LA GRANDE ABOMINATION DANS LE PARVIS INTÉRIEUR, par David Wilkerson

Extrait du livre "Sonne de la trompette et avertis mon peuple", Editions des Nations

Un message prophétique concernant les responsables chrétiens, et la tentation d'un christianisme matérialiste, de David Wilkerson

Note MAV: Il est impressionnant de se rendre compte que ceci a été écrit il y a environ 30 ans. Ce que David Wilkerson dénonçait alors de manière prophétique n'a fait que s'accentuer à  une vitesse vertigineuse dans l'Église. Comment croire que Dieu va encore tolérer cela longtemps ! Les jugements se préparent ! Ce ne sera pas faute d'avertissements !...Car, depuis, beaucoup de prophètes ont sonné de la trompette. Mais ces prophètes-là , qui veut les entendre ?

« Les changeurs d’argent de l’époque moderne » par David Ravenhill

(fils du défunt évangéliste Leonard Ravenhill) - Traduit par Eric C

Je suis convaincu

que les escrocs tordus, charnels, intrigants et four-bes

que Jésus

chassa hors du temple







sont toujours parmi nous de nos jours.

Ces changeurs de l'époque moderne sont continuellement à  élaborer de nouvelles et trompeuses doctrines pour soutirer au peuple de Dieu son argent.

La dîme, son sens spirituel et sa destination, par Michelle d’Astier de la Vigerie

Note du 23 Janvier 2011: Le Seigneur entre-temps m'a encore révélé certaines choses sur la dime, que je n'avais pas encore vu, car cela a commencé, de fait, avec ... Abel. Je rajoute donc un chapitre en fin d'article sur le sujet.

J'ai déjà  écrit un article sur ce sujet, il y a quelques années, tant j'avais vu de controverses sur ce sujet explosif: https://michelledastier.com/index.php/2007/01/05/119-un-souffle-de-vie-6-janvier-2007

Entre-temps, le Seigneur m'a donné des révélations sur le sens de la dîme. Ce n'est pas pour rien que Satan fait croire aux chrétiens qu'elle a été abolie dans le Nouveau Testament: des enjeux extraordinaires sont attachés à  la fidélité dans le don de sa dîme, loi perpétuelle, que Dieu a commencé à  instaurer, non par Moïse, mais via Abraham, le père de la foi, donc le père du salut par la grâce... et non par la loi !