L’EUROPE FACE À GOG, par Victor Escoignard

L’Europe



Face à

GOG

HALAPID

P.O.B. 893 Jérusalem 91008 Israël

victesc@gmail.com

L’EUROPE FACE A GOG

PROLOGUE

Autorités et Nations

Au dessus de chaque nation trônent de manière hiérarchique, des dignités, des dominations et des autorités créées par Dieu (1 Colossiens 1 :16). Depuis que Satan et ses anges ont été précipités sur la terre, celui-ci a établi une hiérarchie dominatrice sur les nations, cela confère à chacune d’elles des caractéristiques particulières qui infèrent dans les domaines culturels et sociologiques : régimes politiques (rideau de fer, de bambou etc…), hégémonie religieuse (Islam, Indouisme, Catholicisme, Animisme, Bouddhisme), dans les civilisations dites avancées on constate l’émergence de néo-paganisme syncrétiste et panthéiste (le Nouvel Age, la Scientologie etc..), la domination des puissances financières (Mammon) et des démons d’impureté (déliquescence des valeurs morales, licence des mœurs, pornographie homosexualité), la progression des meurtres (violence, avortement, euthanasie).

Le maître souverain qui gère toutes ces activités nihilistes et destructrices n’est autre que le prince des ténèbres ; sous son autorité s’accroît aujourd’hui le mystère de l’iniquité parmi les fils de la rébellion (2Thessaloniciens 2 :7, Ephésiens 2 :2). Ce même prince de l’air -baal zévouv- (Belzébuth) « le prince des mouches » qui à l’image des démons se nourrissent de souillures et propagent l’infection, ce prince des démons se tint devant le Seigneur Jésus pour lui dire : « Je te donnerai toutes ces puissances et la gloire de ces royaumes car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux. Si donc tu te prosterne devant moi, elle sera tout à toi », ce à quoi le Seigneur Jésus, qui dira : « Mon Royaume n’est pas de ce monde » répondit : « Il est écrit : tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu le serviras Lui seul. » Luc 3 :5-8.

On est en droit de s’interroger sur l’origine du pouvoir des potentats, ont-ils fait des compromis au travers d’initiations et de pactes les liant à des pouvoirs occultes qui leur confèrent autorité et succès.

Les nations ont donc des attributs, un caractère et des rôles spécifiques. Ont est souvent frappé par le changement d’atmosphère qui se dégage au passage d’une frontière donnant un avant goût de la nation dans laquelle on entre. L’autorité de la nation dans le concert des peuples est caractérisée par des cornes (Apocalypse 17, Daniel 7). A l’image d’un troupeau dans lequel les animaux pourvus en cornes vigoureuses, dominent leurs congénères, certaines nations qu’on appelle « grandes ou superpuissances » dominent et exploitent les autres.

Dieu jugera les nations (Psaume 9 :9-8), Il les paîtra avec une verge de fer (Apocalypse 19 :15), autrement dit Il leur brisera les reins. Car le rôle de ces nations s’inscrit dans le déroulement eschatologique des prophéties bibliques selon le processus analogique, sur un plan linéaire et cyclique (ainsi voit-on réapparaître Gog et un empire à diverses reprises et en diverses occasions dans le récit biblique, il en est de même pour ‘Amalec). Il en est un peu dans ce domaine comme à la manière des failles sismiques à propos desquelles il convient de dire : -là où la terre a tremblé, elle tremblera encore-, c’est une constante géologique, il en est de même dans l’histoire des nations par rapport au plan eschatologique établi par Dieu jusqu’à l’accomplissement final.

Les origines mythiques de l’Europe

Selon Moschos d’Alexandrie (III siècle av. J. C.), Europe, une fille du roi de Sidon cueillait des fleurs dans les champs quand soudain le dieu Zeus, le père des dieux de l’Olympe l’observa. Il avait à son côté sa fille la déesse Aphrodite qui, avec l’aide de son fils Cupidon (Eros) dont elle déroba une flèche, perça le cœur de Zeus. Celui-ci s’éprit aussitôt d’Europe et , pour s’approcher d’elle, se transforma en magnifique taureau roux dont le front était orné d’un disque d’argent surmonté d’une corne en croissant de lune. Il meugla harmonieusement et se coucha aux pieds de la jeune fille qui le caressa et s’assit sur son dos. Le taureau fit un bond et s’avança sur la mer. Europe le chevauchait saisissant d’une main la corne, et de l’autre retenait sa robe pourpre afin qu’elle ne fut pas mouillée par les flots. Elle comprit que l’animal était un dieu. Zeus lui révéla son identité et l’emmena en Crète où il l’épousa, elle eut deux fils, Minos et Rhadamanthe qui furent les juges des morts dans les Champs Elysées de l’Hadès (les Enfers). C’est ainsi que la mythologie grecque nous présente les origines éponymes de l’Europe.

« Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphèmes, ayant sept têtes et dix cornes. Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or remplie des abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un mystère : Babylone-la-Grande… La bête que tu as vue était et n’est plus. Elle doit monter de l’abîme et aller à la perdition. Les habitants de la terre, ceux dont le nom n’a pas été inscrit dans le Livre de Vie, s’étonneront en voyant la bête parce qu’elle était et qu’elle ne fut plus, puis qu’elle reparaîtra… Les dix cornes sont dix rois… Ils combattront contre l’Agneau et l’Agneau les vaincra. » Apocalypse chap. 17

Ce texte de l’Apocalypse présente une similitude troublante avec le récit mythologique.

Le Palais de l’Europe à Strasbourg est un édifice de forme circulaire aux structures intentionnellement inachevées afin de rappeler l’objectif de la Tour de Babel. Europe chevauchant le taureau figure en bonne place sous forme de statue devant le Parlement Européen à Bruxelles, en peinture murale dans l’aéroport de la même cité, sur la monnaie d’un euro frappée en Allemagne, sur des billets de banque et des timbres.

Ainsi Babylone et le mythe européen se rencontrent au Palais de l’Europe.

Dans la mythologie le roi de Sidon est père d’Europe. Or Tyr et Sidon sont le fief des Phéniciens qui colonisèrent les îles et les côtes de la Méditerranée avant les Grecs et établirent les premières routes commerciales en Occident. La pourpre royale que les Grecs appelaient phoinix (originaire de Phénicie) fut à l’honneur chez tous les puissants dans les empires antiques, qu’ils soient babylonien, grec ou romain, fit de tout temps l’apanage de Tyr et Sidon où elle était produite.

Babylone-la-Grande est un système socioculturel et économique qui s’inscrit dans le cadre d’un espace géopolitique à portée mondialiste. Il est le support même de l’Europe. Autrement dit, c’est une nouvelle forme d’empire. Apocalypse 17 précise la nature de cet empire, il est compromis dans toutes sortes de tractations et d’implications à l’échelle planétaire. Il est la résurgence d’un empire antérieur disparu. Il renait sous forme de communauté d’Etats et de Royaumes associés dans un patrimoine culturel et historique communs. Il est appelé à dominer le monde. Mais ceux dont le nom est inscrit dans le Livre de Vie ne verront pas l’apogée de sa puissance, ceci s’explique par l’enlèvement des vrais croyants attachés au Seigneur Jésus-Christ (voir l’Enlèvement de l’Eglise : 1Thessaloniciens 4 :17).

La flamme olympique est allumée par réflecteur solaire (sans intervention humaine) sur le site même d’Olympie. Les jeux étaient un culte aux dieux de l’Olympe, les vainqueurs étaient semi-divinisés. La question se pose : un Chrétiens ou un Juif doit-il en son âme et conscience, concourir aux jeux olympiques une compétition de nature idolâtre?

La naissance des empires et les héritiers de Japhet

« Qu’il donne du large, qu’il habite sous les tentes de Sem » Genèse 5 : 32, 99 :37.

Japhet se traduit par clair, beau, fin ; sa postérité sera étendue sur la surface du globe terrestre. De plus, la descendance de Japhet bénéficiera comme nulle autre de la Révélation Biblique qui est la demeure de Sem (Shem en hébreu) signifie le NOM, sous-entendu le Nom Divin. Il est vrai que l’Occident a puisé toute sa richesse culturelle et éthique dans les valeurs bibliques, le Droit s’en est fortement inspiré.

La Bible précise que les descendants de Japhet furent Yavan, Gomer, , Magog, Toubal, Méshec. (Genèse 10:2-6).

Ces personnages donneront naissance aux nations issues des grandes migrations indo-aryennes qui seront poussées vers l’Occident par les peuples turcophones d’Asie Centrale.

Pays dit de Magog

MAGOG :

Magog vivait à l’Est des fils de Gomer (Les Cimmériens du Caucase établis au nord de la Mésopotamie (le Kazakhstan). Flavius Josèphe l’historien juif contemporain du Seigneur Jésus, identifie Magog aux Scythes (Antiquités Judéennes 1,6. Voir Genèse 10 :2, Ezéch. 38 :2, 39 :6, Apo. 20 :8.

MESHEC :

Méshec et Toubal se trouvent chez l’historien de l’antiquité grecque Hérodote sous les appelations « Moshiens et Tibaréniens » de la dixième satrapie de Darius 1er, et correspond au Caucase et à une partie de l’Asie Mineure (Azerbaïdjan et Phrygie). Voir Esaïe 66 :19, Ezéch. 27 :13, 32 :26, 38 :2, 39 :1.

TUBAL :

« Tabal » dans les inscriptions assyriennes, habitait le Caucase et la Turquie (Turkménistan).

GOMER :

« Guimiri » dans les textes assyriens, et désigne les Cimmériens (Kimmeroï) des Grecs. Il s’agit d’une peuplade du nord-est de la Mer Noire proche du Caucase (Khazakstan actuel).

MADAI :

Il s’agit des Mèdes dont les descendants les plus probables sont les Kurdes.

YAVAN :

« Yavan » sert à désigner les Grecs dans la Bible.

LES EMPIRES

« O roi tu regardais, et tu voyais une grande statue… La tête de la statue était en or pur, sa poitrine et ses bras étaient d’argent ; son ventre et ses cuisses étaient d’airain ; ses jambes, de fer ; ses pieds, en partie de fer et en partie d’argile. Daniel chap.2.

L’EMPIRE ASSYRO-BABYLONIEN

La tête de la statue était en or pur

L’empire Babylonien

L’Empire fondé autour de Babylone Bab ili qui signifie « Porte de Dieu », s’épanouit en Mésopotamie du Sud à partir du début du 2ème millénaire (2004-539 avant J.C.).

L’Empire atteint son apogée avec Hammourabi vers 1765.

A Babylone le monarque est maître absolu, il assure le contact entre les dieux et les hommes, il est leur représentant sur terre, il est choisi et élu par eux. Afin de demeurer constamment en relation avec les divinités, il est entouré de devins et d’astrologues pour interpréter leurs messages. Le panthéon babylonien est dominé par trois divinités astrales : Sîn (le croissant de lune), Shamash (le disque solaire) et Ishtar (l’étoile du matin).

Sîn est le père des dieux, il est symbolisé par le taureau. Il est aussi appelé Mardouk accompagné de son dragon. Son temple et adjoint à la tour de Babel « La Porte du Ciel » connue sous le nom de Ziggourat Etemenanki, Mardouk correspond au dieu Zeus pour les Grecs et a Jupiter pour les Romains. Shamash (le soleil) correspond au dieu grec Hélios et Ra pour les Egyptiens. Ishtar (l’étoile) « Astarté », fille du dieu lunaire correspond à Aphrodite dans la mythologie grecque et à Vénus dans celle des Romains.

L’image d’Europe chevauchant le taureau nous renvoie aux origines de la mythologie païenne qui puise ses racines à Babylone. C’est sous la dynastie kassite (1595-1200 avant J.C.) marquant l’apogée du rayonnement culturel mésopotamien dans l’histoire du Proche-Orient, que ces divinités s’imposèrent par le truchement des Phéniciens jusque dans les fondements de la culture européenne.

A partir de 728 avant J.C., les Assyriens contrôlent Babylone.

Dans la période néo-babylonienne qui fait suite, Babylone est à son apogée. Mais en 539 Balthasar le dernier roi babylonien est tué lors de la conquête de la cité par Cyrus-le-Perse.

DARIUS ET L’EMPIRE DES MEDO-PERSES

559-330 av. J.C.

Sa poitrine et ses bras étaient d’argent

L’Empire Perse

Avec Darius la loi morale devient politique : les adversaires sont des menteurs. Darius lui-même représente la vérité. L’Empire Perse est le premier grand empire indo-européen. Il se forma depuis la base du plateau d’Iran « pays des Aryens » installés là depuis environ 1500 ans avant J. C.

Le monarque perse se fait appeler Roi des Rois « Shah bar Shah ». Son pouvoir est absolu, il ne peut pas révoquer les édits de ses prédécesseurs, pas même les siens, il est infaillible.

Remarquable dans sa rigueur et par sa structure, il sera représenté par la tête en or de la statue décrite dans le chapitre 2 du livre de Daniel.

L’EMPIRE HELLENISTIQUE ET ALEXANDRE LE GRAND

500-146 av. J.C.

Son ventre et ses cuisses étaient d’airain

L’Empire grec et celui d’Alexandre-le-Grand

Les Grecs succédèrent aux Phéniciens, ils ont étendu leur influence sur tout le bassin méditerranéen jusqu’en Mer Noire. En quelques années Alexandre-le-Grand construira un empire hellénistique qui couvrira l’Empire Perse et s’étendra jusqu’à l’Himalaya et l’Indus, il atteindra son apogée en 325 av. J. C. Pourvu d’une grande stratégie et de vélocité, cet empire cependant sera moins homogène que le précédent, il sera partagé en quatre parties.

L’EMPIRE ROMAIN

Son ventre et ses cuisses étaient d’airain

EMPIRE ROMAIN D’OCCIDENT – EMPIRE ROMAIN D’ORIENT

L’AIGLE ROMAIN BICEPHALE

Ses jambes de fer

A la bataille de Corinthe en 146 av. J. C., les Romains mettent fin à l’hégémonie grecque, ils prennent le contrôle de l’empire hellénistique. Désormais l’Empire Romain possède deux centres importants d’où se repartit son autorité : Rome et Byzance.

En 286 l’Empereur Dioclétien divise l’Empire entre Orient et Occident. Il établit des tétrarchies avec réciproquement deux Augustes et deux Césars dans chaque partie.

Après une brève réunification sous Constantin, il est à nouveau divisé entre les deux frères Valentinien 1er pour l’Occident et Valens pour l’Orient en 364 ap. J. C.

En 382 l’Empereur Gratien refuse le titre de Pontifex Maximus (Souverain Pontife de la religion romaine) que Jules César avait porté, et que les Empereurs bien que baptisés depuis Constantin 1er continuaient de porter. Cependant le Pape Théodore 1er reprendra ce titre de Pontifex Maximus à son profit en 642.

L’Empire Romain d’Occident dit Latin s’effondre sous les invasions venant d’Europe du Nord et de l’Est, il n’existe pratiquement plus en 476.

L’Empire Romain d’Orient dit Byzantin, plus puissant, s’étend et sous le règne de Justinien, contrôle l’Italie, le Sud de l’Espagne, l’Egypte le Levant, l’Asie Mineure et les Côtes de l’Afrique du Nord. Le rayonnement de Byzance devenu Constantinople avec l’Empereur Constantin 1er s’éteindra avec la conquête turque en 1453.

DEUX EMPIRES EUROPÉENS

&

UN SCHISME RELIGIEUX

Ses pieds en partie de fer et en partie d’argile

L’Empire Romain d’Orient et d’Occident

Les pieds sont l’aboutissement des jambes. Si les jambes de fer sont les deux empires romains, les pieds sont des empires qui s’inscrivent dans le prolongement de ces deux empires initiaux. Jusque là les empires étaient constitués de métaux homogènes : Or, argent, airain, fer… Mais là précisément il s’agit de fer et d’argile : du métal et de la matière organique, il y a incompatibilité dans ce mélange. Les deux empires qui puisent leur origine dans les empires romains d’Occident et d’Orient sont constitués de deux natures différentes bien distinctes qui cependant se côtoient en association. Il s’agit de deux pouvoirs distincts mais associés. Un pouvoir politique et un pouvoir religieux : l’Eglise officielle (l’argile) et le Pouvoir Etatique (le fer) qui bien que de nature et de fonction différentes, gouvernent de concert. La statue possède deux pieds qui sont les deux Empires avec leur composante religieuse spécifique respective : L’Europe Occidentale et l’Europe Orientale, l’Eglise Latine et l’Eglise Orthodoxe.

PAPE CONTRE PATRIARCHE

Le terme -pape- n’a désigné exclusivement l’évêque de Rome qu’à partir de Grégoire VII au IXème siècle. C’est au XIème siècle que s’accroît les tensions entre le pape Léon IX et le Patriarche Keroularios jusqu’à l’excommunication et l’anathème prononcés de part et d’autre le 16 Juillet 1054. Le sac de Constantinople par les Croisés en 1204 marquera la rupture finale entre Constantinople et Rome.

LE SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE

LE KAISER

Ne pouvant contenir les tribus germaniques, et afin de préserver ce qui reste de l’Empire d’Occident, Les Romains confient la direction de cet Empire à la tribu germanique dominante : les Francs. Après une conversion massive superficielle au Catholicisme , les Francs deviendront les protecteurs de l’Empire.

Les Germains Francs élargissent leur royaume bien au-delà du Rhin, Charlemagne constitue un empire et en l’an 800 il sera couronné César « Kaiser » Empereur Romain d’Occident par le Pape Léon III. La capitale impériale devient Aix-la-Chapelle (Aachen), la capitale religieuse demeure Rome. Après les Empereurs Franconiens 1024-1125, le Saint Empire, toujours germanique se prolonge au travers de dynasties successives : les Hohenstaufen, Hohenzollern et Habsbourg. Bonaparte supprimera en 1806 le Saint Empire, il s’éteindra cette même année avec la mort de François 1er d’Autriche, mais le titre de Kaiser subsistera jusqu’à la Première Guerre Mondiale avec Guillaume II von Hohenzollern. Le dernier détenteur du titre de Kaiser (César) est Otto von Habsbourg.

LE SAINT EMPIRE D’ORIENT

LE TSAR

En 1472 Ivan III-le-Grand de Russie épouse Sophie Paléontologue, la nièce du dernier Empereur Byzantin Constantin XI tué par les Turcs lors de la prise de Constantinople en 1453. Ivan devient « Tsar » (César) en succession du Basiléos de Constantinople. Nicolas II Romanov sera le dernier Tsar. Par son assassinat en 1917, disparaît l’Empire de la Sainte Russie, héritière de l’Empire Byzantin. Moscou devient la capitale impériale, la capitale religieuse demeure Constantinople, le siège du Patriarcat grec orthodoxe. Le dernier détenteur du titre de Tsar de la Sainte Russie est Nicolas Romanovitch de Russie.

Les Slaves comme à l’image des Francs pour l’Occident, seront les défenseurs de l’Empire d’Orient et de l’Eglise Orthodoxe.

La bête que tu as vue était et n’est plus, elle doit monter de l’abîme et aller à la perdition.

LA RENAISSANCE DE L’EMPIRE EUROPE

Statue d’Europe chevauchant le taureau devant le Parlement Européen

Pièce d’un Euro frappée du même symbole

Il est intéressant de constater que les deux Césars ‘Kaiser’ et ‘Tzar’ disparurent dans la même période, avec la Première Guerre Mondiale, mais qui correspond aussi avec la déclaration Balfour et la création d’un Foyer National Juif en Palestine (1917).

L’Europe doit se reconstruire et se réunifier sur les bases de ses mythes fondateurs, la culture gréco-latine et le Christianisme institutionnel. La perte d’influence dans les anciennes colonies en Afrique, en Asie ainsi qu’en Amérique Latine, fait que les nations d’Europe Occidentale devront réorienter leurs activités économiques et industrielles vers les grandes nations d’Europe Orientales (Russie, Ukraine) faibles en technologie mais riches en matières premières. La montée en puissance des nations Mahométanes et des puissances émergeantes (Brésil, Chine, Inde) ne peuvent qu’accélérer la réunification de la Grande Europe de Gibraltar à l’Oural.

De ce dernier empire européen ressuscité porté par la bête, surgira l’Antéchrist (Apocalypse 17), cet ensemble sera détruit par la petite pierre blanche qui est la venue du Messie en Gloire.

Tu regardais quand une pierre se détacha sans le secours d’aucune main, frappa les pieds de fer et d’argile de la statue, et les mit en pièces. Daniel chap.2.

GOG DU PAYS DE MAGOG

MAGOG

« Mat Gou-Gou » est mentionné dans les écrits assyriens et se traduit par Magog (Orientalia Lovaniensia Periodia ­– Gyges et Lygdamis, E. Lipinski 1993). Dans son ouvrage intitulé Antiquités Judéennes, Flavius Josèphe identifie Magog avec les vastes régions habitées par les Scythes (Livre1 chap.6).

Les Anciens Grecs les appelaient « Saracénoï » -Sarazins-, « ceux qui habitent sous des tentes », des yourtes, (ces tentes de feutres qui sont les habitations caractéristiques des nomades des steppes d’Asie Centrale).

Magog est un nom générique désignant les peuples du nord de la Mer Noire depuis le Caucase jusqu’au Kirgizstan.

GOG

Dans le Talmud et les Midrashim Gog est localisé en Gytia, autrement appelé Sattagydia.

Dans l’ouvrage intitulé La Romance d’Alexandre-le-Grand, il est écrit que dans le Caucase appelé -la poitrine du monde-, Alexandre-le-Grand construisit le mur visant à empêcher Gog d’étendre plus au sud ses ravages. Dans la région appelée les portes de la Caspienne près de Derbent au Dagestan et dans la Gorge Darial en Georgie, ce mur fait 40 kilomètres de long, il fut réédifié par Khosan le Sassanide Perse, afin de protéger l’empire des attaques des Goktürks Gök Türks (Türks Célestes). Ils formèrent un Khanat entre 552-747. Le nom –Gog– provient de –Gök-.

Le mur de Gorgan fait 195 kilomètres de long, de la Caspienne et se perd dans les montagnes Pishkamar du Nord-Est de l’Iran, ce mur est appelé « Sadd-i-Iskander » -La barrière d’Alexandre-.

Une tradition georgienne identifie les Khazars avec Gog et Magog.

Les Scythes présentent l’image d’une horde nomadisante toujours prête à lancer ses cavaliers sur quelque riche terre à piller ou détruire. Ils furent les précurseurs d’autres nomades turco-ougriens qui déferlèrent de Sibérie Orientale à savoir les Khazars, puis les Huns mentionnés pour la première fois en Occident sous la plume de Ptolémée en 160-170 ap. J. C. Ces peuplades étaient très mobiles grâce à l’ancêtre du cheval des steppes mongoles appelé Akhal Teke par les Türkmènes.

TOURAN

Touran est un mot persan pour désigner les nomades du Nord, il désigne essentiellement les peuples turciques depuis les Ouïgours du Xinjiang jusqu’aux Türcs des Balkans mais plus précisément le Turkménistan, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. L’adjectif türya est lié à plusieurs ennemis du Zoroastrisme. Dans les Hymnes de l’Avesta, Türra signifie « fort, rapide ». Le mot « Turc » en serait dérivé.

Déjà en 1196 un chef de tribu nommé Temdjin (le forgeron) unifie tous les peuples des steppes. La loi de Yaza transforme la masse de guerriers en une seule nation. C’est l’apogée de l’Empire Mongol au 13ème\14ème siècles. Vers 1360 Tamerlan veux refaire l’unité de l’Empire Mongol autour du Coran.

LES HUNS

Venus du Türkestan Chinois et de Djoungarie vers 36-35 av. J. C., les Huns (Houn) déferlèrent sur l’Europe. A leur suite, succédèrent plusieurs vagues d’envahisseurs venant d’Asie Centrale : Bulgares, Avars, Khazars, Koumans, Petchénégues, Magyars. Ces cavaliers des steppes ont à leur tête un prince le « Khagan » qui dirige la horde. La profession de forgeron (le fabriquant d’armes), est souvent le point de départ de la dignité de Khagan. Cela n’est pas sans nous rappeler le personnage de Toubal-Caïn, le père de tous ceux qui travaillent le métal (Genèse 4 :22).Version:1.0 StartHTML:0000000196 EndHTML:0000005266 StartFragment:0000002974 EndFragment:0000005230 SourceURL:file://localhost/Users/michelle/Library/Mail/L’Europe%20face%20%C3%A0%20Gog.doc @font-face { font-family: « Times New Roman »; }@font-face { font-family: « Arial »; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: « Times New Roman »; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; font-family: « Times New Roman »; }div.Section1 { page: Section1; }

LES SELDJOUKS

Les Seldjouks sont une branche Oghouz des Turcs venus vers la fin du Xème siècle des rives gauches du Sy-Darya, ils migrèrent vers l’Ouest dans la direction de la Transoxiane, dans la région du Boukhara ; ils établissent leur pouvoir sur l’Iran, l’Irak, l’Asie Mineure (Turquie actuelle). Tout comme l’ont fait les Romains avec les Francs et les Slaves, le Calife de Baghdad voyant son empire menacé par ces guerriers envahisseurs Turcs venus des steppes, confie l’étendard de l’Islam à la tribu turque des Seljouks. Ils fondèrent le premier état turc et musulman au Khorassan en 1035. Toughrül-Beg se heurte à la Georgie, l’Arménie et aux Byzantins aux alentours de 1050. Toughrül-Beg entre à Bagdad la même année et devient protecteur du calife abbasside Al-Qa’in. En 1058 il fut proclamé « roi de l’Ouest et de l’Est » Emir et Sultan. Sous les coups de son neveu Alp-Arslan, l’Empire Byzantin s’effondra. Malik Shah sera le premier Sultan seldjoukide à ne pas porter un nom turc. Aidés par le vizir Nizan al-Moulk, les Turcs prendront le contrôle du monde musulman. Ils créeront l’organisation militaire, administrative, politique et sociale du monde musulman. L’Empire Ottoman construit sur l’Etat Seldjoukide en Asie Mineure portera le coup fatal à Constantinople, vestige de Byzance, l’ancienne capitale de l’Empire Romain d’Orient, le 29 Mai 1453. Ils menaceront ensuite tout le flanc sud-est de l’Europe, et porteront le défi de l’Islam et les bannières du croissant jusqu’aux portes de Vienne, au cœur de l’Europe en 1683. Après le démantèlement de l’Empire Ottoman, le mouvement Jeunes-Turcs fondé dans la première décennie du siècle, cherche à recréer un empire turc ayant pour point d’ancrage une Turquie forte et bien structurée, vecteur du Panturquisme.

LE PANTURQUISME

Ismail Enver Pacha 1881-1922, était connu pour sa cruauté, il renversa le régime ottoman, il fut un adepte du Pantouranisme (mouvement de rassemblement des peuples turciques) qui devint le promoteur du Panturquisme, il tenta d’unifier les peuples turciques d’Asie Centrale en combattant les Bolcheviks auxquels il s’était au préalable rallié. Il appartenait à la tribu Gagaouze (en turc Gök-Ogouz) qui donna son nom à Gog. Il tenta sans succès d’empêcher l’Armée Britannique Du Général Allenby d’occuper la Palestine en 1917.

Les Loups Gris (en turc :Bozkürtlar) mouvement nationaliste néo-fasciste anti-communiste et anti-Kurde fondé par Nihal Atziz et Ziya Gökalp, ce mouvement fut repris par Alparslan Türkes, il est connu en Turquie comme – le mouvement des idéalistes- « ülkücüler ».

Ozan Arif devant un public néo-Nazi turc « Les Loups Gris » chante sa haine des Arméniens et des Kurdes : « Prenez vos fusils et tuez les chiens… »

Le chef turc traditionaliste musulman Necmittin Erbakam rêve de se trouver à la tête d’un ordre mondial musulman. Le « saint combattant » comme il est appelé, s’apparente au Djihad, il a pour projet de créer une Organisation des Nations Islamiques, une OTAN islamique et une version islamique de l’Union Européenne. « Nous créerons aussi une monnaie islamique » dit-il. Il est fils d’un juge islamique (kadi) itinérant. Erbakam rêve de rétablir l’ancien rôle de la Turquie et ressusciter l’héritage musulman.

Manifestation panturkiste à Istambul en Mars 2009

L’intention de la Turquie d’entrer dans la Communauté Européenne n’est pas sincère, elle est pleine d’arrières pensées stratégiques. Elle est à elle seule un cheval de Troie visant à livrer irrémédiablement l’Europe à l’Islam, ainsi l’ancien rêve ottoman serait réalisé en douceur. Mais le rêve ne s’arrête pas là.

La confédération de Gog

La zone de fracture entre l’Europe et l’Asie musulmane se dessine dans le Caucase avec la Tchétchénie et l’Abkhazie et elle semble irréversible du fait que la culture musulmane s’intensifie et sert de support culturel au nationalisme de ces peuples.

L’idéologie nationaliste turque née au XIXème siècle, est basée sur le Millet ottoman (communauté confessionnelle). Dès la chute de l’Union Soviétique, la Turquie met sur pied un vaste programme visant à unifier culturellement et linguistiquement les pays turcophones, préconisant l’unification et la latinisation des alphabets turcs. Une structure économique appelée Eximbane est créée pour le développement des investissements. Des accords latéraux touchant tous les domaines d’échanges sont établis entre la RCT (Républiques et Communautés Turcophones) et la Turquie sous l’égide de la TIKA (agence de Coopération Turcophone créée en 1992). La Turquie forme les diplomates, les entrepreneurs, les officier et les enseignants des RCT.

Pays turciques

(Chacun de ces pays a son propre drapeau)

Turquie Kazakhstan Ouzbékistan Turkhménistan Kyrghizstan Ouighouristan

Abkhasia Dagestan Cherkessia Kabaristan Ingoushie Kalmykia N. Ossétia

Tataristan Tchouvachia Khakazia Sakha Azerbaijan Touva

Kabardey Adygey S. Ossétia Tchétchénie Bachkortostan Altaï

Sakha-Yakoutistan Adjaristan Gagouzistan Sandjak Goutchaï-Zanguezou Nakhtchivan Kouikistan

Minorités turques

Turkmènes d’Irak Tatars de Crimée Turcs du Kosovo Turcs de Bulgarie Turcs de Talas Turcs d’Albanie

Tatars de Russie et de Bielorussie Turcs d’Idel-Oural Turcs d’Allemagne Turcs de Croatie Turcs de Karakorum Turcs de Chypre

Le drapeau Turc couvrant la croix Drapeau Turco-Allemand dans

du clocher de l’Eglise Saint Joseph une rue de Berlin

à Gand en Belgique, le 6 Juin 2011

LES TURCS ET ISRAËL

Peut-être verra-t-on dans un avenir proche, la destruction des nations arabes coalisées dans une guerre prochaine contre Israël. Peut-être Damas sera-t-elle détruite (Esaïe chap.17) auquel cas Israël deviendrait un pays ouvert dans un espace allant du Nil jusqu’à l’Euphrate, jusqu’au Kurdistan. C’est alors qu’une coalition des nations turciques ayant repris le drapeau du leadership de l’Islam comme au temps des Seldjouks, serait tentée de « venger » les « frères Musulmans Arabes » en attaquant Israël.

Fils de l’homme, tourne ta face vers Gog, au pays de MagogVoici j’en veux à toi, Gog… Je t’entraînerai, et je mettrai une boucle à tes mâchoires ; Je te ferai sortir, toi et toute ton armée…Alors tu partiras de ton pays, des extrémités du septentrion… Tu t’avanceras contre mon peuple d’Israël… En ce jour-là, le jour où Gog marchera contre la terre d’Israël,… La fureur me montera aux narines… En ce jour-là il y aura un grand tumulte dans le pays d’Israël… Je ferai pleuvoir le feu et le souffre sur lui et sur ses troupes. Ezéchiel 38

Il faut s’attendre à ce que la Turquie, tête de pont des nations turciques prenne de plus en plus des positions hostiles à l’égard d’Israël et devienne son ennemi déclaré.

V. N. E.

B. P. 893 Jérusalem 91008 Israel

victesc@gmail.com

  2Comments

  1. Charlotte   •  

    Eh oui !!!
    Malheureusement, Israël est "comme" aveuglée par ses ennemis car ils s’apprêtent à faire une alliance indestructible (en anglais : Unbreakable Alliance) et une alliance de peuples (en hébreu : brit amim).

    Toutes ces nations sont de plus en plus malades et noyées dans leurs actes abominables et monstrueuses.

    Seigneur Yehousha, reviens ! Maranatha !
    Charlotte.

  2. Aline   •  

    A signaler toutefois que Gog en terre de Magog sera la dernière guerre, après le millénium :

    Apocalypse 7. Quand les mille ans seront accomplis, Satân sera délié hors de sa prison.
    8. Il sortira pour égarer les nations aux quatre coins de la terre,
    le Gog et Magog, pour les pousser à la guerre,
    elles dont le nombre est comme le sable de la mer.

Laisser un commentaire