Enseigne-nous à prier, Paul Calzada

« Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu’il eut achevé, un de ses disciples lui dit : Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l’a enseigné à ses disciples » (Luc 11.1).

Conscients de leur peu d’exaucements, les disciples demandèrent à Jésus de leur enseigner à prier. Il leur dit : « Quand vous priez, dites : Père ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne. Donne-nous chaque jour notre pain quotidien ; pardonne-nous nos péchés, car nous aussi nous pardonnons à quiconque nous offense ; et ne nous induis pas en tentation » (Luc 11.2/4).


Nous retrouvons cette même prière dans l’évangile de Matthieu avec quelques petites différences : « Voici comment vous devez prier : Notre Père qui es dans les cieux, que chacun reconnaisse que tu es le Dieu saint, que ton Règne vienne ; que chacun, sur la terre, fasse ta volonté comme elle est faite dans le ciel. Donne-nous aujourd’hui le pain nécessaire. Pardonne-nous nos torts, comme nous pardonnons nous aussi à ceux qui nous ont fait du tort. Et ne nous expose pas à la tentation, mais délivre-nous du Mauvais. Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, pour toujours. Amen ! «  (Matthieu 6.9/13) (Version du semeur).

Ces deux textes nous présentent la personne qui est particulièrement attentive à nos prières : Dieu, notre Père.

J’aime cette approche que nous devons avoir de Dieu lorsque nous prions. Nous nous approchons non d’un maître, d’un professeur, d’un roi inabordable, mais nous nous approchons d’un être accueillant, sensible, ouvert, aimant : Notre Père.
Lorsque j’étais au collège et que j’étais convoqué chez le directeur, une angoisse profonde m’étreignait. Quel reproche allait-il m’adresser ? Je n’osais même pas frapper à la porte, et lorsqu’enfin je m’y décidais, j’attendais avec effroi le terrible « entrez ». Quel soulagement quand c’était sa secrétaire qui me convoquait pour remplir un simple formulaire. Dieu n’est pas un directeur, austère, sévère, inspirant la peur, il est notre Père. Si vous ne percevez pas Dieu comme un père aimant, cela va nuire à l’efficacité de vos prières.

Lorsque nous allons vers Dieu dans la prière, il nous reçoit en ouvrant ses bras, il vient même au-devant de nous, il nous accueille avec chaleur et tendresse. Ainsi il est notre Père, il nous a créés et a mis en nous l’empreinte de son image : « Il est lui-même notre Père, lui qui nous a faits et nous a créés » (Deutéronome 32.6).

Une question pour ce jour : 
Quelle image vous faites-vous de Dieu ? Celle d’un maître qui va vous réprimander, qui ne veut pas être dérangé, qu’il est préférable de tenir à distance, ou bien celle d’un être plein d’amour ? Comment percevez-vous Dieu lorsque vous vous adressez à lui ? N’oubliez pas qu’il est votre Père bienveillant.

Paul Calzada

Laisser un commentaire