ADIEU PAUVRE FRANCE!!! la chronique de Michel-André

ou quand E. Macron s’en va-t-en guerre…contre son propre pays!

 » Car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni rien de secret qui ne doive être connu » (Mat 10:26)

Avec la « démission » du Général Pierre Le Jolis de Villiers de Saintignon, ancien Chef d’Etat Major des Armées (et frère cadet de Philippe de Villiers), un pas de plus, et pas des moindres, vient encore d’être franchi pour amoindrir, et le mot est faible, la puissance et la souveraineté de la France.

La classe politique dans son ensemble, sauf bien sûr les irréductibles du mouvement présidentiel LFEM, n’a pas perdu de temps pour regretter, et même déplorer cette décision du Général de Villiers. Hypocrisie sincère ou sincérité hypocrite?

Démission?

Ou bien forte pression à la démission?

On peut légitimement se poser la question.

Humiliation, mise à l’écart, sans aucun doute.

Depuis l’élection du nouveau Chef d’Etat à la tête de notre chère République, rien ne va plus. Valses hésitations, mises à la porte, dénonciation de scandales, la nébuleuse se fait de plus en plus opaque.

On dit l’homme de Villiers très apprécié de ses hommes, intègre, ne faisant pas de politique, l’armée est en grand émoi devant cette démission, qui serait due à une critique sévère de l’officier supérieur vis-à-vis des coupes budgétaires imposées par M. Macron. Il en aurait référé devant une commission parlementaire à huis-clos ce qui n’a pas empêché les fuites (voulues?) de cet entretien parvenues sans délai aux oreilles de l’Etat.

850 millions en moins pour une armée déjà dans le rouge dont les effectifs sont en décroissance constante! De quoi s’inquiéter, d’autant que le montant de la dette de l’Etat dépasse de loin le budget de l’armée!

Incohérence?

Tout est calculé, pensé, organisé, planifié. La France avance chaque jour un peu plus vers le chaos.

« Je suis votre chef, et je n’ai besoin de nulles pressions ni de nuls commentaires » déclarait il y a peu le Chef de l’Etat…

On comprend.

La dictature s’installe de façon de plus en plus visible.

Comment peut-on concevoir une aussi drastique diminution du budget de l’armée alors que le pays est en danger permanent?

« Les lois de programmation doivent être en phase avec l’environnement » déclarait Jean-Paul Paloméros, ancien Chef d’Etat Major de l’Armée de l’Air sur BFMTV ce matin. Ce qui n’a pas été le cas visiblement.

Manque de cohérence, manque de concertation…tout est fait pour faire passer en force les décisions gouvernementales, sans que personne ne puisse s’y opposer.

(La question des « multivaccinations » récente en est un autre exemple).

Son successeur, François Lacointre est décrit comme « un héros(…). En Bosnie il a su monter à l’assaut » selon la récente déclaration du porte-parole du gouvernement.

Quand on sait quel horrible massacre a eu lieu en Bosnie on a du souci à se faire pour l’avenir.

Quoi qu’il en soit, attendons-nous à de nouveaux évènements de taille pour les semaines et les mois à venir.

Seigneur, aies pitié de ce pays!

 

 

LIRE AUSSI:

 

Bruno Retailleau : « Monsieur le Président, l’autorité ne se décrète pas, elle s’exerce »

… «  Nous baissons la garde au moment où nous devrions la relever. C’est une faute grave. Le monde n’a jamais été aussi menaçant. Nous sommes en guerre contre le totalitarisme islamique, toujours en état d’urgence, nos soldats et leurs matériels sont plus que jamais sollicités… La lutte contre les déficits ne devrait pas affaiblir la lutte contre nos ennemis, il y a tant d’autres réformes structurelles à mener pour redresser la France. »

  1 Comment

Laisser un commentaire