DES GENS DESORDONNES Gary Wilkerson

“S’il n’y a pas de bœufs, la crèche est vide ; C’est à la vigueur des bœufs qu’on doit l’abondance des revenus” (Proverbes 14:4). La version anglaise traduit “vide” par “propre.”

Le livre des proverbes dit que tu peux avoir une étable propre, à condition de ne pas avoir de bœuf à l’intérieur.

Tu peux avoir une “église propre” où tout est en ordre et parfaitement structuré, mais nous voulons qu’il y ait un bœuf à l’intérieur. Si tu t’es déjà retrouvé près d’un bœuf, tu sais qu’ils font leur besoin sur le sol, qu’ils éternuent et se mouchent par terre, qu’ils sentent mauvais et qu’ils renversent tout sur leur passage – c’est un vrai bazar !

Serais-tu d’accord avec moi pour travailler dans une église en bazar ? Serais-tu d’accord si je demandais à Dieu de nous envoyer les gens les plus désordonnés de cette ville ?

A qui penses-tu quand je parle de gens désordonnés ? A des drogués dans les ruelles ? Ou bien aux galeries Lafayette où les gens font leurs courses avec leur carte de crédit « gold », en conduisant une Lexus ? Parce qu’il s’agit dans les deux cas de personnes désordonnées. Quand je parle de gens désordonnés, je parle de moi et je parle de toi. Je parle aussi des drogués et des sans-abris, et des étrangers et des gens qui ne sont pas comme nous – de tout le monde en même temps. Et la simple vérité est la suivante : nous avons tous besoin de Jésus !

Amen ? Nous avons simplement besoin de Jésus. Nous avons besoin de Lui dans nos églises. Nous avons besoin de Lui dans nos vies. Nous avons besoin de Lui dans nos familles. Nous avons besoin de Lui dans notre ministère. Nous avons besoin qu’Il nous rende capable de vivre l’évangile auquel Il nous a appelés. La distribution quotidienne (voir Actes 6:1-2) est faite par des gens désordonnés aidant des gens désordonnés et elle n’est pas toujours bien faite. Mais je remercie Dieu de ce qu’il y a dans l’église des avocats qui n’accusent pas mais qui disent : “Nous voulons le faire bien ! Nous voulons le faire bien… pour Sa gloire.”

Laisser un commentaire