Les chrétiens doivent-il être «sionistes» ? de Luc Henrist

Transmis par Betty

Il y a quelques semaines, j’ai reçu un e-mail de la part d’un étudiant de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) me signalant qu’il allait faire son mémoire sur le «sionisme chrétien», et il me demandait mon aide pour ce faire.

Pour pouvoir exposer le fond de ma pensée, on a besoin de comprendre ce que signifie le «sionisme», tout en gardant à l’esprit que ce mot a, aujourd’hui, une connotation très négative pour ne pas dire épouvantable…
Ceci étant, dans le dictionnaire, on trouve cette définition : « de Sion, montagne de Jérusalem. Mouvement dont l’objet fut la constitution, en Palestine, d’un État Juif».

(Note M.A.V. Shéma du grand Israël, territoire donné par Dieu à Abraham et ses descendants – du Nil à l’Euphrate – Cela sera un jour puisque c’est une promesse divine… On est bien loin du « rabiotage » du mini territoire accordé pour l’instant à Israël, ou conquis au cours de guerres provoquées par les pays musulmans pour lui voler son droit à exister, et sans cesse remis en question… par quasiment toutes les Nations ! Mais c’est Dieu qui règne:les nations sont toutes dans Sa Main juste un souffle !

Esaïe 49:22 Ainsi a parlé le Seigneur, l’Éternel : Voici : Je lèverai ma main vers les nations, Je dresserai ma bannière vers les peuples ; Et ils ramèneront tes fils entre leurs bras, Ils porteront tes filles sur les épaules.)

Tout d’abord, j’ai été étonné qu’il se soit adressé à moi car je me demande comment il m’a «trouvé» sous cette appellation ? Parce que justement, je ne me considère pas comme un «chrétien sioniste»…

Ce qui me dérange, dans cette définition, c’est le fait qu’elle donne clairement l’impression que c’est ce mouvement qui a été la cause de tous les ennuis et de toutes les violences qui auraient donc débuté avec la «constitution (en Palestine) d’un État Juif en 1948»… Alors qu’en réalité, il y a TOUJOURS eu des Juifs en Palestine… En effet, AVANT et même APRÈS la destruction du Temple de Jérusalem par les Romains (en 70 AD), il y a toujours eu des Juifs qui ont habité les trois grands centres du judaïsme en Israël : Jérusalem, Hébron et Tzfat (Safed).

Il y a 3000 ans, le premier Roi de Jérusalem (David) a régné sur cette ville. Cela bien contrairement à ce qui est écrit sur le socle de la statue de «Godefroid de Bouillon, Premier Roi de Jérusalem», ce meurtrier dont la statue trône fièrement sur la Place Royale de Bruxelles jusqu’à aujourd’hui….

Lorsque je parle du conflit actuel, je ne parle pas du conflit «israélo-palestinien», mais du conflit «Palestino-israélien», car il faut savoir que déjà en 1929, 67 membres de la Communauté Juive de Hébron ont été sauvagement massacrés par des palestiniens… Cela s’est passé 19 ans AVANT la «Nabka / Tragédie», comme la nomment les palestiniens, c’est-à-dire la RENAISSANCE (et non pas la «création») de l’État d’Israël…

En fait, il faut savoir que jusqu’en 1948, les Juifs qui habitaient cette terre s’appelaient eux-mêmes des «palestiniens», et le journal qui s’appelle aujourd’hui «Jerusalem Post» portait le titre révélateur de «Palestine Post»… En outre, le nom de «Palestine» a été donné par les Romains en 135 AD, comme terme péjoratif à la terre d’Israël, suite à la défaite de Bar Kochba. Et on ne trouve pas une seule fois le terme «Palestine» dans la Bible…

Comme vous le voyez, il existe beaucoup d’idées préconçues ou de stéréotypes sur l’Histoire de la «Palestine»… Si je pouvais donner ma définition du sionisme, je dirais ceci : «Mouvement de retour du peuple Juif à Sion, montagne de Jérusalem, selon les instructions bibliques»…

Car en fait, si nous regardons la Bible, nous verrons que Dieu a des sentiments sionistes très marqués… Je ne donnerais que deux exemples mais il y en a des dizaines… et sachez que le mot «Sion» apparaît 167 fois dans la Bible… :

«Car Dieu sauvera Sion, et bâtira les villes de Juda; On s’y établira, et l’on en prendra possession» Psaume 69 v35

«Les rachetés de l’Éternel retourneront, Ils iront à Sion avec chants de triomphe, Et une joie éternelle couronnera leur tête; L’allégresse et la joie s’approcheront, La douleur et les gémissements s’enfuiront» Ésaïe 35 v10

À travers les siècles, le peuple Juif a toujours eu ce désir de retourner à Sion.
C’est ainsi que chaque année, depuis plus de 3000 ans, à la fin du repas traditionnel, le Séder, qui ouvre la semaine de «Pâque», les Juifs se disent l’un à l’autre : «L’année prochaine à Jérusalem».
Lorsqu’ils prient (3 fois par jour), peu importe où ils se trouvent, ils se tournent toujours physiquement vers «Sion», c’est à dire vers Jérusalem.

Mais il a fallu attendre de nombreuses années pour que ce «rêve» devienne réalité.
En fait, c’est Théodore Herzl, Juif autrichien (1860 – 1904) qui s’intéressait très peu à la Bible, qui va devenir le «Fondateur du sionisme moderne». En 1894, il était correspondant pour le journal viennois «Neuen Freien Presse» à Paris, en pleine «Affaire Dreyfus». Il a vu de ses propres yeux des manifestations antisémites avec des Français qui criaient : «MORT AUX JUIFS». __Et c’est ainsi que petit à petit, il en est arrivé à la conclusion que, peu importe où les Juifs se trouvent, ils sont toujours détestés… Et qu’il faudrait donc qu’ils aient leur propre patrie.

__En 1895 il va écrire un livre « Der Judenstaat » (L’État Juif). L’année suivante, un étrange personnage va faire son apparition dans la vie de Herzl, il s’agit du Pasteur anglais William Hechler (1845 – 1931). Celui-ci avait lu le livre de Herzl et il y avait vu la mise en marche de la réalisation des prophéties concernant le retour des Juifs à Sion. Il déclarait notamment : «Selon la Bible, les Juifs doivent retourner en Palestine (!) Par conséquent, je viens en aide à ce mouvement, en tant que Chrétien, pleinement convaincu de la vérité de la Bible». Il va donc s’attacher à Herzl et lui ouvrir des portes pour s’adresser aux grands de ce monde: notamment Frédéric I, Grand Duc de Baden en 1896, oncle du Kaiser Guillaume II d’Allemagne, que Herzl rencontrera en 1898.

Le Pasteur Hechler est resté jusqu’au bout aux côtés de Herzl (qui est mort jeune… à 44 ans) et l’a encouragé à aller de l’avant avec son projet. Et Herzl lui a montré sa reconnaissance en l’invitant au premier congrès «sioniste» qui eut lieu à Bâle, en Suisse, le 29 août 1897.
Il est intéressant de savoir que suite à ce congrès, Herzl va écrire prophétiquement dans son journal : «À Bâle, j’ai créé l’Etat juif. Si je disais cela aujourd’hui publiquement, un rire universel serait la réponse. Dans cinq ans peut-être, dans cinquante sûrement, tout le monde comprendra».
Prédiction réalisée, à quelques mois près…

Il faut savoir que dans l’assistance de ce premier congrès sioniste se trouvait un autre protestant genevois qui soutenait aussi ce projet «sioniste» : Henri Dunant (1828-1910), fondateur de la Croix Rouge…
Dunant fréquentait la «Paroisse de l’Oratoire», qui existe encore de nos jours. En fait, on peut dire que ce sont les Chrétiens qui, avant les Juifs, ont eu à cœur, ce «retour à Sion»…
On le voit dans des écrits tels que celui d’Isaac Newton, (1642-1727), qui était à la fois scientifique et théologien. Il professait les mêmes idées que celles des Puritains : «Le mystère de cette restitution de toute chose se trouve donc chez tous les prophètes, écrit-il, et c’est pourquoi je m’étonne que, à ma grande stupéfaction, si peu de Chrétiens de notre temps arrivent à l’y trouver. Car ils ne comprennent pas que ce mystère consiste dans le retour final de captivité des Juifs, leur conquête des nations des quatre monarchies et leur établissement d’un Royaume juste et florissant». On voit aussi cette notion dans le livre d’Edward Whitaker (1784) : «Sur la restauration finale des Juifs».

Il ne faut pas oublier non plus que selon Haïm Weizman, le premier Président de l’État d’Israël « les hommes comme Balfour, Churchill, Lloyd George, étaient profondément religieux, ils croyaient en la Bible. Pour eux, le retour du peuple juif en Palestine était une réalité, de sorte que les sionistes représentaient pour eux une grande tradition, pour laquelle ils avaient beaucoup de respect ».
Et selon Arthur W. Kac : «Assis sur le banc de l’Eglise paroissiale de Wittingham, le jeune Balfour entendait la pure doctrine évangélique : Les Juifs doivent d’abord retourner à Sion et ensuite viendra le drame final». Lord Arthur Balfour (1848 – 1930) (Premier Ministre de 1902 à 1905. Ensuite, Ministre britannique des Affaires Étrangères de 1916 à 1919) a été un élément clé dans la renaissance de l’État d’Israël.
On le voit notamment dans cette déclaration qui date de 1917 :

«Cher Lord Rothschild,

J’ai le plaisir de vous adresser, au nom du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration ci-dessous de sympathie à l’adresse des aspirations sionistes, déclaration soumise au cabinet et approuvée par lui.
Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.

Arthur James Balfour»

En fin de compte, la question n’est pas de savoir si je suis un «chrétien sioniste»… Je suis un «chrétien tout-court», car je ne défends pas unilatéralement le «sionisme» tel qu’il est perçu aujourd’hui.

Il y a quelques années, je me suis permis d’écrire une lettre au Ministre de la Justice israélienne pour lui faire part de mon inquiétude en apprenant qu’un jeune Juif messianique avait été gravement blessé en Israël, en ouvrant un colis piégé envoyé chez ses parents… Peu de temps après, le criminel a été trouvé et arrêté.

Beaucoup se posent la question : «Peut-on critiquer Israël sans se faire passer pour un antisémite» ? C’était un des «Sujets Tabous» abordés par le journal «Le Soir» le 16 février 2012.
Je laisse la réponse à l’Ambassadeur d’Israël en Belgique : «Se pose-t-on aussi la question inverse : est-il permis de soutenir Israël ? D’aucuns considèrent que soutenir Israël n’est pas politiquement correct. Pourtant, oui, il est bien entendu permis de soutenir Israël, sans tabous ! À la question de savoir si l’on peut critiquer Israël, là aussi, la réponse est oui. Mais la vraie question est de savoir si cette critique est justifiée. Se fait-elle hors contexte, ne cache-t-elle pas des tentatives de diabolisation, de délégitimisation, d’usage de doubles standards qui paraissent orientés et pas du tout objectifs ?» …

En ce qui me concerne, je défends, selon les Écritures, le retour du peuple Juif à Sion. Car, comme je vous l’ai démontré, ceci n’est ni un concept politique à connotation négative, créé en 1948, ni un désir de s’approprier un territoire qui appartient à un «autre peuple», ni une idée inventée par un homme, mais la volonté de Dieu lui-même !

Certains utilisent aujourd’hui l’antisionisme comme prétexte pour cacher leur antisémitisme… Mais comme le disait si bien le Pasteur Martin Luther King quelques mois avant sa mort, en octobre 1967 :

«Lorsque les gens critiquent le sionisme, ils pensent aux Juifs. Donc, il est bien question d’antisémitisme…».

Et finalement, pour ceux que «Sion» dérange encore, n’oubliez pas que

«Le libérateur viendra de SION et il détournera de Jacob (Israël) les impiétés»

Et

«ce sera mon alliance avec eux, lorsque j’ôterai leurs péchés» Romains 11 :26-27 Esaïe 59:20-21

Luc Henrist
par actualitechretienne

  16Comments

  1. Michelle d'Astier   •  

    Betty m’envoie ceci:

    Une inacceptable injustice
    Pierre Jourde est romancier (“Paradis noir” sortira chez Gallimard en février), essayiste (“Littérature monstre” vient de paraître), critique littéraire (“La littérature sans estomac”) , et professeur à l’Université de Grenoble III. Il tient un blog au « Nouvel Observateur »

    Les Palestiniens sont victimes d’une injustice inacceptable.
    Soit. Depuis soixante ans, sans relâche, les médias du monde entier se focalisent sur ce conflit.

    On se dit tout de même que la rentabilité injustice/information est très faible, si l’on ne considère que le rapport entre le nombre de morts et la quantité de papiers et d’images déversés sur le monde en général, et les masses arabes en particulier.
    Même rentabilité faible si l’on prend en compte la quantité de personnes concernées, importante certes, mais moins qu’en d’autres lieux de la planète. Quant aux atrocités commises, n’en parlons pas, une plaisanterie. Au nombre de morts, de réfugiés, d’horreurs, il y a beaucoup mieux, un peu partout.
    Remarquons, à titre d’apéritif, qu’avec la meilleure volonté du monde, Tsahal aura du mal à exterminer autant de Palestiniens que l’ont fait, sans états d’âmes, les régimes arabes de la région, notamment la Syrie, le Liban et la Jordanie, qui n’en veulent pas, eux non plus, des Palestiniens, et qui ont peu de scrupules humanitaires lorsqu’il s’agit de s’en débarrasser.

    Mais Israël est un coupable idéal, non seulement dans nos banlieues, mais en Europe en général.
    Nous le chargeons de toute notre mauvaise conscience d’anciens colonisateurs. Une poignée de Juifs qui transforme un désert en pays prospère et démocratique, au milieu d’un océan de dictatures arabes sanglantes, de misère, d’islamisme et de corruption, voilà un scandale. Il faut donc bien que cela soit intrinsèquement coupable, sinon où serait la justice ? L’injustice est avant tout israélienne. Ce n’est même pas un fait, c’est une métaphysique. Cent chrétiens lynchés au Pakistan valent moins, médiatiquement parlant, qu’un mort palestinien.
    Pourquoi l’injustice commise envers les Palestiniens reçoit-elle vingt fois plus d’écho que celle faite aux Tibétains, aux Tamouls, aux chrétiens du Soudan, aux Indiens du Guatemala, aux Touaregs du Niger, aux Noirs de Mauritanie ? Y a-t-il plus de gens concernés, plus de sang versé, une culture plus menacée dans son existence ? En fait, ce serait plutôt l’inverse.
    Que la Papouasie soit envahie par des colons musulmans qui massacrent les Papous et trouvent, en plus, inacceptable de voir les rescapés manger du cochon, voilà qui ne risque pas de remporter un franc succès à Mantes la Jolie.
    Que des sales Nègres, considérés et nommés comme tels, soient exterminés par des milices arabes au Darfour, les femmes enceintes éventrées, les bébés massacrés, voilà qui ne soulève pas la colère des jeunes des cités.
    Et c’est dommage : si l’on accorde des circonstances atténuantes à un jeune Français d’origine maghrébine qui s’en prend à un Juif à cause de la Palestine, alors il serait tout aussi logique de trouver excellent que tous les Maliens, Sénégalais ou Ivoiriens d’origine s’en prennent aux Algériens et aux Tunisiens. Voilà qui mettrait vraiment de l’ambiance dans nos banlieues.
    Le racisme franchement assumé des Saoudiens ou des Emiratis envers les Noirs, les Indiens ou les Philippins, traités comme des esclaves, ne soulève pas la vindicte de la tribu Ka, ni des Noirs de France.
    La responsabilité directe des Africains dans la traite des Noirs n’induit pas des pogroms de guinéens par les Antillais.

    Pourquoi seulement Israël ? À moins que la haine d’Israël ne soit que le paravent du bon vieil antisémitisme ; mais non, cela n’est pas possible, bien entendu.
    Israël, 20.000 km2, 7 millions d’habitants, dont 5 millions de Juifs, est responsable du malheur des Arabes, de tous les Arabes, qu’ils soient égyptiens, saoudiens ou français. Israël est l’Injustice même.
    En le rayant de la face du globe, en massacrant les Juifs, on effacerait l’injustice.
    C’est bon, de se sentir animé par une juste colère. C’est bon, d’éprouver la joie de frapper et de persécuter pour une juste cause. Voilà pourquoi il ne faut pas dire aux “jeunes des cités” que les deux millions d’Arabes israéliens ont le droit de vote, élisent leurs députés librement.
    Ne leur dites pas qu’Israël soutient financièrement la Palestine.
    Ne leur dites pas que des milliers de Palestiniens vont se faire soigner dans les hôpitaux israéliens.
    Ne leur dites pas que l’université hébraïque de Jérusalem est pleine de jeunes musulmanes voilées.
    Ne leur demandez pas où sont passés les milliers de Juifs d’Alexandrie. Il en reste trente aujourd’hui.
    Ne leur demandez pas ce qu’il est advenu de tous les Juifs des pays arabes.
    Ne leur demandez pas s’ils ont le droit au retour, eux aussi.
    Ne leur demandez pas quelle est la société la plus “métissée”, Israël ou la Syrie.
    Ne leur dites pas que, s’il y a de nombreux pro-palestiniens en Israël, on attend toujours de voir les pro-israéliens dans les pays arabes.
    Ne leur dites pas que le négationnisme ou l’admiration pour Hitler ne sont pas rares dans les pays arabes ; que, lorsqu’il s’est agi d’illustrer les différentes cultures par leurs grands textes, la bibliothèque d’Alexandrie a choisi d’exposer, pour le judaïsme, le faux notoire « LeProtocole des Sages de Sion » ; que ce ‘faux’ antisémite est largement diffusé dans les pays arabes.
    Ne leur dites pas que, du point de vue des libertés, de la démocratie et des droits de l’homme, non seulement il vaut mille fois mieux être arabe en Israël que juif dans un pays arabe, mais sans doute même vaut-il mieux être arabe en Israël qu’arabe dans un pays arabe.
    Ne leur dites pas qu’Alain Soral, du Front national, qu’ils détestent tant, est allé manifester son soutien au Hezbollah, qu’ils admirent si fort. Si on leur enlève la méchanceté d’Israël, que deviendront ceux d’entre eux qui s’en prennent aux feujs, sinon des brutes incultes, bêtement, traditionnellement antisémites ? Il ne faut pas désespérer Montfermeil.

    Mais après tout, on peut tout de même essayer de leur dire tout cela sans trop de risque. Ils traiteront l’informateur de menteur, d’agent du Mossad, de représentant du lobby sioniste ou de raciste.
    Ils auront raison. Pourquoi se défaire de la commode figure du Croquemitaine responsable de toute la misère du monde ? Elle évite de s’interroger sur ses propres insuffisances.

  2. Yaël   •  

    Merci pour la publication de cet article
    Merci pour ton courage à dire la Vérité, Michelle, par ce commentaire.
    Que l’Eternel Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob t’entoure de ses anges pour te protéger de tous les détracteurs et toutes les lachon ara (mauvaises langues, qui ne manqueront pas de se déclencher contre toi.
    Sois bénie par notre Merveilleux Seigneur et Sauveur Yeshua Ha’ Mashia’h!

  3. Michèle H   •  

    Il m’a fallu du temps pour savoir ce qui était considéré par ce mot Lashon Hara.
    Donc, je suppose qu’il en va de même à l’heure actuelle pour de nombreux lecteurs.

    J’ai trouvé ceci comme explication très clairement exprimée et tout simplement sur wikipedia.
    fr.wikipedia.org/wiki/Lac…

  4. Nicky38   •  

    Il y a une erreur dans cet article, Alain Soral ne fait plus partie du Front National depuis quelques années déjà, et à savoir que ces aspirations ont toujours été communiste.
    Personnellement, je ne trouve pas juste de citer le Front National dans cet article, alors que la désinformation sur le conflit Israélo-Palestinien vient en grande majorité des médias de gauche et principalement des journaux de gauche. À ce que je sache, c’est bien à des manifestations d’extrême-gauche où on entend "mort aux juifs", pas à des manifestations du Front National.
    Aujourd’hui, l’antisémitisme est en grande majorité à gauche. Je voulais apporter cette précision.

  5. yohanam   •  

    oui tout à fait d’accord, les médias sont dans un palestinisme éccoeurant et cela sera pire dans les jours qui viennent suite aux élections en France.
    Préparons-nous à l’enlèvement par la sanctification.
    Israël est vraiment l’horloge de Hashem.

  6. marc153   •  

    Intéressant article…
    Je me posais justement la question depuis un certain temps: peut on être chrétien et ne pas être sioniste?
    On ne peut même pas en discuter dans "nos" églises, où antisioniste est équivalent à antisémite… Mais je commence à avoir de sérieux doutes sur le "sionisme" politique comme il l’est pratiqué.
    Ne serait-ce pas ce que veut le Diable, nous faire devenir des soutiens inconditionnels à sa politique? Pouvez vous franchement me dire que vous approuvez toute la politique d’Israël? Toutes ses constructions par exemple? (je pense à la cour suprême).
    L’article indique "les hommes comme Balfour, Churchill, Lloyd George, étaient profondément religieux, ils croyaient en la Bible". Ils croyaient en la Bible, évidemment, ils étaient tous franc-maçons de haut rang, et la création (ou réstauration si vous préférez) d’Israël faisait très probablement partie du "plan" luciférien (Cf. "Les pions sur l’échiquier" de William Guy Carr).
    J’ai donc l’impression que nous sommes tombés dans le piège tendu par l’adversaire. Nous nous sentons obligés de soutenir Israël, quoique son gouvernement fasse…
    Bref, bien que convaincu de l’amour de Dieu pour Israël, je crois que le sionisme est un piège "diabolique".

    Michèle H : le Seigneur a donné une terre à Abraham et cela pour toujours !
    Il y a suffisamment d’autres articles à lire pour que je ne doive pas compléter la réponse.

  7. corse   •  

    le sionisme n’a rien de religieux ,c’est une ideolgie raciste qui s’apparente au nazisme ,les juifs sionistes ont traffique la torah car dans le judaisme ,les juifs n’ont pas le droit de former un pays ni meme de s’occuper de politique ! dieu les a maudit pour avoir essaye de tuer jesus ! le sionisme considere que les nons juifs appeles goyim sont des animaux domestiques crees pour servir les juifs ,ils considerent que le chretien a moins de valeur qu’un chien ! le sionisme est allie avec la francmaconnerie (autre mouvement satanique) et forme ainsi le nouvel ordre mondial sioniste francmacon qui ruine les peuples pour les coloniser ! le sionisme et la francmaconnerie sont des ideologies de satan !comme le communisme ou le nazisme !

    Michelle: c’est effrayant de lire tant de contre vérités/ NON DIEU N’A PAS MAUDIT LES JUIFS ! (lis roms 11… et toute la Bible), par contre il maudit ceux qui maudissent les juifs; et maudire le sionisme, c’est maudire Israël, et cela te fait maudire de Dieu !!!!! Tu as tout à réapprendre, et sans doute à te convertir au VÉRITABLE JÉSUS…. car ta profession de foi est celle d’un musulman, pas celle d’un chrétien ! Tu confonds FM et sionisme, ce qui est aberrant: Abraham était le premier sioniste , CAR DIEU LUI AVAIT DONNÉ CE PAYS. Ne parlons pas de Josué, partant conquérir le pays QUE DIEU AVAIT DONNÉ À ABRAHAM, ISAAC, ET JACOB..
    Tu démontres de manière flagrante, non seulement une profonde ignorance des Ecritures, mais une haine… nazie !
    … ôte d’abord ta poutre !

  8. corse   •  

    comment un chretien peut se dire sioniste alors que le sionisme dit que le chretien a moins de valeur qu’un chien ! c’est ecrit dans le talmud ! le sionisme prepare l’arrivee de l’antechrist satanique ! chretiens soyez sur vos gardes et unissez vous avec les musumans !

    Michelle: ne t’occupe pas de cela. Jésus a aussi aimé ceux qui le crucifiaient… par ignorance (ils ne savent pas ce qu’ils font »)… On est sioniste parce que Dieu est sioniste, aime Israël, et conduira tout Israêl à reconnaître Jésus… Prends ton antisémitisme et repens-t-en, car sinon tu t’accumules des malédictions et tu n’as pas l’Esprit de Dieu, ou tu l’offenses profondément !

  9. Michelle d'Astier de la Vigerie   •  
  10. lumiere et clartée   •  
  11. debobo   •  
  12. Michel-André   •  

    Le Talmud, et la Kabbale, qui est le livre ésotérique utilisé par certains rabbins, et par de plus en plus de non-juifs, n’ont en effet rien à voir avec la Thora dont découle notre Bible. Ce sont des traditions d’hommes, celles-là mêmes que Jésus fustige avec violence en dénonçant l’hypocrisie de ces religieux qui s’abritent derrière pour justifier leurs mauvaises actions. Quant au sionisme, il faut faire la différence entre les vrais juifs, qui se réclament avec raison de la lignée d’Abraham et qui pratiquent la Thora, et les "faux" qui se prétendent sionistes mais qui ne connaissent ni ne pratiquent la Loi de Dieu, et qui plus est, n’ont aucun sang juif dans leurs veines. Et ceux-là sont plus nombreux qu’on ne le croit.

  13. alice   •  
  14. alice   •  

Laisser un commentaire