LE RAPPORT FENECH SUR LE TERRORISME MONTRE LE DELABREMENT DE LA FRANCE SOCIALISTE 

b3f81ae057e5f6bdae48601db8188f4d

«Devant le Bataclan, le 13 novembre, les policiers de la BAC, arrivés les premiers, voulaient au moins que les militaires de l’opération Sentinelle, arrivés sur place, leur prêtent leurs fusils d’assaut Famas, puisque les militaires n’avaient pas le droit de tirer. Et ils ont essuyé un refus!»

C’est en ces termes que le député Les républicains Georges Fenech, président de la Commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015 en France, décrit l’effondrement de la France dirigée par une équipe socialiste.

Parmi les aberrations mises à jour lors de ses cinq mois d’auditions, en voici quelques-unes pas piquées des vers :

  • quelque chose ne va pas lorsqu’un groupe spécialisé de compétence nationale se met à la disposition d’un groupe non spécialisé de compétence locale». Lors de l’attentat du Bataclan, nul n’a déclenché la Force d’intervention de la police nationale (FIPN). Ni le ministre de l’Intérieur ni le directeur général de la police nationale. «Une telle décision aurait eu pour effet de confier au RAID et non à la BRI de Paris la conduite des opérations», explique-t-il. «Pourquoi l’Antigang a-t-elle géré la direction des opérations alors que nous avons deux forces d’élite spécialisées: le RAID qui, ce soir-là, n’a été que force d’appoint et le GIGN, qui est resté cantonné Quai des Célestins?»
  • «Nous ne mettons pas en cause les hommes, mais … est-il normal que le travail de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) s’arrête à la frontière parisienne?»
  • Il faut fusionner le nouveau Service central de renseignement territorial (SCRT, hérité des RG) et son équivalent chez les gendarmes, la Sous-direction de l’anticipation opérationnelle (SDAO). Se créerait alors une Direction générale du Renseignement territorial (DGRT), rattachée directement au ministre de l’Intérieur. Puis fusionner l’état-major opérationnel de prévention du terrorisme (EMOPT) créé par Bernard Cazeneuve et l’Unité de coordination et de lutte antiterroriste (UCLAT) de la direction générale de la police.
  • «Nous avons pu constater, lors de nos déplacements à l’étranger, qu’aucun responsable des services israélien, grec, turc ou américain, n’était capable de désigner clairement leur homologue chargé de l’antiterrorisme en France»
  • «À l’occasion des débats législatifs, il est apparu un net clivage entre les parlementaires (y compris de la majorité) et la ministre de la Justice de l’époque, Christiane Taubira», révèle Georges Fenech. Résultat: le Renseignement pénitentiaire a été payé à ne rien faire. Depuis le gouvernement Valls a doté les agents des prisons de moyens et de droits nouveaux. Mais «c’est l’échec», selon le député.
  • Le nouveau garde des Sceaux a précisé que «depuis sa nomination place Vendôme, il n’avait été destinataire d’aucun élément portant sur le renseignement pénitentiaire et ce malgré un effectif de 380 personnes désormais rattachées» à cette mission. C’est un gâchis d’argent, de ressources humaines et d’information immense.
  • Il est également proposé de former les équipes de secours et médicales à «la médecine de guerre et aux techniques de damage control». «Nous savons qu’en cas d’attaque à l’arme lourde, la majorité des décès se produisent dans l’heure suivant l’attaque», dit Georges Fenech. Depuis le Bataclan, deux exercices seulement ont eu lieu. «Nous regrettons beaucoup que ces structures n’aient pas été mises en place après les attentats de Charlie Hebdo», ajoute le député.
  • Le rapport du député est très faible concernant les terroristes. Il prévoit tout juste «d’exclure les personnes condamnées pour des actes terroristes du bénéfice du crédit de réduction de peine automatique ».
  • Compte tenu des ratés judiciaires il propose de «renforcer les modalités de contrôle» des jihadistes mises en examen pour terrorisme. Autrement dit : il n’y a aucun contrôle sérieux et les terroristes sont dans la nature.
  • Georges Fenech envisage, pour les djihadistes, la possibilité de «mettre en place une rétention administrative limitée dans le temps, une assignation à résidence ou a minima un bracelet électronique ». C’est très faible.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Et il conclut : « Ce n’est pas avec des centres de déradicalisation fondés sur le volontarisme que l’on mettra ces individus hors d’état de nuire».

Un peu de bon sens dans ce monde décérébré n’est pas superflu…

http://www.dreuz.info/2016/07/05/le-rapport-fenech-sur-le-terrorisme-montre-le-delabrement-de-la-france-socialiste/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Transmis par Elisabeth777. MAV: Et si tout cela était VOULU, y compris ces dysfonctionnements aberrants ? J’ai reçu tant d’infos étranges sur ce drame… ! Oui, cela paraît monstrueux, mais – nous le savons – nos gouvernants sont inféodés aux Iluminatis qui veulent prendre le contrôle du monde… un monde qui doit être suffisamment déstabilisé auparavant pour accepter la mise en place de lois d’exception, des lois permettant d’annihiler les ennemis de ce projet odieux. Le terrorisme est le prétexte rêvé pour ce faire. Et c’est exactement ce qui se passe sous nos yeux avec « l’état d’urgence » qui se prolonge anormalement. À quand des systèmes de contrôle encore plus sophistiqués ? Il suffit d’un attentat de plus, comme par hasard tous perpétrés par des repris de justice qui auraient dû être sous les verrous au moment des faits, donc des gens sous contrôle total de certains Services Français . Le dernier en date ( Sid Ahmed Ghlam) coule des hours « heureux » à Frêne avec des avantages ahurissants: 3 cellules pour lui-seul, dont une sale de sport, etc… Il aurait été commandité avec promesse à l’appui que cela n’aurait pas été autrement ! Sans doute le fera-t-on rapidement sortir sous prétexte de quel vice de procédure … ou pour super bonne conduite ! On comprend pourquoi il a insisté pour être emprisonné en France !

  1 Comment

  1. michelandre   •  

    Oui ces attentats sont voulus et programmés j’en suis intimement convaincu.
    Comment expliquer que des terroristes fichés et donc connus par les services de renseignements puissent passer aussi facilement au travers des mailles du filet?
    Comment expliquer qu’il y ait aussi peu de coordination entre les différents services de police et de gendarmerie qui sont prévus pour des cas extrêmes comme celui du 13 novembre…
    Comment ne pas s’étonner des soi-disant découvertes après coup, d’éléments comme des caches d’armes, papiers d’identité etc…qui apportent les preuves à postériori de l’existence des auteurs de ces crimes???
    On nous prend vraiment pour des idiots.

Laisser un commentaire