L’Eglise au premier siècle, par Denis Morissette

Comme je l’ai déjà mentionné, je crois à l’église locale. J’y crois dans la mesure où elle est ce que Dieu veut qu’elle soit et qu’elle fait ce que Dieu veut qu’elle fasse. Il faut constamment se rappeler pourquoi Jésus l’a instituée.

Mais, pour beaucoup de personnes, l’église, ce sont des réunions 2, 3, 4 fois par semaine. Les personnes pensent que plus il y a de réunions dans une église, plus elle est vivante.

La réalité est différente. Voyez qu’était la vie de l’église au premier siècle :

« Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur, louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés. » Actes 2:42-47

Pour vous aider à saisir cette conception de l’église, j’ai simplement souligné quelques mots. Vous vous apercevez que l’élément « relation » est omniprésent. L’Église primitive était avant tout une communauté. Les gens étaient très souvent ensemble. Un peu comme une famille. Ils avaient un vécu partagé. Ils se visitaient, répondaient à leurs besoins mutuels et s’entraidaient, et cela en toute simplicité. Lorsque les croyants font cela, cette communauté devient « thérapeutique ». Cela signifie qu’elle apporte la guérison au lieu de laisser les personnes sans soins.

J’aime à penser que l’église, dans sa plus simple et plus originale manifestation, se résume à l’expression « les uns les autres ». La « première » église possédait des caractéristiques inégalées qui, à l’époque, tranchaient de façon manifeste avec les religions païennes. Et ces caractéristiques sont plus que tout relationnelles. Prenez le temps de faire une et une étude des versets qui comprennent l’expression « les uns les autres » et des qualités importantes qui y sont associées. Pour vous inspirer, je vous en indique quelques-unes :

  1. L’amour (Jean 13.3415.121 Jean 3.11)
  2. L’acceptation (Romains 14.1315.7).
  3. Le pardon (Colossiens 3.13)
  4. La confession (Jacques 5.16)
  5. Des relations humaines harmonieuses (Marc 9.51)
  6. Un support mutuel
  1. La prière (Jacques 5.16)

Une étude toute simple de ces quelques versets nous démontre l’importance d’avoir plein d’égards, d’amour et de sollicitude les uns pour les autres. Dans ce monde où les gens sont écorchés par la vie et où ils se retrouvent trop souvent seuls, l’église devient un lieu d’accueil et de guérison. Vous savez, les gens blessés blessent les gens. Et bien entendu, les gens guéris guérissent les gens et les gens bénis bénissent les gens. L’église se retrouve ainsi dans un cycle ascendant et non l’inverse. Une église qui comprend et applique ces notions devient une église en pleine santé. Une église en pleine santé croît naturellement. Relisez le verset cité plus haut et regardez la fin :

« Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés. » Actes 2: 47

La croissance de l’église peut se faire tout naturellement par la bonne main du Seigneur et je dirais beaucoup plus efficacement que la plupart des stratégies déployées dans ce monde moderne.
Denis Morissette

 

Laisser un commentaire