Mathilde, femme d’un pervers narcissique, par Mathilde

Téléchargeable sur Amazon:

Mathilde, femme d’un pervers narcissique, par Mathilde

« Mathilde » est le scan sans concession d’un mal qui ronge notre société, la perversité. C’est un journal poignant, rédigé sur plusieurs années.

Presque septuagénaire, Mathilde se marie avec un veuf qu’elle croit bien connaître et qu’elle a toujours vu sous son côté gentil, serviable et rempli d’humour. Elle va découvrir au fil du temps qu’elle n’a pas épousé seulement un homme violent et colérique parce qu’il est alcoolique, mais un pervers narcissique manipulateur (PNM).

Elle est alors confrontée à une forme de violence qui lui était inconnue, celle des mots qui font mal, qui dévalorisent, qui broient la victime jusqu’à ce que celle-ci s’éteigne. Elle croit qu’elle pourra tenir, car elle un caractère bien trempé. Elle est très active et elle est entourée de nombreux amis qui la soutiennent.

Femme de foi, elle espère un miracle. Elle devra apprendre que rien ne peut changer un PNM si lui-même ne le veut pas. Elle constate aussi le peu d’aide que les victimes peuvent trouver à l’extérieur, en particulier dans les églises, tant la duplicité des PNM est impossible à imaginer pour qui n‘y a pas été confronté.

Un jour, elle s’écroule. C’est le « Burn out ». Elle réalise qu’elle est en danger de mort, et qu’il lui faut agir vite et radicalement pour survivre.

«  Mathilde » est le récit d’une cascade d’illusions, de désillusions, de peurs et de souffrances cachées, jusqu’au moment où elle parvient à échapper à l’homme à deux visages qui dit l’aimer mais qui la torture jour après jour.

L’auteur a choisi l’anonymat, tous les protagonistes de l’histoire, dont elle a changé les noms, étant encore vivants.

C’est un livre puissant pour faire prendre conscience aux victimes de PNM de l’impasse mortelle dans laquelle elles se trouvent et comment en sortir. Cela commence par mettre un nom sur le mal. Le journal se termine sur une note d’espérance, la métamorphose est rare, mais possible.

  1 Comment

  1. Elisabeth777   •  

    Livre magistralement écrit, abondant en formules qui font mouche. Il révèle, et traite, un phénomène de société : la croissance du nombre des PNM (pervers narcissiques manipulateurs), représentés surtout par des hommes, mais aussi par des femmes… Le comportement de ces PNM est décortiqué, ainsi que leurs effets très délétères sur leurs malheureuses victimes. Il est nécessaire de le lire et d’être bien informé.

    Pour les chrétiens, ce livre révèle aussi un autre problème crucial : savoir faire la distinction entre les chrétiens authentiques, véritablement sauvés, et ceux qui refusent de se soumettre à Dieu, même s’ils ont été appelés, ont eu des velléités de servir le Seigneur et en avaient reçu les arrhes de l’Esprit… Dans son infinie sagesse, la Parole nous enseigne comment les reconnaître : « à leurs fruits » (Mat. 7,20 ; v. 16 aussi). Il faut observer leurs actes, leurs paroles, toutes leurs manifestations, et considérer aussi les effets provoqués sur autrui…
    En effet, ceux qui ne produisent pas les fruits de l’Esprit, à savoir l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi… (Gal. 5,22), ne sont pas enfants de Dieu… (Certes tout chrétien est en chemin, mais même s’il y a des imperfections, il manifestera au moins plusieurs de ces fruits, ou au moins en partie la plupart… et à un degré qui ne pourra venir que de Dieu.)

    Ce livre est très profond. IL sort en un temps où il est plus que jamais vital – et il s’agit de la vie ETERNELLE, ou d’un châtiment ETERNEL – d’avoir du discernement, de reconnaître les tortionnaires et d’aider les vraies victimes, et, pour tous, de choisir et de suivre Jésus-Christ, par Son Esprit …
    « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas ». (Rom. 8,9)

    Elisabeth

Laisser un commentaire