L’imposture palestinienne, Par Guy Millière

© Metula News Agency

(Yasser Arafat avec léonid Brejnev. En 1964, ils ont volé le nom « Palestinien » au Juifs)

J’ai publié il y a quelques années un petit livre appelé « Comment le peuple palestinien fut inventé », composé pour partie de mes propres textes, et pour partie de ceux de David Horowitz.

 Le livre expliquait que l’invention du “peuple palestinien” avait été le fait du KGB et des services de renseignement égyptiens au milieu des années 1960, et que leur but était de permettre au monde arabe musulman de changer l’image de la guerre qu’il menait contre Israël.

Jusque-là, le conflit avait été présenté comme une guerre islamique destinée à détruire l’Etat juif, à exterminer ses habitants et à les jeter à la mer.

 

Une guerre islamique ayant ce genre de but vis-à-vis des Juifs ne pouvait évidemment pas être très populaire dans le monde occidental.

 

Les inventeurs du “peuple palestinien” ont pensé que présenter les choses comme une “lutte de libération nationale” serait une excellente opération de propagande.

Il fallait pour cela inventer un peuple opprimé. Ce fut fait.

Il fallut inventer une organisation de lutte de libération nationale du peuple inventé. Ce fut fait également.

 

Il restait à compléter l’opération en décrivant Israël comme un pays “colonialiste”, “impérialiste”, dominateur, humiliant le peuple opprimé tout juste inventé. L’opération fut complétée. Elle consistait à transformer Israël, un petit pays victime du racisme génocidaire arabe, en puissance militaire expansionniste, appliquée à tourmenter le « peuple palestinien » en vue de s’emparer de ses terres.

 

Il restait aussi aux pays arabes musulmans à se présenter comme des soutiens du « peuple opprimé luttant pour sa libération ». Ce fut accompli avec une remarquable rapidité.

 

L’ensemble dut aussi être propagé par les organisations léninistes dans le reste du monde, puis par les compagnons de route des léninistes : l’ensemble des idiots utiles constituant l’essentiel des mouvements de gauche. Les organisations islamiques se mirent de la partie et reçurent le soutien des organisations léninistes et des idiots utiles.

 

En 1964, ils ont volé le nom « Palestinien » aux Juifs

 

Par un effet de contagion et d’intimidation, par celui des “chocs pétroliers” et d’intérêts financiers très myopes, des gouvernements de pays occidentaux en vinrent à dire que le “peuple palestinien” devait être libéré et avait toute légitimité à posséder un Etat.

 

L’organisation de lutte de libération nationale put pratiquer le terrorisme tout en se présentant comme une organisation de “résistance”, et ses actions terroristes furent peu à peu considérées avec mansuétude.

 

Ses dirigeants se présentèrent comme des adeptes de principes “démocratiques et laïques”, alors qu’ils étaient en réalité de sordides totalitaires islamiques, et ils furent graduellement traités comme des démocrates laïques.

 

En 1970, ils tentèrent de renverser le roi de Jordanie, furent écrasés, se replièrent au Liban, y débloquèrent les engrenages qui conduisirent à la guerre civile, furent sauvés (par la France), partirent en exil à Tunis, générèrent des insurrections, menèrent des campagnes d’attentats, furent récompensés par des pourparlers de paix qui n’étaient que la continuation de la guerre par d’autres moyens, et reçurent une autre récompense, sous la forme de la création d’un quasi-Etat voyou appelé Autorité Palestinienne. Ils en firent une base arrière pour d’autres campagnes d’attentats qui ne cessèrent que parce qu’Israël construisit une barrière de protection, et se virent concurrencés par une organisation plus monstrueuse encore que l’Autorité Palestinienne, émanation des Frères Musulmans, le Hamas (harakat al-muqâwama al-‘islâmiya, “mouvement de résistance islamique”), aux buts génocidaires explicites.

 

Peu à peu, la propagande fit que le narratif “palestinien” imprégna les rédactions des journaux et magazines occidentaux, où l’on parla de “territoires palestiniens occupés”, de “colonies” juives. Israël gagna la guerre contre le terrorisme, mais perdit la guerre médiatique, et fut diabolisé.

 

Nous en sommes là. La diabolisation d’Israël est intense et omniprésente.

 

Des gens de gauche dans le monde entier s’imaginent généreux parce qu’ils soutiennent des terroristes islamiques antisémites et des tueurs de Juifs qui peuvent impunément arborer des croix gammées pour montrer leur admiration pour Hitler et le Troisième Reich.

 

Ils s’imaginent imprégnés d’une noblesse d’âme et être du côté d’un peuple opprimé alors qu’ils sont du côté de gens qui voudraient accomplir une seconde extermination de Juifs, sept décennies après la Shoah. Des gens qui, plutôt qu’apprendre la paix et la tolérance aux Arabes qu’ils prétendent représenter, injectent dans les cerveaux une haine raciste cousue d’idées répugnantes qui fabriquent de futurs assassins et autres auteurs d’attaques suicides.

 

Ils sont directement complices de la mort de tous les Israéliens juifs tués depuis que la “cause palestinienne” existe, mais aussi des conditions qui font que tant d’Arabes vivant à Gaza et en Judée-Samarie sont enfermés dans une haine stérile, criminelle et suicidaire.

 

Ils ont, hélas, des appuis et de l’influence. Combien de politiciens en Europe et ailleurs dans le monde ont les mêmes positions qu’eux et œuvrent à la création d’un Etat islamique, terroriste, djihadiste, antisémite de plus sur Terre.

 

Combien de journalistes veulent clairement ce que visent ces politiciens et écrivent des articles dans lesquels il suffirait de changer quelques mots, très peu en fait, pour qu’ils ressemblent comme deux gouttes d’eau sale, à un texte publié dans « Je suis partout » entre 1939 et 1944 ou dans le « Stürmer » ?

 

Qui délivrera le monde de l’imposture “palestinienne”, et libérera ainsi les Israéliens juifs et les Arabes qu’on appelle “palestiniens” ?

 

Ce n’est pas la seule imposture dans l’époque contemporaine. Mais de toutes les impostures présentes, c’est à mes yeux la plus ignoble.

 

Metula News

Agency ©

 

Cette diffusion est destinée aux professionnels de l’information aussi bien qu’aux personnes privées.

Toute reproduction entière ou partielle de cet article est strictement soumise à la détention d’un contrat ad hoc

 

Laisser un commentaire