Le Royaume de Dieu (1) – Partie 1 : Les deux maisons 

(Enseignement donné lors du séminaire de damville, en Août 2016) –Audio associée: ICI

Plan de l’étude (¹)

Introduction 

choix-bifurcationAvant la révolte de Satan et la chute de l’humanité, le royaume de Dieu était partout. La révolte de Lucifer a eu pour conséquence la création d’un royaume dirigé par Satan. La désobéissance de l’homme a placé toute l’humanité et la terre sous l’autorité de Satan.

C’est pourquoi Dieu a décidé de « racheter » l’humanité à Satan et le prix exigé fut la crucifixion. Ce que n’avait sans doute pas prévu Satan, c’est que la personne qui fut crucifiée était Dieu lui même, sans péché et par conséquent maître de la vie.

Nous sommes donc maintenant dans une situation ou deux royaumes s’affrontent et l’humanité entière est placée devant un choix. Le royaume de Satan est condamné, il disparaitra pour laisser toute la place, y compris sur terre, au royaume de Dieu.

Pour expliquer le choix que l’homme doit faire, Dieu a usé de beaucoup de patience et de pédagogie afin de faire comprendre la vraie nature et les conséquences de la révolte contre lui. Il a également préparé depuis longtemps le moyen pour l’homme de réintégrer son royaume, le rachat de l’humanité étant réalisé, aucun obstacle ne s’y oppose, sinon la volonté de chaque être humain pour lui-même.

Dieu n’a de cesse de préparer le monde à revenir à l’état d’avant la révolte et la chute. Le Royaume de Dieu c’est Gan Eden (jardin de délices).

Les promesses faites à Abraham 

Dans sa stratégie, Dieu a choisi Avram, à qui il a fait, en 4 fois (Gen 12/6-7, Gen 13/14-17, Gen 15/7 et Gen 17/5-12), des promesses éternelles concernant sa descendance. Il définit notamment les limites de la terre promise : du Nil à l’Euphrate.

La dernière annonce (4ème étape) intervient après qu’Avram fut allé vers Agar et qu’Ismaël eut 13 ans. Avram avait 99 ans, c’est-à-dire que cette annonce intervient environ 20 ans après la précédente, Dieu établit une nouvelle fois l’alliance.

Les termes de l’alliance avec Avram sont les suivants :

 Les noms d’Avram et Saraï sont changés en Avraham et Sarah,

 Il sera Père d’une multitude de nations,

 L’alliance qui est établie avec Avraham et sa postérité est « perpétuelle », la possession de la terre est définitive, pour toujours !

 L’Eternel sera le Dieu de cette postérité,

 Le signe visible de l’alliance est la circoncision, sous peine d’en être exclu.

Gen 17/5 : On ne t’appellera plus Avram; mais ton nom sera Avraham, car je te rends père d’une multitude de nations. 6 Je te rendrai fécond à l’infini, je ferai de toi des nations; et des rois sortiront de toi.

Gen 17/7-12 : J’établirai mon alliance entre moi et toi, et tes descendants après toi, selon leurs générations: ce sera une alliance perpétuelle, en vertu de laquelle je serai ton Dieu et celui de ta postérité après toi. 8 Je te donnerai, et à tes descendants après toi, le pays que tu habites comme étranger, tout le pays de Canaan, en possession perpétuelle, et je serai leur Dieu. 9 Dieu dit à Avraham: Toi, tu garderas mon alliance, toi et tes descendants après toi, selon leurs générations. 10 C’est ici mon alliance, que vous garderez entre moi et vous, et ta postérité après toi: tout mâle parmi vous sera circoncis. 11 Vous vous circoncirez; et ce sera un signe d’alliance entre moi et vous. 12 A l’âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, selon vos générations, qu’il soit né dans la maison, ou qu’il soit acquis à prix d’argent de tout fils d’étranger, sans appartenir à ta race. 13 On devra circoncire celui qui est né dans la maison et celui qui est acquis à prix d’argent ; et mon alliance sera dans votre chair une alliance perpétuelle. 14 Un mâle incirconcis, qui n’aura pas été circoncis dans sa chair, sera exterminé du milieu de son peuple : il aura violé mon alliance.

Cependant Dieu annonce, à ce moment, la grossesse de Sarah, ce qui trouble Abraham, non seulement à cause du miracle que cela représente, mais aussi à cause d’Ismaël. Parce que le patriarche a compris que la descendance dont parle Dieu est encore à venir. Que va-t-il advenir d’Ismaël ? C’est pourquoi Avraham se fait l’avocat d’Ismaël en disant :

Gen 17/18 : Et Avraham dit à Dieu: Oh! Qu’Ismaël vive devant ta face !

La réponse de Dieu est la suivante :

Gen 17/20-21 : A l’égard d’Ismaël, je t’ai exaucé. Voici, je le bénirai, je le rendrai fécond, et je le multiplierai à l’infini; il engendrera douze princes, et je ferai de lui une grande

nation. 21 J’établirai mon alliance avec Isaac, que Sara t’enfantera à cette époque-ci de l’année prochaine.

Nous constatons que le nom d’Avram a et définitivement changé en Abraham, car celui-ci a montré qu’il avait atteint un niveau spirituel tellement élevé qu’il était capable de sacrifier son fils unique en obéissance à Dieu.

Evolution de la postérité d’Abraham 

Dieu va transmettre l’alliance à Isaac, puis Jacob et enfin Israël :

1 Chr 16/16-18 : L’alliance qu’il a traitée avec Abraham, Et le serment qu’il a fait à Isaac ; 17 Il l’a érigée pour Jacob en loi, Pour Israël en alliance éternelle, 18 Disant : Je te donnerai le pays de Canaan Comme l’héritage qui vous est échu.

Ps 105/8-10 : Il se rappelle à toujours son alliance, Ses promesses pour mille générations, 9 L’alliance qu’il a traitée avec Abraham, Et le serment qu’il a fait à Isaac ; 10 Il l’a érigée pour Jacob en loi, Pour Israël en alliance éternelle,

Ces 2 textes quasiment identiques nous montrent une progression, une évolution dans l’alliance comme suit :

 Avec Avraham il traite l’alliance,

 Avec Isaac il en fait un serment,

 Avec Jacob il en fait une loi,

 Avec Israël il fait une alliance éternelle.

Cela signifie plusieurs choses :

 En premier lieu, nous voyons qu’il s’agit d’une alliance qui évolue, un peu comme un contrat d’assurance qu’on « renouvelle » à chaque échéance, mais dont les termes peuvent évoluer.

 Cette évolution en 4 étapes et concerne 3 hommes, car Jacob et Israël sont le même homme.

Nous savons en effet que Jacob, lorsqu’il est revenu de chez son oncle Laban, s’est battu avec l’ange qui lui a annoncé qu’il ne s’appellerait plus Jacob, mais Israël. Néanmoins, quand nous lisons la Bible après cet épisode, nous constatons que son nom n’est pas encore définitivement changé. Parfois on parle de Jacob et parfois d’Israël. Par exemple :

Gen 46/2 : Dieu parla à Israël dans une vision pendant la nuit, et il dit : Jacob ! Jacob ! Israël répondit : Me voici !

Il faut donc comprendre que pour que la 4ème étape de l’alliance arrive, il faut que Jacob monte au niveau spirituel d’Israël. Ce qui n’est pas encore le cas actuellement, le chemin de Jacob n’est pas encore terminé, Israël est encore caché.

Promesse confirmée dans ce texte :

Héb 11/9 : C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse.

Nous constatons donc que l’héritage perpétuel de la terre d’Israël est promis aux descendants de Jacob. Son père Isaac avait prié pour que Jacob devienne une « multitude de nations » :

Gen 28/1-4 : Isaac appela Jacob, le bénit, et lui donna cet ordre : Tu ne prendras pas une femme parmi les filles de Canaan. 2 Lève-toi, va à Paddan-Aram, à la maison de Bethuel, père de ta mère, et prends-y une femme d’entre les filles de Laban, frère de ta mère. 3 Que le Dieu tout-puissant te bénisse, te rende fécond et te multiplie, afin que tu deviennes une multitude de peuples ! 4 Qu’il te donne la bénédiction d’Abraham, à toi et à ta postérité avec toi, afin que tu possèdes le pays où tu habites comme étranger, et qu’il a donné à Abraham !

Les conditions de l’alliance 

Dans les textes de Gen 17/7-14 (voir plus haut) et Gen 26/1-5, Dieu prend 3 engagements dans cette alliance :

Gen 26/1-5 : Il y eut une famine dans le pays, outre la première famine qui eut lieu du temps d’Abraham ; et Isaac alla vers Abimélec, roi des Philistins, à Guérar. 2 L’Eternel lui apparut, et dit : Ne descends pas en Egypte, demeure dans le pays que je te dirai. 3 Séjourne dans ce pays-ci : je serai avec toi, et je te bénirai, car je donnerai toutes ces contrées à toi et à ta postérité, et je tiendrai le serment que j’ai fait à Abraham, ton père. 4 Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel ; je donnerai à ta postérité toutes ces contrées ; et toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, 5 parce qu’Abraham a obéi à ma voix, et qu’il a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois.

1. Donner une très grande postérité à Abraham, Isaac et Jacob

2. Cette postérité sera composée de multiples nations,

3. elle héritera à perpétuité de la terre d’Israël.

La postérité, pour sa part doit prendre 3 engagements dans cette alliance :

1. L’Eternel doit être le seul Dieu,

2. Garder la circoncision,

3. observer les commandements divins.

Qu’arrive-t-il si la postérité ne respecte pas les conditions ? 

Nous avons vu que la postérité est formée par les descendants de Jacob. Quelle était leur première obligation en rapport à l’alliance ? Prendre possession de la terre promise :

Deut 1/8 : Voyez, j’ai mis le pays devant vous ; allez, et prenez possession du pays que l’Eternel a juré à vos pères, Abraham, Isaac et Jacob, de donner à eux et à leur postérité après eux.

Plus tard, Dieu dit que l’occupation de cette terre est conditionnée à l’observation de la Torah :

Lev 20/22 : Vous observerez toutes mes lois et toutes mes ordonnances, et vous les mettrez en pratique, afin que le pays où je vous mène pour vous y établir ne vous vomisse point.

Les écritures nous disent également que si les enfants d’Israël sont chassés à cause de leur désobéissance, ils peuvent retrouver leurs droits par le retour à Dieu et son pardon :

Deut 30/1-5 : Lorsque toutes ces choses t’arriveront, la bénédiction et la malédiction que je mets devant toi, si tu les prends à coeur au milieu de toutes les nations chez lesquelles l’Eternel, ton Dieu, t’aura chassé, 2 si tu reviens à l’Eternel, ton Dieu, et si tu obéis à sa voix de tout ton coeur et de toute ton âme, toi et tes enfants, selon tout ce que je te prescris aujourd’hui, 3 alors l’Eternel, ton Dieu, ramènera tes captifs et aura compassion de toi, il te rassemblera encore du milieu de tous les peuples chez lesquels l’Eternel, ton Dieu, t’aura dispersé. 4 Quand tu serais exilé à l’autre extrémité du ciel, l’Eternel, ton Dieu, te rassemblera de là, et c’est là qu’il t’ira chercher. 5 L’Eternel, ton Dieu, te ramènera dans le pays que possédaient tes pères, et tu le posséderas ; il te fera du bien, et te rendra plus nombreux que tes pères.

Nous voyons donc que tout est écrit d’avance, la punition pour manquement à l’une des 3 conditions est l’exil, mais s’il y a repentance, Dieu réintègre aussitôt dans la bénédiction de l’alliance.

Droit d’aînesse sur Ephraïm et Royauté pour Juda 

Jacob eut 12 fils et une fille. En principe le droit d’ainesse devait revenir à Ruben le 1er né, ce ne fut pas le cas à cause du péché de Ruben. La Bible nous enseigne que lorsque Joseph fut ministre en Egypte, il eut des enfants avec son épouse, fille d’un prêtre égyptien.

Ses deux premiers enfants, des jumeaux, étaient Manassé et Ephraïm. Lorsque Jacob fut sur le point de mourir en Egypte, Il a décidé d’adopter ces deux enfants et de donner le droit d’aînesse à Ephraïm (le plus jeune).

A partir de là, Joseph ne fut plus enregistré dans les généalogies, mais à la place ce furent ses deux fils, Ephraïm et Manassé.

1 Chr 5/1-2 : Fils de Ruben, premier-né d’Israël. — Car il était le premier-né ; mais, parce qu’il souilla la couche de son père, son droit d’aînesse fut donné aux fils de Joseph, fils d’Israël ; toutefois Joseph ne dut pas être enregistré dans les généalogies comme premier-né.

Jacob a donc transmis la bénédiction d’Abraham à Ephraïm :

Gen 48/15-19 : Il bénit Iosseph et dit: « L’Elohîms en face de qui mes pères Abrahâm et Is’hac sont allés, l’Elohîms est mon pâtre depuis que j’existe jusqu’à ce jour. 16 Le messager qui me rachète de tout mal bénit les jeunes. Mon nom sera crié sur eux, et le nom de mes pères, Abrahâm et Is’hac. Ils poissonneront, multiples, au sein de la terre. » 17 Iosseph voit que son père place sa main droite sur la tête d’Èphraîm. C’est mal à ses yeux. Il pousse la main de son père, pour l’écarter de la tête d’Èphraîm vers la tête de Menashè. 18 Iosseph dit à son père: « Pas ainsi, mon père, oui, celui-là est l’aîné. Mets ta main sur sa tête. » 19 Son père refuse et dit: « Je savais, mon fils, je savais: lui aussi sera un peuple, lui aussi grandira. Cependant son petit frère grandira plus que lui. Sa semence sera plénitude de nations. » 20 Il les bénit en ce jour-là pour dire: « En toi, Israël bénira pour dire: ‹Elohîms te mettra comme Èphraîm et comme Menashè.› » Il met Èphraîm avant Menashè. (Chouraqui)

Nous savons également que Jacob a donné prophétiquement une grande autorité à Juda (Gen 49/8) disant que le sceptre sera sur Juda jusqu’à la venue du Schilo (le Mashiah).

En principe on « poissonne » dans la mer, mais ici c’est au « sein de la terre ». Ce qui montre aussi que ces poissons ne sont pas dans un bon milieu, n’ayant pas l’eau de la vie, ils meurent. C’est pourquoi ils ont besoin du salut.

Puisque ces enfants sont maintenant adoptés par Jacob, le nombre de tribus d’Israël vient de passer à 13. Il est annoncé que la descendance d’Ephraïm deviendra « plénitude de nations » (on ne peut donc pas les dénombrer), il est dit qu’ils « poissonneront ». Ces termes sont très importants, car nous les retrouverons dans le Nouveau Testament.

Nous comprenons à présent que c’est à travers Ephraïm que Dieu va réaliser la promesse faite à Abraham que la postérité devienne une « multitude de nations ». Comment va-t-il faire ?

Concernant Juda, Jacob révèle que c’est de cette tribu que viendra le Roi de la terre, le Mashiah (le Schilo : le pacifique) :

Gen 49/10 : Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, Ni le bâton souverain d’entre ses pieds, Jusqu’à ce que vienne le Schilo, Et que les peuples lui obéissent.

Le schisme (930 AvJC) 

A l’époque de Salomon, sachant que ce roi a introduit en Israël des idoles nombreuses, à causes de ses mariages. L’une des conditions de l’alliance n’a pas été observée. Pour cette fois, la punition ne fut pas l’exil mais la division du royaume en deux royaumes distincts :

1 Rois 11/30-32 : Achija saisit le manteau neuf qu’il avait sur lui, le déchira en douze morceaux, 31 et dit à Jéroboam : Prends pour toi dix morceaux ! Car ainsi parle

l’Eternel, le Dieu d’Israël : Voici, je vais arracher le royaume de la main de Salomon, et je te donnerai dix tribus. 32 Mais il aura une tribu, à cause de mon serviteur David, et à cause de Jérusalem, la ville que j’ai choisie sur toutes les tribus d’Israël.

Ainsi, il y eut au nord le « Royaume d’Israël », encore appelé « Ephraïm » ou « Maison d’Israël » ou « Maison de Joseph » ou « Samarie » du nom de la capitale. Le royaume était composé de 10 tribus et le 1er roi fut Jéroboam, un Ephraïmite.

Au sud, était le « Royaume de Juda » encore appelé « Juda » ou « Maison de Juda » ou « Jérusalem » du nom de la capitale, composé essentiellement de 2 tribus (Juda et Benjamin) auxquelles se trouvait intégré depuis longtemps Siméon. Par ailleurs les Lévites, qui n’avaient pas de territoire, sont pratiquement tous descendus en Juda, car le Temple était à Jérusalem, capitale de Juda. Les membres du royaume du sud ont été appelés « Juifs », comme étant issus de Juda.

Il est à noter que le royaume du nord s’est appelé « Israël » à cause du droit d’ainesse qui était sur Ephraïm. Par conséquent, à partir du schisme, quand un prophète parle à « Israël », il ne parle pas à « Juda » et inversement. A partir de ce moment, nous trouverons des prophéties spécifiques pour 3 groupes distincts : Juda, Israël et les gentils.

Nous savons également qu’individuellement, certaines familles du nord sont venues dans le royaume du sud car elles refusaient le nouveau culte instauré par Jéroboam. C’est ainsi qu’à l’époque de Yeshoua nous voyons la prophétesse Anne, de la tribu d’Asher (Luc 2/36), qui était dans le temple.

A partir du schisme, la postérité d’Abraham se compose de deux maisons : Juda et Israël.

La nouvelle religion d’Israël 

A partir du schisme, dans le royaume de Juda la foi en l’Eternel fut maintenue au moment du schisme. C’était la vraie religion, la foi des ancêtres Abraham, Isaac et Jacob. Pour distinguer cette « religion » de celle qui s’imposait au nord, on l’appela « Judaïsme ». Plus tard, le Judaïsme a été « encombré » des règles rabbiniques que Yeshoua a dénoncées.

Au nord, Jéroboam ne voulait pas que ses sujets aillent au Temple à Jérusalem. C’est pourquoi il a inventé une nouvelle religion de façon à ce qu’il n’y ait rien de commun avec le judaïsme.

1 Rois 12/26-33 : Jéroboam dit en son coeur : Le royaume pourrait bien maintenant retourner à la maison de David. 27 Si ce peuple monte à Jérusalem pour faire des sacrifices dans la maison de l’Eternel, le coeur de ce peuple retournera à son seigneur, à Roboam, roi de Juda, et ils me tueront et retourneront à Roboam, roi de Juda. 28 Après s’être consulté, le roi fit deux veaux d’or, et il dit au peuple : Assez longtemps vous êtes montés à Jérusalem ; Israël ! voici ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Egypte. 29 Il plaça l’un de ces veaux à Béthel, et il mit l’autre à Dan. 30 Ce fut là une occasion de péché. Le peuple alla devant l’un des veaux jusqu’à Dan. 31 Jéroboam fit une maison de hauts lieux, et il créa des sacrificateurs pris parmi tout le peuple et n’appartenant point aux fils de Lévi. 32 Il établit une fête au huitième mois, le quinzième jour du mois, comme la fête qui se célébrait en Juda, et il offrit des sacrifices sur l’autel. Voici ce qu’il fit à Béthel afin que l’on sacrifiât aux veaux qu’il avait faits. Il plaça à Béthel les prêtres des hauts lieux qu’il avait élevés. 33 Et il monta sur l’autel qu’il avait fait à Béthel, le quinzième jour du huitième mois, mois qu’il avait choisi de son gré. Il fit une fête pour les enfants d’Israël, et il monta sur l’autel pour brûler des parfums.

Cette nouvelle religion fut donc inventée pour des raisons politiques. Ce faisant, le royaume du nord venait de rompre l’alliance Abrahamique et ne pouvait plus occuper la terre de Dieu. Après une longue patience de Dieu (plus de 200 ans), la punition d’Ephraïm fut l’exil, selon les écritures :

1 Rois 14/7-10, 15-16 : Va, dis à Jéroboam : Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : Je t’ai élevé du milieu du peuple, je t’ai établi chef de mon peuple d’Israël, 8 j’ai arraché le royaume de la maison de David et je te l’ai donné. Et tu n’as pas été comme mon serviteur David, qui a observé mes commandements et qui a marché après moi de tout son coeur, ne faisant que ce qui est droit à mes yeux. 9 Tu as agi plus mal que tous ceux qui ont été avant toi, tu es allé te faire d’autres dieux, et des images de fonte pour m’irriter, et tu m’as rejeté derrière ton dos ! 10 Voilà pourquoi je vais faire venir le malheur sur la maison de Jéroboam ; j’exterminerai quiconque appartient à Jéroboam, celui qui est esclave et celui qui est libre en Israël, et je balaierai la maison de Jéroboam comme on balaie les ordures, jusqu’à ce qu’elle ait disparu……… 15 L’Eternel frappera Israël, et il en sera de lui comme du roseau qui est agité dans les eaux ; il arrachera Israël de ce bon pays qu’il avait donné à leurs pères, et il les dispersera de l’autre côté du fleuve, parce qu’ils se sont fait des idoles, irritant l’Eternel. 16 Il livrera Israël à cause des péchés que Jéroboam a commis et qu’il a fait commettre à Israël.

La réalisation de cette prophétie ne s’est pas faite immédiatement, car Dieu est lent à la colère, mais en 722 AvJC, le royaume du nord fut dispersé par l’Assyrie. (2 Rois 15/27-29, 2 Rois 17/1-23).

2 Rois 15/27-29 : La cinquante-deuxième année d’Azaria, roi de Juda, Pékach, fils de Remalia, régna sur Israël à Samarie. Il régna vingt ans. 28 Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Eternel ; il ne se détourna point des péchés de Jéroboam, fils de Nebath, qui avait fait pécher Israël. 29 Du temps de Pékach, roi d’Israël, Tiglath-Piléser, roi d’Assyrie, vint et prit Ijjon, Abel-Beth-Maaca, Janoach, Kédesch, Hatsor, Galaad et la Galilée, tout le pays de Nephthali, et il emmena captifs les habitants en Assyrie.

Les 10 tribus du nord se sont perdues dans le monde. Et la population du nord fut littéralement « échangée » avec une autre population venant d’Assyrie :

2 Rois 17/24 : Le roi d’Assyrie fit venir des gens de Babylone, de Cutha, d’Avva, de Hamath et de Sepharvaïm, et les établit dans les villes de Samarie à la place des enfants d’Israël. Ils prirent possession de Samarie, et ils habitèrent dans ses villes.

Pour des raisons politiques, le roi d’Assyrie fit venir un prêtre de Samarie pour recréer une religion qui ressemblait au judaïsme avec un mélange de religion assyrienne :

2 Rois 17/28-29 : Un des prêtres qui avaient été emmenés captifs de Samarie vint s’établir à Béthel, et leur enseigna comment ils devaient craindre l’Eternel. 29 Mais les nations firent chacune leurs dieux dans les villes qu’elles habitaient, et les placèrent dans les maisons des hauts lieux bâties par les Samaritains.

Ces gens furent donc les « Samaritains », avec leur religion spécifique ayant un peu de ressemblance avec le judaïsme, mais surtout un mélange avec le paganisme. C’est pourquoi une haine terrible de Juda s’est installée envers ces Samaritains, jusqu’à l’époque de Yeshoua. Ces peuples ne se parlaient pas. Juda méprisait les Samaritains.

A partir de la dispersion d’Israël, les livres des rois et les chroniques ne parlent plus que de Juda.

Environ 120 ans plus tard (605 AvJC), le Temple fut détruit le 9 d’Av, Juda fut à son tour exilé, pour les mêmes raisons d’idolâtrie, mais cette fois à Babylone. (2 Rois 23/25-27, 2 Rois 24/8-20, 2 Rois 1-12)

Les prophètes 

Les prophètes ont parlé de ces évènements, à savoir :

Amos (765-755 AvJC) : 

Il prophétise sur le jugement de la maison d’Israël (Amos 5/1-27, 7/7-9, 8/11-14, 9/9-10).

Il parle également du futur jugement de Juda (Amos 2/4)

Michée (735-700 AvJC) : 

Il parle également du futur jugement de Juda (Michée 1/6, 1/15)

Jérémie (627-570 AvJC) : 

Il parle également du futur jugement de Juda (Jér 2/5-28, 3/1-11). C’est Jérémie qui a déclaré que l’exil de Juda devait durer 70 ans.

On peut lire en particulier :

Jér 3/8 : Quoique j’eusse répudié l’infidèle Israël à cause de tous ses adultères, et que je lui eusse donné sa lettre de divorce, j’ai vu que la perfide Juda, sa soeur, n’a point eu de crainte, et qu’elle est allée se prostituer pareillement.

Ezéchiel (593-555 AvJC) : 

Qui fut déporté de Juda en Babylonie parle de l’histoire de Ohola et Oholiba, Juda et Samarie en exil. (Ez 23)

Osée (750-715 AvJC) : 

C’est le prophète qui a parlé le plus spécifiquement sur ces évènements. C’est lui qui détaille les punitions d’Ephraïm.

Les punitions d’Ephraïm 

Le royaume du nord n’a pas seulement été dispersé, sa punition est beaucoup plus grave. Le prophète Osée nous en donne les détails :

Osée 1/1-9 : La première fois que l’Eternel adressa la parole à Osée, l’Eternel dit à Osée: Va, prends une femme prostituée et des enfants de prostitution ; car le pays se prostitue, il abandonne l’Eternel ! 3 Il alla, et il prit Gomer, fille de Diblaïm. Elle conçut, et lui enfanta un fils. 4 Et l’Eternel lui dit : Appelle-le du nom de Jizreel ; car encore un peu de temps, et je châtierai la maison de Jéhu pour le sang versé à Jizreel, je mettrai fin au royaume de la maison d’Israël. 5 En ce jour-là, je briserai l’arc d’Israël dans la vallée de Jizreel. 6 Elle conçut de nouveau, et enfanta une fille. Et l’Eternel dit à Osée : Donne-lui le nom de Lo-Ruchama ; car je n’aurai plus pitié de la maison d’Israël, je ne lui pardonnerai plus. 7 Mais j’aurai pitié de la maison de Juda ; je les sauverai par l’Eternel, leur Dieu, et je ne les sauverai ni par l’arc, ni par l’épée, ni par les combats, ni par les chevaux, ni par les cavaliers. 8 Elle sevra Lo-Ruchama ; puis elle conçut, et enfanta un fils. 9 Et l’Eternel dit : Donne-lui le nom de Lo-Ammi ; car vous n’êtes pas mon peuple, et je ne suis pas votre Dieu.

Osée 2/11 : Je ferai cesser toute sa joie, ses fêtes, ses nouvelles lunes, ses sabbats et toutes ses solennités.

Osée 8/11-12 : Ephraïm a multiplié les autels pour pécher, Et ces autels l’ont fait tomber dans le péché. 12 Que j’écrive pour lui toutes les ordonnances de ma loi, Elles sont regardées comme quelque chose d’étranger.

Osée 3/4 : Car les enfants d’Israël resteront longtemps sans roi, sans chef, sans sacrifice, sans statue, sans éphod, et sans théraphim.

Osée 4/6-10 : Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, Je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce ; Puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, J’oublierai aussi tes enfants. 7 Plus ils se sont multipliés, plus ils ont péché contre moi : Je changerai leur gloire en ignominie. 8 Ils se repaissent des péchés de mon peuple, Ils sont avides de ses iniquités. 9 Il en sera du sacrificateur comme du peuple ; Je le châtierai selon ses voies, Je lui rendrai selon ses oeuvres. 10 Ils mangeront sans se rassasier, Ils se prostitueront sans multiplier, Parce qu’ils ont abandonné l’Eternel et ses commandements.

Osée 7/8 : Ephraïm se mêle avec les peuples, Ephraïm est un gâteau qui n’a pas été retourné. 9 Des étrangers consument sa force, Et il ne s’en doute pas ; La vieillesse s’empare de lui, Et il ne s’en doute pas.

A travers ces textes nous avons la série de punitions terribles comme suit :

 Le royaume du nord prend fin,

 Dieu ne pardonnera pas à Ephraïm,

 Ephraïm n’est plus le peuple de Dieu, l’Eternel n’est plus son Dieu,

 Ephraïm est privé des fêtes de l’Eternel et des shabbats,

 Ephraïm considérera la Torah de Dieu comme lui étant étrangère,

 Ephraïm sera sans sacerdoce et sans sacrifice,

 Il est condamné à une famine spirituelle, apprenant sans comprendre et sans retenir,

 Enfin, Ephraïm est condamné au mélange, à l’assimilation avec les nations, il perd ses racines !

Nous pouvons ajouter que si « Ephraïm » signifie « Multiplier », son frère « Manassé » signifie « Oublieux »…

Une question se pose à ce moment. Nous savons qu’Ephraïm avait reçu le droit d’ainesse et que Jacob avait dit qu’il deviendrait la « plénitude des nations » (voir plus haut). Comment Dieu va-t-il faire ??? Puisqu’Ephraïm est perdu…

Nous voyons également que le sort réservé à Juda n’est pas le même, puisque Dieu dit dans Osée 1/7 qu’il aura « pitié de Juda ». D’ailleurs Juda fut exilé à Babylone pendant un temps limité à 70 ans. Il est revenu avec son culte et c’est en Juda que Yeshoua est venu, pas en Israël, car il avait disparu !

Le plus grave de tout pour Israël est la lettre de divorce qu’il a reçu de Dieu :

Jér 3/8 : Quoique j’eusse répudié l’infidèle Israël à cause de tous ses adultères, et que je lui eusse donné sa lettre de divorce, j’ai vu que la perfide Juda, sa soeur, n’a point eu de crainte, et qu’elle est allée se prostituer pareillement.

Nous devons bien comprendre cela, car quand Yeshoua parle, dans les évangiles, des enfants d’Israël, il pense aux enfants perdus des 10 tribus du Royaume d’Ephraïm.

Il est écrit qu’un jour Israël cherchera son « Premier Mari » :

Osée 2/7 : Elle poursuivra ses amants, et ne les atteindra pas ; elle les cherchera, et ne les trouvera pas. Puis elle dira : J’irai, et je retournerai vers mon premier mari, car alors j’étais plus heureuse que maintenant.

Or, la Torah interdit qu’une femme répudiée puisse se remarier avec son premier mari, car elle est souillée :

Deut 24/ 4 : alors le premier mari qui l’avait renvoyée ne pourra pas la reprendre pour femme après qu’elle a été souillée, car c’est une abomination devant l’Eternel, et tu ne chargeras point de péché le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne pour héritage.

La seule solution est celle que Yeshoua a choisi par amour : le « Mari » est mort. Puis le « Mari » est ressuscité pour que la femme puisse se remarier avec lui :

Osée 2/16-18 : C’est pourquoi voici, je veux l’attirer et la conduire au désert, et je parlerai à son coeur…….. 18 En ce jour-là, dit l’Eternel, tu m’appelleras : Mon mari ! et tu ne m’appelleras plus : Mon maître !

Aujourd’hui « l’état d’Israël » est rétabli, mais en réalité c’est « Juda » qui est revenu avec quelques représentants des 10 tribus perdues. Les juifs sont à la recherche de ces 10 tribus perdues. On pense les avoir retrouvées en partie, comme les Ethiopiens attribués à la tribu de Dan. Mais les rabbins ne sont pas tous du même avis, certains pensent qu’il sont de Juda, issus de Salomon.

Le retour d’Ephraïm prophétisé 

Dieu n’abandonne jamais son peuple, c’est pourquoi nous trouvons de nombreuses promesses concernant le retour d’Ephraïm (Israël). En voici des exemples :

Amos 9/14-15 : Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël ; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, Ils planteront des vignes et en boiront le vin, Ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. 15 Je les planterai dans leur pays, Et ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné, Dit L’Eternel, ton Dieu.

Za 10/6 : Je fortifierai la maison de Juda, Et je délivrerai la maison de Joseph ; Je les ramènerai, car j’ai compassion d’eux, Et ils seront comme si je ne les avais pas rejetés ; Car je suis l’Eternel, leur Dieu, et je les exaucerai.

Voir également : Michée 2/12-13, Amos 9/11-15, Es 14/1-2, Osée 2/16-25, Osée 11/8-11, Osée 14, Za 8, Za 10/6-12, Jér 50/17-20.

Ici se pose une question avant d’aller plus loin. Comment Dieu peut-il « pardonner » à un peuple dont il a dit qu’il ne lui pardonnerai plus ? Comment peut-il réintégrer un peuple qui n’existe plus et qui a été « mélangé » avec les nations ? La réponse viendra plus loin !

En particulier le verset suivant s’adresse aux 10 tribus perdues dans les nations :

Za 8/23 : Ainsi parle l’Eternel des armées : En ces jours-là, dix hommes de toutes les langues des nations saisiront un Juif par le pan de son vêtement et diront : Nous irons avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous.

Remarque : un « Juif » est un membre de Juda, pas d’Israël.

Sous la houlette du Mashiah 

Le retour se fera sous la houlette du Mashiah, fils de David selon qu’il est écrit :

Michée 5/1-4 : Et toi, Bethlehem Ephrata, Petite entre les milliers de Juda, De toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, Et dont l’origine remonte aux temps anciens, Aux jours de l’éternité. 2 C’est pourquoi il les livrera Jusqu’au temps où enfantera celle qui doit enfanter, Et le reste de ses frères Reviendra auprès des enfants d’Israël. 3 Il se présentera, et il gouvernera avec la force de l’Eternel, Avec la majesté du nom de l’Eternel, son Dieu : Et ils auront une demeure assurée, Car il sera glorifié jusqu’aux extrémités de la terre. 4 C’est lui qui ramènera la paix. Lorsque l’Assyrien viendra dans notre pays, ……

Osée 3/5 : Après cela, les enfants d’Israël reviendront ; ils chercheront l’Eternel, leur Dieu, et David, leur roi ; et ils tressailliront à la vue de l’Eternel et de sa bonté, dans la suite des temps.

Voir également : Es 11/1-16, Es 49/1-6, Jér 23/1-8, Jér 30/1-11, Jér 33/14-18, Ez 34/23.

Ces prophéties montrent le retour d’Israël, mais aucun délai n’était donné. Nous comprenons que cela se fera par la repentance d’Israël, c’est à dire un retour aux conditions de l’alliance Abrahamique sous la houlette de David, leur Roi.

Où sont les exilés d’Israël ? 

Ephraïm est tellement mêlé aux nations qu’il est devenu une « vigne étrangère » :

Jér 2/21 : Je t’avais plantée comme une vigne excellente Et du meilleur plant ; Comment as-tu changé, Dégénéré en une vigne étrangère ?

Ici, le mot « étranger » signifie un « non Israélite ». C’est à dire qu’ils ont perdu leur caractère israélite, ils sont devenus comme les païens, sans la Torah, sans la religion d’Abraham, Isaac et Jacob..

Yeshoua et les brebis perdues d’Israël 

Quand Yeshoua est venu, il était dans le Royaume de Juda occupé par les romains. Sauf quelques uns des habitants, la plupart des membres du peuple étaient de Juda, Benjamin et Lévi. Il y avait quelques membres des autres tribus, mais assez peu (comme Anne la prophétesse).

Il faut noter également que les 4/5ème de Juda étaient restés en Babylonie. Quand à Israël, il était dispersé dans les nations.

Dans le Nouveau Testament, quand on parle d’Israël, on ne parle pas de Juda ou très peu. C’est une erreur que nous faisons habituellement de confondre Juda et Israël.

Les disciples ont reconnu que Yeshoua était le Mashiah et nous voyons qu’ils s’attendaient au « Rétablissement du Royaume d’Israël » :

Act 1/6-7 : Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? 7 Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.

Nous savons par les écritures que les deux maisons doivent se réunir pour ne plus former qu’un seul peuple. Cette réunion doit se faire par le Mashiah. C’est pourquoi Yeshoua parle souvent des brebis perdues d’Israël.

Les brebis perdues d’Israël 

Nous lisons ceci :

Matt 15/24 : Il répondit : Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël.

De plus, quand Yeshoua envoie ses disciples il précise bien vers qui aller :

Matt 10/5-6 : Tels sont les douze que Yeshoua envoya, après leur avoir donné les instructions suivantes : N’allez pas vers les païens, et n’entrez pas dans les villes des Samaritains ; 6 allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël.

Bien entendu, Yeshoua était au milieu de Juda, qui représentait une partie de ses brebis, mais il précise bien qu’il a une autre bergerie :

Jean 10/16 : J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

Ceci était écrit depuis longtemps, par exemple :

Michée 2/12 : Je te rassemblerai tout entier, ô Jacob ! Je rassemblerai les restes d’Israël, Je les réunirai comme les brebis d’une bergerie, Comme le troupeau dans son pâturage ; Il y aura un grand bruit d’hommes.

Jér 23/1-8 : Malheur aux pasteurs qui détruisent et dispersent Le troupeau de mon pâturage ! dit l’Eternel. 2 C’est pourquoi ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël, Sur les pasteurs qui paissent mon peuple : Vous avez dispersé mes brebis, vous les avez chassées, Vous n’en avez pas pris soin ; Voici, je vous châtierai à cause de la méchanceté de vos actions, Dit l’Eternel. 3 Et je rassemblerai le reste de mes brebis De tous les pays où je les ai chassées ; Je les ramènerai dans leur pâturage ; Elles seront fécondes et multiplieront. 4 J’établirai sur elles des pasteurs qui les paîtront ; Elles n’auront plus de crainte, plus de terreur, Et il n’en manquera aucune, dit l’Eternel. 5 Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, Où je susciterai à David un germe juste ; Il régnera en roi et prospérera, Il pratiquera la justice et l’équité dans le pays. 6 En son temps, Juda sera sauvé, Israël aura la sécurité dans sa demeure ; Et voici le nom dont on l’appellera L’Eternel notre justice. 7 C’est pourquoi voici, les jours viennent, dit l’Eternel, Où l’on ne dira plus: L’Eternel est vivant, Lui qui a fait monter du pays d’Egypte les enfants d’Israël ! 8 Mais on dira : L’Eternel est vivant, Lui qui a fait monter et qui a ramené La postérité de la maison d’Israël du pays du septentrion Et de tous les pays où je les avais chassés ! Et ils habiteront dans leur pays.

Voir également : Jér 50/6 et 17, Es 40/9-12, Ez 34/15-24.

Nous voyons que dans ce contexte, les mots « brebis » et « bergerie » sont attachés à Juda et Ephraïm et non aux gentils !

Les poissons 

Yeshoua a dit qu’il ferait de ses disciples des « pêcheurs d’hommes » :

Matt 4/19 : Il leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.

Comme Yeshoua ne parlait pas au hasard, ceci fait allusion au texte suivant :

Jér 16/15-16 : Mais on dira : L’Eternel est vivant, Lui qui a fait monter les enfants d’Israël du pays du septentrion Et de tous les pays où il les avait chassés ! Je les ramènerai dans leur pays, Que j’avais donné à leurs pères. 16 Voici, j’envoie une multitude de pêcheurs, dit l’Eternel, et ils les pêcheront ; Et après cela j’enverrai une multitude de chasseurs, et ils les chasseront De toutes les montagnes et de toutes les collines, Et des fentes des rochers

Par ailleurs, il faut se rappeler que Jacob avait prophétisé sur Ephraïm dans Gen 48/1-22, en disant qu’il « poissonnera ». Ainsi, la mission des disciples était clairement de ramener les enfants perdus d’Israël : des poissons dans la mer des peuples.

La parabole du fils prodigue 

Nous connaissons bien cette parabole (Luc 15/11-32). En fait, elle nous parle du retour des fils d’Israël, alors que Juda est resté à la maison.

Luc 15/11-13 : Il dit encore : Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père: Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien. 13 Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche.

Dans cette parabole, l’homme représente Dieu, ses deux fils sont Juda et Ephraïm, dont le plus jeune est Ephraïm. C’est un frère adopté et il veut quitter son Père et sa patrie pour l’étranger, ce qui parle de l’exil. Ceci correspond au texte suivant :

Amos 7/11 : Car voici ce que dit Amos : Jéroboam mourra par l’épée, et Israël sera emmené captif loin de son pays.

En exil, Israël commence à mourir de faim :

Luc 15/14-17 : Lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. 15 Il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les pourceaux. 16 Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait. 17 Etant rentré en lui-même, il se dit : Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim !

Ceci correspond exactement à ce qui avait été écrit :

Amos 8/11 : Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, l’Eternel, Où j’enverrai la famine dans le pays, Non pas la disette du pain et la soif de l’eau, Mais la faim et la soif d’entendre les paroles de l’Eternel.

Le plus jeune fils a commis une « erreur de jeunesse » et il s’en rend compte et se lamente, comme ce fut écrit :

Jér 31/18-19 : J’entends Ephraïm qui se lamente : Tu m’as châtié, et j’ai été châtié Comme un veau qui n’est pas dompté ; Fais-moi revenir, et je reviendrai, Car tu es l’Eternel, mon Dieu. 19 Après m’être détourné, j’éprouve du repentir ; Et après avoir reconnu mes fautes, je frappe sur ma cuisse ; Je suis honteux et confus, Car je porte l’opprobre de ma jeunesse.

Alors il décide de revenir vers son Père :

Luc 15/20 : Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa.

Encore une fois, ces choses étaient écrites. Dieu était impatient de revoir son fils :

Jér 31/20 : Ephraïm est-il donc pour moi un fils chéri, Un enfant qui fait mes délices ? Car plus je parle de lui, plus encore son souvenir est en moi ; Aussi mes entrailles sont émues en sa faveur : J’aurai pitié de lui, dit l’Eternel.

Mais le frère aîné (Juda), n’accepte pas son retour :

Luc 15/25-30 : Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu’il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses. 26 Il appela un des serviteurs, et lui demanda ce que c’était. 27 Ce serviteur lui dit : Ton frère est de retour, et, parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras. 28 Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria d’entrer. 29 Mais il répondit à son père: Voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. 30 Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras !

Tout cela était écrit, la Bible est merveilleuse :

Ez 11/15 : Fils de l’homme, ce sont tes frères, tes frères, Ceux de ta parenté, et la maison d’Israël tout entière, A qui les habitants de Jérusalem disent : Restez

C’est alors que Dieu dit à Juda que le plus jeune fils est revenu à la vie :

Luc 15/31-32 : Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi ; 32 mais il fallait bien s’égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, parce qu’il était perdu et qu’il est retrouvé.

Et cela fait référence au texte bien connu suivant :

Ez 37/10-12 : Je prophétisai, selon l’ordre qu’il m’avait donné. Et l’esprit entra en eux, et ils reprirent vie, et ils se tinrent sur leurs pieds : c’était une armée nombreuse, très nombreuse. 11 Il me dit : Fils de l’homme, ces os, c’est toute la maison d’Israël. Voici, ils disent : Nos os sont desséchés, notre espérance est détruite, nous sommes perdus ! 12 Prophétise donc, et dis-leur : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, j’ouvrirai vos sépulcres, je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple, et je vous ramènerai dans le pays d’Israël.

La plénitude des nations 

Paul ajoute dans ce texte que la réunion des deux branches produira la « plénitude des nations » :

Rom 11/25-26 : Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, pour que vous ne soyez pas sages à vos yeux: l’endurcissement est venu en partie pour Israël jusqu’à ce que la plénitude des nations soit entrée. 26 Et ainsi, tout Israël sera sauvé, comme il est écrit: « Le libérateur viendra de Siôn; il détournera l’impiété de Ia‘acob.(S21)

Or, que représente la « plénitude des nations » ? C’est Ephraïm selon la prophétie de Jacob :

Gen 48/19 : Son père refuse et dit: « Je savais, mon fils, je savais: lui aussi sera un peuple, lui aussi grandira. Cependant son petit frère (Ephraïm) grandira plus que lui. Sa semence sera plénitude de nations. »

Ainsi donc le retour de la branche Ephraïmite sur l’olivier cultivé est une image de la réunion des deux maisons, c’est alors que Paul a pu dire « et tout Israël sera sauvé » :

L’expression « Tout Israël » représente cette fois Juda et Ephraïm, les enfants de Jacob dont Dieu dit qu’il « détournera l’impiété ». Ainsi, la réunion des deux maisons est littéralement le salut du monde. Ce sera la « vie d’entre les morts » :

Rom 11/11 : Je demande donc: « Serait-ce pour tomber que les Israélites ont trébuché? » Certainement pas ! Mais grâce à leur faux pas, les non-Juifs (les nations) ont eu accès au salut afin de provoquer leur jalousie.

Rom 11/15 : En effet, si leur mise à l’écart a entraîné la réconciliation du monde, que produira leur réintégration, sinon le passage de la mort à la vie ?

Les obstacles à la réunion des deux maisons 

Les obstacles sont connus car annoncés dans la parole de Dieu. La réunion des deux maisons n’est pas une chose facile.

L’orgueil de Juda vexe Ephraïm 

Voici un texte qui montre à quel point Juda méprise Ephraïm. Cette histoire se passe lorsque le Roi David retourne à Jérusalem après la mort de son fils Absalom.

2 Sam 19/41-43 : Mais voici, tous les hommes d’Israël abordèrent le roi, et lui dirent : Pourquoi nos frères, les hommes de Juda, t’ont-ils enlevé, et ont-ils fait passer le Jourdain au roi, à sa maison, et à tous les gens de David ? 42 Tous les hommes de Juda répondirent aux hommes d’Israël : C’est que le roi nous tient de plus près ; et qu’y a-t-il là pour vous irriter ? Avons-nous vécu aux dépens du roi ? Nous a-t-il fait des présents ? 43 Et les hommes d’Israël répondirent aux hommes de Juda : Le roi nous appartient dix fois autant, et David même plus qu’à vous. Pourquoi nous avez-vous méprisés ? N’avons-nous pas été les premiers à proposer de faire revenir notre roi ? Et les hommes de Juda parlèrent avec plus de violence que les hommes d’Israël.

Cet orgueil de Juda est connu de l’Eternel qui dit ceci :

Jér 13/9 : Ainsi parle l’Eternel : C’est ainsi que je détruirai l’orgueil de Juda Et l’orgueil immense de Jérusalem.

Juda ne veut pas qu’Ephraïm revienne à Jérusalem, il considère que la terre d’Israël lui appartient à lui seul :

Ez 11/15 : Fils de l’homme, ce sont tes frères, tes frères, Ceux de ta parenté, et la maison d’Israël (Ephraïm) tout entière, A qui les habitants de Jérusalem disent : Restez loin de l’Eternel, Le pays nous a été donné en propriété.

La jalousie d’Ephraïm envers Juda 

La difficulté fonctionne dans les deux sens, car si l’un est orgueilleux, l’autre est jaloux :

Es 11/13 : La jalousie d’Ephraïm disparaîtra, Et ses ennemis en Juda seront anéantis ; Ephraïm ne sera plus jaloux de Juda, Et Juda ne sera plus hostile à Ephraïm.

Nous voyons que les écritures disent qu’Ephraïm est jaloux alors que Paul nous dit que ce devrait être Juda qui devrait être jaloux :

Rom 11/11-14 : Je dis donc: Ont-ils trébuché pour tomber ? Au contraire! Par leur faux pas, c’est le salut des nations, pour les inciter à jalousie. 12 Mais si leur faux pas a été la richesse de l’univers, et leur amoindrissement la richesse des nations, combien plus leur plénitude! 13 À vous, pour les nations, je dis que je suis envoyé aux nations, et je glorifie mon service 14 si de quelque manière j’incite à jalousie ceux de ma chair (Juda) et j’en sauve quelques-uns ! (Darby)

L’hostilité entre les deux maisons ne pourra être détruite que par le Mashiah :

Es 11/10-13 : En ce jour, le rejeton d’Isaï Sera là comme une bannière pour les peuples ; Les nations se tourneront vers lui, Et la gloire sera sa demeure. 11 Dans ce même temps, le Seigneur étendra une seconde fois sa main, Pour racheter le reste de son peuple, Dispersé en Assyrie et en Egypte, A Pathros et en Ethiopie, A Elam, à Schinear et à Hamath, Et dans les îles de la mer. 12 Il élèvera une bannière pour les nations, Il rassemblera les exilés d’Israël, Et il recueillera les dispersés de Juda, Des quatre extrémités de la terre. 13 La jalousie d’Ephraïm disparaîtra, Et ses ennemis en Juda seront anéantis ; Ephraïm ne sera plus jaloux de Juda, Et Juda ne sera plus hostile à Ephraïm.

Avez-vous remarqué que dans l’histoire, la chrétienté a été jalouse de Juda et que Juda a méprisé celle-ci ?

Les deux théories du remplacement 

L’histoire nous montre que le Christianisme s’est considéré comme le remplaçant de Juda, que celui-ci n’avait plus raison d’être et n’avait plus d’avenir en Dieu. Le Christianisme s’est accaparé les promesses divines et l’héritage qui revenait à Juda.

Parallèlement à cela, le Judaïsme a fait de même en considérant qu’Ephraïm avait disparu et que seul Juda pouvait hériter des promesses divines. Encore actuellement les habitants de l’état d’Israël ne désirent pas partager la terre de Galilée avec Ephraïm. Juda considère la Torah comme son bien exclusif.

La prophétie des Notsrim 

Les premiers disciples de Yeshoua étaient appelés « Nazaréens » et non pas des « Messianiques » :

Actes 24/5 : Nous avons trouvé cet homme (Paul), qui est une peste, qui excite des divisions parmi tous les Juifs du monde, qui est chef de la secte des Nazaréens,…

Ce nom est bien connu des Juifs actuels, car la parole de Dieu l’avait annoncé :

Jér 31/6 : Car le jour vient où les gardes crieront sur la montagne d’Ephraïm : Levez-vous, montons à Sion, vers l’Eternel, notre Dieu !

Le terme hébreu  (Notsrim) traduit par « Gardes » dans le verset ci-dessus vient de la racine  (Natsar) qui signifie : garder, veiller, surveiller, préserver, garder contre les dangers, tenir, observer, garder avec fidélité, tenir secret, être gardé fermé, être bloqué, veilleur, gardien, se garder de la souillure et du mal.

Avec cette racine nous formons également le mot :  (Natsrat) qui n’est autre que le nom donné au village où vécu Yeshoua : « Nazareth ».

Natsrat a également le sens de « rejeton, plante, germe ». Ainsi, conformément aux prophétie (Za 6/12, Es 11/1, Es 60/21), Yeshoua est le « Germe d’Isaï » mais aussi :

Matt 2/23 : et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes : Il sera appelé Nazaréen.

Jean 19/19 : Pilate fit une inscription, qu’il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue : Yeshoua de Nazareth, roi des Juifs.

Actes 6/14 : car nous l’avons entendu dire que Yeshoua, ce Nazaréen, détruira ce lieu, et changera les coutumes que Moïse nous a données.

Ceci nous amène à comprendre que Yeshoua est le « germe » qui devait venir et qu’il est le gardien de son peuple (Le Bon Berger). De plus, les disciples, à l’image de leur Maître, furent appelés « Nazaréens » parce qu’ils suivaient Yeshoua de Nazareth.

Autrement dit, les disciples de Yeshoua étaient des « Notsrim » qui, selon la prophétie de Jérémie ont pour rôle de « crier sur la montagne d’Ephraïm » afin de les ramener à Sion (Jér 31/6).

Ainsi, les Ephraïmites qui retournent à Sion sont appelés les « Notsrim » !

Remarque : Il ne faut pas confondre les mot « Nazaréen » dont nous venons de parler avec le mot « Naziréen » dont il est parlé dans Nb 6/2 et dont le voeu consiste à se séparer pour se consacrer à Dieu.

Le sceau messianique ou Nazaréen 

Le sceau messianique a été redécouvert par les archéologues. Il est composé des trois parties :

 La Ménorah qui représente le Temple, donc le peuple de Juda

 Le Poisson qui représente Ephraïm selon la bénédiction de Jacob (Gen 48/16)

 La Maguen David qui représente le Mashiah descendant du roi David

Ce sceau nous montre que c’est bien sous la houlette de Yeshoua Ha Mashiah que les deux maisons seront réunies.


(¹) Plan général:

Introduction 

Les promesses faites à Abraham 

Evolution de la postérité d’Abraham 

Les conditions de l’Alliance 

Qu’arrive-t-il si la postérité ne respecte pas les conditions de l’alliance ? 

Le droit d’aînesse sur Ephraïm, la Royauté pour Juda 

Le Schisme (930 AvJC) 

La nouvelle religion d’Ephraïm (Israël) 

Les prophètes 

Les punitions d’Israël et de Juda 

Le retour d’Ephraïm prophétisé 

Yeshoua et les enfants perdus d’Israël 

La parabole du fils prodigue 

Les obstacles à la réunion des deux maisons 

La prophétie des Notsrim 

 

  3Comments

  1. Michaël   •  

    Même si je sais que tout ce qui est écrit dans le Nouveau Testament a des parallèles et ses bases dans l’Ancien Testament, je suis toujours stupéfait de l’aspect divin de ces parallèles !!!
    C’est là qu’on constate vraiment que l’auteur est l’Esprit de Dieu !!!
    Et merci à tous les enseignants qui servent Jésus la Parole en nous transmettant toutes ces révélations !
    Je vais m’empresser de lire la suite !
    Je bénis aussi Dieu à la lecture du déroulement du séminaire, les rapports de délivrance, de guérison, de salut… Quelle joie ! à Lui soit la gloire, Jésus qui veut que tous les hommes soient sauvés et qu’ils Le connaissent !

  2. Patrice   •  

    Les deux maisons, l’Ephraïmisme… Je ne sais plus qui, sur ce blog, avait dit à ce propos :

    « Faut-il usurper l’identité de frères alors qu’elle se partage par adoption ? Faut-il s’inventer une identité alors que nous avons reçu une nouvelle nature qui abroge la précédente, nous intégrant de fait à l’Alliance d’Israël, celle du Père et du Fils ? »

    Les arguments qui réfutent cette doctrine sont dignes intérêt car à vouloir revenir à le Torah, nous pourrions être amenés à en oublier la finalité. On se souvient tous, je pense, de cette femme, éblouie par le Rav Dynowitz, qui avait fini par renier le Christ… Il y a quelque chose de fascinant dans le déroulement implacable d’une pensée, mais on peut penser faux et sentir juste. C’est le privilège des enfants !

    Yeshoua a dit qu’il nous a fait connaître tout ce que son Père lui a appris (Jean 15:15). Il a fait de nous des Lévites (Apo 1 :6), non des Ephraïmites.

    Voici ce que dit un frère aîné sur un autre blog :

    « Adonaï n’a rien fait au hasard, Il a mis à part Israël du sein des Nations, et en Israël, il mettra à part Lévi, et au sein de Lévi, la famille d’Aaron, et un seul grand prêtre au sein de cette famille. C’est une loi de prémices : quoique tous soient à Lui, il établit certains pour être véhicules de bénédictions pour les autres, chacun ayant une place que Dieu Lui a assignée ».

    Je n’ai jamais été à l’aise avec la doctrine des deux maisons L’auto-identification à Éphraïm se résume comme suit : Je ne suis pas Juif mais compte tenu de ma réalité spirituelle, je dois être un descendant d’Éphraïm qui s’ignore, ou une personne des nations adoptée avec Éphraïm, ce qui revient au même. Je suis donc Éphraïm, je le revendique, et je peux le prouver : l’identité juive d’Ephraïm s’est dissoute en exil, et Jésus n’est venu que pour les brebis perdues d’Israël.

    C’est imparable. Oui, Yeshoua a dit qu’il n’était venu que pour les brebis perdues d’Israël.

    Cependant, Esaïe 8:14 précise ce que sont les brebis perdues : « Il sera une pierre d’achoppement, et un rocher de trébuchement pour les deux maisons d’Israël ». Esaïe annonce simplement à l’avance qui seront les brebis perdues dont parle Matthieu, celles pour qui Yeshoua est venu : les Hébreux des deux maisons, de Juda et d’Ephraïm. Non pas ceux qui auront été exilés et dispersés mais ceux qui l’auront rejeté.

    Ceux qui l’ont reconnu ont-ils trébuché ? Non. Yeshua est donc bien venu en priorité pour prouver la véracité et la fiabilité des écrits d’Israël à ceux qui seront effectivement irrémédiablement perdus s’ils ne le voient pas venir : « Voici ton Dieu, il vient Lui-même » Esaie 35:4. Ceux qui auront cru sans être des deux maisons, les Gentils, sont « l’autre bergerie », le berger les fait évidemment entrer dans le troupeau. D’ailleurs, en Luc 22:30, les disciples sont appelés à juger les douze tribus d’Israël, ils n’appartiennent donc pas à l’une ou l’autre des tribus.

    Les brebis perdues de la maison d’Israël n’étaient pas des tribus perdues mais des individus des douze tribus qui s’étaient égarés de la foi (1 Pierre 2:25). Les lieux où ils se trouvaient étaient connus, ne serait-ce parce qu’ils étaient reconnaissables : à cette époque, les coutumes et les modes vestimentaires étaient toujours caractéristiques d’une population.

    Pour ce qui est des tribus dispersées. Il se dit qu’Éphraïm est devenu inidentifiable parmi les peuples.

    Est-ce certain ? La réalité est toute autre, Daniel Steen se trompe. Elles ont toutes aujourd’hui été localisées et reconnues comme telles. A tel point que, selon Jean Marc Thobois, les autorités israéliennes ont dû geler le processus de rapatriement en raison de leur nombre, ils sont trop nombreux. L’une des plus importantes, la tribu d’Ephraïm a été localisée dans la zone frontalière entre le Pakistan et l’Afghanistan, zone difficilement accessible aux chercheurs en raison de la guerre. On a répertorié à ce jour sept millions d’Ephraïmites… On retrouve ces tribus le long de la Route de la Soie, leur déplacement bloqué au Japon. Il s’agit d’une diffusion sensiblement différente que celle de la carte présentée.

    Il se dit qu’Ephraïm en tant que Royaume fut banni par Dieu pour être assimilé aux nations et devenir la plénitude, la totalité des Nations, qui allait revenir au sein d’Israël par Yeshoua. En Genèse 48.19, il est dit qu’Ephraïm sera plus grand que Manassé, et sa postérité formera  » Melo Hagoyim » ce qui est traduit par « la totalité/plénitude des Nations ». Or, dans la bible interlinéaire hébraïque de Chémouel Gézhi, la traduction mot à mot au sujet d’Ephraïm dit ceci :  » Sa descendance sera rempli de peuple » – Melo Hagoyim – et non pas « plénitude des peuples » comme le traduit la bible interlinéaire chrétienne. Le dictionnaire d’hébreu biblique confirme que « Melo » signifie « rempli » dans la plupart des versets de la parole où il est mentionné.

    Il se dit qu’Éphraïm perd ses racines. Or la plupart de ces communautés dispersées sont conscientes d’appartenir au peuple juif et disent elles-mêmes appartenir aux tribus dispersées. Parfois même, c’est la population environnante qui leur donne cette réputation. Un grand nombre de ces communautés témoignent qu’elles ont été contraintes de se convertir à l’islam sous peine de mort mais conservent dans l’intimité les traditions juives.

    Circoncision des enfants à huit jours – ce qui prouve qu’ils n’ont pas rompu l’Alliance – respectent le shabbat – un signe entre Moi et les fils d’Israël à toujours – ¬ allument une bougie… Les hommes portent talits, barbes et papillotes, les femmes confectionnent les douze pains et respectent certaines contraintes alimentaires. Certains ont conservé leur arbre généalogique prouvant leur lignée, respectent la loi du Lévirat, le bain rituel pour les femmes. D’autres badigeonnent de sang le linteau de leur porte, donnent des prénoms bibliques… Lors de fouilles archéologiques, on retrouve des éléments portant des caractères hébraïques. Des tombes vieilles de mille ans portent des inscriptions en perse et en hébreux comme «Yossef ben Menaché est décédé »… etc. Parfois sans que les communautés sachent d’où leur viennent ces traditions, ou cachant les signes de leur appartenance par crainte des populations dans lesquelles elles se trouvent (des tribus furent exterminées pour avoir affirmé leur lien avec le judaïsme).

    Comme Jérémie l’avait prophétisé : « Dresse tes signaux, place tes poteaux indicateurs, prend garde à la route…reviens, vierge d’Israël » (Jérémie 31), l’un des chercheurs, le rav Avihaïl, a entendu un jour : « Nous attendions le temps où viendraient des envoyés d’Israël pour nous dire que le moment de revenir dans notre pays est arrivé »… etc, etc, etc…

    (Source : Les Tribus d’Israël, perdues ou lointaines – Rabbi Eliyahou Avihaïl – édition Amishav, Jérusalem)

    La métaphore de l’olivier n’est pas évoquée par hasard. Les deux bois d’Ezéchiel reconstituent le tronc de l’olivier franc séparés par le schisme. Nous ne sommes que des branches greffées d’olivier sauvage et nous nous nourrissons de la sève de cet olivier franc, c’est-à-dire de l’essence du judaïsme. Mais Jean Marc Thobois rapporte une anecdote particulièrement utile pour comprendre. Les arboriculteurs là-bas disent qu’il est impossible de greffer un olivier sauvage sur un olivier franc, la greffe ne tient pas. Jésus devait le savoir. C’est pratiquement contre nature, par grâce, que nous sommes, par la foi et non par conversion au judaïsme, au bénéfice de l’alliance. D’ailleurs Paul invite les branches greffées à ne jamais oublier qu’elles sont greffées.

    Dans son enseignement, Daniel Steen parle également des Juifs impliqués au plus haut niveau du marxisme ou du prochain gouvernement mondial. Par souci d’objectivité il aurait fallu aborder le problème des faux Juifs.

    Comme le rappelait Michelle d’Astier, le recensement d’Esdras 2:13 mentionne : ‘Les fils d’Adonikam : 666’.
    «Il n’y a pas de hasard dans la Bible: Adonikam veut dire ‘Seigneur des ennemis’. À la sortie de la déportation, comme lors de la sortie d’Egypte où Pharaon en avait profité pour vider ses geôles, il s’est certainement glissé des non juifs parmi les juifs. L’Apocalypse parle de ceux qui se disent juifs mais qui ne le sont pas, et Jésus a même dit à des Juifs ‘qui avaient cru’, vous avez pour père le diable et vous faites les œuvres de votre père» (Jean 8). L’amour de dieu pour Israël ne dépend absolument pas des « bonnes œuvres » ou des qualités d’Israël, mais de l’alliance de Dieu avec leur Père (Romains 11), de même que l’alliance de Dieu avec nous ne vient certes pas de notre justice, mais de la rançon qu’est Christ ! Mais il faut toujours être vigilant sur tout ce qui peut alimenter l’antisémitisme chez des personnes mal arrimées et qui ne comprennent pas pourquoi Israël est toujours la prunelle des yeux de Dieu ».

    Je termine avec un frère aîné messianique, ce qu’il dit me parait assez juste :

    « Dans Esaïe 56, il est dit que ceux des nations qui s’attacheront à l’Éternel n’ont pas à avoir peur, ils seront honorés comme il se doit. S’il vous plait, on a tellement volé l’héritage de mon peuple, et maintenant que Dieu nous rend notre identité en tant que tribu, participez aux bénédictions spirituelles en tant que Nations, ne nous prenez pas notre restauration en vous emparant d’une tribu. Faites confiance à la part que Dieu vous réserve, mais ne nous volez pas celle qui nous est réservée.

    Les Nations peuvent se greffer à l’alliance et être ainsi rachetées. Mais Israël demeure Israël, et la bénédiction d’Ephraïm s’applique aux descendants selon la chair d’Ephraïm, qui ont été dispersés au sein de nombreux peuples.

    Prendre une place que Dieu ne nous a pas attribuée est interdit (nombre 16:8-11; 1Roi 12:31 ; Marc 7:27). Dieu a un projet propre pour la descendance physique d’Israël, indépendamment de la question du salut. Tromper sur l’identité d’Israël, de la part du diable, et se tromper, non consciemment, pour ceux qui étudient de bonne foi, c’est tenter d’interrompre le processus divin, c’est prendre le risque d’avoir combattu contre Dieu ».

    • Michelle d'Astier de la Vigerie   •     Author

      Bien sûr que ceux qui se convertissent à Christ et qui reçoivent simultanément l’amour d’Israël ne sont pas automatiquement des descendants des tribus perdus. Le simple fait d’avoir l’Esprit de Dieu en soi nous conduit à l’amour d’Israël car « le salut vient des Juifs », Jésus est Juif et Israël a payé le prix depuis des millénaires pour apporter la lumière de la Thora et au final de toutes les Ecritures dans les nations !

      Et je suis fort agacée quand des non juifs disent: nous sommes Israël: eux n’ont pas payé ce prix terrible, ni leur famille non plus, et ce depuis des siècles; C’est vraiment un vol d’identité !

      Paul le rappelle clairement:

      « Rom 9 : … mes frères, mes parents selon la chair, 4 qui sont Israélites, à qui appartiennent l’adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, et les promesses, 5 et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen ! »

      Voilà, ce sont ceux qui sont PAR LE SANG, PAR LA CHAIR, issus d’Israël à qui appartiennent: « l’adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, et les promesses, 5 et les patriarches, »

      Hélas, beaucoup dans l’Eglise pensent pouvoir s’approprier cet héritage sans en avoir payé le prix. C’est du vol ! De la spoliation d’héritage, et c’est vraiment choquant. J’ai même pu discerner que chez certains de ceux qui se disent Israël sans être juifs, il y a souvent une forme d’antisémistisme très sournois: on se glorifie au dépens des branches naturelles. (Rom 11)

      Comme tu le dis, c’est vraiment une grâce que nous soyons entés sur cet olivier.

      Cela dit, nous sommes sans doute plus particulièrement entés sur une tribu, ce qui nous procure certains particularismes.

      Il n’est pas vraiment dit que ce sont les goys chrétiens qui vont juger les douze tribus d’Israël. Dans la Bible, en Apocalypse, une tribu n’est pas citée: celle de Dan. Certains en ont conclu que c’est d’elle que sortirait l’antéchrist. Rien dans la Bible ne le suggère. Par contre la Bible dit:

      Genèse 49:16
      Dan jugera son peuple, Comme l’une des tribus d’Israël.

      Et s’il est dit ensuite:

      17 Dan sera un serpent sur le chemin, Une vipère sur le sentier, Mordant les talons du cheval, Pour que le cavalier tombe à la renverse.
      18 J’espère en ton secours, ô Eternel !

      On conclue bien vite que Dan est dangereux pour ses frères. Pas du tout ! C’est parce que l’on lit la Bible superficiellement. Dan n’a jamais pu rentrer dans son héritage qui était ……. LA BANDE DE GAZA !!!!! D’abord les Amoréens l’en ont empêché, ensuite ce sont les Philistins qui se sont emparés de cet héritage de Dan, et aujourd’hui ce sont ceux qui s’appellent pompeusement les Palestiniens, de fait un mélange hétéroclite des descendants des vieilles peuplades du pays que les Hébreux n’avaient pas exterminées selon l’ordre de Dieu, plus les descendants maudits de Lot, plus les descendants d’Abrahamm par Ketura (Madian, etc), le tout mélangé avec des Egyptiens qui ont fui leur pays, ou avec des Jordaniens expulsés d’Edom.

      Donc Dan est CONTRAINT au combat, en grande partie par la ruse (rappelons que le Seigneur nous a aussi ordonnés d’être « prudents comme les serpents »). Que va-t-il se passer dans les temps à venir ? La tribu de Dan va-t-elle se mettre en route pour reprendre son héritage volé par les nations dans un « processus de paix » illusoire et mensonger imposé par l’ONU, et strictement inutile ?

      En tout cas sa non présence en Apoc 7 dans les 12 fois 12.000 de douze tribus n’est pas forcément un jugement divin, mais justement le fait qu’il vont tant obéir à Dieu qu’ils seront en position de juger les douze tribus (dont Manassé)

      Notons qu’Ephraïm n’y est pas non plus cité en Apoc 7. Est ce parce que Ephraïm (qui signifie « doublement fécond ») préfigure l’Eglise de Christ, celle qui va persévérer jusqu’à la fin en gardant la Parole de vérité et qui sera enlevée ?

      Je n’ai pas les réponses, mais ce sont des pistes d’étude et de réflexions.

Laisser un commentaire