Les fondations de l’Eglise. Une étude de Patrick Fritschy

Dans les temps troublés ou nous sommes il est bon de chercher comment bâtir une communauté locale en cherchant des clés dans la Parole de Dieu.

Nous savons que le Christ-Jésus est la pierre angulaire sur laquelle nous devons bâtir. (Eph. 2.20). Et nous sommes avertis quant à la manière de construire dessus.

Cela peut aller de l’or à la paille (1 Cor. 3:11-14).

 

Dans l’AT on trouve des indications très pertinentes. Le Psaume 91 explique les fondations personnelles, le Psaume 92 explique les fondations en commun:

Ps 92:1-3

Psaume. Cantique pour le jour du sabbat.

Il est beau de louer l’Éternel, Et de célébrer ton nom, ô Très Haut!

D’annoncer le matin ta bonté, Et ta fidélité pendant les nuits,

Sur l’instrument à dix cordes et sur le luth, Aux sons de la harpe.

Commençons par le début: le sabbat. Nos racines sont juives, nous n’en avons pas d’autres que l’olivier franc. Le sabbat fait partie de nos racines, et le nombre de promesses liées à ce jour est surprenant. C’est un fondement, pas une règle morale.

Notre premier « programme », est de mettre Dieu à sa place, c’est-à-dire de sanctifier son nom. La prière de Jésus, le « Notre Père » ne commence pas différemment. Si nous voulons être à notre place, il faut commencer par honorer la place occupée par Dieu dans le Ciel: Il règne. S’Il est honoré, il nous donneras notre place de fils.

Ce programme de louange va durer un moment: matin(s) et soir(s). Nous avons besoin de nous imprégner de la bonté et de la fidélité divine. Ce sont des choses qui ne nous sont pas naturelles.

Ps 92:4-5

Tu me réjouis par tes oeuvres, ô Éternel! Et je chante avec allégresse l’ouvrage de tes mains.

Que tes oeuvres sont grandes, ô Éternel! Que tes pensées sont profondes!

La louange et la proximité de Dieu nous transforme, nous devenons joyeux. Et plus que cela, c’est toute la compréhension des valeurs et des priorités divines qui changent. Notre intelligence doit être renouvelée par l’Esprit-Saint. Nous avons à découvrir la profondeur des pensées divines.

L’église est un des plan des plus profond de Dieu, cela n’a rien à avoir avec un bâtiment, une organisation humaine, une dénomination, mais avec le désir de Dieu faire alliance avec ses enfants et de sauver ceux qui sont perdus. Que ce salut soit proclamé, et que la vie nouvelle, la vie d’en haut soit vécue ensemble, entre disciples. Cela va si loin que l’église est appelé à être une « Colonne et appui de la vérité » (1Tim 3:15) pour le monde! Et Satan sera vaincu sous nos pieds! (Rom 16:20)

Ps 92:6

L’homme stupide n’y connaît rien, Et l’insensé n’y prend point garde.

Nous arrivons à un point très important. Il y a un immense fossé entre:

—> le discernement des choses d’En Haut de la part des chrétiens nés d’En Haut.
—> L’incapacité de l’homme de reconnaitre ces choses par sa propre intelligence. La Bible appelle cela « l’homme stupide ».

Malgré toute notre connaissance scientifique, nous sommes stupides devant Dieu. Nous ne comprenons rien du tout, ou pire, nous croyons comprendre alors que nous sommes aveuglés par notre connaissance,

Il ne peut y rien y avoir de commun entre ces deux réalités, celle du Royaume divin et celle du monde déchu tellement elles sont différentes. Cela veut dire qu’il doit y avoir une séparation entre ce qui vient vraiment de Dieu, et ce qui vient du monde. Ce point est primordial pour l’église. Il ne peut y avoir du mélange. Jésus a polarisé pour ou contre Lui.

Actuellement nous voyons des attitudes très différentes:

—> Soit l’humanisme a gangréné toute la notion de l’amour fraternel, il faut accepter et accueillir tout le monde.
—-> Soit la séparation se fait de manière autoritaire, entre ce qui convient au leader et ce qui de lui convient pas.
— >Soit, et c’est fréquent, il y a confusion entre la culture d’église et le monde spirituel qui vient d’En Haut. Nous appelons « saint » ou « chrétien » des choses d’origine humaine.

Il semble qu’il y ait un échec complet de l’Église d’occident à ce sujet. Cela veut dire que nous ne discernons plus et ne suivons plus la volonté divine.

Imaginons un moment les hurlements d’indignation que provoquerait une situation comme celle de Pierre face à Ananias et Saphira (Actes 5:1-9). « Quel manque d’amour de la part de Pierre! Et quelle cruauté envers ces jeunes qui doivent enterrer ces deux morts! », dirait-on. La condamnation du comportement de Pierre serait quasi universelle dans l’Église actuelle. Combien encore discerneraient la nécessité de séparer le mensonge de la construction de l’Eglise ?

La première conséquence de notre aveuglement, c’est la croissance des méchants, ils fleurissent:

Ps 92:7

Si les méchants croissent comme l’herbe, Si tous ceux qui font le mal fleurissent, C’est pour être anéantis à jamais.

L’anéantissement des méchants n’a pas encore eu lieu, car notre Dieu est lent à la colère et aimerait que tous soient sauvés.

Ps 92:8

Mais toi, tu es le Très Haut, A perpétuité, ô Éternel! Car voici, tes ennemis, ô Éternel! Car voici, tes ennemis périssent; Tous ceux qui font le mal sont dispersés.

Dans notre monde ou l’on veut tout et tout de suite, il est bon de se rappeler que certaines prophéties ne sont pas encore accomplies, malgré les millénaires passés. Notons aussi que ces hommes ne sont pas nos ennemis mais les ennemis de Dieu. C’est à lui qu’appartient la vengeance et la justice. Pas à nous.

La deuxième conséquence de notre aveuglement, c’est que nous passons à coté de la puissance (Celle d’En Haut, pas la notre). Nous n’avons pas cette force du buffle, l’huile fraiche du Saint-Esprit ne coule pas sur nous.

Ps 92:9

Et tu me donnes la force du buffle; Je suis arrosé avec une huile fraîche.

Nous sommes en échec car nous n’avons pas discerné et obéi.

« Mes amis ce sont ceux qui obéissent à mes commandements » disait Jésus. (Jean 15:14)

Ne cherchons pas plus loin pourquoi nous sommes faibles et en échec.

La Bible dit encore :

Ps 92:10

Mon oeil se plaît à contempler mes ennemis, Et mon oreille à entendre mes méchants adversaires.

Il n’est pas là question de sadisme, de se réjouir des problèmes des autres. Mais nous pouvons nous réjouir quand Dieu agit, quand Il sauve, quand Il délivre, quand une vie est transformée par son intervention.

Quittons le politiquement correct qui s’attache tellement aux apparences. Je peux me réjouir quand l’ennemi est vaincu, mais n’entrons pas dans la moquerie, n’humilions pas car cela serait ouvrir la porte à l’orgueil. C’est toujours la victoire de Dieu, pas la nôtre.

Ps 92:11-12

Les justes croissent comme le palmier, Ils s’élèvent comme le cèdre du Liban.

Plantés dans la maison de l’Éternel, Ils prospèrent dans les parvis de notre Dieu;

Il est intéressant de savoir que les racines des palmiers ont environ trois fois la hauteur du tronc. La croissance est cachée dans les profondeurs. Ce ne sont pas la multiplication des activités qui va faire la différence, c’est l’intimité du chrétien avec son Dieu.

Ps 92:13-14

Ils portent encore des fruits dans la vieillesse, Ils sont pleins de sève et verdoyants,

Pour faire connaître que l’Éternel est juste. Il est mon rocher, et il n’y a point en lui d’iniquité.

Je me rappelle avoir rencontré, lorsque j’étais tout jeune chrétien, un couple qui resplendissait d’amour divin. Ils étaient mariés depuis plus de 70 ans. Ils m’ont demandé de leur dire les difficultés des jeunes. Ils m’ont juste dit: « Vous savez, on prie 7 heures par jour ». Quelle leçon! Et quelle envie de vivre des dizaines d’années dans la présence de l’Esprit-Saint.

Une église est transformée avec un tel couple! Je me réjouis de les revoir au paradis, car je suis certain à 100% qu’ils y sont.

L’Eternel est mon rocher, c’est le rocher de l’Eglise, c’est Lui le véritable fondement. Suivons sa Parole, car elle est juste et produit des bons fruits.

  1 Comment

  1. Phil   •  

    Excellent bilan proposé par cet article, mais qui n’est que trop juste! A méditer.

Laisser un commentaire