Incrédulité- partie 3 –LES MURMURES du peuple élu. Par Michelle d’Astier de la Vigerie

exode-moisejpgJe ne vais évidemment pas, dans ce troisième volet, étudier chaque personnage emblématique du peuple élu. Tous, avant d’avoir une foi en béton armé, sont souvent passés par des expériences douloureuses lorsqu’ils omettaient de croire Dieu au iota près !

Je vais parler du peuple hébreu que Dieu sort d’Egypte et dont une grande partie, à cause de son incrédulité, a péri dans le désert sans voir le pays promis, Moïse y compris. Ce peuple au cours des siècles n’a cessé de manifester sa rébellion contre Dieu, notamment par des alliances prohibées par Lui. La cause est toujours la même : on ne croit pas aux avertissements solennels divins, et on se fait un Dieu qui va certainement mettre « de l’eau dans son vin », quoi qu’on fasse, et parce qu’Il a déclaré nous aimer…

Exactement comme la plus grande partie de l’Eglise aujourd’hui !

Faute de connaître le Dieu trois fois saint, elle se fabrique un dieu à sa propre image, un Dieu qui n’est pas à craindre même si on pèche. « La crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux », dit Paul en Rom. 3 :18, et, explique-t-il, cette absence de crainte de Dieu, signe sans équivoque d’incrédulité, est justement la cause de la méchanceté humaine. Elle est l’apanage de tout le genre humain, Église comprise, et ce le fut par le passé pour quasiment tout le peuple élu. Ce qui a conduit ce peuple dans des sentiers de souffrance épouvantable, durant des millénaires, alors que Dieu voulait sa paix et son bonheur. Il reste chaque fois « un faible reste ». Je pense que c’est exactement la même chose pour l’Eglise d’aujourd’hui, toutes dénominations confondues: « un faible reste », des disciples de Christ qui marchent dans la soumission à leur Dieu et qui craignent le Dieu trois fois saint. Ceux-là croient toutes les Paroles de Christ, et les mettent en pratique.

QUI A CRU …?

C’est par ces mots que commence Ésaïe 53, la plus importante des prophéties messianiques. Et cela concerne en premier le peuple élu qui, dans sa majorité, ne voudra pas reconnaître  en Jésus-Christ son Messie

1Th 2 :15 Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes, 16 nous empêchant de parler aux païens pour qu’ils soient sauvés, en sorte qu’ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre.

Rappelons que la foi selon la Bible, la foi qui plaît à Dieu, ce n’est pas croire en quelqu’un ou en un dieu quelconque. À ce compte, musulmans, bouddhistes, etc., sont bien plus zélés que la majorité des Chrétiens et ont souvent bien plus la crainte de leur dieu. AVOIR LA FOI que Dieu agrée, c’est CROIRE CE QUE DIEU A DIT ET LE METTRE EN PRATIQUE, car on sait « par la foi » que c’est la vérité, et donc, en fonction de nos choix, soit nous verrons les promesses de dieu s’accomplir, soit nous serons immanquablement atteints par les jugements divins qui sont associés à la désobéissance.

ET CE SERA TÔT OU TARD, CAR SI « DIEU EST LENT À LA COLÈRE » ET S’IL NOUS « LAISSE DU TEMPS POUR NOUS REPENTIR », IL A PARLÉ.

Sans repentance, vraie et non superficielle, ce qui se traduit par une volonté d’arrêt du péché incriminé, le couperet tombera.

Deutéronome 30:19

J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité.

Voilà ce que fut le problème majeur du peuple hébreu. Voici ce qu’est aujourd’hui le problème majeur de l’Église et que la Bible traduit par le mot « apostasie » : on s’éloigne de la crainte de Dieu, on amoindrit la portée de Ses mises en garde, on prononce les promesses bibliques comme des mantras sans même y croire « des fois que ça marcherait »

1 – LES MURMURES

Le mot murmure, qui ne cesse de revenir en exode, vient du mot hébreu « Luwn » qui peut aussi se traduire par « rester », « s’immobiliser ». Dans le nouveau testament, c’est le terme grec « gogguzo » qui peut se traduire, par « grommeler » « ceux qui se plaignent en permanence ».

Bref, des râleurs chroniques, ces Hébreux à peine arrachés des griffes de Pharaon, qui viennent de voir la main puissante de Dieu, et qui pourtant s’immobilisent ou sont prêts à retourner en Égypte à la première difficulté, ou à la moindre contrariété.

Nous sommes particulièrement concernés, nous les Français, car nous sommes le peuple qui, dans le genre « râles », « mécontentement », « murmures », est champion international toutes catégories ! Le mot « droits » est devenu le pivot de toutes les revendications, tandis que le mot « devoirs » n’évoque plus que des mauvais souvenirs de l’école !

Il n’y a pas de quoi sourire quand on voit les conséquences subies par les Hébreux. Dieu est juste : nous subissons les mêmes : nous passons à côté des promesses de Dieu et périssons dans notre désert (spirituel).

En cela, c’est lié à notre manque de véritable foi en Dieu, c’est-à-dire à notre incrédulité. Nous avons mis Dieu à la porte du pays et nous pensons pouvoir tout faire sans Lui. Jésus a dit exactement le contraire !

En sus la Bible répète que nos murmures, nos grincements de dents, nos râles, ne sont pas contre les hommes, mais contre Dieu. Plus nous ralons au lieu de voir dans chaque événement la main de Dieu, plus les jugements de Dieu tombent. Est-ce vraiment un hasard si nous avons une classe politique de plus en plus dévoyée ? C’est la réponse de Dieu à nos murmures et à notre esprit de revendication… Car c’est exactement cela : c’est contre Dieu que nous n’avons cessé de murmurer ! Au lieu de déclencher la pitié divine, cela a fait venir des « serpents brûlants », au venin mortel ! (Nb 21:6)

1Co 10 :

10 Ne murmurez point, comme murmurèrent quelques-uns d’eux, qui périrent par l’exterminateur. 11 Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. 12 Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber !

13 Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter.

 

La Bible Le Semeur traduit : « Ne vous plaignez pas de votre sort ». Voilà un angle de vue très parlant : au lieu de voir le miracle de leur libération de l’esclavage et l’intervention quotidienne de Dieu pour qu’ils survivent dans un désert aride, ils ne voient que le désert aride, leurs épreuves, et s’en plaignent. Et de fait, ils se plaignent de ce que Dieu ne fait pas ce que eux considèrent comme un dû. Ils sont aveugles sur la manière miraculeuse dont Dieu les soigne, les abreuve et les nourrit, même si Dieu met à l’épreuve leur foi, justement pour la faire grandir.

Deut 8 : 3 Il t’a humilié, il t’a fait souffrir de la faim, et il t’a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas et que n’avaient pas connue tes pères, afin de t’apprendre que l’homme ne vit pas de pain seulement, mais que l’homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l’Eternel. 4 Ton vêtement ne s’est point usé sur toi, et ton pied ne s’est point enflé, pendant ces quarante années. 5 Reconnais en ton coeur que l’Eternel, ton Dieu, te châtie comme un homme châtie son enfant.

Sourds et aveugles, ils ne comprennent pas le plan de Dieu afin de les nettoyer de leur manière de penser forgée par 400 ans d’esclavage en Égypte, et par leur croyance dans les idoles de l’Egypte. C’est par le feu qu’ils doivent passer. Mais ils sont rétifs, la nuque raide, et ils n’ont pas la moindre reconnaissance. Uniquement des exigences, qu’ils vont toujours exposer à Moïse et Aaron comme des revendications légitimes.

Moïse, souvent, n’en peut plus. Comme dans nombre 11.  :

13 Où prendrai-je de la viande pour donner à tout ce peuple ? Car ils pleurent auprès de moi, en disant : Donne-nous de la viande à manger ! 14 Je ne puis pas, à moi seul, porter tout ce peuple, car il est trop pesant pour moi. 15 Plutôt que de me traiter ainsi, tue-moi, je te prie, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, et que je ne voie pas mon malheur.

Le résultat de ces murmures et plaintes, qui interviennent après on ne sait combien d’épisodes de murmures et plaintes va amener un « très grande plaie » sur le peuple : des milliers de morts.

Dieu ne badine pas avec les murmures et les plaintes, même si notre formulation est toujours orientée contre des hommes, même si, « à vue humaine », elles paraissent légitimes.

Exode 16 : 8

Moïse dit : L’Eternel vous donnera ce soir de la viande à manger, et au matin du pain à satiété, parce que l’Eternel a entendu les murmures que vous avez proférés contre lui; car que sommes-nous ? Ce n’est pas contre nous que sont vos murmures, c’est contre l’Eternel.

 

Voici :

Ce n’est pas contre nous que sont vos murmures, c’est contre l’Eternel.

Les Hébreux avaient pourtant bien commencé, et l’on pouvait penser que leur foi était définitivement acquise :

 

Ex 14 : 31 Israël vit la main puissante que l’Eternel avait dirigée contre les Egyptiens. Et le peuple craignit l’Eternel, et il crut en l’Eternel et en Moïse, son serviteur…

Et cela continue Ex 15 : … 11 Qui est comme toi parmi les dieux, ô Eternel ? Qui est comme toi magnifique en sainteté, Digne de louanges, Opérant des prodiges ? 12 Tu as étendu ta droite : La terre les a engloutis. 13 Par ta miséricorde tu as conduit, Tu as délivré ce peuple; Par ta puissance tu le diriges Vers la demeure de ta sainteté… 21 Marie répondait aux enfants d’Israël: Chantez à l’Eternel, car il a fait éclater sa gloire; Il a précipité dans la mer le cheval et son cavalier.

Waouh ! L’enthousiasme (justifié !), la reconnaissance, la foi parfaite, tout cela est à son comble

Ces bonnes dispositions de cœur vont durer TROIS JOURS, pas plus ! Mais dès qu’ils ont soif :

 

Ex 15 : 24 Le peuple murmura contre Moïse, en disant : Que boirons-nous?

Cela va être un refrain constant, le murmure – en français, on pourrait dire « râler », « contester », « se rebeller », mais cela implique aussi « comploter » : on se parle tout bas les uns aux autres, au lieu de chercher la face de Dieu avec confiance ! Ce que Moïse, lui, va faire chaque fois… et en obtenir ce qui découle d’une confiance totale dans les promesses de Dieu : la réponse surnaturelle à ses prières !

Reprenons :

1 Corinthiens 10:10

Ne murmurez point, comme murmurèrent quelques-uns d’eux, qui périrent par l’exterminateur.

 

C’est plusieurs millions, sur deux générations, qui ont péri dans le désert, faute d’avoir cru en ce que Dieu avait promis !

Et c’est cette incrédulité et cette désobéissance qui les a empêchés d’entendre la voix de l’Eternel.

Ils étaient religieux d’apparence, mais au fond d’eux, ils ne vivaient pas la réalité profonde, essentielle à toute relation authentique avec Dieu, celle qui permet d’entendre la voix du Seigneur.

(cf Jn 10)

Pire, ils ne voulaient pas l’entendre, cette voix :

Hébreux 12:25

Gardez-vous de refuser d’entendre celui qui parle; car si ceux-là n’ont pas échappé qui refusèrent d’entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux,

 

Pourquoi ? Parce qu’ils voulaient d’un Dieu de miracles, mais pas d’un Dieu sévère, trois fois saint, qui ne supporte pas la vue du mal et qui exige la sainteté pour pouvoir espérer être sauvé dans l’Eternité

Habakuk 1:12

N’es-tu pas de toute éternité, Eternel, mon Dieu, mon Saint ? Nous ne mourrons pas! O Eternel, tu as établi ce peuple pour exercer tes jugements; O mon rocher, tu l’as suscité pour infliger tes châtiments. Tes yeux sont trop purs pour voir le mal, Et tu ne peux pas regarder l’iniquité. Pourquoi regarderais-tu les perfides, et te tairais-tu, Quand le méchant dévore celui qui est plus juste que lui?

Exactement comme la plupart de ceux qui se disent chrétiens aujourd’hui : ils se sont fabriqués un papa nounours cool, compatissant, «  humain » qui regarderait avec attendrissement sa créature nager dans sa puanteur et l’appellerait son enfant, simplement parce qu’un jour, sous un moment d’émotion non suivi d’une circoncision du cœur, la créature en question s’est avancée sur un appel et « a donné sa vie à Jésus »… tout en continuant à ne faire que ce qui lui plaisait ou qu’il jugeait bon.

La Bible démontre qu’à la fin des temps, bien peu chercheront à entendre cette voix : « Si quelqu’un entend ma voix … » (Apoc 3 :20)

C’est à une megachurch que Jésus parle. Personne ne l’écoute, et il est dehors, pas dedans. Personne ne veut de Sa lumière qui mettrait en évidence les péchés cachés de chacun, et l’hypocrisie religieuse de la plupart.

Entendre la voix de Dieu, directement, ou par sa Parole, ou par ses prophètes, ou par le biais que Dieu veut choisir (comme l’ânesse pour Balaam !), c’est accepter d’entendre la vérité, c’est accepter la LUMIÈRE qui est venue dans le monde, sous une forme corporelle, Christ, et que les hommes ont rejetée parce que leurs œuvres étaient mauvaises.

Exactement comme Adam se cachant dans la forêt en espérant que Dieu, la LUMIÈRE, ne le verra pas !

Les murmures du peuple hébreu vont conduire à un épisode dramatique : la révolte de Koré.

Néhémie 9:17

Ils refusèrent d’obéir, et ils mirent en oubli les merveilles que tu avais faites en leur faveur. Ils raidirent leur cou; et, dans leur rébellion, ils se donnèrent un chef pour retourner à leur servitude. Mais toi, tu es un Dieu prêt à pardonner, compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, et tu ne les abandonnas pas,

Écoutons bien : obéir à des chefs humains plutôt qu’à Dieu, parce que les chefs humains son bien moins exigeants que Dieu, est considéré par Dieu comme de la RÉVOLTE CONTRE LUI ! Et aimer l’esclavage qui consiste à se mettre sous les jougs d’hommes impies, c’est encore de la rébellion, pas de la soumission !

Dans la révolte de Koré, il y a des points très intéressants, en particulier pour notre instruction :

D’abord, cette révolte s’inscrit parfaitement dans ce qui est écrit en Héb 12

Hébreux 12:15

Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés;

 

Les racines d’amertume, ce sont aussi les murmures, lesquels proviennent des pensées négatives ou revendicatrices que nous remachons. Tôt ou tard, elles vont sortir de nos lèvres sous forme de plainte et contaminer ceux qui nous entourent.

Regardons bien l’attitude de Koré, qui tient à la pensée qu’il a dû ruminer depuis longtemps :

Nb 16 : 2 Ils se soulevèrent contre Moïse, avec deux cent cinquante hommes des enfants d’Israël, des principaux de l’assemblée, de ceux que l’on convoquait à l’assemblée, et qui étaient des gens de renom. 3 Ils s’assemblèrent contre Moïse et Aaron, et leur dirent : C’en est assez ! car toute l’assemblée, tous sont saints, et l’Eternel est au milieu d’eux. Pourquoi vous élevez-vous au-dessus de l’assemblée de l’Eternel ?

Koré fait partie des Lévites, la tribu au service du peuple élu. C’est une fonction honorifique. Mais ils ne supportent pas que Moïse, un lévite comme eux, ait autorité sur eux. En quelque sorte il reproche à Moïse de s’être autoproclamé leur chef.

On pourrait même dire que leur rébellion apparaît comme légitime, d’autant qu’après tout, Moïse n’a jamais vécu parmi eux, sauf depuis le début de l’Exode.

La réalité, on peut la deviner, cette rébellion a dû progresser au fil des murmures contre Moïse et Aaron parce que les conditions de vie sont rudes. Et ces murmures, ces racines d’amertume, ont contaminé et atteint 250 d’entre les lévites…

Leur interpellation et leur rébellion sont si violentes qu’elles ébranlent Moïse qui en tombe au sol. Mais Dieu va parler par sa bouche le lendemain :

8 Moïse dit à Koré : Ecoutez donc, enfants de Lévi : 9 Est-ce trop peu pour vous que le Dieu d’Israël vous ait choisis dans l’assemblée d’Israël, en vous faisant approcher de lui, afin que vous soyez employés au service du tabernacle de l’Eternel, et que vous vous présentiez devant l’assemblée pour la servir ? 10 Il vous a fait approcher de lui, toi, et tous tes frères, les enfants de Lévi, et vous voulez encore le sacerdoce ! 11 C’est à cause de cela que toi et toute ta troupe, vous vous assemblez contre l’Eternel ! car qui est Aaron, pour que vous murmuriez contre lui?

 

Encore une fois, c’était contre le choix de Dieu qu’ils se sont rebellés.

Ils n’ont même pas voulu voir la manière surnaturelle dont Dieu avait conduit la vie de Moïse, lui faisant prodiguer d’abord un savoir auquel seul un pharaon pouvait avoir accès et qui allait lui permettre d’écrire la Thora – entre autres ! -, étape suivie par quarante années passées dans le désert, durant lesquelles Dieu a dû le forger dans des conditions très rudes pour qu’il devienne « l’homme le plus patient (ou le plus doux) de la terre ».

Ils ont été comme beaucoup de chrétiens aujourd’hui, même entre serviteurs choisis par Dieu : jaloux de l’appel mis par Dieu sur Moïse.

Dieu ne badine pas avec ceux qui contestent ses choix par des murmures : les 250 vont être engloutis vivants par la terre qui s’ouvre sous eux.

Cela ne veut pas dire, bien entendu, que nous devons nous soumettre à des leaders auto proclamés : ils sont légions ! Jésus a dit qu’on reconnaissait l’arbre à ses fruits (Mt 7) et nous ordonne donc de savoir discerner les vrais oints de Dieu des faux. Ils sont légions, et moins ils sont appelés par Dieu, plus ils savent manipuler la Parole de Dieu pour imposer leur autorité charnelle, le plus souvent dans le but de faire ouvrir les portefeuilles à leur profit.

Mais comment Koré pouvait-il douter, après tous les miracles qui avaient eu lieu, que Moïse (avec son frère Aaron) fût vraiment l’oint de Dieu ?

Ex 14 : 30 En ce jour, l’Eternel délivra Israël de la main des Egyptiens; et Israël vit sur le rivage de la mer les Egyptiens qui étaient morts. 31 Israël vit la main puissante que l’Eternel avait dirigée contre les Egyptiens. Et le peuple craignit l’Eternel, et il crut en l’Eternel et en Moïse, son serviteur.

 

Koré n’aurait pas dû s’y tromper. Mais sa jalousie l’a rongé et aveuglé.

Oh combien cet esprit de Koré est répandu, déclenchant partout où il s’installe murmures et rébellion, qui en infectent beaucoup !

Si l’on reprenait tous les passages parlant des murmures du peuple hébreu, il y en aurait des pages et des pages…

Citons juste ceux-ci :

Nombres 14:2

Tous les enfants d’Israël murmurèrent contre Moïse et Aaron, et toute l’assemblée leur dit : Que ne sommes-nous morts dans le pays d’Egypte, ou que ne sommes-nous morts dans ce désert !

 

 

Psaumes 106:25

Ils murmurèrent dans leurs tentes, Ils n’obéirent point à sa voix.

Voici: les murmures étant, au final, une contestation des paroles – paroles auxquelles on ne croit pas vraiment – et des actes de Dieu – dont on va toujours accuser des hommes quand ces actes ne sont pas conformes à nos propres désirs -, ils entraînent la rébellion contre les ordres divins, et par conséquence inéluctable, la malédiction, le malheur, voire la mort.

2 – L’INCRÉDULITÉ DE CEUX QUI NE SE FIENT QU’À CE QU’ILS VOIENT.

On se souvient du reproche de Jésus à Thomas.

Jean 20:29
Jésus lui dit : Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru !

Ce n’est pas un petit reproche. Jésus déclare à Thomas que, faute d’avoir cru quand Jésus avait annoncé ce qui devait arriver, il s’est lui-même privé d’une grande bénédiction, et probablement du ministère apostolique qui lui était destiné. Car on ne parle plus jamais de lui après.

Bâtir sa foi ce que qu’on connaît, sur ce qu’on voit, sur ce qui est prouvé scientifiquement, et non sur les seules paroles de Dieu, c’est bien là la démonstration de l’arrogance humaine, celle de l’homme qui met sa propre intelligence, sa propre expérience et ses propres compétences au-dessus de ce que Dieu promet ou ordonne.

C’était déjà arrivé aux Hébreux dans le désert. Un autre type de contestation va en effet s’élever, issue de l’incrédulité. Elle va avoir des conséquences dramatiques : des millions de morts restant dans le désert, sans atteindre le pays promis.

Cela démarre par le « rapport » des douze espions envoyés en Canaan, sur ordre de Dieu :

Nb 13 :

30 Caleb fit taire le peuple, qui murmurait contre Moïse. Il dit : Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs ! 31 Mais les hommes qui y étaient allés avec lui dirent : Nous ne pouvons pas monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous. 32 Et ils décrièrent devant les enfants d’Israël le pays qu’ils avaient exploré. Ils dirent : Le pays que nous avons parcouru, pour l’explorer, est un pays qui dévore ses habitants; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d’une haute taille; 33 et nous y avons vu les géants, enfants d’Anak, de la race des géants : nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles.

 

Impressionnant : Dieu leur a dit qu’Il leur donnait ce pays, mais ils préfèrent croire ce que leurs yeux voient, présumant même de la manière dont les géants les voient : « nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles » !

 

Ils croient ce qu’ils voient (comme beaucoup !).

 

On doit croire ce que Dieu a dit, pas prendre des décisions en fonction de ce que nos yeux voient, ou de ce l’on croit savoir ! (Roms 10:17: «  la foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la parole de Dieu » )

 

Car la vérité était bien différente de ce que leurs yeux percevaient : elle leur sera dite par la bouche d’une prostituée de Jéricho :

 

Jos 2 : 8 Avant que les espions se couchassent, Rahab monta vers eux sur le toit 9 et leur dit : L’Eternel, je le sais, vous a donné ce pays, la terreur que vous inspirez nous a saisis, et tous les habitants du pays tremblent devant vous.

 

Elle a cru ce que Dieu disait. Mais pas les Hébreux, sauf deux, Josué et Caleb !

Quelle constance dans la Bible que de voir des femmes parmi les plus méprisées avoir plus de foi que ceux à qui Dieu a parlé en direct ! Rahab, Marie-Madeleine…

LES CONTRECHOCS DE CE TYPE DE RÉBELLION

Même Moïse a chuté dans l’incrédulité, et cela a eu de graves conséquences pour lui. On peut même dire que ce sont les murmures permanents qui ont eu raison de sa foi, bâtie sur le Roc, ce qui va le conduire à désobéir à Dieu sans en mesurer les conséquences.

Nb 20 :7 L’Eternel parla à Moïse, et dit : 8 Prends la verge, et convoque l’assemblée, toi et ton frère Aaron. Vous parlerez en leur présence au rocher, et il donnera ses eaux; tu feras sortir pour eux de l’eau du rocher, et tu abreuveras l’assemblée et leur bétail. 9 Moïse prit la verge qui était devant l’Eternel, comme l’Eternel le lui avait ordonné. 10 Moïse et Aaron convoquèrent l’assemblée en face du rocher. Et Moïse leur dit : Ecoutez donc, rebelles ! Est-ce de ce rocher que nous vous ferons sortir de l’eau ? 11 Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec sa verge. Il sortit de l’eau en abondance. L’assemblée but, et le bétail aussi.

12 Alors l’Eternel dit à Moïse et à Aaron : Parce que vous n’avez pas cru en moi, pour me sanctifier aux yeux des enfants d’Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que je lui donne.

Voici, Dieu parle vraiment d’incrédulité : « Parce que vous n’avez pas cru en moi,… ». Dieu avait ordonné de parler devant le Rocher, pas de le frapper deux fois. Moïse devait obéir à la lettre, pas se fier dans ce qu’il avait fait une fois, parce que cela avait marché. En outre, 1Co 10 nous apprend que ce Rocher était Christ. Le sacrifice de Christ étant parfait, une fois pour toutes, le geste apparemment insignifiant de Moïse était prophétiquement faux.

Bien sûr, il ne le savait pas, il avait quantité d’excuses. Cela, c’est ce que nous disons, nous !

Oui mais, Dieu avait donné un ordre clair : cet ordre n’avait pas à être « aménagé » en fonction des sentiments ou de l’exaspération (apparemment légitime) de Moïse !

Car, à nos yeux, Moïse, ainsi qu’Aaron semblaient avoir de bonnes excuses, surtout après tant et tant d’épisodes de murmures…

Nb 20 : 2 Il n’y avait point d’eau pour l’assemblée; et l’on se souleva contre Moïse et Aaron. 3 Le peuple chercha querelle à Moïse. Ils dirent : Que n’avons-nous expiré, quand nos frères expirèrent devant l’Eternel ? 4 Pourquoi avez-vous fait venir l’assemblée de l’Eternel dans ce désert, pour que nous y mourions, nous et notre bétail ? 5 Pourquoi nous avez-vous fait monter hors d’Egypte, pour nous amener dans ce méchant lieu ? Ce n’est pas un lieu où l’on puisse semer, et il n’y a ni figuier, ni vigne, ni grenadier, ni d’eau à boire.

 

Waouh, cela fait presque quarante ans qu’ils entendent les mêmes plaintes, les mêmes contestations : Ils n’en peuvent vraiment plus.

 

Oui mais …

Mais voici ce qui s’est produit entretemps :

6 Moïse et Aaron s’éloignèrent de l’assemblée pour aller à l’entrée de la tente d’assignation. Ils tombèrent sur leur visage; et la gloire de l’Eternel leur apparut.

7 L’Eternel parla à Moïse, et dit : 8 Prends la verge, et convoque l’assemblée, toi et ton frère Aaron. Vous parlerez en leur présence au rocher, et il donnera ses eaux; tu feras sortir pour eux de l’eau du rocher, et tu abreuveras l’assemblée et leur bétail.

 

Oui, ils n’en pouvaient plus, Moïse et Aaron, de cette bande de râleurs. mais notre obéissance au Seigneur ne doit pas dépendre des circonstances, quelles qu’elles soient, quand Dieu a parlé et donné un ordre précis !

Il y a une constante qui revient dans les murmures, les mécontentements, les plaintes, les gémissements. On trouve toujours des « responsables » humains à accuser, de préférence ceux qui ont autorité sur nous.  Comme les Hébreux, nous devenons les accusateurs des frères et nous les chargeons de tous les maux qui nous arrivent. Cela a coûté à Moïse, qui a « craqué », son entrée dans le pays promis, ainsi qu’à Aaron. Mais tous les râleurs sont aussi restés dans le désert !

C’est cela, la grande leçon de Dieu, et Paul l’avait bien compris, qui déclare:

Ephésiens 5:20

Rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ,

1 Thessaloniciens 5:18

Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ.

C’est là le secret de la vraie foi: puisqu’on sait que rien n’arrive sans que Dieu l’ait voulu, puisqu’on sait que tout concourt à notre bien – « tout » englobe les vicissitudes, les coups bas des frères, les malheurs, les injustices, tout, absolument tout !- alors nous pouvons louer notre Dieu en toute circonstance sachant que même si nous ne comprenons pas pourquoi « Dieu permet ça », Lui sait pourquoi !

La lettre aux Hébreux dit de son côté:

Hébreux 13:17

Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendre compte; qu’il en soit ainsi, afin qu’ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui ne vous serait d’aucun avantage. 

Notons qu’ils se caractérisent, ces conducteurs, par le fait qu’ils veillent sur nos âmes, pas sur notre portefeuille ! Ils sont mus par l’amour, non par l’égoïsme, et c’est à cela que l’on peut reconnaître un vrai conducteur appelé par Dieu. Moïse et Aaron en étaient !

LE TEMPS DE JÉRÉMIE.

Nous allons passer sur les siècles qui ont suivi, tous marqués par des drames dus à l’incrédulité des Hébreux, qui entraînera notamment de l’idolâtrie, puisqu’ils ne croiront pas au premier commandement, dans une sainte crainte de Dieu et se fabriqueront des dieux à leurs goûts, souvent empruntés aux païens.

Bref, exactement comme dans l’Eglise d’aujourd’hui, qui n’a pas à aller les chercher parmi les dieux païens : ils sont partout disséminés dans toutes les appellations chrétiennes, sous forme de faux Jésus (2 Co 11 :4). Ce qui se traduit par son effet le plus évident : l’absence de crainte de Dieu, l’absence de puissance pour la guérison et pour la délivrance, l’absence de formation de vrais disciples.

Dieu est souvent dehors. (Apoc 3 :20). Dedans, s’il y a un faux Jésus, il y a automatiquement un faux Saint-Esprit (2Co 11 :4). Avec l’aide de l’Eglise catholique, adoptant dès le troisième siècle un dieu trinitaire solaire sous l’impulsion de Constantin, pour réduire le Créateur de tout à un bébé impuissant dans les bras d’une mère terrestre déifiée, toutes les autres dénominations, même sans « garder »  la mère, ont mis « le petit Jésus » au deuxième rang et l’Esprit de Dieu au troisième. Bref, la pyramide, le symbole le plus utilisé par Satan car cela crée une hiérarchie céleste.. et trois entités dites « une », mais de fait bien séparées !

Au temps de Jérémie, le peuple hébreu arrive presque au summum de l’incrédulité : c’est un temps qui ressemble de bien près à notre époque, tant pour l’Eglise que pour Israël.

Nous l’étudierons dans un prochain article, tant, là encore, le sujet est copieux : « De Jérémie à Jésus, ou le refus d’entendre et de voir … »

Suite de :

L’incrédulité d’Adam et ses conséquences.

 

et

 

L’incrédulité du peuple élu – 1 Abraham, par Michelle d’Astier de la Vigerie.

 

  1 Comment

  1. Ezechiel16   •  

    16 Et Dieu dit au méchant : Quoi donc ! tu énumères mes lois, Et tu as mon alliance à la bouche,
    17 Toi qui hais les avis, Et qui jettes mes paroles derrière toi !
    18 Si tu vois un voleur, tu te plais avec lui, Et ta part est avec les adultères.
    19 Tu livres ta bouche au mal, Et ta langue est un tissu de tromperies.
    20 Tu t’assieds, et tu parles contre ton frère, Tu diffames le fils de ta mère.
    21 Voilà ce que tu as fait, et je me suis tu. Tu t’es imaginé que je te ressemblais ;
    Psaume 50

    Dieu dit à des personnes qui énumèrent ses lois et disent avoir fait alliance avec Lui qu’ils sont des méchants, ça devrait faire réfléchir..

    Parce que je me suis tu, tu t’es imaginé que je te ressemblais : Dieu est un Dieu qui se cherche, et souvent on croit que parce que Dieu ne nous dit rien, il nous approuve. Rien n’est plus faux.

    Psaume 10 : » Le méchant dit en son coeur : Dieu ne punit pas ! »

    Combien dans nos églises sont en fait des méchants ?

    Une petite étude sur ‘les méchants’ selon la pensée de Dieu est vraiment instructive.

Laisser un commentaire