la loi de Dieu une fois que nous avons accepté Jésus par la foi
L’Evangile, est-ce cela ?

En tout cas, ce n’est pas la Bonne Nouvelle contenue dans ma Bible, et je doute que vous la trouviez ainsi annoncée dans la vôtre.

Laissez-moi vous raconter l’histoire d’une femme que nous appellerons Lola. Bien que Lola vienne d’une famille correcte, elle a fréquenté de mauvaises compagnies dès son jeune âge, et dans son adolescence, la drogue, l’alcool, les vols faisaient partie de sa vie.

Elle épousa malheureusement un homme caractériel qui se montrait extrêmement violent et la battait constamment. Un jour elle en a eu tellement assez qu’elle le tua. Coupable, elle alla en prison mais elle bénéficia d’une amnistie du gouverneur et elle fut libérée. Bien qu’elle ait violé la loi, bien que la loi l’ait condamnée et qu’elle dut accepter la peine prononcée, le gouverneur supprima la condamnation.

Lola, bien que coupable d’avoir transgressé la loi, à cause du pardon, n’était plus sous condamnation de cette loi.

Est-ce pour autant que Lola grâciée et libérée peut continuer d’enfreindre la loi qui l’avait condamnée ? Bien sur que non !

Est-ce que la grâce accordée par le gouverneur supprime la loi qu’elle a transgressée ? Ce serait stupide de le croire !

La grâce n’a pas annulé la loi, mais bien la sentence prononcée.

Par analogie, relisons l’Evangile.

Le péché est une violation de la loi et des 10 commandements.

La bible dit aussi que l’Ecriture a tout renfermé sous le péché (Gal 3 :22) . Mais Jésus vient et offre son pardon, sa grâce. L’Evangile ne dit pas : Garde la loi, les 10 commandements autant que tu peux et tu seras pardonné. Non ce que dit l’Evangile c’est : Jésus vous offre sa parfaite justice, et en reconnaissant qu’au travers de sa justice parfaite vous pouvez être pardonnés d’avoir transgressé la loi.

Par la foi, vous n’êtes plus sous la condamnation de la loi que vous avez enfreinte. Tout comme Lola vous avez été pardonnés.

Mais, est-ce que cela signifie que vous êtes libres maintenant d’enfreindre cette loi que vous avez déjà transgressée, maintenant que vous avez bénéficié de la grâce au travers de Jésus ?

Non, la grâce de Dieu n’annule pas Sa loi, elle annule la condamnation consécutive à la transgression de la loi.

C’est ici la distinction capitale qu’il ne faut pas manquer.

C’est en fait ce que Paul écrivait :

« Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrons-nous encore dans le péché? » Rom 6 :1.

Si le péché est décrit comme transgression de la loi, Paul n’aurait pas pu écrire aussi facilement

« que dirons-nous donc ? demeurerions-nous dans le péché afin que la grâce abonde ? Loin de là !

C’est la même pensée que Paul présente ici :

« Car le péché n’aura pas de pouvoir sur vous puisque vous êtes non sous la loi, mais sous la grâce. Quoi donc ? Pêcherions-nous parce que nous sommes non sous la loi mais sous la grâce ? Loin de là ! Rom 6 :14-15.

Ne pas être sous la loi signifie ne pas être sous la condamnation de la loi.

Jésus a pris sur lui notre condamnation par sa mort expiatoire pour nous. La question que pose Paul : devrions-nous continuer de pécher en transgressant la loi de Dieu, maintenant que nous ne sommes plus sous la condamnation et que nous sommes sous la grâce de Jésus ?

Paul répond :

« Loin de là ! »

Une religion ne peut pas nous justifier et ne doit pas être confondue avec l’idée que nous n’avons pas besoin d’obéir à Dieu.

C’est ici la grande illusion, et je crois que c’est ce qu’exprime Ron Sider dans son livre. Le vrai scandale est bel et bien lorsque les Chrétiens ne vivent pas selon de meilleurs principes moraux que ceux qui sont « dans le monde ».

Y a-t-il un espoir ?

Le pardon est là par Jésus qui vous donnera une nouvelle vie en Lui, une vie de foi et d’obéissance.

Peu importe la pagaille et le désordre, peu importe l’infidélité de l’église contemporaine, Dieu est toujours prêt à tenir ses promesses. Il est désireux d’accomplir aujourd’hui les mêmes œuvres puissantes du passé.

Tout ce que nous devons faire, c’est croire et obéir.

Le Seigneur que nous affirmons aimer et adorer se tient à la porte et Il frappe.

Il attend qu’on le laisse entrer. Mais nous ne pouvons pas n’inviter qu’une seule partie de Lui.

Mais si aujourd’hui nous osons accepter pleinement le Christ de la Bible en nous livrant à Lui, il accomplira de plus grandes œuvres que nous pourrions de- mander ou imagi- ner.

Il changera les pleurs en joie, Il mettra fin au scandale de la désobéissance flagrante dans la vie de tous ceux qui feront appel à Lui.

  2Comments

  1. yohanam   •  

    on entend trop souvent dire dans les églises qu’il n’y a plus aucune condamnation en Jésus – Christ ce qui est vrai mais on fait abstraction de la suite du verset qui est : « qui marchent non selon la chair mais selon son Esprit «  »(Rom. 8 :1 de la traduction Thompson. L. Segond ne l’a pas mais explique dans la suite du verset, c’est vrai je suis tout à fait d’accord, avec les propos receuillis. Des chrétiens vont dans des boîtes de nuit sans aucun complexe, vont voir des films avec leur enfants comme Harry Potter , etc… Dommage que la prise de conscience ne se fasse pas, pour certaines choses, serait-ce que les pasteurs ne s’occupent plus de leur parroissiens? ou que les chrétiens se disent « je suis sauvé de toutes manières »? la parole est trop souvent arrangée par les pasteurs pour caresser dans le sens du poil. Beaucoup de chrétiens sont cassés après cela, Satan doit bien se frotter les mains, heureusement que certains tiennent et sont là pour aider leur frères et soeurs qui en ont besoin.

  2. joseph   •  

    on remarque aussi lors de la prise de la sainte cene, comme disent les pasteurs, qu’ avant de prendre le pain et le vin, ils exigent un temps de recueillement afin de s examiner et demander pardon à Dieu des péchés commis durant la semaine écoulée et chaque semaine c’ est le même scénario; et de ce fait, il semblerait que certaines personnes, sans les juger, commettent chaque semaine les mêmes péchés.. et chaque dimanche même scénario… Cela démontrerait une tendance
    à ce que l’ on appelle l’évangile à l’eau de rose..

Laisser un commentaire