14 Juillet… fête nationale de la honte, du crime et de la servitude. Une chronique de Michel-André.

Note MAV: Hier, comme chaque 14 Juillet, j’étais en deuil. Le seul moment que j’ai ressenti comme juste, comme un terrible rappel de la vérité, ce fut la commémoration du deuil à Nice. Car cette « fête de la « liberté, égalité, fraternité » commémore de fait le temps où la France a mis Dieu dehors, au profit du culte à « l’être suprême », de fait Baphomet, le dieu des francs-maçons, et ce en massacrant des milliers de gens et de manière encore bien plus abominable que lors de l’attentat de Nice: car en 1789, quand les têtes roulaient après avoir été tranchées, c’étaient les «  bons » Français qui applaudissaient (tout comme les Musulmans aujourd’hui, dans nos quartiers, quand un attentat réussit !) ! Depuis, la nouvelle religion, la laïcité, bafoue toutes les lois de Dieu les unes après les autres, en mettant « l’humanisme » au-dessus de la sainteté, de la justice et de l’amour de Dieu. C’est l’homme qui se fait dieu, imitant en cela son inspirateur et maître, Satan, dont il a accepté d’être l’esclave !  Voilà ce que l’on fête…

Je laisse la parole à Michel André

 » Car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni rien de secret qui ne doive être connu. » (Mat 10:26)

J’ai entendu le summum de l’horreur ce soir, de la part d’un « prophète des nations » ce soir en direct d’un réseau social (bien) trop connu:

 » Aujourd’hui nous fêtons la libération du pays, une délivrance… »

Cet homme, qui au moment où il prononçait ces paroles, était en route pour une ville française où il se rendait pour prêcher, ne se rendait peut-être pas vraiment compte de la gravité et surtout de l’absurdité de ses propos !

Messieurs les prophètes et autres serviteurs de Dieu qui venez d’Afrique ou d’ailleurs, merci de vous renseigner sur l’histoire du pays qui vous accueille avant de « balancer » de telles énormités!!!

Le 14 juillet une libération??? Une mise en esclavage oui et pas des moindres… Une fête maçonnique qui entend perpétuer les valeurs sacro-saintes de la république, tout en commémorant cette sinistre tuerie de Nice avec émotions et larmes de crocodile à l’appui. Est-ce un hasard si celle-ci à eu lieu précisément ce jour-là?

Sinistre cette comédie du pouvoir, qui, associé aux médias complaisants nous montre ces pauvres gens, marqués à jamais par la perte de l’un (ou plusieurs) de leurs proches en train d’apporter des galets peints aux couleurs du drapeau national en souvenir de leurs disparus, sur fond peint au sol de la désormais implacable devise républicaine « Liberté, égalité, fraternité » qui fut concoctée dans les loges du Grand Orient et qui ne sont qu’un abominable et mensonger slogan dont se moquent bien les terroristes islamistes de tous poils qui n’attendent qu’un signe pour continuer leur sale besogne…

Sinistre cette exhibition des Champs-Elysées devant MM. Trump et Macron ainsi que leurs aréopages respectifs, pour soi-disant sceller une amitié franco-américaine éternelle…

Quelle libération devons-nous fêter donc? Celle de la liberté accordée au crime pour des raisons de progrès social, entre autres l’autorisation de tuer des bébés dès leur conception pour accorder un « droit » aux femmes de planifier leur vie intime et surtout pour soi-disant éviter des détresses en cas de grossesses non désirées, ou encore d’assassiner des personnes en fin de vie en les privant de nourriture et de boisson, accélérant ainsi le terme de leur vie, pour des raisons humanitaires (?!!!)

La France est en deuil. Quelle crédit peut-on accorder à une fête qui n’a fait qu’engendrer haines et crimes au fil des siècles ?

Les raisons on les connaît: les milliers de protestants de France massacrés aux 16è et 17è siècles, puis plus tard les victimes de la Révolution Française, la disparition et la haine des valeurs judéo-chrétiennes, les rafles du Vel d’Hiv, la haine généralisée d’Israël orchestrée et encouragée par l’ONU, les milliers de tués en Afrique pour des raisons mercantiles etc. La liste est bien trop longue hélas!

Alors, pitié messieurs qui ne connaissez rien à l’histoire de ce pays, arrêtez de raconter n’importe quoi.

Le 14 juillet n’est pas la fête nationale de la France, elle n’est que le lamentable et perpétuel souvenir des victimes des déesses Tolérance et Raison, rien de plus.

Triste gloire…

  1 Comment

  1. zacharie   •  

    Ah les républicains, leur tanneries de peau humaine, leur récupérateurs de graisse humaine, leurs noyades collectives, … et bien sûr leur leçons sur la vie alors qu’ils ne connaissent que la mort.
    Quel toupet pour pavoiser encore et toujours avec autant de casseroles.

Laisser un commentaire